Attentat sur Poutine, mythe ou réalité ?

Publié le : 28 février 2012
Print Friendly

Il est encore trop tôt pour dire quelle est la crédibilité à donner aux informations d’un « complot d’assassinat » contre le Premier ministre russe Vladimir Poutine, mais il est assez clair que le Kremlin tente de profiter pleinement de l’effet d’annonce, une semaine jour pour jour avant l’élection présidentielle.

Tout d’abord, il y a le fait que Dmitry Peskov, le porte-parole de Poutine, a parlé de l’arrestation de « deux hommes après une explosion de leur appartement »; ajoutant que, « avec certitude, il s’agit d’un complot visant à tuer le premier ministre. »  Problème, l’information n’a pas été confirmé par le gouvernement ukrainien. Ensuite, il ya la confusion sur le moment où cette arrestation a effectivement eu lieu en janvier comme le dit le Kremlin, ou non ?

Channel One a déclaré que les suspects ont été arrêtés le 4 janvier, mais un communiqué publié par les services de sécurité ukrainiens ce mois-ci, qui ne fait aucune mention d’un complot d’assassinat contre Poutine, parle d’une arrestation le 4 février.

Et comme les experts de la Russie le disent à présent, les russes ont déjà entendu cette chanson auparavant. Une autre tentative de meurtre de Poutine a déjà été « déjoué » par les autorités de Moscou le jour de l’intronisation de Medvedev comme président en 2008.

Inscrivez-vous à la newletter de JSSNews

Selon les informations données le gouvernement russe, deux islamistes auraient été arrêtés en lien avec l’explosion d’une bombe, le 4 janvier, dans un appartement d’Odessa, dans le sud de l’Ukraine, dans laquelle une personne a été tuée. Le groupe serait arrivé des Emirats arabes unis via la Turquie et devait apprendre en Ukraine à préparer des bombes avant de se rendre à Moscou pour faire sauter des bâtiments et essayer d’assassiner Vladimir Poutine. Dans une déclaration filmée, l’un des deux présumés terroristes avoue : « Notre objectif était d’aller à Moscou et d’essayer d’assassiner Poutine. Nous pensions le faire après l’élection du président de la Russie. »

La nouvelle de cet attentat était connue en Ukraine depuis le début du mois de janvier. Ce n’est que ce lundi qu’elle a fait la une de l’actualité en Russie. Pour Frédérique Longuet-Marx, maître de conférence à l’université de Caen et spécialiste de l’islam et de l’identité nationale dans le Caucase, « il s’agit très clairement d’une manipulation électoraliste ». « Vladimir Poutine souhaiterait seulement avoir un score électoral un peu plus gonflé et joue sur la peur des Tchétchènes. »

Depuis plus de dix ans, Vladimir Poutine a en effet construit son image d’homme fort de la Russie autour de son combat acharné contre les terroristes tchétchènes. « C’est grâce aux attentats de 1999, montés de toutes pièces par les services spéciaux russes, que l’opinion publique s’est montrée prête à reprendre la guerre contre la Tchétchénie » [interrompue en 1996 par les accords de Khassaviourt], rappelle Frédérique Longuet-Marx. Aujourd’hui contesté par une part grandissante de la population, le premier ministre s’empresse de ressortir l’éventail du terrorisme tchétchène qui lui a tant réussi.

D’autres éléments paraissent douteux. L’identité des suspects, d’abord. « Osmaev est totalement inconnu au sein de la mouvance tchétchène, et [le patronyme] ‘Pianznie’ ne sonne absolument pas kazakh », explique Frédérique Longuet-Marx. Cette dernière s’étonne également de l’organisation des présumés terroristes : « Cela n’a pas de sens, pour un terroriste islamiste, de se réfugier en Ukraine. Les lois sont exactement les mêmes qu’en Russie. »

Déborah Coen – JSSNews
Apprenez l’hébreu en ligne avec les meilleurs enseignants d’Israël

 

Une Réponse à Attentat sur Poutine, mythe ou réalité ?

  1. bd Répondre

    28 février 2012 a 19:15

    c’est partout pareil,on joue sur la peur pour essayer de gagner des elections puisqu’ils ne proposent rien de concret sur le plan politique,economique et social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *