La rhétorique d’Amnesty International ridiculisée… | JSSNews

La rhétorique d’Amnesty International ridiculisée…

Publié le : 3 juin 2010

Voici une interview extraordinaire faite par Jonathan Halevi Dahoah avec Itai Epstein, directeur d’Amnesty International en Israël comme faiseur de réponse. Une interview à ne manquer sous aucun prétexte !

Amnesty assume que Gaza est sous occupation israélienne. Cela n’a aucun sens. Si c’était le Gaza, Israël aurait l’obligation de protéger la population Gazaouis, même les membres du Hamas. Israël serait responsable de la police, de l’éducation et de toutes les infrastructures de la région. Occupation, par définition, signifie « présence physique sur le terrain. » Plus encore, Amnesty soutient qu’Israël n’a aucun droit d’empêcher le Hamas d’acquérir des armes.

Voici une partie de l’interview:
Israël a t-il le droit de vérifier s’il y avait des armes sur le bateau?
Si le navire était dans les eaux territoriales d’Israël, ils auraient eu ce droit. Si le navire est en dehors des eaux territoriales d’Israël, la réponse est non.

Pourquoi cela?
Le droit international établit une distinction entre les eaux territoriales et les eaux internationales. Israël, comme tout autre pays, a des pouvoirs dans les 12 miles nautique aux-quels il faut ajouter 12 autres miles. Au delà de 24 mies, Israël n’a pas l’autorité souveraine.

Amnesty affirme qu’Israël est une force d’occupation dans la bande de Gaza. Israël n’a t-il pas autorité de vérifier se des armes ne sont pas dans les navires a destination du Hamas ?
Nous ne soutenons pas les transferts d’armes au Hamas, qui est un mouvement violent et un groupe politique violent qui a commis des crimes de guerre. Cela dit, je pense que la question n’est pas celui du transfert d’armes, mais plutôt le siège qu’Israël impose à Gaza…

L’opération a été menée sur les navires faisant route vers Gaza. Je pose une question de principe: est-ce qu’Israël, qui, selon vous, est une force d’occupation dans la bande de Gaza, a le pouvoir de vérifier s’il ya des armes à bord du navire?
La réponse n’a rien à voir avec l’occupation de Gaza. Gaza est assiégée est occupée, mais ce n’est pas le sujet. Même Israël avoue qu’il y a un blocus sur Gaza. La question de la fouille sur les navires est liée à une question juridique différente, et cette question relève de l’autorité souveraine dans les eaux territoriales par rapport à l’autorité dans les eaux internationales.

Il s’agit d’une question importante, puisqu’Israël inspecte déjà aux frontières terrestre si des armes entrent dans Gaza…

Israël ne vérifie pas si des armes entrent par les postes frontaliers terrestres. Israël ne vérifie que ce qu’il transfert lui-même.

Il y a de l’aide internationale qui arrive et il y a aussi les importations qui entrent par le port d’Ashdod avec des armes et des munitions à bord, et Israël inspecte tout cela. La question est simple: selon Amnesty International, Israël n’a pas le droit de vérifier sur les navires dirigés vers Gaza contiennent des armes ?
La réponse est très simple. Le siège est illégal. Toutes les actions effectuées dans le cadre du siège sont illégales.

Avec votre permission, je vais revenir à la question parce que c’est là un point important concernant l’arraisonnement d’un navire…
Je ne pense pas que ce soit si important. Je pense que la question importante est de savoir si un blocus est autorisé ou non sur Gaza.

Israël a t-il l’autorité pour inspecter un navire à une distance de 12 miles de la côte de Gaza pour voir s’il ya des armes dedans?
Il a le pouvoir de le faire dans les eaux territoriales d’Israël.

Également dans les eaux de Gaza?
Gaza n’a pas d’eaux, la bande de Gaza est un territoire occupé sous la loi israélienne, il n’y a pas d’eaux territoriales, car il n’a pas le pouvoir souverain.

Ce qui est exigé d’Israël est d’arrêter d’être une force d’occupation en vertu de la définition d’Amnesty International?

Qu’il y ait un autre pouvoir souverain et que le passage des frontières à Gaza de se fasse pas sous contrôle israélien. C’est le sens de l’occupation, il n’y a aucune autre puissance souveraine, il n’y a aucun contrôle pour le franchissement des frontières, concernant la libre circulation des personnes et des marchandises… C’est pourquoi la bande de Gaza est sous occupation.

Donc Israël ne doit jamais fermer ses frontières avec Gaza?
En supposant qu’il y ait un autre pouvoir souverain, les frontières devraient êtres ouvertes. Ce qui n’est pas la situation actuelle.

Le Hamas est définit comme un pouvoir souverain par la commission Goldstone, qui dit précisément  « autorité de la bande de Gaza ». Il est également reconnu internationalement ainsi par un grand nombre de pays…
Il reçoit surtout la reconnaissance en tant que gouvernement de facto. La question de l’occupation israélienne n’est pas liée au Hamas. Seulement aux actions d’Israël.

Donc, quelles mesures doit prendre Israël? Vous dites que l’occupation se termine si Israël ouvre les frontière… Mais si l’occupation se termine, Israël a besoin de fermer les frontières puisque la bande de Gaza est définie comme un état ennemi. Il ya une contradiction logique ici.

Je ne vois pas où est la contradiction.

Quels sont les éléments pour mettre fin à l’occupation? Amnesty ne présente pas de plan dans lequel Israël arrête l’occupation. Il affirme qu’Israël doit cesser l’occupation et ouvrir ses frontières. Je ne comprends pas cela.
Amnesty International ne traite pas de la résolution des conflits.

Ce n’est pas la résolution des conflits. C’est fin de l’occupation. Amnesty affirme que Gaza est sous occupation. Selon Amnesty, quelles sont les actions qu’Israël doit prendre pour mettre fin à l’occupation?
Une des choses à faire est de permettre le passage des personnes et des marchandises à travers les airs, la mer et la terre. C’est l’une des composantes. Il y a d’autres éléments liés aux accords de la communauté internationale mais Amnesty International ne traite pas de la résolution des conflits. Nous nous contentons de savoir si la situation est bonne ou non au regard du droit international humanitaire et des normes internationales. Nous ne traitons pas de résolutions de conflit. Ici ou ailleurs.

Amnesty affirme qu’Israël est un pays d’occupation et est responsable du bien-être des habitants de Gaza. Selon cette définition, Israël doit ainsi agir contre le gouvernement du Hamas afin de prendre soin du bien-être et la sécurité des habitants de Gaza?
L’Etat d’Israël a l’obligation de protéger ses citoyens. Il a une obligation de faire la distinction entre objectifs militaires et objectifs civils.

La question est de savoir si Israël est engagé, étant une force d’occupation comme Amnesty le définit, à se préoccuper du bien-être des habitants de Gaza et donc agir contre le gouvernement du Hamas et contre les organisations terroristes palestiniennes qui contrôlent la bande de Gaza, afin de protéger la population palestinienne?
Israël a le devoir de protéger ses citoyens.

Les messages d’Amnesty International sont qu’Israël devrait prendre soin de protéger la population de Gaza. La question de la sécurité de la population de Gaza n’est-elle pas de l’autorité d’Israël ?
Israël a le devoir de protéger ses citoyens et de veiller à ce que la population de Gaza bénéficie de tous les droits économiques et sociaux reconnus en droit international et dans la Convention de Genève.

Donc, si le Hamas viole les droits des Palestiniens dans la bande de Gaza, tel que défini dans le droit international, Israël n’a pas le pouvoir d’agir contre le gouvernement du Hamas pour prendre soin de la sécurité de la population de Gaza?
Le problème est surtout qu’Israël viole la loi internationale en imposant un blocus illégal aux habitants de Gaza.

Il est volontairement obtus. Le responsable d’Amnesty refuse d’accepter que son interprétation du droit international conduit à une analyse absurde et contradictoire. Lorsqu’il est forcé de faire face à l’absurdité, il répète alors les mêmes slogans sans conviction. Israël doit ouvrir ses frontières pour mettre fin à l’occupation et puis il peut les fermer. Il dit (non cité ici) que la frontière fermée par Israël avec le Liban est différente parce que le pays du Cèdre a des frontières avec d’autres pays – et de prétendre que la bande de Gaza n’a pas de frontière avec l’Egypte?

Il est instructif de voir que certains travailleurs des droits de l’homme ne peuvent pas voir au-delà de leur propre nez et insistent sur les pays qui adhèrent aux politiques impossible et suicidaire – parce qu’ils ne peuvent concevoir que leurs points de vue soient entachées de graves irrégularités à l’origine. L’ironie, bien sûr, est que les droits de l’homme des Israéliens seraient gravement compromis si les propositions de cet homme étaient mises en exergue.

Pour lire l’interview intégrale (et en anglais), c’est par là !e

24 Réponses à La rhétorique d’Amnesty International ridiculisée…

  1. Cody Répondre

    3 juin 2010 a 13:21

    Méprisable, mon post est un peu court mais c’est le seul mot qui me vient dans l’immédiat, meprisable.

  2. omberg Répondre

    3 juin 2010 a 13:23

  3. mardoche Répondre

    3 juin 2010 a 13:23

    Pour l’amour du ciel pourquoi la betise ne tue plus.
    Ce responsable d’amnesty,avez appris une toute petite lecon,qu’il a repete a
    chaque question.Avec une deduction comme celle la,oui,une seule,votre existence est inutile,vous pourrissez les endroits ou vous passez,au titre d’Organisation Nulle Garantie.
    arretez vos parti-pris interresses par l’argent des pays arabes,meme a eux vos amis, vous le rembourserez un jour.
    Nous allons attendre la flottille irlandaise dans nos eaux territoriales,et cela changera quoi.Vous trouverez bien autre chose,mais comme nous en avons marre de vous et des autres ,allez vous faire voir ailleurs.

  4. M.S. Répondre

    3 juin 2010 a 13:54

    Ce que dit le droit : rappel

    ******

    Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

    mercredi 2 juin 2010

    Il nous paraît opportun de rappeler que le nombre ne fait pas nécessairement loi. Même s’il est vrai qu’à notre connaissance, mis à part une déclaration d’un secrétaire d’Etat italien aux affaires étrangères, à un moment donné, aucun Etat n’a admis sinon la légalité formelle, du moins la légitimité (c’est à dire la conformité avec une valeur fondamentale) de l’opération menée par Israël contre la « flottille pseudo-humanitaire ».

    Le fait qu’une fois encore la presse israélienne, voire certains universitaires israéliens sont au premier rang des critiques, n’enlève rien à l’iniquité du procès fait à Israël, en pareille circonstance.

    Nous serions presque tenté, sans être hébraïsant, de dire qu’en l’occurrence s’imposait l’expression fréquemment utilisée dans les conversations entre Israéliens, de « ein brera » (pas d’alternative).

    Même Le Monde , peu suspect de sympathie à l’égard d’Israël, dans l’éditorial du numéro daté du 2 juin, admet que « Israël avait sans doute ses raisons….. » (souligné par nous).

    Quelles que soient les rodomontades des Etats, Israël nous paraît, en effet, être fondé (sur la base de la légitimité de son existence) à empêcher l’approvisionnement du Hamas, organisation terroriste, qui gouverne Gaza et qui refuse, délibérément, de reconnaître Israël, en ne se résignant qu’à une trêve (houdna) de 10 ans. Le Hamas retient, dans des conditions contraires au droit humanitaire depuis près de 4 ans un soldat israélien, enlevé en territoire israélien, et tolère, sinon encourage (il l’a d’ailleurs fait expressément dans le passé, d’où l’opération israélienne durant l’hiver 2008-2009) l’envoi de roquettes sur le territoire israélien.

    Il y a quelques semaines, un conseiller juridique du Hamas affirmait que « la loi internationale permet aux Palestiniens d’utiliser tous les moyens, quels qu’ils soient, dans leur combat pour la libération de la Palestine ».

    Le Hamas est donc « en guerre » avec Israël et ce pays a le droit de se défendre.

    Certes, cette fois, la « flottille » n’avait, apparemment, pas de contrebande de guerre à son bord, mais si Israël l’avait laissé passer, la fois suivante, tout eut été possible.

    La flottille avait été avertie et donc son obstination était une provocation.

    Israël avait d’ailleurs proposé de faire acheminer, par vois terrestre (après déroutement sur Ashdod) l’approvisionnement humanitaire.

    Il est avéré que les troupes israéliennes ont été attaquées (couteaux, barres de fer, l’origine des tirs par les passagers n’a pas été, à notre connaissance, encore clairement déterminée : s’agissait-il d’armes prises à des soldats israéliens ou de pistolets possédés par des passagers ?).

    En tout cas, on ne peut pas parler de « massacre », ni de disproportion, car compte tenu de leur puissance de feu, les troupes israéliennes auraient effectivement pu provoquer davantage de pertes. Or, il n’y a eu « que » 9 morts (sur près de 700 passagers….).

    Il ne suffit pas de répéter à l’envi que le blocus israélien de la Bande Gaza, y compris par voie maritime, est illégal pour qu’il le soit réellement.

    Indépendamment du fait que l’Egypte a, également établi un blocus (terrestre) depuis la « prise en mains » de ce territoire par le Hamas, depuis 3 ans, Israël peut se prévaloir du droit de légitime défense contre un mouvement qui lui refuse le droit à l’existence et le fait qu’il ait été « plébiscité » par la majorité de la population de la Bande de Gaza, n’enlève rien à l’illégalité de son attitude à l’égard d’un Etat, membre de l’ONU.

    Ce droit autorise, également, Israël à agir sur mer.

    Certes, on a beaucoup entendu, de tous côtés, mettre en avant le fait qu’Israël est intervenu dans les eaux internationales pour évoquer un acte de piraterie (que n’a-t-on entendu, d’ailleurs, voire le ministre turc des affaires étrangères, comparer l’action des commandos israéliens à la monstruosité des événements 11 septembre 2001….).

    Mais, indépendamment des lacunes du droit international quant au rôle que jouent, actuellement, dans les crises internationales, des « acteurs non-étatiques », rien, dans le droit des conflits armés, n’interdit la façon dont Israël a mis en œuvre le « blocus maritime » de la Bande de Gaza.

    Israël n’a nullement violé la liberté de navigation dans les eaux internationales en arraisonnant la « flottille pseudo-humanitaire », même à distance des « eaux territoriales » (on peut même se demander si cette notion est d’ailleurs applicable à la bande de Gaza, compte tenu de son statut indéterminé en droit international).

    En effet, cette flottille n’avait pas caché son intention de « forcer le blocus » établi par Israël et dont cet Etat avait, expressément, notifié l’existence, d’ailleurs respectée par toutes les compagnies maritimes.

    Et Charles Rousseau un grand juriste français du XXème siècle a écrit dans « Le droit des conflits armés » (éd. Pedone 1983) : « la sanction immédiate de la rupture du blocus est la capture du navire. Celle-ci peut intervenir avant que le navire contrevenant ait franchi la ligne de blocus (droit de prévention)… » (n°169 p. 271).

    Israël avait donc le droit de choisir le moment le plus opportun pour procéder, à défaut de voir les commandants des navires obtempérer à l’interdiction formulée de poursuivre leur navigation, à l’arraisonnement des bateaux, avant même qu’ils ne pénètrent dans les « eaux territoriales » de la bande de Gaza.

    L’expérience montre que ce type d’opération est plus difficile à réaliser près des côtes, du fait de l‘intense navigation côtière qui s’y exerce.

    Le fait que le Premier ministre irlandais Brian Cowen aurait déclaré qu’il était ’’interdit d’arrêter le navire irlandais qui est parti du port de Malte à destination de Gaza’’ ne change rien au problème, dès lors que Brian Cowen a manqué une occasion de se taire, lorsqu’il a justifié cette position par le fait que « le bateau était une possession irlandaise », alors qu’il est unanimement admis qu’un navire n’est pas une portion de territoire flottant….(au passage, nous nous permettrons de rappeler que durant la seconde guerre mondiale l’Irlande a prétendu être « neutre », alors qu’en réalité, ce pays a été plutôt proche de l’Allemagne hitlérienne et ne s’est pas montré particulièrement ouvert aux réfugiés juifs fuyant les persécutions).

    Dans ces conditions, on ne voit pas ce qu’apporterait une enquête aussi impartiale soit elle.

    La « flottille » a tenté de forcer un blocus, régulier au regard du droit international et la réaction des commandos israéliens, attaqués alors qu’ils procédaient à l’arraisonnement, non moins régulier des navires, dont les commandants avaient refusé d’obtempérer aux ordres reçus, a été proportionnée, comme en témoigne le chiffre limité des pertes en vies humaines, par rapport au nombre de personnes, qui, volontairement, entendaient provoquer Israël.

    *****

  5. marco Répondre

    3 juin 2010 a 14:02

    C est juste une reconnaissance du hamas !
    A aucun moment cet imbécile heureux, ne dit que le Hamas dirige Gaza, et que c est un mouvement terroristes !
    Il est tellement nul, qu il confond , non sans l ironie du journaliste, blocus et occupation !
    Pour donner un exemple, c est comme si on confondait , un voleur, et les les policiers qui l ‘ entoure pour l arrêter de ses méfaits !

    En tout cas , le ridicule ne tue, pas, quand il parle de légalité, c est vrai qu a leur yeux, il est légal de tirer des missiles sur Israel, ou de les importes ,
    Le terrorismes n est pas illégal pour amnesty, se défendre ou se protéger , oui !

    Il faut le lire pour le croire !

  6. chutzpanite Répondre

    3 juin 2010 a 14:06

    APPAREMMENT FAUT PAS FAIRE DE HAUTES ETUDES POUR POSTULER A AMNESTY INTERNATIONAL
    ILS RECRUTENT NIVEAU CP

  7. jacqueline Répondre

    3 juin 2010 a 14:53

    Conclusion , après avoir lu cet aticle j ‘en déduis qu ‘ Amnesty est ANTISEMITE
    point barre .. et est main dans la main avec l ‘ ONU ..

  8. jacqueline Répondre

    3 juin 2010 a 15:44

    pour les retardataires qui n ‘ont pas encore signer la pétition RAISON GARDER

    http://www.dialexis.org/php/Signataires.php

    important

    @ en entre Amnesty et Dana Internationale qui préférez-vous ??
    pour moi , j ‘ ai déjà fais mon choix :lol:

  9. Moshe Répondre

    3 juin 2010 a 22:03

    jacqueline says:
    03/06/2010 at 14:53

    « après avoir lu cet article j ‘en déduis qu ‘ Amnesty est ANTISEMITE
    et est main dans la main avec l ‘ ONU »

    C’est plus que cela Jacqueline Amnesty veut l’ouverture de la frontière entre gaza et Israël pour qu’Israël soit détruite par le hamas qui est un mouvement terroriste comme elle le dit si bien!

    Le droit international tel que le voit amnesty dispense le hamas de laisser gilad shalit voir sa famille, la croix rouge, recevoir des colis, des lettres!?Que dit amnesty à ce sujet!? est-ce qu’elle fait la différence entre les droits qu’ont les prisonniers du hamas du fatah et du hezbollah enfermés dans les geoles Israëliennes qui ont du sang sur les mains, que dit amnesty sur la libération en masse de prisonniers terroristes qui ont ou pas finit de purger leurs peines de prison mais qui sont prêt à remettre le couvert à la première occasion qui se présentera! amnesty amnestie les criminels!? qui occupe gaza Israël ou le hamas!? Le droit international autorise le hamas à prendre le pouvoir par la force à gaza!? Les armes pris sur le francop était autorisé ou non selon amnesty!?

  10. omberg Répondre

    3 juin 2010 a 22:19

    Des bureaux d’ONG fermés par le Hamas
    AFP
    03/06/2010 | Mise à jour : 18:58 Réactions (4)
    Des ONG palestiniennes de la bande de Gaza ont dénoncé jeudi la fermeture par des organes de sécurité dépendant du gouvernement du Hamas de six bureaux d’ONG dans le territoire au cours des derniers jours.

    Dans un communiqué, le réseau des ONG a exprimé « sa grande inquiétude en raison de la fermeture par des organes de sécurité intérieure dépendant du gouvernement de Gaza de six ONG travaillant à Rafah (sud de la bande de Gaza) et la confiscation de leur équipement », précisant qu’il s’agissaitt notamment d’associations féminines.

    http://www.lefigaro.fr

  11. Fredo Répondre

    4 juin 2010 a 00:00

    Ce qu’il y a d’effrayant, c’est que cet homme, qui est le responsable d’Amnesty pour Israel si j’ai bien compris, devrait être un spécialiste reconnu du droit international. Or un étudiant en droit de première année en France, grâce à ses cours de relations internationales, devrait largement être en mesure de le contredire presque point par point…
    Voir l’article Wikipedia sur le terme de blocus, qui fait la différence entre « blocus » et « embargo », terme qui correspond d’ailleurs apparemment mieux à la situation de Gaza.

  12. Fredo Répondre

    4 juin 2010 a 00:08

    Ce qu’il y a d’effrayant, c’est que cet homme, qui est le responsable d’Amnesty pour Israel si j’ai bien compris, devrait être un spécialiste reconnu du droit international. Or un étudiant en droit de première année en France, grâce à ses cours de relations internationales et ses notions de droit maritime, devrait largement être en mesure de le contredire presque point par point…
    Voir l’article Wikipedia sur le terme de blocus, qui fait la différence entre « blocus » et « embargo », terme qui correspond d’ailleurs apparemment mieux à la situation de Gaza.

  13. mefaresh01 Répondre

    4 juin 2010 a 00:50

    Chers amis du site,
    Je cherche vainement quel crédit accorder à une bande de guignols ( pardon aux lyonnais!) qui s’agitent sur la planète et particulièrement au Proche-orient !!!
    Amnésie international a des rêves de grandeur! Mais il faut déchanter!
    Lorsqu’on s’embarque sur l’océan du DROIT, il vaut mieux ne pas partir sans
    biscuits (Merci au Capitaine HADDOCK!) !!!
    Or, après avoir lu 3 paragraphes de cet interview, tout-un-chacun comprend bien qu’on est là face à un verbiage sans consistance…
    Il serait bon qu’on remette ces hurluberlus dangereux à leur place!!
    Quand on passe son temps à accuser Israël de tous les maux il vaudrait mieux présenter des accusations étayées et non pas des « C’est leur faute quand-même, NA! »
    Quand on veut planer « au-dessus de la mélée » tel l’Ange du Seigneur, mieux vaut être quelque peu impartial, érudit, informé et serein…….
    Ce n’est pas le cas de ces ZOZOS.
    Evidemment, nous apprécions tous les clowns, heureux souvenirs de notre enfance, mais: Gaza n’est pas un cirque, Aniyeh n’est pas Monsieur LOYAL,
    et il n’y a pas de gradins pour les bambins!!!!
    Alors si AMNESIE INTERNATIONAL ne peut retrouver toujours sa mémoire elle devrait faire un effort pour retrouver un peu de BON SENS!!!!!!!!!!!!!

  14. ruben Répondre

    4 juin 2010 a 03:08

    Amnesty Contre l’interdiction du port du niqab
    http://www.ajib.fr/2010/05/amnesty-interdiction-niqab/

  15. jacqueline Répondre

    4 juin 2010 a 08:08

    Benoît XVI arrive à Chypre vendredi sur fond de fortes tensions régionales après un assaut meurtrier israélien contre une flottille d’aide pour Gaza et d’hostilité d’une partie de la communauté orthodoxe majoritaire dans cette île méditerranéenne.
    Il s’agit de la première visite d’un pape à Chypre, située aux portes du Proche-Orient, et la première de Benoît XVI dans un pays à majorité orthodoxe.

    « La violence ne résout pas les conflits mais aggrave leurs tragiques conséquences et engendre davantage de violence », a indiqué le pape mercredi, deux jours après le raid israélien qui a fait neuf morts. Mais cet assaut « n’influencera pas » le déroulement du voyage du pape, selon le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi.
    L’objectif officiel du voyage est la remise dimanche par Benoît XVI aux 12 membres du Conseil pré-synodal du document de travail pour le synode sur le Moyen-Orient en octobre au Vatican. Le texte qualifie notamment l’occupation israélienne d' »injustice politique imposée aux Palestiniens », selon des extraits dévoilés par l’agence italienne Ansa.
    Le voyage est aussi assombri par le meurtre violent jeudi du chef de l’Eglise catholique en Turquie, Mgr Luigi Padovese, qui était partie prenante du synode.
    Cette visite a été néanmoins critiquée par certains responsables de la communauté orthodoxe, qui ont été rappelés à l’ordre par le chef de l’Eglise orthodoxe chypriote, l’archevêque Chrysostomos II. Même si la contestation a été qualifiée de « marginale » par le père Lombardi, l’Eglise chypriote craint que certains groupes extrémistes orthodoxes ne se mobilisent contre la visite.
    Les scandales de pédophilie qui secouent l’Eglise catholique seront aussi présents à Chypre, où deux organisations ont demandé l’arrestation du pape pour avoir couvert des prêtres.
    Le souverain pontife est attendu vendredi après-midi dans la ville côtière de Paphos (sud-ouest), où il doit bénir un olivier qui doit être planté à l’aéroport et participer à une « célébration oecuménique » à l’église d’Agia Kyriaki Chrysopolitissa. Il sera samedi et dimanche à Nicosie où il célèbrera deux messes.
    Sur cette île aux multiples minorités, une rencontre avec des responsables musulmans est « possible », selon le père Lombardi. Les autorités chypriotes espèrent aussi que ce voyage focalisera de nouveau l’attention sur la division

  16. johnyukng Répondre

    4 juin 2010 a 16:58

    COMMENT POUVEZ VOUS DIRE AUTANT DE CONNERIE SUR VOTRE BLOG IL DOIT AVOIR UN ECOLE SPECIALE POUR VOUS ENTRAINÉ EN ISRAEL

    • Gally Répondre

      4 juin 2010 a 17:15

      J’adore cette manie de dire « vous dites des connerie (sans s) », mais bien évidemment de ne jamais dire lesquelles :lol:

      T’es conscient, mon con, que c’est par excellence le type de post qui nous sert ? Non ? Pas grave, continue, ça nous va très bien :lol:

  17. Yehoudi Répondre

    4 juin 2010 a 17:10

    hé oui connard

    surtout pour nous entraineR

    allez gicle !!

    Marco:

    « A aucun moment cet imbécile heureux, ne dit que le Hamas dirige Gaza, et que c est un mouvement terroristes !
     »

    Normal! l’ a oublié!!
    bon représentant de « Amnésie Internationale »

    putain! pourquoi on ne voit jamais les mouvements de ce type a Téhéran,Damas et autres paradis :lol:

  18. M.S. Répondre

    4 juin 2010 a 17:11

    IL EXISTE AUSSI DES LUNETTES POUR LES PERSONNES QUI ONT DES PROBLEMES DE VUE

    PS (ce qui ne veut pas dire parti socialiste) : pour vous « entraîner » et non « pour vous entrainé » : le verbe doit être à l’infinitif.

    Merci de votre attention … et bonne continuation de visite sur ce blog qui vous fascine tant :lol:

  19. Benjamin Répondre

    4 juin 2010 a 21:50

    Comme dis Cody : Méprisable , vendus des nazislamistes…c’est fou comment les intêret économiques peuvent faire baisser la culotte des gens…et la peur de l’arabo-musulman surtout…nous sommes revenu dans la dhimmitude flagrante

  20. Moshe Répondre

    6 juin 2010 a 12:42

    « c’est fou comment les intêret économiques peuvent faire baisser la culotte des gens…et la peur de l’arabo-musulman surtout…nous sommes revenu dans la dhimmitude flagrante  »

    T’as raison Benjamin mais faudrait pas qu’Israël le baisse au delà de ses genoux n’est-ce pas!? :@ :@ :@ :@ :@ :@ :@

  21. Moshe Répondre

    6 juin 2010 a 12:45

    « Evidemment, nous apprécions tous les clowns, heureux souvenirs de notre enfance, mais: Gaza n’est pas un cirque, Aniyeh n’est pas Monsieur LOYAL,
    et il n’y a pas de gradins pour les bambins!!!! »

    T’as tort s’il n’y a pas de gradins pour les bambins, gaza est bien une arène ou les gladiateurs du hamas et du fatah et autres mouvements terroristes s’affrontent avec acharnement pour savoir qui est l’occupant! mais tu as raison le cirque se trouve ailleurs : à l’échelle de la communauté internationale, n’est-il pas vrai!?

  22. Maurice 2 Répondre

    6 juin 2010 a 17:52

    Aujourd’hui journée de la croix rouge
    J’espère qu’aucun d’entre vous amis d’Israël n’avez donné un centime à cette organisation raciste car en plus maintenant ils vendent des Tees shirt avec une main rouge pour rappeler les « mains pleines de sang » des soldats Israéliens lors de l’abordage du marmara

    Ces crapulent ont oublié de quelle façons ils visitaient les camps de concentrations durant l’époque nazi * en fermant les yeux
    le refus de faire adhérer le Maguen David Adom comme le Croissant rouge durant cinquante ans pour finir par l’accepter après avoir changer le Maguen par un losange arguant que l’étoile était un signe religieux par contre pour cette organisation pourrie ni la croix ni le croissant ne l’étaient
    Enfin dernier exploit AUCUNE démarche pour tenter de visiter un militaire Israélien kidnappé depuis quatre ans et pourrissant dans une cave au secret

    Un centime donné à cette organisation par un Juif est une insulte faite à tous les Juifs qui ont souffert et qui souffrent encore

  23. Moshe Répondre

    6 juin 2010 a 21:00

    « Ces crapulent ont oublié de quelle façons ils visitaient les camps de concentrations durant l’époque nazi * en fermant les yeux »

    Oui Maurice il suffit de prolonger les extrémités des branches de la croix rouge pour qu’elle devienne une croix gammé rouge ensuite il suffit de la placer dans un cercle plein en fond blanc et le tout sur un fond noir pour qu’elle ressemble au symbole nazi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *