L’évolution du vote juif en Europe

Publié le : 10 mai 2012

A Londres la semaine dernière, plus de juifs que jamais se sont mobilisés pour voter, non seulement en tant que londonien, mais aussi en tant que juif. Dimanche dernier, dans toute la France, le même schéma s’est répété. Dans le premier cas, c’était pour éviter l’élection de Ken Livingstone, un candidat ouvertement antisémite, dans l’autre c’était pour protéger l’intérêt des juifs de France et des israéliens.

Les statistiques sur les tendances de vote juif en Grande-Bretagne et en France sont difficiles à trouver. Les communautés dans les deux pays semblent avoir dérivé vers la droite au cours des dernières décennies. En Grande-Bretagne, le changement dans le vote juif a été moins prononcée, avec beaucoup de Juifs qui votent encore pour les travaillistes. Ce fut particulièrement le cas avec Tony Blair.

Margaret Thatcher était considérée comme judéophile, non pas en raison d’un soutien particulier pour Israël, mais pour son affinité entre ses valeurs méthodistes et les idéaux juifs de l’autonomie et du travail acharné. Des valeurs qui se reflétaient par la présence de nombreux juifs dans son cabinet. Mais même sous Thatcher, de nombreuses circonscriptions avec de grandes communautés juives sont restées travaillistes.

En France, la balançoire a été beaucoup plus drastique. Les juifs de France votent traditionnellement à gauche, principalement pour le Parti Socialiste… Et des fois le Parti Communiste. Enfin, c’était jusque dans les années 1980. Ces deux dernières décennies ont vu une inclinaison vers la droite jusqu’à ce clair changement de 2007. Malgré l’interdiction de faire des statistiques ethniques en France, selon l’IFOP, 45,7% des juifs ont voté pour Nicolas Sarkozy au premier tour des élections présidentielles 2007, par rapport à 31,1% de l’ensemble de la population.

Inscrivez-vous à la newsletter de JSSNews

Cette tendance reflète le changement politique démographique de la communauté française, qui est de plus en plus composée de Juifs qui ont émigré d’Afrique du Nord et dont la passion pour la droite sionisme n’est égalé que par leur méfiance à l’égard des communautés musulmanes qui, comme eux, ont traversé la Méditerranée. Sarkozy, en tant que Monsieur Sécurité, a très bien su joué de leurs craintes. Un petit nombre de Juifs est même allé plus loin vers la droite avec un vote extrémiste. L’estimation IFOP montre que 4.3% des juifs ont voté pour le FN. Selon certaines estimations, lors du premier tour des élections 2012, ils étaient près de 8.5% à voter ainsi (moins de 4% des électeurs français d’Israël).

S’il n’y a aucune certitude concernant le vote juif en France, on constate simplement que 82% des français d’Israël (principalement juifs) ont soutenu Sarkozy au premier tour de la présidentielle 2012, contre seulement 26% de la population française globale.

Mais alors que ces tendances nous donnent une idée de la façon dont le vote juif est en pleine évolution, le phénomène marquant de cette période de campagne électorale est de savoir comment les dirigeants communautaires des deux côtés de la Manche sont prêts à admettre ouvertement qu’il y a une préférence spécifique juive. Il n’y a pas si longtemps, admettre que les Juifs votaient de manière différente de leurs compatriotes auraient été un anathème dans les deux pays.

L’historien juif Geoffrey Alderman, a écrit un il y a quelques années dans le Guardian,comment en tant que jeune chercheur dans les années 1970, le Board of Deputies « m’a ordonné de cesser immédiatement mon enquête sur les habitudes du vote juif. Les juifs étaient considérés comme tous les autres citoyens – ni plus ni moins « .

Quel contraste entre l’approche d’il y a 40 ans et celle d’aujourd’hui. A Londres, le candidat travailliste, Ken Livingstone, n’a cessé de se focaliser contre les juifs pendant sa campagne. Ses remarques racistes et anti-sionistes ont rendus furieux les juifs. Dans le même temps, le conservateur Boris Johnson, maire sortant réélu, était considéré comme un héros lors de chacune de ses visites dans les quartiers juifs de Londres.

En France, le CRIF et son président Richard Prasquier ont malgré eux créés la controverse la semaine dernière, dans une tribune publiée dans le Haaretz. Il a averti d’une «forte augmentation des manifestations gauchistes et communistes, des manifestations anti-sionistes », si le candidat socialiste François Hollande – désormais élu- devait l’être. Hollande « a toujours été clairement amical » envers Israël, a écrit Prasquier, mais il y a d’autres « dirigeants socialistes qui ont des opinions négatives envers les politiques d’Israël» et «au-delà des socialistes, mais toujours dans le camp de Hollande, il y a les partis de gauche et les Verts qui expriment une profonde hostilité envers Israël et sont à la pointe de tous les combats anti-israéliens.  »

Prasquier a été cloué au pilori par des journalistes et des blogueurs qui l’accusaient d’abandonner la fière tradition d’alliance contre le racisme avec la gauche, et en ignorant la xénophobie sur le droit et la montée de Le Pen en faveur des intérêts de clocher. Mais le CRIF est resté, très justement, impénitent: «Nous savons que certaines des parties qui sont censés être des partenaires de la coalition en faveur de François Hollande ne sont pas les amis d’Israël», a t-il écrit plus tard. « Le Front de Gauche a déclaré voter pour François Hollande. Si François Hollande est élu président, je ne m’attends pas à l’extrême gauche au Ministère des Affaires Etrangères, mais si elle a plus de visibilité, il pourrait y avoir une augmentation des manifestations contre Israël dans la société publique et nous aurons à y faire face « .

La politique en Europe a changé. Sarkozy et Livingstone peuvent provenir des deux pôles opposés de l’échiquier politique, mais aucun d’eux n’hésite à jouer en faveur des minorités ethniques (juives pour Sarkozy, musulmanes pour Livingstone) en capitalisant sur leurs phobies. Les deux ont perdus. Mais ce style de politique politicienne par des candidats est désormais légitime. Les Juifs, avec d’autres groupes minoritaires, ont évolué en conséquence. Ils n’ont plus peur de s’affirmer comme des citoyens entièrement intégrés, mais en tant que Juifs. Il en va donc aujourd’hui ainsi lors des scrutins.

Pierre Filipo – JSSNews
Apprenez l’hébreu en ligne et gagnez 2 billets aller-retour pour Israël 

Print Friendly

16 Réponses à L’évolution du vote juif en Europe

  1. Gilles Répondre

    10 mai 2012 a 03:01

    Le vote Juif est presque identique au vote Catholique (mais ici pour les conceptions ethiques de la droite)…

  2. Elia Répondre

    10 mai 2012 a 09:08

    Quel est le poids du vote juif par rapport au vote musulman qui devient de plus en plus envahissant ?
    Bientôt on en parlera plus du vote juif tellement il sera de niveau négligeant.
    Les juifs en europe n’ont plus le poids qu’ils avaient avant.

  3. Douce France? Répondre

    10 mai 2012 a 09:11

    Le CRIF ne peut-il pas comprendre qu’en alléguant l’idée selon laquelle le vote des Juifs français est conditionné à l’attitude des candidats à l’égard d’Israel, il contribue à alimenter le soupçon de manque de loyauté des Juifs envers la France?
    Qui plus est, au nom de quelle représentativité le fait-il? Il est représentatif des institutions juives, pas des choix électoraux des membres de la communauté juive.
    Les drapeaux algériens, marocains et autres ont choqué beaucoup de Français qui y voyaient là un signe d’allégeance à d’autres pays que la France dont l’avenir était l’enjeu de ces élections.
    La position du CRIF a de quoi susciter la même réprobation.

  4. ELIOT Répondre

    10 mai 2012 a 09:32

    L

  5. ELIOT Répondre

    10 mai 2012 a 09:33

    Livingstone est le digne héritier d’A

  6. ELIOT Répondre

    10 mai 2012 a 09:37

    Livingstone est le digne héritier d’Andrew Mosley, le chef du microscopique parti anglais pro-nazi durant la seconde guerre mondiale. Pour la France, je peux vous dire que j’ai été viré de certains forums comme celui de « morandini » pour avoir critiqué la gauche sans avoir insulté quiconque. Quand on voit l’attitude du rottweiller qui sert d’épouse à Hollande qui à viré Julien Dray, Pierre Salviac le journaliste de France2 et d’RTL, on comprend que la dictature de type Corée du Nord a commencé en France. Hollande, le flamby n’est qu’un pion, c’est les gauchistes qui arrivent au pouvoir, rottweiller en est l’agent…

  7. david c Répondre

    10 mai 2012 a 11:23

    @ Mr Fili-pipo : Le titre de votre ‘oeuvre’ est beaucoup plus prometteur… que les quelques banalités que vous nous exposez !
    Je pense que nous sommes bien trop idéalistes et généreux pour avoir un jugement sûr en matière d’élections ici et… là !

  8. lévy Répondre

    10 mai 2012 a 11:34

    Sarkozy en voulant « capter » les voix du FN à distillé de la haine sur les Musulmans qui n’ont (pour l’instant) pas de lobby.
    Les Juifs jusqu’à présent n’avaient pas de vote communautaire.
    Nous sommes env. 500 000 contre 10 000 000 de musulmans qui s’uniront sous la pression.
    La majorité des musulmans Français vivent comme tout le monde, ils veulent travailler et vivre.
    Le discours de la droite et du Fn sent mauvais.
    JUIFS, sous l’affaire Dreyffus c’est la droite catho. et extrémiste qui ont cassé les vitrines du magasin de mon grand père.
    JUIFS, en 1942 mes grands parents ont été massacrés à Auschwitz par quels français ?
    JUIFS En 1948 Le Quai d’Orsay ne souhaitait pas la création d’un Etat juif et il voulait s’opposer au vote historique à l’ONU du 29 novembre 1947. Le ministre des Affaires étrangères, Georges Bidault, trouvait justifiés les arguments de son administration qui prônait la préservation des relations avec la Syrie et le Liban. Mais les pressions de Léon Blum feront basculer le vote de la France
    JUIFS La France annonce sa livraison de missiles antichars au Liban (c’est à dire au hezbollah)
    Dépêche de l’AFP,vendredi 17 décembre 2010
    J’arrête là…
    Dans les années 30 ,Les Juifs Allemands et Français « assimilés » « modernes »
    voyaient d’un mauvais oeil les réfugiés Juifs qui sortaient des ghettos.
    Demain en France et en Europe si on chasse les « arabes » Juifs ,méfier vous.
    D. nous préserve.

    • Bereshitim Répondre

      10 mai 2012 a 11:45

      Discours creux sur la bonne nature des musulmans et la demoniatisation perpetuelle de la droite . Cela se resume a vivre dans le passé (et pour vous une version erronée du passé) pour ne pas avoir a regarder le present et surtout l’avenir . Qu’est ce qui vous rend different de vos ancetres qui n’acceptaient pas de voir l’ennemi quand il etait a leur porte ? Et je ferais evidemment l’impasse sur ce raccourci qui consiste a assimiler les musulmans d’aujourd’hui avec les juifs d’hier .

      • Gilles Répondre

        10 mai 2012 a 22:30

        Absolument d’accord avec vous, Bereshitim ! Je n’ai rien à ajouter…

    • ELIOT Répondre

      11 mai 2012 a 07:17

      lévy vous venez de nous pondre un « chef d’oeuvre » de la « bien pensance » digne des années 1980 et du « touche pas à mon pote ». Tout cela est tellement caricatural jusqu’au nom « levy ». Dites moi « lévy » vous tentez de convaincre qui là? Parce que vous n’allez pas faire l’affront à un site sioniste d’imaginer une seconde que l’on pourrait gober tout ça quand même?

  9. Trumpeldor Répondre

    10 mai 2012 a 11:59

    « Nous sommes env. 500 000 contre 10 000 000 de musulmans qui s’uniront sous la pression. »

    Nous sommes très loin de ce chiffre de 500.000 …….
    A tout casser,Halakhiquement, 300.000 en voie d’extinction par assimilation.
    Evidemement,si l’on compte les descendants des mariages mixtes,nous sommes plusieurs millions mais la plupart des descendants n’en ont que faire de leurs ascendants « israelites » !

    • Michael Répondre

      10 mai 2012 a 14:37

      N’importe quoi. Il y a des etudes et des enquetes serieuses sur le sujet. 500,000 est l’estimation basse, 600,000 est plus probable. Il y a des tas de Juifs halakhiques dont tu ne t’attendrais pas a savoir qu’ils soient Juifs.

  10. ivr31 Répondre

    10 mai 2012 a 12:44

    et tant mieux pour eux :

    la moitié d’entre-eux serait directement soumise au racisme fanatique et sadique des religieux.

  11. GME Répondre

    10 mai 2012 a 16:36

    Le vote juif qui a eu lieu en France est logiquement le meme que celui des juifs francophones habitant en Israel, c’est-a-dire plus de 80% pour Sarkozy . Pas la peine de minimiser ce vote, pour rechercher les faveurs de ce nouveau gouvernement socialiste.

  12. Ben Répondre

    10 mai 2012 a 23:30

    De toute façon le vote juif en Europe est devenu à 80%, tout comme chez les musulmans, un vote communautariste qui défend sa chapelle avec en arrière-plan Israël, pour moi il a donc une signification nulle et non avenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *