Le « caractère antisémite » – Par Shmuel Trigano

Publié le : 16 juillet 2012

La récente agression d’un jeune juif dans le train Montpellier-Lyon a peut-être rappelé à votre attention un phénomène étrange qui se produit lors de chaque agression et qui voit les leaders d’opinion, les policiers, les juges poser la question de savoir si l’agression a « un caractère antisémite » ou pas.

On se souvient que, durant une dizaine de jours, après l’assassinat d’Ilan Halimi, toute la presse française et la classe politique avaient doctement débattu du fait de savoir si les assassins en voulaient à son argent ou à sa judéité. La première réaction avait été de dénier la cause antisémite.

Quoique ce questionnement soit rationnellement aberrant, il constitue néanmoins un indice sociologique de la mentalité collective, de sa façon de se représenter la condition et l’existence juives et aussi de comprendre la nature de l’antisémitisme.

L’idée implicite qui sous-tend cette problématique, c’est que l’on pourrait dissocier l’être du Juif des autres aspects de son existence et de sa personne. Dans le cas d’Halimi, on dissociait ainsi la quête d’une rançon, qui aurait motivé son enlèvement, de son identité juive. Pour que le « caractère antisémite » soit reconnu par la justice, il fallait qu’une injure antisémite soit expressément proférée ou manifestée (1). Il fallait donc que l’agresseur signât lui même son acte par ses paroles ou ses écrits. L’acte seul ne suffisait pas à la qualification antisémite.

Or, le problème avec cette démarche, c’est que, dans la mythologie de l’antisémitisme, « les Juifs sont riches » ou plutôt « les riches sont juifs ». C’est ce mythe qui a fait que le malheureux petit vendeur de téléphones fut spontanément crédité – lui, ses proches ou sa communauté – d’être suffisamment riche pour payer une rançon. La « profération » n’était pas en l’occurrence nécessaire. Elle faisait corps avec l’acte.

Dans cette perspective, l’« antisémitisme » relèverait moins d’un fait intrinsèque que de l’opinion qui l’accompagne. Il pourrait même ne relever que du registre de l’opinion, ce que nous constatons en effet car cette opinion n’est passible de la justice que lorsqu’il y a passage à l’acte (2). Mais il faut que l’acte soit confirmé par l’opinion de l’agresseur pour être qualifié d’antisémite (3). Cercle vicieux.

Quel est le sens de ce syndrome ? En fait, c’est l’identité juive de la victime qui pose un problème de définition juridique (bien que le discours public, dès le départ et sans aucune hésitation, qualifie la victime de « juive »). Ce trouble nous laisse entendre que l’homme dans le Juif pourrait être dissocié du Juif dans l’homme en général, de sorte que, dans l’agression, l’homme, seul, serait la victime. Il faudrait alors que le Juif dans l’homme apporte la preuve que c’était bien le Juif en lui qui était la cible, pour que l’agresseur soit reconnu « antisémite ». Et c’est ce que l’on a manifestement du mal à reconnaître aujourd’hui. Jamais ne sont qualifiées, en effet, la religion ou l’origine ethnique des agresseurs alors que celles des victimes (juives) s’étale de toutes parts. Il semble pour parler clair que l’on ait du mal à rapporter la catégorie antisémite à sa source arabo-musulmane, ce qui est pourtant le cas de toutes les agressions.

Ces dix dernières années ont démontré que, sous le jour de l’idéologie dominante, seule l’extrême droite était considérée d’évidence comme « antisémite ». Et c’est ce qu’illustra caricaturalement, au soir du massacre de Toulouse, la manifestation contre le Front National à Paris. Le politiquement correct se rajoute donc ici pour embrouiller les données de la réalité (4). L’antisémitisme touche tous les milieux et les idéologies.

Nous sommes confrontés ici à une impasse, plus profonde que le politiquement correct et qui a à voir avec la conception française de la citoyenneté : abstraite, juridique. Celle-ci présente beaucoup d’avantages mais aussi des défaillances.

C’est là un problème qui m’est apparu pour la première fois en 1980, après l’attentat de la rue Copernic et qui inspira un livre, paru en 1982, La République et les Juifs. Son point de départ était l’étonnement ressenti devant le fait que la première réaction de l’opinion avait été de mettre en garde les Juifs contre toute tentation de réaction violente et que la grande manifestation qui avait suivi avait dissocié, dans toutes ses expressions, le citoyen du Juif.

En revenant à l’émancipation de 1789, je compris alors, que cette dissociation était le fondement du statut du Juif moderne : c’est l’homme dans le Juif qui était devenu citoyen et s’était vu reconnu comme sujet de droit et pas le Juif dans l’homme, qui, lui, restait dans la non-reconnaissance et se vit donc voué à la jungle de l’antisémitisme moderne, apparu 40 ans après l’émancipation.

A l’aune de sa logique, quand un Juif est agressé, seul l’homme indifférencié est pris en compte, car le Juif comme tel n’est pas une catégorie politique. Juridiquement il n’existe pas. Il n’est de fait citoyen qu’en tant qu’homme. Or, c’est le Juif en lui (dans l’homme et le citoyen) qui est ciblé et touché.

Inscrivez-vous à la newletter de JSSNews

Ce cadre de pensée fait que l’agression ne peut être ni pensée ni qualifiée. Quand le Juif est touché, cela relève de l’opinion. Quand l’homme l’est, cela relève d’une loi abstraite, celle des citoyens. La visée antijuive devient insaisissable alors que c’est elle qui est en jeu pour comprendre quelque chose (5). C’est comme ci le Juif n’existait pas ou en tout cas ne relevait pas de la loi, comme s’il se tenait dans une sorte de no man’s land. C’est bien ce que l’antisémitisme moderne a prouvé, malgré la citoyenneté. Le problème, c’est qu’être juif est une donnée de l’existence et de l’histoire, ce qui voue les Juifs à une situation kafkaïenne: comme Juifs ils pourraient être objectivement agressés parce qu’ils sont, comme tels, hors citoyenneté. Comme citoyens, ils ne sont pas considérés comme Juifs et se voient dans l’obligation de prouver qu’ils n’ont été frappés que parce qu’ils sont Juifs (6).

Ce modèle de citoyenneté (7) concerne aujourd’hui uniquement les Juifs et pas les « autres ». La discrimination positive en faveur des immigrés, qui inscrit l’identité ethnique et religieuse dans la citoyenneté (8) ; le mariage homosexuel, qui inscrit le choix sexuel dans la citoyenneté; la parité, qui inscrit le sexe féminin dans la citoyenneté, prouvent que le citoyen abstrait n’existe plus dans la pratique juridique et politique et que l’Etat n’honore plus le principe d’une citoyenneté universelle et abstraite.

Pourquoi les Juifs resteraient-ils, eux seuls, des ectoplasmes dont on ne reconnaîtrait pas la judéité dans la citoyenneté (si ce n’est par le biais de la Shoah, il est vrai, autre problème !).

De mon point de vue, cette évolution est catastrophique, et pas seulement pour les Juifs. Je réprouve le démantèlement actuel de la citoyenneté. La citoyenneté abstraite protégeait au moins les individus en tant que tels.

Tout le monde invoque la République, mais sommes-nous toujours en République ?

Shmuel Trigano A partir d’une chronique sur Radio J – JSSNews
Rejoignez les 24.000 amis de JSSNews sur Facebook !

Notes
(1)  Le sociologue comme le philosophe ne peuvent qu’être intellectuellement inquiets par le mode de raisonnement des juges, notamment dans leur façon, très « positiviste », de considérer le statut de la parole et du langage. Mais cela est une autre histoire…
(2)  Comme cette judéité n’est pas une catégorie juridique, elle est considérée au fond comme superfétatoire, relevant du domaine de l’opinion au point de devoir être « prouvée pour être reconnue ».
(3) Porte ouverte à tous les agresseurs qui s’empressent de proclamer qu’ils ne sont pas antisémites, la plus grande parade consistant aujourd’hui à prétendre qu’ils s’attaquent au sioniste dans le Juif mais pas au Juif…
(4)  Lé récente déclaration du CFCM laisse rêveur. « Le CFCM demande à ce que les actes de violence commis par des citoyens français ne soient pas imputés à leur origine religieuse sans prendre les précautions qui s’imposent dans de pareilles situations », a souligné dans un communiqué le président de cette instance, M. Mohammed Moussaoui. Trouvait-il donc normal jusqu’ici que les victimes soient qualifiées de « juives » tandis que l’identité de leurs agresseurs reste préservée? « Les musulmans de France ne comprennent pas et n’acceptent pas que certains, ouvertement ou insidieusement, mettent en doute leur adhésion pleine et entière aux valeurs de la paix et de la justice qui fondent notre pays, et jettent la suspicion et la défiance sur leur religion ».  Certes, et on doit lui reconnaître cette profession de foi, mais comment explique-t-il – un exemple parmi des centaines d’autres – que le président du Conseil de la fatwa pour les musulmans d’Europe, l’imam Qaradaoui – donc un personnage d’une extrême importance pour les musulmans européens – a appelé sur la place Tahrir à tuer les Juifs ? Or, le CFCM n’a jamais condamné de tels propos ni bien d’autres émanant d’autorités officielles de l’islam, ce qui est un manque de responsabilité certain.
(5)  Au point même qu’on puisse accuser la victime d’affabuler et d’abuser de l’invocation d’antisémitisme …
(6) Cette reconnaissance (qui statue sur le caractère juif de la victime et pas simplement « humain ») relève d’un cadre extra-juridique (puisque les Juifs sont censés ne pas exister comme tels dans l’ordre de la citoyenneté). C’est pourquoi elle sera toujours de l’ordre du « privilège » : ainsi la loi Gayssot et tout ce qui concerne la Shoah. Ce qui provoque inévitablement l’accusation des « démocrates » accusant les Juifs de demander sans cesse des « privilèges » et de se croire supérieurs aux autres. Comble de la perversité de la condition faite aux Juifs… C’est tout simplement que la condition politique des Juifs est alors déniée.
(7) Cf. notre étude approfondie, L’idéal démocratique à l’épreuve de la Shoa, Odile Jacob, 1999.
(8)  « Diversité », « jeunes », « classes populaires », etc., ne sont que des litotes qui s’envolent quand la télévision met des images sous ces mots. 

Articles liés
Ignoble agression antisémite a Lyon.
Trois Juifs de 18 ans portant une kippa ont été agressés hier soir, samedi,  à Villeurbanne dans le Rhône par une dizaine "d'individus" qui les ont frappés à coups de marteau et de barre de ...
Lire tout l'article
Des autocars de manifestants juifs de toute la France prévus contre Dieudonné au Zénith de Nantes !
L'affaire Dieudonné M'Bala M'Bala n'en fini plus de rassembler les militants associatifs anti-racistes. A l'appel de plusieurs organisations, d'abord juives, puis non-religieuses, JSSNews apprends que plusieurs autocars de manifestants devraient arriver à Nantes, le 9 janvier, ...
Lire tout l'article
Scoop JSSNews : Un jeune homme juif victime d’une attaque au pistolet
Exclusif JSSNews : C'est le BNVCA qui donne l'information que JSSNews a pu faire confirmer par la police locale. Ce jeudi 5 avril, peu avant 9 heures du matin, un jeune homme de confession juive, portant ...
Lire tout l'article
Fofana le barbare, de nouveau devant les juges…
Le chef du «gang des barbares», 34 ans, purge une peine de réclusion criminelle à perpétuité, au centre pénitentiaire de Condé sur Sarthe, près d'Alençon. Il n'est pas libérable avant 2028, coupable d'avoir enlevé, séquestré ...
Lire tout l'article
Place de l'homme de fer, lieu de l'agression.
Vendredi, un homme âgé d’une quarantaine d’années, a été agressé par deux individus en plein centre de Strasbourg, dans le Bas-Rhin, alors qu’il sortait d’un tram. La victime, de confession juive, portait la kippa, au ...
Lire tout l'article
Rencontre avec la victime de la terrible agression antisémite du XIXè arrdt.
Exclusif JSSNews: Richard David est enseignant. Le jeudi 20 mars dernier, il a été victime d’une terrible agression antisémite commise dans le 19e arrondissement de Paris alors qu’il sortait d’un restaurant casher. Par la suite, une ...
Lire tout l'article
Vous êtes un pédé qui travaille pour les juifs
Histoire recueillie de première main, donc authentique de chez authentique. Elle se déroule dans un tramway, moyen de locomotion démocratique et républicain, dans une belle et grande ville de la province française. Une arabe – ...
Lire tout l'article
L’Hapoel Tel-Aviv assomme (3-0) le Benfica Lisbonne et l’élimine du même coup !
Hier soir, les joueurs de l'Hapoel Tel-Aviv ont offerts à leurs supporters une  soirée qui restera gravée dans les mémoires. Tel-Aviv a réalisé une performance digne de la Ligue des Champions et a démontré à l'Europe du football l'ampleur de la progression ...
Lire tout l'article
Violente agression antisémite dans le XIXè à Paris
Un homme de 59 ans a déposé plainte pour une agression antisémite, jeudi, dans le XIXème arrondissement de Paris. Selon ses dires, trois hommes lui ont lancé des insultes avant de lui asséner des coups ...
Lire tout l'article
Tel-Aviv se mobilise et organise une marche silencieuse pour rendre hommage aux victimes de Toulouse
Comme nous tous, j’ai regardé impuissant les images en boucle l’attentat de Toulouse hier. Touché au plus profond de moi en tant que père, juif, israélien et français. Devant la douleur la plus atroce, face à  ...
Lire tout l'article
Ignoble agression antisémite a Lyon.
Des autocars de manifestants juifs de toute la France prévus contre Dieudonné au Zénith de Nantes !
Scoop JSSNews : Un jeune homme juif victime d’une attaque au pistolet
Fofana le barbare, de nouveau devant les juges…
Strasbourg: Bien sûr que « l’antisémite » présente des troubles psychiatriques!
Rencontre avec la victime de la terrible agression antisémite du XIXè arrdt.
Vous êtes un pédé qui travaille pour les juifs
L’Hapoel Tel-Aviv assomme (3-0) le Benfica Lisbonne et l’élimine du même coup !
Violente agression antisémite dans le XIXè à Paris
Tel-Aviv se mobilise et organise une marche silencieuse pour rendre hommage aux victimes de Toulouse

4 Réponses à Le « caractère antisémite » – Par Shmuel Trigano

  1. niro Répondre

    16 juillet 2012 a 11:43

    les manifestations ? la population nouvellement française s’en tape le coquillard!!!
    une seule solution
    rejoindre la ligue
    tant qu’ils n’auront pas reçu de raclée,ils ne s’arreteront pas ces dechets!!!!

    • serruya Répondre

      16 juillet 2012 a 17:06

      oui mais quelle ligue ?merci

  2. tor Répondre

    17 juillet 2012 a 02:55

    Seul l’antisémitisme de droite est condamnable selon les-toujours-collabos.C’est facile de se donner bonne conscience en pleurant des larmes de crocodiles sur la shoah, mais dès qu’il s’agit de condamner le seul antisémitisme qui fait fuir les juifs de France, il n’y a plus personne . Vous méritez l’avenir francais qui vous attend.

  3. Kathleen Répondre

    17 juillet 2012 a 16:48

    « Monsieur Gozhlan, bon courage et bonne chance….apparemment, vous n’avez pas encore capté comment fonctionnent l’islam et ses adeptes (en temps de guerre, disent ils)….la Taqya et la ruse….quand bien même vous leur mettriez des tonnes de preuves sous le nez, ils continueraient de nier et de mentir….bref, pour résumer, ils ne sont JAMAIS coupables de rien !!!! »

    > Mardi 17 juillet 2012 à 08:09
     »Antisémitisme supposé des jeunes musulmans » : le BNVCA consterné par les propos du CFCM
    Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) est consterné par les propos tenus par le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) qui dans un communiqué du 11 juillet exprime « sa vive inquiétude face aux accusations autour de l’antisémitisme supposé des jeunes de confession,musulmane… ». Le BNVCA est surpris de l’utilisation de l’expression « antisémitisme supposé », qui pourrait laisser penser que le CFCM n’est au courant ni de l’actualité, ni du comportement antisémite de certains des membres de sa communauté qu’il est censé représenter officiellement, jeunes ou pas, dont nombreux revendiquent leur appartenance à l’Islam, dans les nombreux actes commis contre les juifs depuis près de 12 ans sur notre sol. Il ne s’agit pas d’amalgame, mais de faits réels. Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, et de pire sourd que celui qui ne veut entendre. Le BNVCA est disposé à recevoir dans son bureau le président du CFCM et ses collaborateurs pour leur présenter, s’ils le souhaitent, les dossiers, plaintes, photos, vidéos,témoignages, décisions de justice… Le BNVCA témoigne que dans les secteurs, et départements où les dirigeants musulmans (UAM 93, Mosquée de Drancy et la Conférence des Imams de France) ont osé voir le problème, et ont agi en conséquence, comme dans le 93, les actes antisémites ont baissé très sensiblement.
    Nous attendons que le CFCM et son président, plutôt que de craindre une quelconque stigmatisation, des musulmans de France, s’active à condamner les auteurs des faits et des discours antisémites, en découvrir les causes pour mieux les neutraliser et les combattre. Pour le BNVCA cet antisémitisme trouve sa source dans l’islam radical,ainsi que dans la propagande palestinienne exacerbée et mensongère,qui incite à la haine d’Israël et pousse à l’acte antijuif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *