Grand entretien avec Richard Prasquier : « ne pas mettre dans le même sac islamophobie et antisémitisme »

Publié le : 8 juillet 2012

Entre l’arrivée du nouveau gouvernement français, une vague d’antisémitisme d’envergure qui dure depuis le mois de mars et des élections au CRIF qui approchent, le Président de cette organisation, Richard Prasquier, a accepté de répondre à nos questions. Entre justesse d’analyse et discours sans langue de bois, il a profité de cette tribune pour remettre quelques points sur les « i ».

JSSNews : Richard Prasquier, vous avez rencontré, jeudi 5 juillet en fin d’après-midi, le Président français François Hollande. Que vous-êtes vous dit pendant ce rendez-vous ?
Richard Prasquier (RP): Je lui ai fait part de notre inquiétude – le terme est faible – à la suite de l’explosion des actes antisémites qui sont survenus après l’attentat de Toulouse (ndlr : Mohamed Merah), et dont les derniers événements sont ceux de Villeurbanne et du train Toulouse-Lyon. Comme cet événement est survenu le jour de notre entretien, nous en avons évidemment beaucoup parlé. A cet effet, François Hollande avait fait venir tout exprès le ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

JSSNews : Est-ce que des promesses ont été faites ou des actions mises en œuvre par François Hollande et son gouvernement ?
RP : Vous comprenez bien qu’avez des événements aussi complexes et qui durent depuis aussi longtemps, ce n’est pas un claquement de doigts qui va changer la situation. Ce qui va changer les choses, c’est une sérieuse prise de conscience de ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux et un refus de complaisance de ces actes, de ses auteurs et de l’idéologie qui les anime. Là, je crois que nous pouvons avoir tout à fait confiance dans cette prise de conscience de la part du Président de la République et du ministre de l’Intérieur.

« SI CETTE PRISE DE CONSCIENCE NE SE FAIT PAS, LES CONSÉQUENCES SUR LA PÉRENNITÉ DE LA COMMUNAUTÉ JUIVE DE FRANCE SERONT TRÈS IMPORTANTES… »

JSSNews : Quelles sont les pistes à explorer ?
RP : Il y a de nombreuses pistes à exploiter et l’éducation est un point central de ces priorités. C’est un travail de longue haleine.

Ceci dit, le versant répression n’est pas suffisant mais est indispensable, le versant éducation est à long terme, le versant prise de conscience – par la communauté nationale toute entière, je parle aussi bien des médias – est extrêmement important.

JSSNews : A quel point estimez-vous les médias coupables de cet antisémitisme ?
RP : Je n’ai pas utilisé le mot coupable, je dis simplement que, lorsque je vois le dossier publié par le Nouvel Observateur jeudi 5 juillet, c’est un dossier qui tranche fondamentalement avec tout ce que nous avions l’habitude de voir. C’est un dossier qui pose les problèmes et je rends hommage aux journalistes qui ont effectué ce dossier. Pour la première fois les choses ont été dites.

Le témoignage du professeur d’histoire-géographie dans une zone sensible, Yannis Roder, est tout à fait éclairant. Cela fait des années qu’il tire la sonnette d’alarme et j’espère que cette fois-ci, ce sera entendu !

Inscrivez-vous à la newletter de JSSNews

JSSNews : Pensez-vous que les médias, à travers de mauvaises informations, des insinuations, une certaine désinformation parfois, sont également coupables de ce qui se passe en France ? Pensez-vous qu’ils peuvent comprendre et accepter leur part d’erreur ?
RP : Je préfère ne pas utiliser le terme de coupable ou non-coupable qui ne fait qu’aggraver, par rejet, la situation. J’aimerais me concentrer sur la « prise de conscience ». Si cette dernière ne se fait pas, les conséquences sur la pérennité de la vie juive en France seront très importantes.

« IL N’Y A JAMAIS EU D’ATTAQUE (JUIVE) CONTRE LES MOSQUEES : CELA NE VA QUE DANS UN SEUL SENS »

JSSNews : Vous aviez déclaré à JSSNews la semaine dernière, et vous avez été repris par Jonathan Hayoun de l’UEJF, vouloir faire de l’antisémitisme une « grande cause nationale ». Avez-vous fait cette proposition au Président François Hollande ?
RP : Oui, nous en avons parlé. Il y a déjà un comité interministériel sur l’antisémitisme qui a été mis en place il y a quelques années mais qui n’a jamais effectivement fonctionné. Il pourrait aujourd’hui être le lieu d’élaboration des projets qui permettront de mieux s’organiser contre le développement de ce fléau dont nous savons qu’il est devenu de plus en plus important chez certains jeunes appartenant à la communauté arabo-musulmane en France.

C’est un travail qui doit être fait dans le cadre des pouvoirs publics et il est hors de question que les faits survenus récemment soient considérés comme des conflits inter-communautaires comme certains voudraient nous le faire croire.

Lorsque Mme Benbassa dit que « d’un côte il y a des musulmans qui n’aiment pas les juifs et que je l’autre côté il y a des juifs qui n’aiment pas les musulmans », elle est tout à fait à côté de la plaque. Il n’y a jamais eu d’attaque contre les mosquées et de violence (ndlr : par des juifs) : cela se passe toujours dans un seul sens. Il faut en être conscient !

Je suis là à constamment répéter qu’il ne faut pas installer d’islamophobie mais je ne mets sûrement pas l’islamophobie et l’antisémitisme dans le même camp : ce sont deux choses complètement différentes. C’est là justement tout le problème, traiter les choses pour ce qu’elles sont et de non pas les idéologiser.

JSSNews : Il y a de ce côté, selon de nombreux observateurs, un souci majeur : on dit que la vaste majorité des musulmans n’ont rien contre les juifs mais on ne les entend jamais ! Ne pensez-vous pas que la communauté musulmane devrait en prendre conscience ?
RP : Ce sont des choses dont nous parlons avec les responsables musulmans et il y a là beaucoup de réflexion à avoir. Le problème est aussi de savoir qui et quoi influence les jeunes qui sont sur cette voie de radicalisation. Et ce n’est pas une question à réponse facile. Ainsi, il n’est pas dit que les paroles de tel ou tel responsable musulman auront une influence, même s’il est important que nous entendions ces paroles.

JSSNews : Vous aviez, pendant la campagne électorale, apporté votre soutien à Nicolas Sarkozy avant de…
RP : (coupe) Je ne vais pas reprendre sur ce sujet que je considère comme clos. Je n’ai pas apporté mon soutien à qui que ce soit, je l’ai répété à multiples reprises et je vous invite à lire mon article (ndlr : paru dans le Haaretz, d’où est partie la polémique). J’ai simplement dit mon souci, dans un gouvernement qui ferait suite à l’élection de François Hollande, de l’arrivée possible dans le gouvernement des gens de l’extrême gauche et des Verts, qui se sont toujours trouvés en tête de la lutte contre Israël. Heureusement, je constate que ce n’est pas le cas.

JSSNews : Justement, quelle est aujourd’hui votre opinion sur les premiers pas du gouvernement Hollande, tant sur le traitement de l’antisémitisme que sur ce qui se passe au Proche-Orient.
RP : Sur l’antisémitisme, nous avons eu des discours extrêmement clairs et fermes et sur lesquels il n’y a rien à redire.
Tout de suite après l’élection, le discours de Manuel Valls au dîner du CRIF de Marseille a été d’une remarquable clarté : il a dit des choses que nous n’avions pas été habitués à entendre et tout ce que je vois aujourd’hui est sur la même ligne.

François Hollande a été très empathique et à l’écoute de ce que je lui disais, et je n’ai aucun doute sur sa volonté d’éradiquer l’antisémitisme. Simplement, il ne faut pas croire que c’est quelque chose de facile : le gouvernement précédent n’avait également aucune intention de développer cet antisémitisme, bien loin de là ! Il y a des pesanteurs au sein de notre société et il faut les affronter.

JSSNews : Et à propos de la politique extérieure de la France : comment évoluent les choses depuis l’arrivée de Laurent Fabius au Quai d’Orsay ?
RP : Depuis l’arrivée du gouvernement socialiste, dans les grandes lignes nous n’avons pas vu de changement essentiel. Laurent Fabius s’est exprimé à plusieurs reprises dans l’intention de poser la solidité et la fermeté de la position française vis-à-vis de l’Iran, un sujet essentiel. Nous attendons à présent de voir la lucidité des positions françaises à propos de ce que l’on appelle le « printemps arabe ».
D’autres éléments ont suscité l’émotion, comme lors de la prise de position de la France lors du récent vote à l’UNESCO sur la Basilique de la Nativité de Bethléem. Il ne s’agit pas là d’un bouleversement politique majeur mais il faut y être attentif parce que tout ce qui est actuellement en train de se mijoter, visant à lutter contre la légitimité ou la légalité – comme le disent certains – de l’Etat d’Israël a des répercussions sur ce qui se passe en France.

Mais dans une certaine mesure, la situation de l’antisémitisme en France est en train de se déconnecter de ce qui se passe au Proche-Orient. L’antisémitisme s’est autonomisé, organisé, ce qui est un élément de gravité supplémentaire.

« QU’UN SEUL OBJECTIF : RENFORCER LA COMMUNAUTÉ JUIVE DE FRANCE ET SOUTENIR CLAIREMENT ISRAËL »

JSSNews : Dans moins d’un an, il y a aura des élections au CRIF. Vous avez personnellement été attaqué lourdement par Serge Hajdenberg, dans ses éditos radio, pendant deux semaines consécutives. Il s’en prenait à votre bilan et à vos relations avec d’autres responsables communautaires, des relations tumultueuses selon lui. Qu’avez-vous à lui répondre ?
RP : L’assemblée générale du CRIF a voté une motion de soutien envers moi. Je n’ai pas les chiffres exacts en tête mais plus de 80 voix ont voté pour mon soutien, il y a eu deux ou trois abstentions et Serge Hajdenberg est le seul à avoir voté contre. Cet homme est isolé. Il représente lui-même et une espèce de condensé de haine qui lui appartient, et dont les motifs ne m’appartiennent pas mais qui sont d’une très grande profondeur. C’est un très grand acharnement. Tout ce qu’il dit ce sont des mensonges. Cette histoire est complètement derrière moi. Je pense que Serge Hajdenberg s’est, choisissez le terme entre « ridiculisé » et « déshonoré ».

Je suis heureux du soutien que j’ai obtenu et je continuerai de mener à bien ma tâche en compagnie de tous ceux qui travaillent au sein du CRIF, ou aux côtés du CRIF, et qui n’ont qu’un seul objectif : le renforcement de la communauté juive de France et le soutien clair à Israël. Ce sera mon travail jusqu’au dernier jour de mon mandat et je suis certain que mon successeur reprendra mon travail dans la même voie.

JSSNews : Malheureusement pour les juifs de France, vous ne pourrez d’ailleurs pas vous représenter pour un troisième mandat…
RP : (coupe / rires) Je vous remercie de votre commentaire qui ne représente pas celui de mon épouse !

JSSNews : A n’en pas douter… Mais dites-moi, quelles sont les qualités que devra avoir le prochain Président du CRIF ? Quels sont les outils dont il aura besoin pour réussir son mandat ?
RP : Cela m’est très difficile à dire car je ne veux pas m’utiliser comme exemple ; j’ai mes qualités et mes défauts et celui qui viendra après moi n’aura peut-être pas toutes mes qualités et tous mes défauts. Chacun impulse sa propre personnalité.

Il faut évidemment connaître la communauté, c’est un travail du quotidien qui ne laisse pas la place à autre chose – cela demande une disponibilité extrêmement importante et un attachement sans faille à la cause qui nous relie tous. Il faut aussi une volonté et une capacité à intervenir au sein de la société civile et politique française, la France étant notre pays !

Propos recueillis par Jonathan-Simon Sellem – le 8/7/2012 – JSSNews
Rejoignez les 24.000 amis de JSSNews sur Facebook ! 

Articles liés
Richard Prasquier: «Etre complaisant vis-à-vis de l’islam radical, c’est être complaisant vis-à-vis du nazisme»
Depuis le démantèlement d'une cellule islamiste radicale samedi, l'exécutif se tient mobilisé pour tenir les Français «conscients» de la menace terroriste en France. Dimanche midi, François Hollande a promis que l'État allait «renforcer encore les ...
Lire tout l'article
Nicolas Sarkozy au CRIF : « Israël est un miracle ! »
C’est l’un des rendez-vous les plus courus des politiques. Pour son dîner annuel de mercredi, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) recevait tout le gratin politique au pavillon d’Armenonville, au bois de ...
Lire tout l'article
Richard Prasquier à la Convention nationale: «L’année 2012 a révélé une inquiétante tendance»
Le CRIF a tenu, dimanche 13 janvier 2013, à l’espace de conférences Cap 15 à Paris sa Convention nationale autour du thème de la lutte contre l’antisémitisme. En 2011, plus de 1200 personnes s’étaient réunies ...
Lire tout l'article
Gil Taîeb
C'est accompagné d'une grande partie de son équipe de campagne, que Gil Taïeb arrive au rendez-vous que nous nous étions fixés, dimanche 12 juin 2011 à Tel-Aviv. En visite officielle dans la région, Gil Taïeb ...
Lire tout l'article
L’austérité, les otages et le Jihad…
Indécrottables, ils sont vraiment indécrottables, on pensait que Manu la menace allait remettre de l’ordre… Que nenni, à peine de légères mesures sont annoncées qu’il y a déjà un groupe de députés socialistes qui affirme ne ...
Lire tout l'article
François Hollande, Philippe Bilger et Christiane Taubira : le blognadel
Est-il permis d’être encore candide, en des temps où les cyniques passent pour intelligents? Parmi les qualités qu’on donnait encore sans barguigner à notre président si contesté, demeurait l’habileté. C’est ainsi que l’on interprète la nomination ...
Lire tout l'article
Interview de Richard Prasquier, en campagne pour devenir président du Congrès Juif Européen
L'actuel président du Conseil Représentatif des Institutions juives de France (Crif) est un homme clef de la vie juive française depuis plusieurs années. Et en plus d'être très présent sur la scène internationale en ce ...
Lire tout l'article
"On mange des bites tout le temps et on ne peut pas s'arrêter" est le type d'article que l'on a pu retrouver sur le site du CRIF
Ceux qui ont vu la vidéo dans laquelle Stéphane Hessel tente de cogner deux militants antiracistes se souviendront des deux jeunes en question : Yohann Taïeb et Jonathan Curiel (et pour ceux qui ne l'auraient ...
Lire tout l'article
466 actes antisémites en France en 2010
Le SPCJ publie ce jeudi 27 janvier 2011, Journée internationale de commémoration des victimes de l'Holocauste, les chiffres des actes antisémites commis sur le territoire national durant l'année 2010. Le rapport annuel ...
Lire tout l'article
Les 50 milliards du gouvernement Hollande…
Manuel Valls a détaillé hier son plan de 50 milliards d’euros d’économies prévues entre entre 2015 et 2017. D’après le plan de rigueur prévu par Manuel Valls, l’ Etat devra effectuer 18 milliards d’euros d’économies, les collectivités territoriales ...
Lire tout l'article
Richard Prasquier: «Etre complaisant vis-à-vis de l’islam radical, c’est être complaisant vis-à-vis du nazisme»
Nicolas Sarkozy au CRIF : « Israël est un miracle ! »
Richard Prasquier à la Convention nationale: «L’année 2012 a révélé une inquiétante tendance»
Gil Taïeb : « pour le bien d’Israël, Israël ne doit faire confiance qu’à Israël ! »
L’austérité, les otages et le Jihad…
François Hollande, Philippe Bilger et Christiane Taubira : le blognadel
Interview de Richard Prasquier, en campagne pour devenir président du Congrès Juif Européen
Le site internet du CRIF piraté
466 actes antisémites en France en 2010
Les 50 milliards du gouvernement Hollande…

14 Réponses à Grand entretien avec Richard Prasquier : « ne pas mettre dans le même sac islamophobie et antisémitisme »

  1. gwynplaine Répondre

    8 juillet 2012 a 23:18

    Mouais. Il a une assez bonne perception de la réalité; surtout quand il dit que les agressions antisémites en France sont en train de se déconnecter du P.O, ce qui est un facteur supplémentaire d’aggravation. Exact

    Mais ne rêvons pas: ce n’est pas avec de tels pépères à l’orgueil rigide et vieillot et premièrement préoccupés de leur place, qu’on arrêtera les malheurs en route.

    Il parle comme un évêque, en ménageant la chèvre et le chou.

    Il se fout aussi légèrement de nous quand il parle d’agir en amont au niveau de l’éducation…

    Tout ce qu’il sait faire c’est de feuilleter des rapports, bedaine en avant, à son bureau, en luttant contre le coup de barre de 14h, après le restau entre costards, et de péter sur son fauteuil

    • Johnjohn Répondre

      9 juillet 2012 a 00:19

      Préoccupé par sa place ? Il a deja effectue 2 mandats. Donc il ne pourra pas etre réélu. Le problème avec les gens c’est que pour eux les solutions doivent etre immédiates.
      . Et concernant le probleme de l’antisémitisme je n’ai aucun doute que chacun des dirigeants du Crif passes et a venirs ont eu a coeur de resoudre le problème.
      Cependant ils n’ont qu’un role de conseil aupres des pouvoirs publiques qui sont les seules habilités a prendre des decisions sur les actions a entreprendre en collaboration ou non avec les institutions juives et anti raciste.
      N’etant ni soutien ni attaquant de M prasquier, je vous incite a etre plus attentif et plus réaliste des choses de la vie. Les rapports dans son fauteuils font partis de son travail, car ils permettent ensuite d’en informer les pouvoirs publics. Les chiffres seulent de la police feraient passer les agressions contre des juifs comme des fait divers, sans l action des instituions juive de france, tant le nombres d’agressions par une certaine tranche de la population francaise est importante, sur l’ensemble du territoire français.

      • gwynplaine Répondre

        9 juillet 2012 a 15:51

        Je ne vous ai pas attendu pour savoir ce que fait et surtout ce que ne fait pas le crif; il en a d’ailleurs été question ici il y a quelques temps

        Mais comme ça date d’avant la dernière pluie vous n’étiez peut-être pas encore né.

        Le propre de ces organisations est en principe d’éclairer les pouvoirs publics, mais dans la réalité des faits elles servent à avaliser ce qui ne devrait jamais l’être.

        Il en est à son 2°mandat Prasquier? Ça corrobore bien ce que je dis!
        Ça ne vous fait pas bondir ses courbettes? Ça devrait! genre:

         » Ce qui va changer les choses, c’est une sérieuse prise de conscience de ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux et un refus de complaisance de ces actes, de ses auteurs et de l’idéologie qui les anime. Là, je crois que nous pouvons avoir tout à fait confiance dans cette prise de conscience de la part du Président de la République et du ministre de l’Intérieur. » ?

        Ça ne l’empêche pas de réclamer du temps, beaucoup de temps, qui, dans les montées d’antisémitisme, c’est notoire, abonde!

        Il ne voit même pas la contradiction d’avec sa tâche quand il déclare que:
         » Vous comprenez bien qu’avez des événements aussi complexes et qui durent depuis aussi longtemps, ce n’est pas un claquement de doigts qui va changer la situation.

        - question responsabilité des médias? Réponse: point!, point! je n’accuse personne, j’ai pas dit ça!

        - Et ça: « Il y a de nombreuses pistes à exploiter et l’éducation est un point central de ces priorités. C’est un travail de longue haleine. ».

        C’est pas se foutre de la gueule du monde ça? Alors que bien au contraire l’Education nationale serre la vis de l’antisionisme dans ses manuels un peu plus chaque année? Vous n’êtes pas au courant? Renseignez -vous!

        Prasquier nous a répondu ici même après l’émission « un œil sur la planète », suite à l’émoi de pas mal d’entre nous, pour expliquer que certes il désapprouvait, mais qu’il ne comptait rien faire où qu’il comptait ne rien faire, il n’avait pas encore décidé.

        Pourtant cette émission a crée un précédent franchement dangereux dans l’audace de ses mensonges carrément antisémites. Du colon voleur d’eau, au lobby juif américain qui tire les ficelles dans l’ombre, il y avait là un scandale, un clash à provoquer; laisser passer une telle outrance, c’est inviter la suivante

        Prasquier (et les autres) l’ont fait: ils n’ont rien fait, pas moufté!
        Chapeau! fallait oser!

        On pourrait reprendre ses phrases une par une pour constater son aisance à manier la langue de bois; d’où, probablement sa réélection

        La vérité est qu’il n’y a rien, où quasiment rien à attendre de ces organisations inertes, peureuses, administrées par des administrateurs administratifs somnolents et roublards qui n’ont qu’une seule préoccupation foncière: « quand est ce qu’on mange? »

        Mais si vous ne le comprenez pas, postulez y: vous y gagnerez peut-être un fauteuil, dont vous pourrez faire le même usage que lui

    • Yehuda Répondre

      10 juillet 2012 a 13:18

      N’importe quoi.

  2. Gérard Pierre Répondre

    9 juillet 2012 a 09:59

    Je ne connais pas monsieur Richard Prasquier. Ce que je peux lire sur lui, ici et là, donne l’impression qu’il est un homme respectable, même s’il est parfois controversé. Je n’ai donc aucune raison de me montrer irrévérencieux à son endroit.

    Sa formule « ne pas mettre dans le même sac islamophobie et antisémitisme » ne me paraît pas particulièrement bien choisie.

    Pourquoi ?

    Parce que le FAUX PROBLÈME de l’islamophobie ne relève pas du domaine du CRIF dont le seul souci doit être de défendre les Juifs, le Judaïsme, la Judaïté et également le Sionisme et Israël.

    Si quelqu’un éprouve la nécessité de lutter contre ce qu’on nomme à tort l’islamophobie, alors que les musulmans eux-mêmes, et leurs chefs « spirituels » s’y collent !

    Le terme d’islamophobie est un non sens sémantique, bâti sciemment par les défenseurs de ce système politique totalitaire adossé à un prétexte religieux qu’est l’islam.

    Une phobie est une peur irraisonnée de quelque chose ! …… La claustrophobie est la peur irraisonnée d’être enfermé. L’agoraphobie est la peur irraisonnée de la foule. … etc !

    En revanche la peur de l’islam est loin d’être irraisonnée ! …… elle se fonde au contraire sur une connaissance RAISONNÉE du contenu des 144 sourates du coran et des milliers de hadiths de la sunna ! …… ENCORE FAUT-IL LES AVOIR LUES !

    Et d’ailleurs, …… a-t-on entendu un jour parler de communistophobie ? …… de naziophobie ? …… JAMAIS ! …… pourquoi ? …… parce que la peur de ces deux idéologies était elle aussi toute aussi raisonnée que celle de l’islam.

    Monsieur Richard Prasquier, je vous suggère respectueusement de ne pas vous soucier de la défense de quelque chose qui ne vous mérite pas. Laisser les musulmans se dépatouiller avec ça ! …… si tant est qu’ils en ressentent le besoin !

    • Yehuda Répondre

      10 juillet 2012 a 13:22

      Bah, donc, lorsqu’on utilise l’ »islamophobie » comme arme pour attaquer les juifs et le judaisme, il est donc tout à fait dans son rôle pour en parler.

      • Gérard Pierre Répondre

        11 juillet 2012 a 01:01

        J’ai relu les deux § concernés par cette phrase. Ils me paraissent toujours confus.

        Le président Richard Prasquier répond à madame Benbassa qui semble relativiser la situation [elle est censée être chercheur] en mettant à priori sur un pied d’égalité l’antisémitisme des musulmans et une prétendue islamophobie des Juifs ! …… ce en quoi elle est plutôt réductrice [monsieur Prasquier dit « à côté de la plaque »]

        C’est la notion de ‘’même camp‘’ que je ne capte pas dans la réponse du président du CRIF. Mais peut-être avez-vous raison de la lire comme la lisez.

  3. popi soudure Répondre

    9 juillet 2012 a 18:07

    de toute facon il faut etre réaliste , avec une presence en france de plus de 10 millions de muzz et qui augmentera avec naissances et autres immigration , la presence des juifs de france va etre de plus en plus problematique ! il faut en etre conscient !

  4. Kathleen Répondre

    10 juillet 2012 a 13:28

    + 1

    Cela fait des années que je tourne en dérision ces dîners du CRIF, R.Prasquier ne représente en rien la communauté juive…

  5. Sigismund Répondre

    10 juillet 2012 a 13:57

    Malgré tout le mal que j’ai pu dire hier de Prasquier, bravo à sa lettre ouverte à Plantu d’aujourd’hui, à lire sur le site du CRIF. C’est exactement ce qu’il faut faire, aller débusquer chaque journaliste au un par un, et lui mettre le nez face à ses responsabilités sans le laisser s’abriter derrière la masse pro palestinienne bien pensante. Nommer publiquement, interpeller au grand jour ces journalistes au final lâches et les terroriser par cette désignation publique. La peur doit changer de camp. Tu dors, edmond le tigre, ou tu bailles devant les feux de l’amour? Au travail. Prasquier et son ésuipe nous ouvrent le chemin

  6. Sigismund Répondre

    10 juillet 2012 a 13:58

    Il faut sortir ces pleutres de l’anonymat, et faire huer leurs noms dans les meetings. Allez Edmond

  7. aquarius Répondre

    10 juillet 2012 a 20:19

    Et le précheur de haine Dieudonné, personne n’en parle ? à mon avis ce type est à lui seul responsable d’au moins 80 % des agréssions anti juive en France, son idéologie raciste se repend dans tout l’internet d’une facon incroyable, sur tous les forums ont rencontre ces partisans
    qui insultent la Shoa… ou encore ce parti soit disant « anti-sioniste » qui se presente dans des éléctions…

  8. lavigne Répondre

    11 juillet 2012 a 04:21

    Shalom à tous
    Attribué au Pasteut Niemoller à Dachau (1942)
    Quand ils sont venus chercher les communistes
    Je n’ai rien dit
    Je n’étais pas communiste.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes
    Je n’ai rien dit
    Je n’étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus chercher les juifs
    Je n’ai rien dit
    Je n’étais pas juif.
    Quand ils sont venus chercher les catholiques
    Je n’ai rien dit
    Je n’étais pas catholique.
    Puis ils sont venus me chercher
    Et il ne restait plus personne pour protester.

  9. alex Répondre

    12 juillet 2012 a 17:08

    Il a tout faux, de surcroit le CRIF ne représente pas les juifs de France, bien au contraire il les dessert constamment en se positionnant à leur place. Mais c’est cette démocratie foireuse ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *