Les hydrocarbures israéliens seront le plus puissant des leviers diplomatiques

Publié le : 25 mai 2012

On ne sait comment lutter efficacement contre l’anti-israélisme. On n’a pas trouvé de riposte adéquate pour juguler la désinformation anti-israélienne.

On ne sait comment amener des non-Juifs à se reconnaître dans le sionisme, qui représente pourtant le droit fondamental d’auto-détermination du peuple juif à disposer librement de ses terres.

Mais on peut tenter un nouveau pari. Un pari qui se base sur le réalisme, le pragmatisme, sur la real-politique, et non sur un quelconque sentiment de compassion des non-Juifs envers le peuple juif et ses malheurs.

La plupart des états ne sont pas anti-israéliens par principe, mais par nécessité, on peut tenter le pari qu’enfin, grâce aux gisements gaziers Tamar et Léviathan, la real politique conduira ceux-ci vers une voie encore trop peu explorée, l’israélisme.

En effet, de nombreux états dans le monde aimeraient être en mesure d’appliquer une politique neutre envers le conflit arabo-israélien, ils ne sont ni pro-israéliens, ni anti-israéliens, ils sont juste pragmatiques.

Malheureusement, nécessité fait loi. Ce proverbe signifie qu’un besoin extrême peut justifier de passer outre les obligations conventionnelles. Il signifie que certaines actions, au vu des circonstances, sont inéluctables. En l’occurrence, les états en demande d’hydrocarbures laissent de côté leur devoir de réserve et de neutralité, au profit d’une politique pro-arabe unilatérale, et totalement arbitraire, parce qu’ils sont les otages des pétro-états. N’ayant pas le choix, ils font ce qu’on leur demande de faire, à savoir adopter le point de vue arabe dans toutes les grandes instances internationales, en échange de quoi ils sont ravitaillés. Aucun de ces états ne peut s’offrir le luxe de se sevrer, ne serait-ce que 24 heures, sans que son économie chancelle.

Concrètement, cela signifie que les dealers d’or noir veulent bien assurer l’approvisionnement de leurs drogués, tant que ceux-ci comprennent que leurs intérêts, sont en réalité les intérêts de leurs dealers.

L’intérêt de ces dealers, (et donc par ricochet, l’intérêt de leurs obligés), est de combattre Israël sur tous les fronts, qu’ils soient médiatiques, économiques, ou politiques, pour perpétuer aussi longtemps que possible la ridicule farce qui leur permet de se maintenir au pouvoir depuis des décennies en toute impunité.

Cette farce, parfaitement risible au demeurant, consiste à faire croire à leurs peuples, que « l’entité sioniste » est la cause de tous leurs malheurs, et que seule l’union sacrée pourra un jour venir à bout de l’état juif.

Israël peut offrir une alternative crédible à ces états qui sont en demande d’émancipation, le choix de traiter d’égal à égal avec un partenaire, plutôt qu’avec un dealer.

Tout le monde connaît la célèbre phrase prononcée par Golda Meir : « Laissez-moi vous dire ce que nous, Israéliens, avons contre Moise. Il nous a menés pendant 40 ans à travers le désert pour finalement nous installer dans le seul coin du Moyen Orient où il n’y a pas une goutte de pétrole ». On reconnaitra aux Israéliens cette grande qualité, ne jamais perdre leurs sens de l’humour, et de l’autodérision, quelles que soient les circonstances.

Il semblerait qu’en ce qui concerne cette insatiable appétence énergétique, les Israéliens soient enfin en mesure d’être comblés. Atteindre l’autosuffisance énergétique est, pour ce petit pays isolé au milieu d’un Moyen Orient riche en pétro-états, une impérieuse nécessité.

Quel regard portera le monde sur le minuscule état israélien, lorsque celui-ci fera son entrée dans « la cour des grands », en tant qu’état producteur/exportateur de gaz et de pétrole ?

Les récentes découvertes relatives aux gigantesques gisements de gaz, (ainsi qu’aux nappes de pétrole se situant en dessous du gaz), au large des côtes israéliennes, risquent d’apporter bien plus à l’état d’Israël que la dite indépendance énergétique tant convoitée.

En effet, au-delà de cette indépendance non négligeable, tant espérée de surcroit, se trouve un autre filon à exploiter, et non des moindres, un filon politique et stratégique, véritable levier contre l’anti-israélisme. Les nombreuses pressions que peuvent exercer les états producteurs/exportateurs d’hydrocarbures sur leurs clients en matière de politique étrangère, sont le plus puissant levier politique qui existe en ce bas monde. Il est donc sage, si l’on veut être à son tour en mesure d’exercer des pressions, au lieu de les subir, ou de faire retomber la pression, de se tenir du bon côté du manche. Or il est indéniable que les ressources naturelles qui composent le sous-sol d’un état lui offrent l’opportunité de défendre haut et fort ses intérêts.

Il existe, nolens volens, deux types d’états producteurs/exportateurs d’hydrocarbures, les états démocratiques, pour lesquels cette manne représente une bénédiction, et les états qui ne le sont pas, pour qui la manne pétrolière représente, paradoxalement, une malédiction.

En effet, si l’on effectue un bref retour vers le passé, dans les années 70, et qu’on s’attarde un peu sur le bilan de quelques états moyen-orientaux ou méditerranéens, en observant les nouveaux régimes arabes à travers le prisme occidental, on s’aperçoit que ces états ont été perçus par l’Occident comme des états séculiers, socialistes et progressistes. On pensait dans un premier temps que ces états se révéleraient à même de réaliser un processus de modernisation accéléré grâce à la rente pétrolière, et donc de rattraper rapidement leurs retard. On se félicitait alors des transformations sociétales qu’on croyait profondes. Par exemple en matière d’urbanisation accélérée, d’émancipation des femmes, d’augmentation du niveau de vie, ou de baisse de la mortalité.

Inscrivez-vous à la newsletter de JSSNews

Malheureusement, le même citoyen occidental aurait dû s’attarder sur les conséquences à long terme d’une sur-militarisation contagieuse de ces états dans une région politiquement sismique, du niveau effrayant de la corruption qui les gangrénait de l’intérieur, du ressentiment populaire qui grondait dans la rue, et du mécontentement des laissés pour compte du « miracle économique ».

Dans ce second cas de figure, la confiscation de la rente pétrolière par une fratrie de militaires belliqueux, ne souffrant d’aucune forme de contestation, aurait dû en toute logique, apparaître comme une série de coups d’état militaires, et un accaparement des ressources énergétiques nationales à des fins d’enrichissement personnels.

Pour le dire autrement, il n’existe pas de malédiction du pétrole et du gaz. Bien au contraire. Mais pour qu’un état, et par là même son peuple, bénéficie des extraordinaires privilèges que la nature lui a généreusement octroyés, il lui faut impérativement se comporter comme une authentique démocratie.

D’un coté, un état démocratique verra sa rente grossir quotidiennement. Il investira son épargne en fonction des jours mauvais qui surviendront immanquablement en temps de crise. Le peuple sera l’ultime récipiendaire d’un fonds d’investissements crée dans l’espoir de servir au mieux ses intérêts.

La justice sociale en sortira grandie, parce que ses citoyens profiteront de cette manne en toute transparence, sans créer pour autant une classe d’assistés qui troqueront leurs libertés fondamentales contre des avantages qui aliéneront tout bonnement leur potentiel contestataire.

L’intégrité et la transparence indispensable en matière de gestion des comptes publics seront la colonne vertébrale de l’équité entre tous les citoyens. On créera des services publics plus adaptés, plus d’écoles et d’hôpitaux, et des infrastructures dignes d’un état moderne au 21ème siècle.

Les états démocratiques qui prospèrent positivement grâce aux bénéfices de la rente pétrolière sont principalement les Etats-Unis, la Norvège, le Canada, ou encore le Mexique. (La situation du Mexique, en phase de devenir un narco-état, est certes particulièrement alarmante en ce qui concerne le trafic de drogues, le taux impressionnant d’homicides et d’enlèvements, et le niveau de corruption, cela étant dit, c’est pour l’heure toujours une démocratie).

D’un autre coté les peuples subissant la rente pétrolière comme une triste fatalité, sont ceux dont les indices de développement humain (l’I.D.H) sont les moins élevés. Dans ces pays, aux régimes autoritaires ou despotiques, on a troqué pour les peuples, en leur défaveur bien entendu, de très nombreuses prestations sociales, en contrepartie d’un silence assourdissant concernant les droits civiques, et les libertés fondamentales.

La redistribution des richesses y est quasi nulle, et ne sert que les intérêts d’une petite oligarchie, au détriment du plus grand nombre. Le niveau de corruption des classes dirigeantes y est impressionnant, le clientélisme est profondément ancré dans les mœurs, et le népotisme est un sport national, une épidémie en phase de devenir une pandémie.

Cela sans évoquer, bien entendu, les gigantesques richesses qui quittent ces pays chaque année pour s’installer dans des paradis fiscaux peu regardants, et les juteux contrats d’armements qui rapportent des fortunes à leurs dirigeants, ainsi qu’à de discrets intermédiaires, mais ne servent absolument pas comme il le faudrait les besoins réels de ces pays en matière de défense.

Les peuples qui se sont considérablement appauvris en termes de démocratie, en dépit du pétrole et du gaz, sont entre autres l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Koweït, l’Irak, l’Iran, le Qatar, le Bahreïn, la Russie, l’Algérie, la Lybie, l’Egypte, l’Azerbaïdjan, l’Angola, le Nigeria, ou encore le Venezuela.

Nous ne doutons pas que la démocratie israélienne saura vers quel modèle se tourner dans les années à venir.

Les états arabo-musulmans bénéficient de rendements financiers très importants, mais ils sont pratiquement pieds et poings liés à leurs industries d’hydrocarbures, dans la mesure où ils sont quasiment mono-exportateurs.

Ce n’est bien évidement pas le cas d’Israël qui possède de très nombreux atouts dans son jeu, une économie diversifiée, et qui vend des produits High Tech « made in Israël » à très haute valeur ajoutée. Israël tente d’ailleurs de se positionner comme un leader mondial en ce qui concerne les énergies renouvelables et les énergies vertes, et tente de révolutionner le marché des voitures électriques grâce au fondateur visionnaire du groupe Better Place, Shai Agassi.

La Russie a elle aussi des problèmes industriels importants. Elle s’en remet sans doute trop exclusivement à Gazprom pour espérer tirer réellement à long terme son épingle du jeu. Sa dépendance envers son industrie d’hydrocarbures est en train d’étouffer à petit feu toute velléité de créativité. La multinationale Gazprom est en train de muter en un redoutable cartel à l’échelle planétaire. Quid de toute autre forme d’industrialisation à grande échelle.

L’exceptionnel pouvoir de nuisance qu’exercent les pays arabo-musulmans au sein de l’arène internationale à l’encontre de l’état hébreu est, bien entendu, lié à 95% à leur pétrole et à leur gaz. Malheureusement, leurs colossales réserves n’étant pas prêtes de s’amenuiser, leur puissance est extraordinairement élevée. Surtout si l’on considère ce que serait le pouvoir de ces états sans leurs formidables réserves d’hydrocarbures.

Or la manne financière est une chose, mais le pouvoir de coercition qu’exercent certains états à l’encontre d’autres états, pour des raisons politiques, religieuses ou ethniques, en est une autre.

Dans le même ordre d’idées, on a vu de quoi était capable la Russie de Poutine lorsque, suite à un différend entre les deux partenaires en 2005, Gazprom posa un ultimatum à l’Ukraine en menaçant de lui couper le gaz, ne laissant passer que celui à destination de l’Europe. Il y a eu un nouveau différend en 2009 entre Gazprom et l’Ukraine concernant un défaut de paiement d’une partie des livraisons de 2008, à la suite de quoi Gazprom a réduit, puis stoppé net, les livraisons du gaz naturel envers ce pays. Le résultat fut que les pays membres de l’Union européenne reçurent moins de gaz naturel en provenance de Gazprom, celui-ci transitant en grande partie par l’Ukraine. Or le réseau traversant l’Ukraine est particulièrement stratégique pour l’UE, dans la mesure où le géant russe est son principal partenaire. L’UE est donc éminemment tributaire de l’approvisionnement gazier d’un partenaire fort capricieux, dont il est bon de savoir ménager les susceptibilités.

On voit, de ce fait, à quel point les pays occidentaux sont devenus les otages politiques de ces régimes. Ils sont dépendants d’alliances stratégiques avec des états aux méthodes souvent peu reluisantes, mais qui possèdent toutes les cartes en main pour exercer sur eux des pressions à nulles autres pareilles.

Il est donc plus que probable qu’enfin, après des décennies de chantage ininterrompu de la part des états arabo-musulmans et de leurs alliés russes ou vénézuéliens, les choses prennent une tournure toute autre. Tout au moins si les réserves israéliennes d’hydrocarbures se révèlent à la hauteur de leurs espérances.

Il est possible qu’Israël se libère progressivement de cette dépendance énergétique si trois critères au moins sont réunis.

Premièrement, si la Renault Fluence (100% électrique), et Better Place (les batteries électriques pour Renault Fluence), se démocratisent rapidement à travers le pays. L’étroitesse du territoire en fait le support parfait pour cette « expérimentation ».

Deuxièmement, si Israël joint l’autosuffisance énergétique à l’exportation de considérables quantités de gaz (et peut-être de pétrole).

Troisièmement, Si l’état juif crée un puissant fond d’investissements pour pallier aux coups durs, un fond comparable au fond pétrolier norvégien par exemple.

Qui sait si l’avenir, alors, ne pourrait pas se révéler en fin de compte beaucoup moins sombre qu’il n’y parait de prime abord.

L’esprit d’entreprenariat israélien, combiné avec la légendaire houtzpa des enfants du pays et de très grandes réserves d’hydrocarbures, pourrait peut-être changer bien des choses à l’avenir au Moyen Orient.

Les rapports de force entre les Israéliens et les nombreux états pétroliers arabo-musulmans pourraient alors s’inverser. Si tel ne devait pas être le cas, à défaut d’inverser la tendance, cette nouvelle conjecture pourrait tout au moins les placer sur un pied d’égalité énergétique.

Les hydrocarbures israéliens ne serviront pas seulement les intérêts économiques et militaires de la nation, Ils serviront aussi ses ambitions politiques, et ses intérêts diplomatiques.

Arnaud Israël – JSSNews
Rejoignez les 24.000 amis de JSSNews sur Facebook !

 

Articles liés
Le bassin de Shfela
Avec la deuxième plus grande réserve au monde, certains croient que c'est fort possible. Le plus amusant dans cette histoire et cette vieille blague juive qui n'a, aujourd'hui, plus aucun sens. « Permettez-moi de vous dire ...
Lire tout l'article
Crise israélo-géorgienne: l’affaire de corruption qui fait scandale
"La Géorgie est l'un des plus fidèles amis d'Israël. Les liens historiques entre nos deux pays existent depuis 2600 ans" a dit, en septembre dernier, l'ambassadeur de Géorgie en Israël. Et dans les ...
Lire tout l'article
Chypre et Israël renforcent leur coopération sécuritaire face à la Turquie
Chypre et Israël ont signé hier deux accords sur la coopération de défense et de l'échange d'informations classifiées. Deux accords "sensibles" qui ne devraient pas faire plaisir à la Turquie. Eliades Demetris Les accords ont été signés ...
Lire tout l'article
Affrontements aériens israélo-turc au-dessus de Chypre occupée ?
Un incident aérien coupable d'être un "casus belli" de plus aux yeux de la force occupante turque ? L'équipage à bord d'un navire d'exploration turc recherchant illégalement des poches de gaz près de l'ile de Chypre a affirmé ...
Lire tout l'article
France-Israël: ensemble pour l’énergie renouvelable
Un colloque intitulé « Regards croisés franco-israéliens sur l'énergie, l'environnement et le développement durable » s'est tenu à Jérusalem les 4 et 5 juillet dernier à l'Institut de Jérusalem pour les études israéliennes. Des experts, des industriels et ...
Lire tout l'article
Christofias et Netanyahu
Le Premier Ministre Benjamin Netanyahu aurait suggéré la création d'une présence militaire forte de 20.000 hommes à Chypre pour protéger les intérêts pétroliers et gaziers de l'île. C'est ce que pense savoir l'agence d'information turque ...
Lire tout l'article
Sous le gaz, le pétrole: Israël a t-il touché le super-jackpot avec Leviathan ?
«Le puits de pétrole le plus profond foré en 65 ans d'histoire d'Israël et peut être le plus important", écrit le site économique américain "Bloomberg" dans un article sur le nouveau forage de Léviathan, qui ...
Lire tout l'article
Haïfa va réduire de 75% sa pollution de l’air en deux ans
Israël vient de terminer la construction d'un nouveau pipeline de gaz naturel qui devrait, entre autre, permettre de réduire la pollution de l'air dans la baie de Haïfa d'au moins 75% en deux ans. Si l'Etat ...
Lire tout l'article
Après le pétrole, l’Union Européenne boycott le gaz naturel et les médias iraniens…
L’UE a renforcé ce lundi ses sanctions financières et commerciales contre l’Iran, en s’attaquant en particulier aux transactions financières et aux secteurs des télécoms et de l'énergie. Par ailleurs, un ministre iranien a été ajouté ...
Lire tout l'article
Scoop JSSNews : Frontières maritimes israélo-libanaises : à quoi joue Chypre ?
Scoop JSSNews : Le problème de la reconnaissance de la frontière maritime entre le Liban et Israël fait l’objet d’âpres négociations. En effet le Liban voudrait bien s’approprier une partie des champs gaziers découverts en ...
Lire tout l'article
Israël bientôt 2ème plus gros producteur de pétrole au monde ?
Crise israélo-géorgienne: l’affaire de corruption qui fait scandale
Chypre et Israël renforcent leur coopération sécuritaire face à la Turquie
Affrontements aériens israélo-turc au-dessus de Chypre occupée ?
France-Israël: ensemble pour l’énergie renouvelable
Selon la Turquie, Israël pourrait envoyer 20.000 soldats protéger Chypre
Sous le gaz, le pétrole: Israël a t-il touché le super-jackpot avec Leviathan ?
Haïfa va réduire de 75% sa pollution de l’air en deux ans
Après le pétrole, l’Union Européenne boycott le gaz naturel et les médias iraniens…
Scoop JSSNews : Frontières maritimes israélo-libanaises : à quoi joue Chypre ?

22 Réponses à Les hydrocarbures israéliens seront le plus puissant des leviers diplomatiques

  1. trublion Répondre

    25 mai 2012 a 16:14

    il faut être réalistes et avoir foi en notre sainte bible.
    nous sommes un peuple à part, et la seule façon pour nous de ne pas être à la merci des autres peuples, est de ne pas oublier l’alliance divine et qui nous sommes.
    c’est un mythe que de croire qu’un jour la paix sera possible pour les vivants, ça ne finit que le jour de notre mort. cette philosophie n’est pas réservée qu’aux juifs.
    c’est la condition de tous les humains : nous serons vivants malgré nous.
    l’anti judaïsme ne va pas disparaitre parce que les juifs vont avoir un état vendeur de pétrole.
    à mon sens, c’est l’inverse qui va se produire : encore plus de jalousie. ils diront (et ils disent déjà) qu’on leur vole leur bitrole.

  2. Alexandrom Répondre

    25 mai 2012 a 16:24

    A quelle date environ sont prévues les exportations de gaz et peut être de pétrole?

    • kalfa Répondre

      25 mai 2012 a 16:41

      J’ai lu ici : http://www.dreuz.info/2011/06/confirmation-israel-2e-plus-grosse-reserve-de-petrole-au-monde/

      que ce serait dans environ 8 ans … mais je ne sais pas la source est fiable.

      • Alexandrom Répondre

        25 mai 2012 a 16:48

        Merci pour le lien , j’ai regardé un peu sur le net aussi , certains évoquent courant 2017 .On a encore le temps donc .

      • IsraëlBelgium Répondre

        27 mai 2012 a 00:20

        Ce n’est pas tout à fait exact puisque les Etats-Unis par exemple ont de vastes gisements de schistes bitumeux : bien plus qu’Israël.
        Israël n’est je crois que le 3ème ou 4ème pays au monde vis à vis des réserves en petrole de schiste bitumeux et encore il y a nombre de pays ou il y a prospection à faire ! Néanmois, cela sera peut-être durant un temps le pays ayant la plus grosse réserve de pétrole au monde reconnue ! En, tout cas je l’espère …

    • Emil Répondre

      26 mai 2012 a 11:22

      En 2013…

  3. Yehoshua Répondre

    25 mai 2012 a 16:35

    En effet, ça serait super si Israël pouvait être auto-suffisant au niveau énergétique. Il deviendrait alors un pays très riche comparable à la Norvège.
    D’ailleurs en parlant de ça, actuellement, quel est le premier fournisseur de pétrole d’Israël ? l’Arabie Saoudite ?
    Par contre, je n’aurais pas cité l’Azerbaïdjan parmi les pays non démocrate. Ils sont modernes, laïques, et leur président est élu par le peuple.

  4. Armand Répondre

    25 mai 2012 a 17:05

    Avec toutes ces nouvelles les Juifs athées vont bien finir par croire en D. En 64 ans il nous a vraiment gâtés.

  5. guycirta Répondre

    25 mai 2012 a 18:34

    Les réserves d’hydrocarbures exploités depuis tant d’années par les arabes qui ont conduit les occidentaux à se coucher devant eux s’épuisent…
    Dans le même temps, les nouveaux gisements d’Israël attirent ces mêmes occidentaux qui se mettent à faire la danse du ventre pour charmer Israël…
    Voilà un scénario qui me ferait vraiment plaisir et remettrait les pendules à l’heure.

  6. Cygnus X Répondre

    25 mai 2012 a 19:05

    Le gaz, aussi importante soient les quantités est presque secondaire par rapport à ce qui se trame du coté de Shfela….

    http://www.iei-energy.com/shale_oil-natural_treasure.php

    Début des opérations fin 2012…..

  7. karamel Répondre

    25 mai 2012 a 19:25

    Soyons pragmatique il me semble que ce moyen risque d’être très efficace et aussi source de jalousie intense, mais c’est moyen de pression important malgré les antagonismes que cela va générer et les attaques probables. Mais je continue à dire que quoi qu’il en soit Israël doit le faire car il est maître chez lui et doit le faire savoir

  8. grimm Répondre

    25 mai 2012 a 22:36

    sur la carte,on voit qu’il y a une partie des reserves vers Gaza

    les pleurnicheuses vont encore se manifester

    • Frank Répondre

      26 mai 2012 a 14:35

      Ils ont déjà essayé avec Gaza. Les anglais ont suscité la 1ère intifada car Israël ne voulait pas leur donner le gaz.

  9. grimm Répondre

    25 mai 2012 a 22:39

    non , j’ai fait erreur.C’est seulement une zone de prospection future

  10. Gérard Pierre Répondre

    25 mai 2012 a 22:50

    N’oublions pas que l’une des conditions pour pouvoir exploiter calmement ces nouvelles ressources, c’est surtout la « neutralisation » du nucléaire iranien.

  11. Zuhurbelea Répondre

    26 mai 2012 a 09:46

    Shalom,

    Oui, la voiture électrique, dépolluer, la Paix, tout ça… C’est bien

    Aux USA ils ont voulu lancer l’électrique. Pas de ça ! Ils ont arrêté et les gens étaient mécontents, du coup : si on cesse la pétro-dépendance, plus de présence US, plus de présence des nations.

    Israël en électrauto, l’Arabie en électrauto, tout le monde roule sans mazout, et l’Iran va rester tranquillement au dodo alors que la Torah dit le contraire.

    Les USA aiment bien consulter les Textes avant de décider. Ils n’ont pas envie de se prendre de poussières radioactives dans les yeux, l’Arabie ne veut pas être exterminée, Israël ne veut pas être rasée, et je ne veux pas que les rares qui restent purs de violence (femmes, enfants) du côté de Gaza ou d’ailleurs soient pollués par une intrusion de gens qui pratiquent le mariage a durée déterminée – ça tient à peu de choses des fois…

    Pour l’instant, un lobby dont on n’a pas idée fera tout pour re-re-maintenir bloquée le commerce de l’électrique, tant que le problème Iran et le conflit interne Bet Abraham n’est pas résolu entièrement

    Après, ça ira

    Au moins deux générations, une éducation à la composition : composer, transiger, cohabiter et survivre

    Ou alors un miracle : le monde s’aperçoit de sa destruction imminente, tout le monde se repend, et Machiah arrive.
    Ou un miracle encore plus fort : un matin, les gens se réveillent conscients et apaisés, et les armes ne fonctionnent plus. Ca, on peut le faire. J’ai commencé

    Shalom

    • Zuhurbelea Répondre

      26 mai 2012 a 09:51

      (un -t à repent, non un d : la barre du -t empêche le glissement du noeud de corde :-) )

  12. Johnjohn Répondre

    26 mai 2012 a 13:03

    L electrique marche tres bien. Certaines voitures electriques sont plus puissantes que beaucoup de voitures a essence.
    Il est bien dit dans l article que ce qui fait d israel un lieu interessant c’est la taille du pays. La plupart des israeliens prennent leurs voitures pour faire moins de 150 km par jour.
    De plus l installation de borne de rechargement (un jour peut etre) sur chaque place de stationnement ou le changement rapide de batterie dans une station Energie, permettra d augmenter l autonomie des vehicules.

    Mais ca prend du temps car les lobby du petrole sont puissants et que les etats n osent pas prendre tel israel les devant et dire on doit se passer du petrole.
    Plus tot cela viendra. Plus tot l equilibre des pouvoirs se fera ressentir et la peut etre qu enfin on decouvrira qu israel ce n est pas seulement le conflit israelo arabe mais aussi un formidable reservoir de ressources naturels : innovation techniques, medicale, agrricole, informatique etc etc.

    Et esperons que le gaz et petrole israeliens permettra d ameliorer les services de la nation : hopitaux, écoles, universites gratuites pour tous.

  13. HADDAD Répondre

    26 mai 2012 a 18:37

    donc MOISE AVAIT VU JUSTE !!!!!SEULEMENT IL N AVAIT PAS VOULU TOUT DEVOILER,DONC CETTE TERRE EST DU lait , du miel et aussi du gaz et du petrole!!!! HADDAD BRESIL

  14. Serge Belley Répondre

    27 mai 2012 a 15:57

    Je ne veux pas être trop chauvin mais nous avons au Canada en Alberta le plus gros gisement de sable bitumineux au monde et aussi avons un tas de pays JALOUX de notre richesse et qui font tout ce qui est possible de faire pour nous EMPÊCHER de l’exploiter par le biais de puissants organismes quand ce n’est pas par des alliances de certains pays que je ne nommerai pas ici mais que tous connaissent. On ne nous fera pas chanter et nous ne nous laisserons pas faire.

    • Zuhurbelea Répondre

      27 mai 2012 a 18:57

      Bonjour, Serge, ou shalom, je ne sais pas.

      Dites-moi : avez-vous des documents, articles, infos, sur cette affaire ? Ca sent bon les magouilles en haut lieu, j’aime bien.

      Merci d’avance :-D

      A bientôt

  15. Sala Répondre

    27 mai 2012 a 16:56

    Bienvenus à Israél dans le groupe des pétroliers? Mais dire que ces découvertes font de lui un gros manoeuvriers en diplomatie c’est vraix et non? Israél sans hydrocarbures barburent bien mais avec des gisements avérés c’est un plus positif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *