Que lisait-on dans la presse un mois après la Guerre Des Six Jours ?

Publié le : 21 mai 2010

A quelques jours de l’anniversaire de la libération de Jérusalem, j’ai pensé, qu’à bien des égards, la lecture d’extraits de la presse juive, au lendemain de la Guerre des Six jours, ne vous laisserait pas indifférents. La solitude d’Israël était déjà une réalité. Une idée force émerge cependant: Israël n’a jamais été aussi fort que lorsqu’il fut seul et uni!

13 armées Arabes écrasées en six jours par la seule armée d’Israël, âgée de 19 ans, ce n’est pas rien, quand on prend un peu de recul et qu’on y réfléchit !

Il est de circonstance de se rappeler le mot de l’ancien Président Weizmann : « être réaliste en Israël, c’est croire au miracle ! » Regardons donc avec « réalisme » notre histoire. Juin 1967, c’était hier, ça pourrait être aussi demain !!! – Arnold Lagémi

Emile Touati: Témoins du salut

« Soyez sans crainte. Attendez et vous serez témoins du salut que l’E.ternel vous vous procurera en ce jour. »

Cette proclamation de Moïse avant le passage de la Mer Rouge, nous y avons pensé à plusieurs reprises au cours des inoubliables journées où la radio nous contait les hauts faits des guerriers d’Israël. D’autres versets se pressaient dans notre mémoire. Et, nous aussi, comme Déborah et comme David, nous aurions voulu exalter le « Rocher d’Israël », le Gardien de Sion. Car quels qu’aient été les considérables mérites des hommes, leur bravoure, leur intelligence, leur esprit de discipline et d’organisation, une si extraordinaire victoire dans un combat tellement inégal, sur trois fronts, contre treize nations coalisées, et, sans que le territoire juif ait été violé, une telle victoire tient véritablement du miracle.

Elle a d’ailleurs été couronnée par un évènement qui nous a laissés « comme rêveurs, » car nous n’osions presque plus l’espérer : la délivrance de Jérusalem par une armée juive, après dix neuf siècles de captivité et cela « bimhéra, béyaménou » rapidement et de nos jours. « Sanctuaire royal, ville de royauté, lève toi et sors de tes décombres. Assez séjourné dans la vallée des larmes. Et Lui étendra sur toi sa grâce. »

Tout au long de notre existence, jamais nous n’oublierons le son du Chofar, transmis par les ondes, d’un bout de la terre à l’autre, pour annoncer que les enfants d’Israël se tenaient tête haute, devant le reste du Temple et que le Maguèn David flottait sur la citadelle de David. Jamais nous n’oublierons non plus le Kaddich prononcé devant le mur occidental…

Paul Henri Spaak, ancien Premier Ministre de Belgique

« Après une telle prise de position (conférence de presse du Général De Gaulle en 1967) il me paraît bien futile et bien hypocrite aussi de discuter pour savoir qui est l’agresseur … Dans le cas présent, la provocation et la préparation à la guerre étaient si évidentes que personne ne pourrait reprocher à l’Etat d’Israël , s’il la fait, d’avoir commencé le combat… Ouvertement, une énorme coalition de pays groupant plus de cinquante millions d’habitants se formait pour écraser deux millions et demi d’Israéliens. Etait-il possible de leur demander d’attendre que leur puissant ennemi choisisse son heure pour les attaquer ?… »

Daniel Mayer, ancien ministre : J’ai honte !

« J’ai honte d’être socialiste, et c’est là l’épithète accordée à la politique d’encouragement à l’agression menée par l’Union soviétique.

J’ai honte d’être français, puisque la politique officielle de la France, pour la seconde fois en moins de trente ans, signifie l’abandon, à l’heure du danger, d’un pays ami et allié.

J’ai honte d’être homme puisque rien n’est fait par l’humanité contre la répétition du génocide. Pour répondre à l’avance à certains, j’ajoute que je n’ai pas honte d’être juif. »

Jacob Kaplan, ancien Grand rabbin de France : Que le monde se souvienne de Munich !

« …La crise d’Israël est notre épreuve, Israël est notre patrie spirituelle : habitée en permanence par des Juifs depuis l’an 70. Etat de ceux qui ont fui les pogroms, les rescapés des camps. L’existence d’Israël, c’est la consolation juive de notre temps.

Et c’est plus : Israël a donné une dignité nouvelle à chaque Juif dans la Diaspora. L’expérience d’Israël est un titre de fierté pour chaque Juif.

Sa création : ce fut la réparation de la conquête romaine ; la réparation des persécutions séculaires du monde chrétien ; la réparation du monde « civilisé » pour le génocide qu’il a laissé perpétrer. La mauvaise conscience du monde l’a poussé à voter la création d’Israël. Mais tant qu’Israël est en danger de mort, le monde n’est pas quitte. Il faut des garanties effectives. »

Jacques Soustelle : Les réfugiés Palestiniens : un problème artificiellement gonflé

« … Il est significatif qu’on attribue une importance égale à la question d’Etat et au problème artificiellement gonflé et entretenu des « réfugiés palestiniens ». Comment se fait-il au demeurant qu’on ne cesse de nous rabattre les oreilles du sort des 500.000 Arabes qui ont cru bon de quitter la zone juive de la Palestine et bénéficient depuis 19 ans des subsides de l’O.N.U. alors qu’on ne dit jamais un mot des 500.000 Juifs qui, dans le même temps, ont dû fuir la Jordanie, l’Irak, la Syrie, l’Egypte, le Yémen ? Serait-ce par hasard parce que l’Etat hébreu a réussi à les incorporer de façon satisfaisante dans sa vie nationale ? Mais alors il convient de se demander pourquoi ce petit Etat avec un million d’habitants en 1948 a pu absorber ces 500.000 réfugiés, plus 500.000 autres, tandis que 45 millions d’Arabes se sont montrés incapables d’intégrer leurs « frères » de race et de religion, ou se sont refusés à le faire… »

Claude Henry Leconte : Lettre au Général Moché Dayan

« Général Moshé Dayan, je n’ai pas l’ombre du pouvoir de vous nommer maréchal. Mais j’ai le pouvoir illimité de « constater » que vous l’êtes.

Selon l’exacte définition des grades et des dignités militaires, est « maréchal » l’officier général ayant commandé victorieusement en chef devant l’ennemi. Vous l’avez fait avec une chaleur littéralement télécommunicative, comme le prouve l’avance prise par vos soldats sur les informations radiophoniques elles-mêmes. Et face à quel ennemi aux mille têtes !

A vous seul, vous avez affronté  la phénoménale coalition qui rassemble treize nations arabes, l’hystérie orientale, la fourberie soviétique, la carence britannique, l’immobilisme américaine, la stupeur européenne, l’ânerie progressiste, la neutralité gaullienne : le gouvernement et le peuple d’Israël ne devraient même pas attendre la fin des combats pour créer et vous conférer la dignité suprême. Si la République d’Israël était une monarchie, vous seriez déjà prince du Sinaï, duc d’Akaba et comte de Jérusalem. Pour l’heure, je me borne à constater que vous êtes comme le nez au milieu de la figure, maréchal d’Israël, d’Europe et d’Amérique.

Bernard de Jouvenel : le cœur et la raison

« Le cœur et la raison voudraient que l’U.R.S.S. et les Etats-Unis fussent alliés pour écarter la menace mortelle qui pèse sur le peuple d’Israël.

Le cœur : les soldats de ces deux grandes nations n’ont-ils pas ensemble découvert ces camps d’extermination où périt une population plus nombreuse que celle qui habite à présent la Palestine ? Les deux grandes nations ne doivent-elles pas être également hantées par cet immense cortège de victimes qui intercèdent pour les vivants ?

La raison : dans des régimes différents, le peuple américain et le peuple russe ont construit. C’est une chose bonne, belle, respectable, que le travail qui édifie…

Il n’y a pas de meilleure source de droit que le travail, sûrement, les soviétiques ne le nieront pas. Quel groupe humain a travaillé avec plus d’acharnement, tiré meilleur parti d’un environnement ingrat, que le peuple d’Israël ? Il nous touche par ses souffrances, il nous inspire le respect de son labeur… »

Marcel Edmond Naegelen : Si Nasser avait gagné

« … Si la coalition des seigneurs arabes l’avait emporté, le sort d’Israël et des Israéliens était réglé. La jeune république était supprimée, comme le furent l’Autriche, la Tchécoslovaquie, la Pologne, par Hitler et ses nazis. Quant à ses habitants, qui avaient transformé les déserts en champs et en vergers, le mieux qu’ils pouvaient espérer de l’occupation arabe, c’est qu’on les laissât reprendre les chemins de l’exil.

La Russie aurait-elle, si ce malheur s’était produit, si ce crime contre la justice et l’humanité avait réussi, comme en étaient convaincus ses auteurs, le Kremlin aurait-il exigé qu’au soir même de leur victoire, Egyptiens, Jordaniens, Syriens et autres envahisseurs accourus à la curée se retirassent sur leurs positions de départ et rendissent aux Israéliens leurs territoires et leur liberté ?…

Les Russes réussiront-ils, en s’obstinant à présenter le coupable comme l’innocent et l’innocent comme le coupable, à frustrer les Israéliens des fruits de leur éclatante victoire : la paix et la liberté acquises de haute lutte ? Les nations libres sacrifieront-elles Israël comme fut sacrifiée en vain, la Tchécoslovaquie ?

Après la guerre. Rabbin Elie Munk

Israël était seul dans sa lutte contre les ennemis. Les responsables savaient qu’il pouvait gagner la guerre sans les alliés et ils n’ont pas même fait appel à eux. Ceci apparaît, du point de vue historique, comme étant un fait bénéfique. Que de fois, nos prophètes n’ont-ils pas élevé la voix pour une mise en garde à l’adresse des rois d’Israël contre les alliances avec les rois des nations.

Chaque fois que nos rois succombèrent à la tentation de s’allier en vue d’une guerre menaçante avec les rois des pays voisins, tels que l’Egypte, la Syrie, l’Assyrie, la Babylonie, la Perse, ils furent battus, trahis et gravement humiliés. « Si vous placez votre confiance en D. ieu et en Lui seul, » ne cessèrent de proclamer les prophètes, « vous serez victorieux. »

La victoire dont nous venons d’être témoins ne fait que confirmer cette vérité historique. Jamais notre peuple n’a vécu autant de miracles et connu une victoire aussi fulgurante, que lorsqu’il a combattu seul, aidé uniquement de D. ieu.

Source : Titre original : Que lisait-on un mois après la Guerre Des Six Jours ? Par Arnold Lagémi

Extraits de « Trait d’Union » N° 143/144 de Juillet-Aout 1967, publiee dans Terre d’Israël – http://www.terredisrael.com/

 

Articles liés
Les titres de la presse israélienne du 29 juin 2014: « pression européenne sur Israël »
Ha'aretz 1. Israël attaque la bande de gaza, une roquette tirée sur une usine de Sdérot. Onze roquettes tirées sur Israël, un incendie sur l'usine de peinture contenant des matériaux inflammables. L'Air Force tue deux membres des Comités de ...
Lire tout l'article
Les titres de la presse française ce matin… hum, hum…
Alors que l'actualité nationale française et internationale est en berne (comme tous les étés), la rédaction de JSSNews a voulu savoir de quoi parlaient les grands médias ce matin. Petite revue de presse des "grands ...
Lire tout l'article
Les titres de la presse israélienne le 19 mars 2014: « 4 soldats blessés à la frontière syrienne »
Les titres de la presse israélienne, ce 19 mars 2014. Ha'aretz Une: Quatre soldats blessés par une bombe à la frontière syrienne. Un des blessés a été évacué dans un état grave. Israël accuse le hezbollah d'être responsable de ...
Lire tout l'article
Ce que disent les médias libanais sur l’attaque absurde de leurs soldats
J'ai regardé la couverture libanaise des événements d'avant hier. Même si les faits sont clairs et évidents, les médias libanais - à tous les niveaux - continuent dans leur immense majorité d'expliquer qu'Israël ...
Lire tout l'article
Les titres de la presse israélienne du 24 juin 2014: « il a été libéré et il a assassiné ! »
Ha'aretz 1 Khaled Meshaal:. Nous félicitons les ravisseurs mais nous n'avons aucune information sur les jeunes. Dans ses premiers commentaires sur l'enlèvement, le chef du bureau politique du Hamas refuse de confirmer ou de nier que son organisation ...
Lire tout l'article
Féderation Internationale Journaliste
Pour la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), « les médias israéliens sont parmi les plus libres du monde ». C’est ce qu’a déclaré Lundi 5 novembre, à Tel-Aviv, Aidan White, secrétaire général de la ...
Lire tout l'article
Les titres de la presse israélienne le 24 mars 2014: « les droits de santé gratuits pour des milliers de palestiniens »
Ha'aretz: Une. Netanyahu met la pression pour faire passer la loi sur le logement pour instaurer une surveillance des prix de l'immobilier. 2. Les droits de santé vont s'appliquer à des milliers de palestiniens mariés à des ...
Lire tout l'article
Deux nouveaux mensonges de propagande anti-paix
Les "palestiniens" ne veulent pas la paix. C'est un fait validé par tous. Qu'on soit juif, musulman chrétien, d'Israël de Paris ou de Melbourne, tout le monde sait que les palestiniens (pas tous certes, mais ...
Lire tout l'article
La censure médiatique mondiale: l’Air Bag des palestiniens
Acceptons simplement que l'annonce par Israël de constructions de nouveaux appartements à Ramat Shlomo alors que le vice-président américain Joe Biden visitait Israël était une déclaration auto-destructrice. Le Premier ministre Netanyahou l'a reconnu et s'est ...
Lire tout l'article
Quand Laura Aronica (Les Inrocks) fait du Rivarol pour cracher sa haine d’Israël
Profitant qu’Israël, mais aussi la communauté juive et tout être humain sensible, pleurent l’enlèvement par des terroristes de trois de ses enfants, Les Inrocks, indifférents au malheur des familles des trois kidnappés, se livrent au ...
Lire tout l'article
Les titres de la presse israélienne du 29 juin 2014: « pression européenne sur Israël »
Les titres de la presse française ce matin… hum, hum…
Les titres de la presse israélienne le 19 mars 2014: « 4 soldats blessés à la frontière syrienne »
Ce que disent les médias libanais sur l’attaque absurde de leurs soldats
Les titres de la presse israélienne du 24 juin 2014: « il a été libéré et il a assassiné ! »
Les médias israéliens sont parmi les plus libres du monde
Les titres de la presse israélienne le 24 mars 2014: « les droits de santé gratuits pour des milliers de palestiniens »
Deux nouveaux mensonges de propagande anti-paix
La censure médiatique mondiale: l’Air Bag des palestiniens
Quand Laura Aronica (Les Inrocks) fait du Rivarol pour cracher sa haine d’Israël

10 Réponses à Que lisait-on dans la presse un mois après la Guerre Des Six Jours ?

  1. chutzpanit Répondre

    21 mai 2010 a 14:03

    ON PEUT DIRE UNE CHOSE
    LES TEMPS ONT BIEN CHANGE EN 43 ANS ……….. ISRAEL ETAIT HEROIQUE …

    • Amih'ai Répondre

      21 mai 2010 a 14:45

      Nous le sommes toujours.
      Globalement, l’armée et les citoyens sont plus héroïques que jamais.
      La seule chose qui change, c’est que, pour reprendre les mots de Haim Weizman, les politiques d’aujourd’hui « ne sont plus réalistes, ils ne croient plus aux miracles ».
      A l’exception de rares cas (en particulier Liberman), ils n’ont plus la bonne vieille houtzpa qui caractérisait si bien Abba Ebban, Ben-Gurion ou Begin.
      C’est pourtant la clé de l’indépendance politique israélienne…

    • Le GlooGloo Répondre

      21 mai 2010 a 15:28

      Pesimiste

  2. jacqueline Répondre

    21 mai 2010 a 15:03

    j ‘ adore cette photo avec cette troupe de femmes le bob sur la tête , et sans fusil ..
    prêtent à défendre leur pays …
    Sabbat Chalom à tous et à JSS .. merci pour tous vos articles tout au long de la
    semaine …

  3. benchetrit Répondre

    21 mai 2010 a 18:31

    BRAVO…

  4. mefaresh01 Répondre

    21 mai 2010 a 18:40

    ATTENDEZ UN PEU!!!!
    Quand Israël, acculé à une défense fulgurante qui seule pourra sauver le pays, réagira face à l’agression mortelle des fous de Téhéran, il faudra trouver d’autres mots!!!!
    Si les ayatollahs et leurs complices devaient, dans leur folie, attaquer Israël avec des armes atomiques, chimiques ou autres, nul ne doit douter que le gouvernement « appuiera sur le bouton »!!!
    Et ce que nous avons vu en1967 paraitra être une simple escarmouche locale.
    Les pays et les organisations ennemies des JUIFS -car c’est d’eux qu’il s’agit-
    ne seront plus en mesure pour des décennies de nuire au « nain sioniste »
    Leurs territoires, leurs infrastructures, leurs armements, et hélas, une partie de leur population ne seront que SOUVENIRS CALCINES………
    Chaque mort dans ces pays sera à mettre au compte des fous furieux qui ont depuis longtemps allumé la mèche. Chaque hectare inhabitable pour 30 ans
    sera à montrer aux « brothers » de tout poil qui ne voulurent pas choquer les assassins barbus. Chaque maison détruite sera à montrer, de près, aux O.N.G. si promptes à l’antisémitisme camouflé et à la commisération télévisée. Chaque enfant, atteint dans son innocence, viendra pleurer sur l’épaule du terroriste qui avait cru que tuer était le but d’une vie. Chaque grand-mère seule et sans même des corps à inhumer, expliquera à NOS télévisions que ce n’était pas le résultat attendu.
    ON PEUT REVER QUE CELA SOIT, MAIS.
    Ne nous leurrons pas, tous ces gens continueront à désigner du doigt le seul coupable: ISRAEL!!!!
    Et si, ce qu’à D-ieu ne plaise, Israël était touché, et gravement touché, TOUS,
    même sans l’exprimer, n’auraient qu’une pensée :
    « ZUT!! La solution finale c’est pas encore pour aujourd’hui!!!! ».

  5. MIMI Répondre

    21 mai 2010 a 19:07

    On pourrait créer un spécial :
    « le dessous des cartes  » !!!
    shabat shalom

  6. Haim Répondre

    22 mai 2010 a 08:05

    (Si les ayatollahs et leurs complices devaient, dans leur folie, attaquer Israël avec des armes atomiques, chimiques ou autres, nul ne doit douter que le gouvernement “appuiera sur le bouton”!!!)

    Au risque de tuer les 20 000 Juifs innocents de Téhéran et beaucoup plus d’innocents Musulmans ? Je sais pas, la guerre est une chose si terrible et il vaut mieux ne pas y penser quand on est pas du métier.

    Les Juifs Iraniens sont une des communautés qui a le moins souffert en 2500 ans. Les Ayatollahs sont détestés par la très grande majorité de leur peuple: Il n’y a pas longtemps ils disaient « Puisse Dieu éteindre leur race le plus vite possible » mais maintenant les Iraniens ne mêlent même plus Dieu à ça, il le considèrent comme un complice.

  7. chutzpanit Répondre

    22 mai 2010 a 14:43

    QUAND JE DISAIS LES TEMPS ONT CHANGE JE NE PARLAIS PAS DE NOTRE ARMEE .. MAIS DES MEDIAS INTERNATIONAUX PAR RAPPORT AUX ECRITS DE LA PRESSE PENDANT LA GUERRE DE 6 JOURS
    …… AUJOUR DHUI ON A LE DROIT A LA DELIGITIMISATION D ISRAEL
    COMPAREZ AVEC LES ECRITS JOURNALISTIQUES PENDANT L OPERATION PLOMB DURCI …. DONC JE DISAIS A L EPOQUE ISRAEL ETAIT HEROIQUE POUR LE MONDE ,, AUJOURD HUI NOUS SOMMES VUS COMME DES BOURREAUX
    EVIDEMMENT NOTRE ARMEE ET NOTRE PAYS SONT ENCORE PLUS FORTS
    QU AVANT AU GRAND DAM DU MONDE MAIS ON S EN FICHE DE CE QU ILS PENSENT

  8. jacqueline Répondre

    22 mai 2010 a 18:10

    selon juif.org
    Les palestiniens seraient disposé à faire des plus grandes concessions territoriales lors des entretiens de paix avec Israël que celles qui avaient été proposées dans le passé, selon une information parue dans le Wall Street Journal vendredi. L’article évoque des ‘concessions’ représentant environ 4 % de la Judée Samarie.

    L’information n’a pas encore été confirmée de source officielle.

    Selon le journal, il y a un sentiment, au sein de l’autorité palestinienne, que le premier ministre Benyamin Netanyahou n’est pas prêt à faire la paix avec les palestiniens, et en conséquence, les palestiniens n’aurait pas de difficulté à ‘offrir des concessions’ qu’ils ne seraient pas amené à réaliser.

    Des responsables impliqués dans les négociations entre Israël et les palestiniens ont déclaré au journal que les palestiniens ont dit à Mitchell qu’ils sont prêts à faire a Netanyahou la même offre qu’ils avaient faits au premier ministre Ehoud Olmert, et sont même prêts à doubler les territoires restant à Israël dans le cadre d’un accord de paix.

    L’offre faite à Olmert à l’époque évoquait que 1,9 % de la Judée Samarie resterait sous contrôle israélien contre une quantité égale de territoire israélien. Olmert avait cependant rejeté cette proposition, demandant évidement que plus de terres soit comprise dans l’échange de territoires.

    Le négociateur en chef palestinien, Saeb Erekat, a refusé de commenter ce qui a été discuté avec Mitchell. « Nous n’allons pas faire perdre le temps de Mitchell, » a dit Erekat. « Nous voulons que Mitchell réussisse, parce que son succès représente notre liberté. »

    Le premier ministre Benyamin Netanyahou a rencontré jeudi l’envoyé spécial au Proche Orient, George Mitchell. Mercredi, le président palestinien, Mahmoud Abbas, avait déclaré avoir l’intention de dire à Mitchell son désir de voir l’OTAN stationner dans le futur état palestinien. Le journal arabe basé à Londres, al-Quds al-Arabi, a signalé que l’OTAN pourrait surveiller les frontières du nouvel état.

    Selon cette information, Abbas planifie d’informer l’envoyé américain qu’il a l’intention d’établir un état dans les frontières de 1967, en gardant l’option d’un échange de territoires avec Israël. Le journal a aussi rapporté qu’Abbas « a l’intention » de rappeler son engagement à combattre le terrorisme et toute incitation ou violence contre Israël. Il expliquera aussi que l’AP a réalisé ses engagements sécuritaires, comme détaillés dans la Feuille de Route, et ce complètement, selon lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *