Avec Israël en toile de fond, les génocidaires de Khartoum déclarent la guerre au Soudan du Sud

Publié le : 17 avril 2012
Print Friendly

Le Parlement soudanais a proclamé comme « ennemi » le gouvernement du Soudan du Sud après la prise de contrôle par ses troupes de la zone frontalière de Heglig, principal champ pétrolier du Soudan. Après le terrible génocide du Darfour pendant lequel le monde a laissé faire les islamistes faire 300.000 morts et 3 millions de déplacés, le Soudan du Sud promet déjà qu’il ne se laissera pas faire. Ce n’est pas pour rien que le meilleur ami du nouvel Etat du Soudan du Sud est… Israël, un exemple en matière de survie face aux dictatures islamistes.

Des soldats soudanais morts lors de la bataille de Heglig

« Le gouvernement du Soudan du Sud est un ennemi et tous les organismes d’Etat doivent le traiter selon ce principe », a déclaré le Parlement dans cette résolution. Après le vote, le président du Parlement, Ahmed Ibrahim El-Tahir, a appelé  l’assemblée à renverser le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), les ex-rebelles sudistes désormais au pouvoir au Soudan du Sud, indépendant depuis juillet 2011 à la suite d’une guerre civile dévastatrice (1983-2005).

La résolution, adoptée à l’unanimité par les députés à Khartoum, est intervenue au lendemain d’un bombardement aérien par les Soudanais d’un camp de Casques bleus en territoire sud-soudanais, faisant 10 morts et 14 blessés parmi les civils aux alentours du camp. Mais là encore la communauté internationale n’a pipé mot.

Inscrivez-vous à la newletter de JSSNews

A Juba, capitale du Soudan du Sud, le Ministre de l’Information Barnaba Marial Benjamin a jugé « regrettable » la résolution du Parlement. « Nous n’avons jamais été leur ennemi. Notre position est que nous ne les considérons pas comme notre ennemi ».

Les experts noteront que la stratégie diplomatique est la même que celle utilisée par Jérusalem. Une stratégie de bonne foi puisque le tout jeune Etat ne recherche que la prospérité et le développement.

Pendant ce temps, les islamistes de Khartoum font leur possible pour provoquer leurs voisins du sud. Le Parlement a réitéré son refus de reprendre quelque dialogue que ce soit avec le Sud-Soudan jusqu’à ce que Juba réponde à un certain nombre de conditions, dont le désengagement entre l’armée du sud et ses neuvième et dixième divisions dans les États du Kordofan Sud et du Nil Bleu, et l’expulsion des rebelles soudanais qui ont été recueillis par le gouvernement du Sud-Soudan.

Mais face à une Union Africaine aux mains des musulmans, le Soudan du Sud ne peut pas faire le poids, politiquement parlant. Reste donc à obtenir le soutien des Nations Libres, comme les Etats-Unis et Israël. Le fait que le Soudan du Sud soit chrétien pourrait être un avantage de taille dans cette recherche d’amitiés diplomatiques et militaires.

Les relations entre les nordistes à Khartoum et les sudistes à Juba sont tendues depuis la partition, les deux pays ne parvenant pas à régler les questions restées en suspens : tracé de la frontière, partage des revenus pétroliers, statut de la province frontalière d’Abyei. Tout semble pourtant clair puisque les accords de partition donne au sud les territoires qu’il contrôle actuellement, donc ceux riches en pétrole. Malheureusement, voleur et destructeur, le nord tente par tous les moyens d’obtenir une rente sur le brut, alors qu’il n’en n’est pas propriétaire.

De fait, la situation s’est encore envenimée quand l’armée sud-soudanaise a pris le contrôle le 10 avril de Heglig, qui renferme la moitié des réserves pétrolières du Soudan. « Comment avons nous pu perdre Heglig en quelques heures ? » a lancé Samia Habani, une député devant ses collègues. « C’est inacceptable. » Une telle prise est « rare dans l’histoire de l’armée soudanaise » et quelqu’un doit en être tenu pour responsable, a dit Alfa Hachem, député du Darfour.

Et si, une fois encore, Israël, meilleur conseiller militaire qui soit, avait aidé Juba a cette éclatante victoire ? Rien n’est impossible d’autant qu’elle ne peut que rappeler la fulgurante « guerre des 6 jours » sur les Nations islamiques. Le contrôle de cette zone est crucial pour l’économie soudanaise, qui a perdu environ 75% de sa production pétrolière et des milliards de dollars de recettes avec la sécession du Soudan du Sud. L’Etat Juif, menacé par le monde arabe, pourrait peut-être bientôt profiter d’un pétrole à bon marché, vendu par ses frères et amis du Soudan du Sud.

En attendant, le Soudan du Sud est toujours à la recherche de bâtiments pour ouvrir sa prochaine ambassade en Israël. Ce pays sera l’un des rares à ouvrir sa représentation diplomatique dans la capitale de l’Etat Juif : Jérusalem.

Jonathan-Simon Sellem – JSSNews
Rejoignez JSSNews sur Facebook !

 

6 Réponses à Avec Israël en toile de fond, les génocidaires de Khartoum déclarent la guerre au Soudan du Sud

  1. Histazim Répondre

    17 avril 2012 a 01:15

    Je me demande si à terme on n’aura pas un cercle Sud-Soudan, Ethiopie, Iran, Turquie et Israël au centre. L’encerclement des pays arabes par les pays non arabes. Si la révolution islamique passe, il pourrait en être question.

    • Arik Répondre

      17 avril 2012 a 07:46

      effectivement aujourd hui l iran et la turquie sont les meilleurs amis d Israel :lol:

  2. alain Répondre

    17 avril 2012 a 10:21

    reprenez l’Afrique que vous avez laissé aux assassins illétrés muzz…

  3. alain Répondre

    17 avril 2012 a 10:22

    ps:assassins-illétrés et muzz,que de pléonasmes..

  4. subliminalsong Répondre

    17 avril 2012 a 20:23

    le sud soudan faut le choyer comme un bijoux (ils vont avoir besoin d’armes, de médicaments, de conseillers techniques et militaires…) faut leur donner toute l’aide qu’il réclame…

  5. michel S. Répondre

    17 avril 2012 a 23:24

    Histazim: pour créer ce cercle « Sud Soudan », il faudrait d’abord éliminer du pouvoir iranien le fils du Führer et sa division SS.
    Je reste persuadé que même après quarante années de dictature nazie, le peuple et surtout sa jeunesse est resté profondément pro occidentale.
    En ce qui concerne la Turquie, la disparition de ce malade égocentrique
    facho-islamiste Erdogan et ses acolytes serait le bienvenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *