La bataille de France – Par Emmanuel Navon

Publié le : 26 avril 2012

Le premier tour de l’élection présidentielle en France m’a rappelé mon passé: Nicolas Sarkozy était le maire de la commune où je vivais; Nicolas Dupont-Aignan (le candidat gaulliste) et Pierre Moscovici (le directeur de campagne de François Hollande) furent mes maîtres de conférence à Sciences-Po. Mais ces candidats ne me manquent pas et je m’estime heureux de ne plus vivre en France (et pas seulement parce que les cours de Dupont-Aignan et de Moscovici étaient à mourir d’ennui).  Car si Sarkozy est battu au second tour (comme les sondages le prévoient), la France ira à la faillite et l’Euro ne survivra sans doute pas.  Bien que j’ai été déçu par Sarkozy, et bien que j’ai perdu toute patience pour son style erratique, je le soutiens.

J’ai fermement critiqué Sarkozy après qu’il ait insulté mon Premier Ministre en novembre 2011 (« Sarkozy, c’est fini, » 9 novembre 2011).  Dans mon article, je raillais la politique étrangère de Sarkozy, je désavouais son attitude à l’égard d’Israël, et je lamentais l’écart entre ses demi-réformes économiques et la « rupture » qu’il avait promise avant son élection.  Je concluais ainsi: « Sarkozy a perdu le vote juif et sa défaite probable aux élections présidentielles sera bien méritée.  Sarkozy, c’est fini. »  Je souscris à chaque mot: Sarkozy ne mérite pas d’être réélu et je ne saurais m’en désoler au vu de son attitude à l’égard d’Israël ces deux dernières années.  Et pourtant, comparé à Hollande, Sarkozy est un moindre mal.  J’en appelle donc à voter pour lui.

Rejoignez JSSNews sur Facebook !

L’économie française est sur le point de partager le sort de celui de ses voisins du sud du fait de sa croissance faible, de sa dette insoutenable, et des inquiétudes justifiées des marchés financiers.  L’État français est le plus grand dépensier de l’OCDE: ses dépenses représentent 56% de son PIB, tandis que la moyenne des pays de l’OCDE est de 43%.  Comme ses voisins européens, la France a bâti un État providence généreux après la Seconde Guerre mondiale.  Mais la crise économique des années 1970 a fortement diminué la croissance et les revenus fiscaux qui finançaient  l’État providence européen.  Et la démographie européenne (augmentation de la durée de vie et diminution du taux de natalité) réduit inévitablement le nombre de contribuables tout en augmentant le nombre de retraités.  Ajoutez à cela la globalisation, qui permet aux capitaux et aux sociétés de migrer librement vers des pays plus accueillant fiscalement, et vous comprenez pourquoi le gouvernement français ne parvient pas à joindre les deux bouts et a besoin d’emprunter pour assurer ses dépenses.

Contrairement à ses voisins nordiques, la France n’a jamais adapté ses dépenses à sa démographie et à la globalisation.  Les réformes réussies de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne (dans les années 1980) et de Gerhard Schröder en Allemagne (dans les années 1990) n’ont jamais eu lieu et n’auront sans doute jamais lieu en France: les Français pensent dans leur majorité (comme l’indiquent systématiquement les sondages d’opinion) que le capitalisme est injuste, et ils semblent croire que les lois de l’économie ne s’appliquent pas à l’État.  Tandis qu’en Grande-Bretagne, en Irlande, au Portugal et en Espagne les électeurs ont choisi ces deux dernières années des partis et des dirigeants qui ont promis des réformes économiques douloureuses, les Français ont plébiscité le 22 avril dernier des candidats qui accusent la globalisation et les marchés financiers des problèmes économiques de la France, et qui n’ont promis aucune des réformes dont l’économie française a tant besoin.

Le fait que la France refuse de regarder la réalité économique en face a des conséquences.  La dette publique de la France constitue 90% de son PIB (un chiffre qui ne fait qu’augmenter et qui atteindra 100% en 2015 selon la Cour des Comptes).   Le budget de l’État est déficitaire depuis 1974.  La France a le plus grand déficit des comptes courants de la zone Euro en termes nominaux.  Les banques françaises sont sous-capitalisées.  La France souffre d’un taux de chômage structurel (10% contre 5,8% en Allemagne) entre autres parce que coût de l’emploi en France est trop élevé (un employeur français paie deux fois plus de charges sociales qu’un employeur allemand).

Jusqu’à la crise financière de 2008, la France pouvait vivre à crédit parce que, après tout, l’économie française a de nombreux atouts.  Mais les prêteurs, aujourd’hui, sont rares et exigeants, et donc la France pourrait bien partager le sort de la Grèce.

La France doit se réveiller avant qu’il ne soit trop tard, et les candidats à la Présidence doivent dirent la vérité aux électeurs.  Or ils font exactement le contraire –surtout François Hollande.

Le programme d’Hollande inclut l’augmentation des dépenses publiques (20 milliards d’Euros sur cinq ans), la remise en cause partielle de l’augmentation de l’âge de la retraite à 62 ans, un impôt sur le revenu de 75% pour les plus riches, et une augmentation de l’impôt sur la fortune.  Alors que l’État français a besoin de se mettre au régime d’urgence, Hollande veut l’engraisser.  Pis, Hollande veut renégocier l’acte  fiscal européen, un accord conclu à l’arrache-pied pour imposer une certaine discipline budgétaire au sein de la zone Euro.

La victoire d’Hollande entraînera donc une fuite des capitaux et des talents, ainsi qu’une déstabilisation de l’Euro.  Au lieu de s’attaquer aux déséquilibres structurels de l’économie française, Hollande mènera la France à la faillite et l’Euro à sa perte.

Les réformes économiques de Nicolas Sarkozy ont certes été bien minces pendant ses cinq années au pouvoir, mais un Sarkozy réélu n’aura plus à craindre la sanction de l’électorat et il prendra peut-être les mesures impopulaires et nécessaires pour sauver la France de la faillite.  Même s’il ne mérite pas le bénéfice du doute et même s’il ne  mérite pas d’être réélu, son remplacement par Hollande constituerait une catastrophe pour la France et pour l’Europe.  Pour cette raison, les Français doivent mettre de côté leur antipathie justifiée pour Sarkozy et le réélire.

Par Emmanuel Navon – JSSNews
Emmanuel Navon est Professeur de Relations Internationales à l’Université de Tel-Aviv est candidat du Likoud pour les prochaines législatives israéliennes.
Inscrivez-vous à la newsletter de JSSNews

 

Print Friendly

11 Réponses à La bataille de France – Par Emmanuel Navon

  1. gwynplaine Répondre

    27 avril 2012 a 02:12

    C’est aussi mon avis. La mort dans l’âme je voterai Sarkozy. N’ayant plus de raisons de nous trahir davantage, peut-être se décidera t’il à penser un peu plus à Marianne avant de penser à Nicolas?

    Mais si la situation internationale s’emballe, il est malheureusement plus probable que ce va t’en guerre velléitaire soit tenté de laisser un grand nom dans l’histoire. L’intendance n’aura qu’à suivre.

    Avec Hollande, hélas, probable futur dauphin, le grand plongeon vers le pays bas ne fait guère de doute..

    Le dernier n’aura pas à éteindre les lumières: faute de règlement, on nous aura coupé le courant bien avant…

  2. KESEM Répondre

    27 avril 2012 a 07:57

    Si tout va bien le petit se casse par la petite porte et c’est un soulagement

    • doudou34 Répondre

      27 avril 2012 a 20:44

      le petit se cassera peut être mais vous verrez que vous le regretterez quand Hollande nous aura mis dans une situation économique desastreuse (et ça c’est sur). Il arrive de nul part, n’a jamais été ministre mais a le culot de vouloir prendre la direction de la France…laissez moi rigoler..enfin non, c’est trop triste

  3. Giora Répondre

    27 avril 2012 a 08:57

    Merci Emmanuel Navon. Vous portez très bien votre nom.
    Ainsi, nous avons le choix entre la peste et le cholera !
    En Israël, nous voterons donc à nouveau Sarkozy car il faut voter et nous choisirons le moindre mal.
    Aux législatives, par contre, nous aurons la possibilité de lui montrer qu’il a eu tort de nous tromper et nous voterons pour le seul candidat digne de nous représenter à l’Assemblée Nationale et non pas pour sa « protégée et amie ».
    Hier, lors de la cérémonie de remise des Prix Israël, Yakov Ahimeir a fait un magnifique discours au nom de tous les récipiendaires.
    Il a expressément indiqué que le combat contre la delégitimation d’Israël était essentiel pour notre survie. Le seul qui le comprend et est capable d’affronter l’ennemi sur ce terrain, en France, se nomme Philippe Karsenty.
    Tous les autres candidats sont à la botte d’un parti. Quant à Gil Taieb, le seul autre candidat soi-disant « indépendant » il n’a aucune chance d’être l’élu de la 8e circonscription ! J’ai par ailleurs noté que Reshet bet de Kol Israël, qui l’a interviewé a indiqué qu’il n’était pas opposé à François Hollande !! Fallait l’entendre !

  4. zibi Répondre

    27 avril 2012 a 17:18

    Je crois que c’est la curée côté Sarko. On sent bien qu’il est cuit.Tout le monde le hait. Tout le monde, à nous juifs, nous hait, j’espère pas tous quand même. Il faut que le Très-Haut se réveille et nous vienne en aide, car, avec Hollande, même s’il a une bonne bouille, j’ai bien peur pour nous aussi.

  5. guitl Répondre

    27 avril 2012 a 17:34

    ce n’est pas pour Hollande qu’ils vont voter, Juifs compris, mais contre Sarkozy – « ils » éprouvent pour lui une telle haine, haine inexplicable, parce que Sarko n’a jamais manqué de paroles envers les Juifs de France dont il est l’ami le plus sincère – ses petits enfants sont juifs, la femme de son fils est juive. Même si un fils demande rarement à son père la permission d’épouser la femme qu’il aime, Sarko n’a pas renié ce fils.
    On lui reproche d’être bling bling, mais il n’est pas encore la caricature de « la vérité si je mens », alors ça va ; il faut savoir raison garder.Moi aussi je suis bling-bling ; j’ai une montre de la même marque que la sienne et je ne suis pas propriétaire de mon appartement. Et j’adore les jolis fringues, et je préfère manger chez Laurent qu’au Mac Do. Même si je n’en avais pas les moyens, j’adorais aller me promener chez St Laurent Rive Gauche, il n’est interdit de rêver. Et dans la vie, il faut espérer pour vouloir.
    La France souffrira certainement de l’élection de Hollande, dont le programme économique est un désastre – il va engager encore 60.000 fonctionnaires, alors que tout le monde sait que leurs privilèges ont aidé à ruiner la France.
    De plus, Hollande refuse de dire quelle sera la politique de la France vis à vis de l’immigration – or l’immigration est ce qui a fait avancer Marine Le Pen.
    Eh bien, ils savent ce qu’ils font, non? la jalousie étant un vilain défaut ils en paieront les conséquences, ce qui nous permettra au moins de ricaner.

  6. guitl Répondre

    27 avril 2012 a 17:36

    ZIBI, nous nous en tirerons toujours, comme les chats nous avons 7 vies.
    Un ami m’a dit que ce qu’ils haïssent chez Sarko ce sont ses 2 litres de sang juif.

  7. PEREZ Répondre

    27 avril 2012 a 18:06

    je suis egalement pour Sarkozy!! hollande certainement pas depuis que je l’ai apperçu avec le malade stéphane hessel l’anti israëlien en puissance !

  8. Kathleen Répondre

    27 avril 2012 a 20:44

    Moi aussi je vous rejoins là dessus…..il y a encore quelque temps je disais que je ne voterai pas pour Sarkozy et que je ne lui souhaitais pas la victoire…..hier soir j’ai écouté les deux candidats dans l’émission des « Paroles et des actes »…..Y’a pas photo, je ne vote pas pour la Droite ni pour la Gauche, je vote pour un programme, pour l’énergie, pour la combativité…..et aussi parce que le serpent à sonnettes Tariq Ramadan appelle à voter CONTRE et aussi parce que 700 imamas appellent à voter F.Hollande contre N.Sarkozy…il y a un proverbe juif qui dit ceci : « Demande un conseil à ton ennemi et fais le contraire »….j’aurai plutôt dit : « Ecoute ce que dit ton ennemi et fais le contraire »…..

    Shabbat Shalom à toutes et à tous…

  9. moshe, RAANANA Répondre

    28 avril 2012 a 21:08

    J’ai egalement eu Moscovici en cours « Economie Europeenne ». Ses cours sont vraiment moyens.

  10. moshe, RAANANA Répondre

    28 avril 2012 a 21:10

    La France aura le President qu’elle merite. Probablement Hollande avec Le PEN en embuscade pour dans 5 ans ! Et Hollande achevera la FRANCE deja mal au point

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *