Même pas peur d’être jugé pour Crimes de Guerre !

Publié le : 28 janvier 2009

Selon le Pr Natan Lerner, un spécialiste en droit international, « les militaires israéliens ne sont pas
réellement menacés par des poursuites judiciaires pour crimes de guerre après l’opération Plomb durci menée à Gaza
« . Le gouvernement israélien a déclaré que pour parer à toute
éventualité les militaires ayant participé à cette opération bénéficieraient d’une protection judiciaire en Israël et à l’étranger. Mais « le premier obstacle à la concrétisation de telles
poursuites est l’absence d’une autorité qui serait à même de s’en charger
« , explique Natan Lerner. « Certains Etats se sont donné une compétence universelle pour juger des crimes de
guerre, mais ils sont rares. C’est le cas du Royaume-Uni, où en 2005 le général Almog a dû interrompre une année d’études et revenir en Israël de peur d’être arrêté
« .
Par ailleurs, si cet obstacle est surmonté, toute plainte contre Israël devra être en mesure de démontrer qu’Israël a enfreint la loi internationale et en l’occurrence la convention de Genève. Ce
qui sera très difficile à faire. « Reste qu’Israël pourra être jugé devant la Cour pénale internationale. Mais cette procédure a besoin d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations
unies, ce qui a très peu de chances de se réaliser
. »

 

 

Print Friendly