Les derniers Juifs d’Ethiopie

Publié le : 12 mai 2012

Les images ont fait le tour du monde, il y a un peu plus de vingt ans.

Lors du plus grand pont aérien jamais réalisé, Israël faisait venir, en moins de 48 heures, près de 15.000 Juifs éthiopiens en Terre Promise. L’opération Salomon était la phase ultime d’un mouvement initié secrètement par l’Etat hébreu à partir des années 80 et dont le but était de rapatrier l’ensemble de cette communauté.

L’existence des Beta Israël (« maison d’Israël ») était pourtant connue bien avant cette période. Dès le XVIème siècle, des rabbins européens se sont prononcés sur l’appartenance au judaïsme d’un groupe dont l’origine reste à ce jour controversée. Pour certains, il s’agirait de lointains descendants de Ménélik 1er, premier roi d’Éthiopie et fils légendaire de la reine de Saba et du roi Salomon.

D’autres soutiennent qu’ils sont issus de la tribu biblique de Dan, mystérieusement disparue après la destruction du royaume d’Israël, au VIII ème siècle avant JC. Une théorie reprise en 1973 par le grand rabbin sépharade Ovadia Yossef, afin de justifier la filiation des Juifs éthiopiens avec les Hébreux de l’Ancien Testament.

Quand Israël décide de se pencher sur le sort des Beta Israël, ceux-ci subissent les conséquences désastreuses de la famine et de la guerre civile sous le régime dictatorial de Mengistu Haile Mariam. Pourchassés, persécutés, un certain nombre d’entre eux décide de fuir l’Ethiopie à pied et investit des camps de réfugiés au Soudan. Leurs conditions de vie, dans ce pays qui leur est hostile, sont déplorables. Israël va prendre en charge leur sauvetage. En 1985, lors de l’opération Moïse, 8.000 Ethiopiens sont ainsi transportés par avion vers Jérusalem.

Après l’opération Salomon, l’exode de ceux que les médias ont nommé les « Falashas » (mot amharique signifiant « étranger », « exilé ») était censé être achevé. L’histoire s’est toutefois révélé être plus complexe. Dès l’été 1991, des dizaines de milliers d’Éthiopiens ont quitté leurs villages et se sont rendus à Addis-Abeba, la capitale. Ils ont réclamé, à leur tour, le droit de s’installer en Israël.

Ces manifestants se sont dits Juifs, au même titre que les « Falashas ». Nombre d’entre eux étaient d’ailleurs les parents, les cousins ou les frères des émigrants des précédentes opérations. Mais contrairement aux « Falashas », qui ont conservé leurs traditions et leur foi juives, ces « Falash Muras » ont vécu comme Chrétiens pendant plusieurs générations. Convertis à la religion majoritaire du
pays – parfois de gré, souvent de force – les croix tatouées à la naissance sur leurs bras ou leur front sont les stigmates de ce passé.

Longtemps, Israël n’a pas souhaité pas reconnaître cette partie de la communauté Beta Israël et a opposé un refus catégorique à leur émigration.

Les autorités politiques ne voyaient en ces milliers d’Éthiopiens qu’un groupe opportuniste cherchant à profiter de l’appel d’air créé par le départ des « Falashas » pour fuir la misère. La position de l’Etat juif s’est néanmoins assoupli au fil des années, sous la pression conjuguée de leaders religieux, pour qui le judaïsme des « Falash Muras » ne fait aucun doute, et de groupes d’influence américains et israéliens. Dans les années 90 et 2000, les gouvernements vont ainsi ouvrir les vannes, à plusieurs reprises. Cependant, aucun des processus enclenchés, notamment celui de 2005 par l’administration Sharon, ne sera mené à son terme. Si les raisons invoquées varient, l’explication principale est la même : la crainte d’Israël de voir déferler un afflux massif d’immigrés économiques, qu’il lui serait impossible de gérer.

En novembre 2010, le gouvernement de Benjamin Netanyahou est parvenu à un accord avec les lobbies pro-Beta Israël. Il a été décidé que l’émigration des « Falash Muras » connaîtrait sa dernière étape. Une liste de 8.700 noms, établie pendant plusieurs années selon des critères draconiens, a été transmise à l’Agence Juive, l’organisme en charge de l’aliyah. Les candidats, habitant tous autour de la ville de Gondar dans le nord du pays, sont soumis à une série d’entretiens, qui doivent déterminer s’ils sont éligibles au départ.

Depuis janvier 2011, des familles quittent chaque semaine l’Éthiopie pour regagner la Terre Sainte. Cette aliyah reste cependant soumise à de nombreuses contraintes, qui continuent de créer de vifs débats. L’intégration de cette communauté au sein de la société israélienne, les difficultés économiques, le racisme dont elle est parfois l’objet, sont autant de sujets sensibles. Mais la richesse culturelle, historique et religieuse, dont les Beta Israël sont les dépositaires, est également vue comme un atout par une grande partie de la population.

Entre juin et novembre derniers, nous nous sommes rendus en Éthiopie, puis en Israël à la rencontre des « Falash Muras ». De ces voyages est né un livre, qui raconte, en textes et en images, l’histoire de ces derniers Juifs éthiopiens.

Benjamin Hoffman – JSSNews
JSSNews ne peut que recommander chaudement à ses lecteurs de se procurer ce fabuleux livre en cliquant ici. 

Print Friendly

19 Réponses à Les derniers Juifs d’Ethiopie

  1. Isaac Répondre

    12 mai 2012 a 01:25

    Il faut qu’ils viennent en Israel,c’est pas possible de les laissé la bas. Ils sont aussi juif que nous. Falachas je vous aime.

    • דוד Répondre

      12 mai 2012 a 08:38

      Shabat Shalom!
      -
      Un de mes chanteurs israéliens préférés s’appelle Idan Raichel (עידן רייכל ) – Pourquoi j’en parle ? Parce ce que son style de musique est un mélange et notamment de musique juive-éthiopienne – On n’aime ou on n’aime pas, personnellement j’adore… Un juif d’ici ou là, c’est d’abord un juif avec une incroyable ressource créative qui exprime la beauté de son âme…
      -
      http://www.youtube.com/watch?v=kmW2yAYhMmM
      http://www.youtube.com/watch?v=h_ChoT-AFkQ&feature=fvsr
      http://www.youtube.com/watch?v=Ucb2jwJ8Kp0&feature=related
      -
      Hope u to enjoy ^^

    • Yohanan Répondre

      12 mai 2012 a 13:16

      Ils sont aussi juif que nous.

      Alors vous êtes noir. :lol:

      Ils sont aussi juifs que le pape. Et même peut-être moins.

      Il y a des fois où je préfère en rire. C’est toujours mieux que de s’énerver.

      • Liam Répondre

        12 mai 2012 a 13:23

        Tu es qui pour te permettre de juger leur judaïté ?

        • Yohanan Répondre

          12 mai 2012 a 13:30

          Tu es qui pour te permettre d’affirmer qu’ils sont juifs ?

          • Liam

            12 mai 2012 a 21:14

            Mais moi je n’affirme rien mon ami :)

            Je constaterai juste que là où j’aurai pu te parler de mon observation personnelle de les voir avec kippa sur la tête dans les rues d’Israël, parlant hébreu avec leurs enfants quand les Français restent entre eux en bulle fermée (ainsi que les Russes, ceci dit), de les croiser nombreux de retour de la synagogue les Vendredi soir et Samedi matin… ainsi que du fait que les différents grands rabbins, bien mieux placer que toi pour savoir à quoi s’en tenir, toi tu n’as comme seul « argument » que « ils sont noirs »

            Réponse lamentable démontrant bien le raciste pitoyable que tu es :)
            Mais bon, je suppose que cela te rassure, parce que ton arbre généalogique n’est peut être pas aussi strict que ce que tu aurais désiré, et qu’il est facile de s’attaquer à des gens qui eux semblent porter leur différence de façon visible, contrairement à des Russes à qui ont fait beaucoup moins ce genre de remarque déplacée (tu ne l’aurais probablement pas faite, n’est ce pas ?) alors qu’à l’Oulpan je les voyais avec les croix autour du cou ? Mais c’est vrai, ils sont blancs eux, ça te dérangerait probablement moins que ta fille ramène un Russe ayant acheté son certificat de judaïté 200 roubles qu’un felasha dont la famille pratique le judaïsme, même si légèrement différement en raison de leur isolement, depuis des centaines d’années ?

            Juste lamentable…

          • Liam

            12 mai 2012 a 21:18

            PS : va relire le livre de Ruth, l’aïeul de David hamelekh, et disparaît avec le rouge au front, toi et ton « ils sont noirs », véritable injure à tous les enseignements de nos tsadikims. J’ai eu l’impression d’entendre un maghrébin là, eux dont les langues utilisent le même vocable pour « noir », « esclave » ou « nègre » tant leur racisme est institutionnalisé…

      • meller danielle Répondre

        12 mai 2012 a 20:55

        tu es raciste

  2. Daz Répondre

    12 mai 2012 a 13:35

    Ils ne sont ni descendants d’un mariage légendaire, ou de tribus pseudos disparues, la bible n’est pas un livre de vérités historiques.
    Ils sont juifs parce qu’un jour convertis par des juifs ayant émigré là bas, et c’est bien suffisant, inutile de vouloir toujours rattacher aux « Hébreux », d’un parce que si on part de ce postulat, un paquet de juifs dit « séfarades » ne seraient plus juifs…

    On ne descend pas en ligne droite de David, ça fait chier beaucoup, mais l’accepter n’est pas de trop.

    Le Peuple Juif n’est pas né d’un bloc monolithique, il est né par le Livre, alors oui des études génétiques ont montré un patrimoine en communs (surtout chez les ashkénazes, les plus conservés), mais bon beaucoup d’ADN « goy » en dehors de ça.
    Nous ne sommes pas une race, mais un peuple.

    • trublion Répondre

      12 mai 2012 a 14:40

      ça pue ashkenaze arrogant ce post. heureusement, ils sont peu nombreux.
      les valeurs universelles de notre peuple sont la solidarité et la fraternité.
      il y en a qui ont oublié ce qui s’est passé pendant le 2e guerre.

      • Daz Répondre

        12 mai 2012 a 16:17

        Eh bien c’est con, parce que je suis juif de parents kabyles et berbères d’Algérie, retente ta chance une prochaine fois peut-être?

        Et je ne vois pas ce que je dis d’arrogant, justement, je dis qu’il est inutile de quêter une sorte de « race » juive pure, comme le fond les rabbins etc…. en parlant des tribus etc….

        J’vais ptète ouvrir un stage de compréhension de texte intensif pour certains usagers du site, parce que ça commence à être bien lourd de devoir faire l’explication de texte à chaque fois.

    • Ben Répondre

      12 mai 2012 a 17:25

      Mon point de vue. Par mon observation que j’associe à des recoupements sur les grands flux migratoires antiques de l’histoire(ça fait plus trente ans que je fouine les bibliothèques pour remonter le temps afin de comprendre le puissant lien qui unit les juifs), je suis absolument persuadé que les juifs-éthiopiens sont issus à l’origine d’un groupe d’authentiques juifs(plus clairs) venu de Yémen, eux-mêmes déjà un peu dilués. La différence par rapport aux séfarades et ashkénazes restés relativement purs c’est que les éthiopiens se sont fortement dilués dans la population locale. Il faut aussi savoir que plus généralement les éthiopiens sont sur le plan « racial »(mot qui désigne des réceptacles génétiques mais au départ d’une même population) inclassables, ils sont en effet intermédiaire entre les caucasoïdes(blanc) et les négroïdes(noirs), ce qui prouve que cette région reçu un apport important d’immigrants blancs dont des juifs et des arabes.
      Les éthiopiens sont trop près des sources, du Proche-Orient et des grandes routes commerciales de l’antiquité pour que subitement une population noire décide d’adopter le judaïsme, à mon avis ça tient pas debout.

      Par-ailleurs la science moderne a prouvé que l’Éthiopie est le berceau de l’humanité, c’est en effet de là il y a 40milles ans que sont parti un groupe d’hommes qui donnèrent naissance à tous les peuples et races actuels du monde, en faite la véritable et plus ancienne genèse de l’humanité n’est pas le Caucase, mais bien l’Éthiopie.

  3. Jocelyne Choquette Répondre

    12 mai 2012 a 20:04

    Étrangement, mon père l’admirait beaucoup et l’appelait toujours « le roi des rois » :-))))))

    • Ben Répondre

      12 mai 2012 a 21:38

      Le mien aussi le connaissait, d’où ma connaissance de ce personnage; un petit fil d’or entre la Pologne et l’Éthiopie.

  4. meller danielle Répondre

    12 mai 2012 a 20:53

    chaques juifs doit pouvoir faire son alliah la plupart des juifs d origines ethiopiennes sont pieux et de toute facon une bonne partie des falashmura se reconvertissent sinon ils ne pourront faire leurs alliah .en attendant beaucoup de Russes n ont juif ont envahi le pays

  5. Benji Répondre

    12 mai 2012 a 21:25

    Tout au long de la bible le peuple hébraïque (ne disons pas seulement Juifs, terme qui vient clairement de Judée) s’est construit comme un arbe qu’on a greffé. Déja ce fût en Egypte qu’il se multiplia considerablement bien que les 12 tribus furent crées en Israël. On ne peut douter donc que dans ce pays il y eut des apports « etrangers ». Plus tard Moïse lui-meme a épousé une Noire et meme que cela a creé des remous et dieu lui-meme a fini par regler tout cela sans pitié (je veux dire ce racisme entre Juifs). Aujourd’hui, dans la fin des temps et comme toutes les propheties serieuses le disent, Les Juifs vont etre rassemblés de partout dans le monde pour remplir ce beau pays d’Israel. Qui dans ces temps de fin aura la couardise de dire « non il faut refuser ces gens, ils ne sont pas Juifs » ? Je veux dire que s’il est hors de doute que ce n’est pas une adoption recente mais bel et bien une longue tradition qui s’est peerpetuée parmi ces peuples perdus, comme les Bne Menaché par exemple, je me demande qui aurait l’ignomie et l’outrecuidance de rejeter son propre frère ?

    • Liam Répondre

      12 mai 2012 a 22:01

      J’oubliais la femme de Moshé, effectivement.

  6. meller danielle Répondre

    29 octobre 2012 a 15:49

    je me souviendrai toujours de cela c etait un shabbat et nous avons vu a la tele ce pont aerien מבצע שלומו היה ענקי Je n oublierai jamais ce shabbat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *