Lieberman pose les bases de la « nouvelle diplomatie israélienne »

Publié le : 7 octobre 2009

Avigdor Lieberman

Avigdor Lieberman

Le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, veut revoir la politique étrangère israélienne. D’après plusieurs sources officielles, il présentera dans les prochains jours un premier document de cinq pages aux hauts responsables de son ministère, afin d’amorcer les discussions sur « les grandes lignes de la toute nouvelle politique extérieure ».

Trois points majeurs seront notamment soulignés dans le document : le développement de liens avec certaines parties du monde « négligées » par les gouvernements précédents ; la nécessaire diminution des attentes internationales concernant des progrès dans les négociations avec les Palestiniens ; et la création d’une politique de « tolérance zéro » mondiale contre toute forme d’expression antisémite.

La note dénonce en particulier la dérive du portefeuille en « ministère des Affaires palestiniennes, dont la politique étrangère israélienne est presque entièrement orientée autour de cette question précise ». Une stratégie qui a « fait du tort aux intérêts israéliens dans ses relations internationales, plus particulièrement celles avec les Etats-Unis et l’Europe (…). Même si les Etats-Unis restent le meilleur allié d’Israël, l’état de dépendance est malsain pour les deux parties. Notre pays doit construire des relations fortes avec d’autres Etats sur la base d’intérêts communs. Son cercle de soutien pourra ainsi être étendu et renforcé – ce qui constituera un soulagement pour les Etats-Unis aussi ». Et ces relations doivent s’étendre à d’autres domaines que la sécurité régionale et la lutte contre le terrorisme, selon Lieberman, à savoir : l’économie, la culture et la recherche scientifique, entre autres.

« Pendant des décennies, Israël a négligé des régions entières : Amérique latine, Afrique, Europe de l’Est et les Balkans, l’Asie Centrale et du Sud-est. Le coût de cette négligence est immense et a été mis en évidence lors des conférences de l’ONU et autres forums internationaux « .

Le document appelle ainsi à multiplier « les réunions de hauts responsables, à accroître les aides au développement, et à développer des liens économiques et financiers plus forts, en remodelant la scène internationale, pour qu’Israël n’y soit plus un acteur solitaire ».

Quant au conflit israélo-palestinien, aucun plan de paix n’a pu être bâti concrètement depuis les accords d’Oslo (il y a seize ans), souligne le ministère. Critiquant les efforts d’Obama pour une paix immédiate il ajoute : « Créer des attentes exagérées sur le court terme […] pourrait décevoir une fois de plus la communauté internationale et endommager les relations avec les Etats-Unis et l’Europe, voire mener à des réponses violentes des Palestiniens. »

Une approche plus réaliste est donc nécessaire : « Nous pouvons atteindre des accords provisoires, sans forcément résoudre les problèmes principaux – Jérusalem, le droit de retour des réfugiés ou les frontières. En étant réaliste, c’est le maximum qui peut être fait et il est important que les Etats-Unis et l’Europe le comprennent », précise Lieberman.

« Outre les manifestations classiques de l’antisémitisme, de nouvelles tactiques surgissent : les boycotts de produits et d’institutions israéliens, les procès contre les dirigeants israéliens et le personnel militaire (…). Nous ne pouvons rester silencieux face à la conduite du gouvernement suédois qui ne condamne pas les articles antisémites publiés dans les médias nationaux », ajoute le ministère. « Seule une position convaincue et offensive face à ces événements fera comprendre au monde qu’il n’est pas permis d’accepter ou d’encourager l’antisémitisme, quelle que soit sa forme. »

Par Haviv Rettig Gur

 

Print Friendly

16 Réponses à Lieberman pose les bases de la « nouvelle diplomatie israélienne »

  1. Jerem Répondre

    7 octobre 2009 a 18:13

    Ce mec est excellent…
    C’est exactement ce qu’il faut faire..
    Et ce n’est pas Livni qui l’a fait !

    Les médias ont eu beau le critiquer, tout ce qu’il fait, il le fait intelligement!

    Bravo à lui…

  2. Drucha Répondre

    7 octobre 2009 a 18:46

    Ce type a tout compris

  3. Yéhoudi Répondre

    7 octobre 2009 a 18:51

    ça doit terriblement agacer les « souteneurs » de la formule « le trés controversé Liberman … »

    vous savez, tous ces héritiers de la gauche mitée et miteuse française..

    dont les petits journaleux a qui on a appris avec le biberon que pour « progresser » il faut mordre Israel …

    ordures…votre jour viendra ..

  4. Jerem Répondre

    7 octobre 2009 a 19:25

    lol…
    Je me souviens encore (et on le reverra):
    Lieberman, le LePen israélien, leader de la droite fasciste, etc…
    Vraiment que des conneries…
    SI la France avait un Lieberman plutôt qu’un Kouchner, la France aurait une voix forte à travers le monde…
    Kouchner est la plus mauvaise erreur de Sarkozy…
    Vive les prochaines élections que bibich Kouchner partent un peu en vacances !

  5. arik Répondre

    7 octobre 2009 a 20:32

    dans le meme sens ils ne se souviennent que de son « ancien job » : videur de boite de nuit… ce qu ils omettent de dire c est que c etait un job etudiant lorsqu il etait a la fac de science politique… c est comme si on disait l ancien serveur de bistro pour un ministre francais… sauf que ca induit un caractere agressif et sans tete…

  6. Jerem Répondre

    7 octobre 2009 a 22:12

    Exact Arik…
    Mais ca, personne ne le sait !
    D’ailleurs, même moi je ne le savais pas !
    Peut-être qu’un article serait le bienvenue… ;)
    En tout cas, tout cela résulte, à mon sens, d’une mauvaise com’ israélienne !
    Mais bon, je suis certain que Lieberman va arranger ca !

  7. Pingback: Lieberman pose les bases de la “nouvelle diplomatie israélienne” « Leblogdenoach

  8. Andrew Répondre

    8 octobre 2009 a 09:48

    y en a jamais eu de meilleur,de plus efficace que lui !

  9. SEBAG Guy Répondre

    8 octobre 2009 a 13:20

    j’approuve cette nouvelle définition de la diplomatie pronée par Liberman. Israël doit avoir une logne directrice claire et s’efforcer d’offrir des solutions avec son environnement, compatibles avec cette ligne.
    On a trop phantasmé sur des projets de paix qui ont été dans l’ensemble préjudiciables à israël. Il me semble plus intelligent que le relations internationale soient fondées sur les intérêts réciproques, cela à l’avantage d’être plus solide et justifié.
    Quant à la Suède aux mêmes titres que les autres payas européens, les majorités démographiques sont favorables à leur population immigrée et ne peuvent pas négliger cette partie du corps electoral et de ce point de vue il ne faut pas espérer de renversement de politique sauf intervention d’un nouveau Charles Martel.

  10. victor Répondre

    8 octobre 2009 a 14:09

    D’accord avec SEBAG , il faut un Charles Martel ,pour l’europe ,
    et un Liberman ,pour ISRAEL .

  11. Peretz Répondre

    9 octobre 2009 a 21:46

    Il y a longtemps qu’Israël n’a pas bénéficié d’un ministre aussi bon que Lieberman.

    Les décisions qu’il prend sont marquées au coin du bon sens et témoignent d’une compréhension en profondeur de ce qu’est la situation d’Israël au plan de la politique internationale.
    Pourquoi ceux qui occupaient le poste avant lui n’ont pas réfléchi à une stratégie globale en matière de politique étrangère et n’ont pas relevés les points faibles de celle-ci?

    Parce que c’étaient des politicards de médiocre envergure qui se sont fait berner à tous les coups!

    Heureusement que Lieberman est ministre des a.e. maintenant.
    Vive Lieberman!

  12. Bentifour Répondre

    7 novembre 2009 a 12:01

    Liebermann s’entraine à la politique!, aprés ses déboires un peu partout dans les grandes capitales du monde. Le Premier ministre et son Ministre de la Défense lui ont réservé quelques poches pour le distraire ( Amérique latine, Afriqu noire, Europe de l’Est, et toutes ces régions fragiles (les ventres moues). Ca pourait aider Liebermann à s’entrainer encore et fuire les sujets qui agaces (le volet israélo-palestinien et israélo-arabe). Il me semble que les grands dossiers stratégiques sont laissésà l’appréciation du Premier ministre, Nétanyahu et son puissant Ministre de la Défense, Ehud Barak
    Cette manière de faire est d’une grande intelligence en vue de lui trouver un remplaçant, une fois ses déboires soient plus lisibles »
    Je pense qu’il s’agit donc plus d’un partage de rôle qu’une vivacité de la diplomatie israélienne, surtout que Lieberman continu à trainer des casserolles derrière lui là ou se déplace dans les grandes capitales du monde!
    2023

  13. emmanuel Répondre

    7 novembre 2009 a 12:42

    @yehoudi
    Liebermann est dénigré par les connards de gauche,en France et en Israel.

    allez faire un tour sur la mena ,on lui attribue meme le surnom d’yvette.

    juffa stephane en est le redacteur en chef.
    il est vrai que ce dernier est un des createurs de shalom achkchav :ong de MERDE !

  14. Yéhoudi Répondre

    7 novembre 2009 a 15:02

    Manu

    Yvette …c’est pas un surnom…
    c’est vraiment son prénom!!
    mais prononce : Yvèt

  15. Aboubakry Ndiaye Répondre

    8 novembre 2012 a 20:41

    Salut,
    Ce Liebermann est véritablement fou. Il méprise l’intelligence de ses concitoyens en voulant traduire en actes ses sentiments personnels. Il est évident aujourd’hui qu’à ce poste, il constitue un blocage pour la recherche de la paix.
    C’est du sang neuf qu’il faut dans les instances dirigeantes d’Israél. Des personnes qui auront le cran de voir et de parler « paix ».
    Avec les Etats-Unies et l’Europe comme alliés que manque-t-il à Israél sinon la paix?
    Mais qui peut batir sa sécurité en condamnant ses voisins les plus proches au chômage,tandis qu’on offre du travail à des dizaines de milliers d’immigrés philippins ou indiens,les kibboutznikim d’aujourd’hui?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *