L’Autorité Palestinienne en France assignée au Prud’hommes

Publié le : 8 février 2010

Des Arabes payés au noir. L’organisation, qui représente l’Autorité palestinienne en France, est poursuivie devant le tribunal de prud’hommes pour non respect des droits de deux de ses employés. S’ils en avaient l’occasion, les employés de Ramallah feraient certainement la même chose. L’Autorité Palestinienne est connue pour bafouer le Droit des Travailleurs et les Droits de l’Homme en Général.

Hind Khoury, la représentante de l'OLP en France

La Délégation générale de la Palestine (DGP), qui représente l’Autorité palestinienne en France, est poursuivie devant la justice pour non respect des droits de deux de ses employés, révèle Le Parisien/Aujourd’hui en France, dans son édition du lundi 8 février.

Deux de ses anciennes employées, qui occupaient des postes de secrétaires de direction, ont saisi le tribunal de prud’hommes pour avoir été mises brutalement à la porte en 2008 sans pouvoir faire reconnaître leurs droits au chômage.
Lorsqu’elle était en poste, « Sonia », 38 ans, comme la nomme Le Parisien qui a changé les noms des deux femmes, touchait 2.225 euros par mois et « Nohra », 65 ans, 1.500 euros. Mais elles n’ont jamais reçu de fiche de paie, tout au juste disposent-elles d’un bref contrat d’embauche rédigé en arabe, ce qui ne leur a pas permis d’obtenir des indemnisations chômage. Un contrat interdit par la légalité française. L’Autorité Palestinienne à donc violé, une fois de plus, les lois de la République.
Les deux femmes se sont tournées vers la justice, qui a condamné, sous astreinte, la Délégation générale de la Palestine à leur remettre des fiches de paie. En vain, rapporte le quotidien, qui cite l’avocate de « Sonia », Me Nolwenn Loyer-Saad, puisque cette dernière n’a toujours rien reçu. L’avocate précise que la DGP a fait une proposition chiffrée à « Sonia » qu’elle juge « inacceptable », il y a quelques semaines, pour régler le différend, et menace de porter plainte au pénal pour travail dissimulé.

Pour régler le litige, l’Autorité Palestinienne pourrait soustraire davantage d’argent donnés par l’Europe à Ramallah pour faire taire une histoire qui en dit pourtant long sur la manière dont l’Autorité Palestinienne traite ses employés.

Merci à SJK pour l’info.

Un problème de statut juridique

Quant à Hind Khoury, qui a succédé à Leila Shahid à la tête de la DGP, elle a indiqué au Parisien « travailler à des réformes internes ». Selon elle, « des propositions raisonnables » ont été faites aux deux ex-employées. « En raison de leur refus, c’est maintenant au tribunal de régler le problème », répond-elle.
Mais les choses ne sont pas si simples. Etant donné que la France ne reconnaît pas l’Etat palestinien, le statut juridique de la DGP, qui n’a pas le statut diplomatique, est des plus flous. Ce qui rend « les suites judiciaires incertaines« , souligne le quotidien.
Sur ce point, un porte-parole du Quai d’Orsay, François Courant, joint par le journal, répond que « la Délégation générale de la Palestine fait l’objet d’un statut spécifique qui découle de lettres du ministère des Affaires étrangères non communicables à la presse ». Et d’ajouter que « la Délégation a fait des efforts en matière de paiement d’arriérés de charges sociales, ce qui est loin d’être le cas dans toutes les ambassades à Paris. »

 

Print Friendly

4 Réponses à L’Autorité Palestinienne en France assignée au Prud’hommes

  1. Maurice 2 Répondre

    8 février 2010 a 14:21

    L’exploitation et l’esclavage sont monnaies courantes avec ces gens eux vivent dans des palaces et le petit peuple crève la faom

    En tout cas au bout du bout ce sera la France bonne poire qui paiera

    Je ne vois pas pourquoi les ASSEDIC devraient payer ces femmes
    Les entités diplomatiques représentent des pays ou des organisations extérieures à la France
    Au même titre qu’ils aient une immunité diplomatique c’est donc un état dans l’état et donc à lui de rémunérer ses salariés et de leurs assurer les avantages sociaux de leurs pays

  2. marco Répondre

    8 février 2010 a 15:22

    Cet info , c est trés instructif !!!

    en general, ce genre de probleme (esclavage moderbe) se regle sous le manteau par de gentil intermediaire et n arrive jamais sur la place publique, !!

    des cas comme celui la , il y en a des dizaines dans la capitale (phillipins, africains etc….)
    Lorsque l on se sert de la justice dans ce type de probléme , c est que l on veut exercer une pression , ici, en l occurence sur le DGP

    Que comprendre, que le quay d orsay, change enfin de politique,
    ou que les representants des palestiniens ont changé !!

  3. Bellar Répondre

    8 février 2010 a 15:36

    marco

    Je ne crois pas que le Quai d’Orsay ait changé : qui a porté plainte ? kles deux femmes …

  4. marco Répondre

    8 février 2010 a 16:43

    tu a raison Bellar,
    sauf que ce genre de plaintes sont gentilements gardes de coté, et reglé a l amiable !

    Ce genre de probleme, il y en a des dizaines, !!
    je reste surpris que celui ci avec la DGP, soit public,

    je pense sans etre parano, que cela s inscrit dans une liste d infos qui ont un lien entre elle:
    LE POUVOIR CHANGE A GAZA,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *