Coïncidence ? Israël marquait ce week-end les 20 ans de l’attaque contre l’ambassade de Buenos Aires

Publié le : 19 mars 2012
Print Friendly

Coïncidence ou non : alors que la France découvre avec horreur les images et les mots du massacre de Toulouse (« une jeune fille, prise par les cheveux, tuée à bout pourtant et de sang froid » selon la police), la communauté juive mondiale se remémorait ce week-end les terribles attentats contre la communauté juive de Buenos Aires (Argentine) perpétré il y a 20 ans, le 17 mars 1992.

Victime de l'attentat de Buenos Aires, 20 ans plus tard

 

Victime de l'attentat de Buenos Aires, 20 ans plus tard

Victime de l'attentat de Buenos Aires, 20 ans plus tard

Cette attaque anti-israélienne en Amérique du Sud constituait une tragique première. Une bombe avait alors détruit le complexe de l’ambassade ainsi qu’une école locale et une église, tuant 29 personnes et blessant près de 250 civils.

Deux ans plus tard, l’Argentine était une nouvelle fois la cible d’une attaque terroriste anti-juive. Le siège de l’organisation mutuelle juive AMIA en était la cible ; 85 personnes y perdirent la vie. Les longues enquêtes qui suivirent les deux attentats ne purent aboutir à des résultats clairs. Iran, Hezbollah ou djihad islamique, plusieurs pistes ont été explorées, mais la justice n’est jamais parvenue à définir les responsabilités.

Inscrivez-vous à la newletter de JSSNews

Le fait que ces 2 attaques se soient produites en Argentine s’explique avant tout par la très importante communauté juive du pays. En fait, celle-ci, estimée à plus de 200.000 personnes, est la plus importante d’Amérique du Sud.

Depuis les tragiques événements de 1992 et 1994, la plupart des institutions juives de Buenos Aires sont placées sous surveillance et disposent généralement de barrière de protection, empêchant à toute voiture de s’en approcher. A l’emplacement de l’ancienne Ambassade se trouve aujourd’hui une place du souvenir.

Dans ces affaires argentines, la justice estime avoir établi la responsabilité du Hezbollah et de l’Iran. Mais Téhéran a toujours rejeté l’accusation et les mandats d’arrêt internationaux lancés contre les suspects sont restés sans suite. En Argentine cependant, un grand nombre de ministres iraniens actuellement en poste sont interdits de territoires pour leurs participations soupçonnées à cet attentat d’il y a 20 ans.

Jeremyah Albert -JSSNews
Rejoignez JSSNews sur Facebook !

 

Une Réponse à Coïncidence ? Israël marquait ce week-end les 20 ans de l’attaque contre l’ambassade de Buenos Aires

  1. alain Répondre

    19 mars 2012 a 16:07

    je pense qu’il faudrait arreter avec certains prétextes,c’est un acte terroisme contre les juifs,point barre,certainement d’ordres donnés de l’extérieur du pays,et comme en europe il y a énormément de radicaux islamistes et racistes (c’est la meme chose),ils passent à l’acte,comme des chiens,ils obeissent..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *