Malgré la paix avec l’Egypte, Israël ne peut compter que sur lui-même

Publié le : 23 avril 2012

L’effondrement de notre accord gazier avec l’Egypte nous amène à la conclusion douloureuse que nous sommes peu à peu de retour aux jours d’avant les Accords de Camp David. Nous n’en sommes pas encore là, Dieu merci, mais l’horizon est sombre. Péniblement, nous devons conclure, une fois de plus, que nous n’avons pas de vrais amis dans la région. Certainement pas des amis à long terme. Une fois de plus il nous est rappelé, cette fois dans la sphère économique, que nous n’avons que nous sur qui compter.

Il est loin le temps de la paix israélo-égyptienne

L’arrêt des livraisons du gaz égyptien vers Israël marque un triste jour. Elle érode ce qui reste du froid, glacial et et non réalisé traité de paix avec l’Egypte. Le Caire a reçu beaucoup en échange de cette paix, y compris la zone industrielle de qualification, où nous avons poussé l’Egypte à construire des ateliers de couture et des entreprises textiles, ce qui rend facile pour eux d’exporter des marchandises vers les États-Unis. En outre, la généreuse aide que l’armée égyptienne reçoit des Etats-Unis est un produit du traité de paix avec Israël. C’est grâce à nous que l’Égypte a par exemple une armée forte. Aujourd’hui, nous sommes au seuil d’une ère nouvelle, et la force énorme qu’a cette armée  est troublante.

Inscrivez-vous à la newsletter de JSSNews

La coupure de gaz de l’Egypte est encore une autre étape dans la dévaluation rampante du traité de paix israélo-égyptien. Ce dernier développement a tout à voir avec ce qui se passe dans la péninsule du Sinaï, qui est devenue une route pour infiltrés en provenance du Soudan et de l’Érythrée, un no man ‘s land de tribus bédouines armés, ainsi qu’un foyer du terrorisme.

Tous ces problèmes spécifiques sont un lourd fardeau sur nos deniers publics. L’affaiblissement de notre traité de paix avec l’Egypte nous coûte déjà un trésor en dépenses de sécurité. C’est de l’argent que le gouvernement pourrait facilement utiliser ailleurs, au lieu d’être «gaspillé» sur l’anarchie rampante de notre frontière égyptienne.

Nous aurions pu consacrer cet argent à des choses plus importantes, comme la réduction des écarts socio-économiques au sein d’Israël. Mais c’est le prix que nous devons payer pour notre situation malheureuse dans une région difficile avec des maisons abandonnées et des résidents instables.

Contrairement à notre réaction aux nombreuses explosions du gazoduc, cette fois, nous devons envoyer un message clair aux dirigeants du régime égyptien. Si nous ne faisons pas quelque chose à ce sujet, la pourriture va proliférer.

Avi Retschild – JSSNews
Rejoignez JSSNews sur Facebook !

 

Print Friendly

5 Réponses à Malgré la paix avec l’Egypte, Israël ne peut compter que sur lui-même

  1. méfaresh01 Répondre

    24 avril 2012 a 01:08

    Nous étions sans doute très nombreux au début des années 80 à regarder avec méfiance ces accords de Paix……

    En fait, tout ceci est mort en même temps qu’ Anouar El Sadate. L’homme qui avait osé poser le pied sur le sol d’Israël et s’adresser à la Knesset avait sans doute une vision du futur pour son pays, une vision constructive…..

    Hélas! La paix « froide » avait succédé aux espoirs suscités par El Sadate. Aujourd’hui, tout le monde comprend que les menées des islamistes ne visent qu’à rallumer la guerre avec Israël……

    On peut sérieusement s’interroger (une fois de plus!!) sur l’existence d’un plan concerté d’ annihilation d’ Israël. En revenant seulement 63 ans en arrière, il est facile de constater que les pays arabes et leurs « succursales » terroristes apprennent lentement mais surement de leurs échecs.

    Après la guerre plutôt improvisée, la guerre préparée avec l ‘aide du parrain de Moscou, la guerre technologique avec force missiles, la guerre larvée et la « paix », nous en sommes maintenant à la guerre multiface ….

    L’armée égyptienne est, par ses effectifs et ses matériels, une menace « classique » en soi. Mais il faut y ajouter 2 armées terroristes, l’une à Gaza l’autre au sud du Liban, aux armements nombreux et variés. La menace syrienne est toujours là, comme chaque jour depuis Mai 1948…Elle est devenue chimique et biologique entre temps….Et bien sur les nazis verts de Téhéran et leur bombe que la lâcheté des stupides dirigeants U.S. et européens ne stoppera pas…..

    Mais, chers amis, ne vous inquiétez pas !!! Lorsque la poussière des combats sera retombée on demandera bien sur : » Qui est responsable ??? »
    Mais nous avons déjà la réponse à cette question essentielle :

    ISRAEL !!!

  2. Ralph Levy Répondre

    24 avril 2012 a 08:35

    Signer des accords avec des pays non démcratiques n’a aucune valeur dans le temps,,,

  3. Laurent Répondre

    24 avril 2012 a 08:51

    Une réponse forte serait de crier haut et fort que l’Egypte met Israël en situation de pénurie de gaz. La conséquence directe étant l’impossibilité de fournir de l’énergie à Gaza. On coupe et on les laisse se démmerder entre « frères » musulmans. Est ce qu’Israël n’a pas le droit une fois de temps en temps de se comporter comme un pays normal ???

  4. eridan Répondre

    24 avril 2012 a 10:33

    Les salafistes et « frères musulmans » sont des copies sunnites des ayatollahs iraniens.

    J’espère que notre gouvernement n’est pas naïf et se prépare à l’interruption inévitable, à court ou moyen terme, de tous lien avec l’Égypte.

    On me rétorquera que l’Égypte a beaucoup perdre dans ce cas de figure: Je répondrais que ces extrémistes islamistes n’en on rien a cirer.
    Ils ne sont pas « raisonnables » dans le sens occidental de ce mot.

  5. trublion Répondre

    24 avril 2012 a 16:40

    Israel ne peut compter que sur lui même, c’est d’ailleurs toute sa chance, que nous vivons à notre époque, et sur Celui la haut Qui veille et ne dort point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *