Les nouveaux avions d’entraînement de Tsahal seront… Italiens !

Publié le : 20 juillet 2012
Print Friendly

L’italien Finmeccanica SpA a signé un contrat de 850 millions de dollars à Rome avec le ministère israélien de la Défense pour la vente de 30 avions de chasse M-346 qui serviront à la formation des nouveaux pilotes. Le contrat s’inscrit dans le cadre d’un accord de collaboration entre les gouvernements italien et israélien. Les contrats ont été signés par l’Italien Alenia Aermacchi, Telespazio et SELEX Elsag.

Alenia Aermacchi va fournir les avions, y compris les jet d’aéronefs, les moteurs, la maintenance, la logistique, des simulateurs et de la formation, pour une valeur totale de 1 milliard de dollars.

Les livraisons des M-346S débuteront à la mi-2014. Ces jet remplaceront les A-4 Skyhawk actuellement en service dans Tsahal.

L’accord comprend la fourniture réciproque de matériel, ainsi, Israel Aerospace Industries va construire un système de haute résolution optique pour le satellite militaire d’observation de la Terre, appelé OPTSAT-3000; géré par Telespazio. Ce dernier est l’entrepreneur principal des satellites italiens, il investi 200 millions de dollars par satellite, pour ses services de lancement, ses activités opérationnelles et logistiques, et les tests en orbite. Le satellite sera livré en 2015.

SELEX Elsag fournira l’identification, la communication et des systèmes informatiques pour les commandes de vol des 30 M-346, et l’IAI ELTA Systems fournira les standards de l’OTAN en matière de communication, de liens tactiques.

Le Président de Finmeccanica, a déclaré: «cet accord représente une réalisation importante, non seulement pour Finmeccanica et les sociétés d’exploitation Alenia Aermacchi, Telespazio et SELEX Elsag, mais pour toute l’économie nationale. »

Il a ajouté que l’accord était le résultat d’une collaboration fructueuse entre le gouvernement italien, le gouvernement israélien, le monde des affaires et les institutions, et qu’il témoigne de la capacité de compétition du Made in Italy au niveau international. « Il démontre que les investissements dans la technologie représentent, pour le Groupe et pour le système industriel italien, la bonne voie pour assurer un développement durable qui augmente encore les capacités industrielles, ce qui les rend de plus en plus compétitif au niveau mondial. »

Amos Lerah – JSSNews
Vous aimez cet article ? Inscrivez à notre newsletter quotidienne pour recevoir les nouveaux contenus de notre magazine, tous les jours en fin d’après-midi. 

11 Réponses à Les nouveaux avions d’entraînement de Tsahal seront… Italiens !

  1. Achour Répondre

    21 juillet 2012 a 09:01

    FIAT = Fix It Again Tony …

    • méfaresh01 Répondre

      21 juillet 2012 a 23:47

      Fiat a fabriqué des centaines d’avions de combat et d’entraînement sans jamais faillir à la réputation d’un constructeur aussi sérieux que bien d’autres…..

      Ne confondons pas LA FIAT 500 et les trucs qui volent…..

  2. manitou Répondre

    21 juillet 2012 a 09:41

    Dommage,les avions coréens sont tout aussi valable,sauf que acheter Coréen c’est une ouverture énorme sur l’Asie qui est l’avenir du monde nouveau.et qui en contre partie achète énormément en ISRAËL.

    Quel intérêt acheter européen qui nous mettent pas mal en difficultés à l’ONU ET QUI AIDE FINANCIÈREMENT LES PALOS.

    Je garde néanmoins confiance à ISRAËL dans son choix

    • méfaresh01 Répondre

      22 juillet 2012 a 00:05

      Salut Manitou!!!

      On peut supposer, entre autres, que le fait que le M-346 soit un biréacteur a pu peser dans la décision de le préférer à l’avion coréen qui n’a qu’un seul moteur…..

      Souvenons-nous que le précédent « jet » d’entraînement utilisé par Israël était le fameux Fouga « Magister » (« Tzukit » pour Israël)…Un biréacteur lui aussi !!!

      Mais, par dessus tout, le concept même de l’achat d’un avion de combat a totalement changé depuis 20 à 30 ans…. L’avion lui-même est devenu une sorte de chose abstraite et non plus un engin dont on connait les caractéristiques physiques. On parle maintenant de « coût total pour le cycle de vie » (houlà !!!).

      Le « total life cycle cost » est un concept qui essaie de mettre en évidence la somme totale qu’un état AURA DEBOURSEE lorsque l’avion commandé AURA atteint la fin de sa vie opérationnelle. Lorsqu’on sait qu’Israël garde ses avions 30 ans et plus….. Pas simple à définir à 3 €uros près!!!!

      Bien entendu, tout ceci prend en compte des critères qui ne sont pas rendus publics… Mais on peut supposer que des dizaines de spécialistes ont longtemps « planché » sur le sujet…..

  3. Pat Répondre

    21 juillet 2012 a 11:37

    Ben il était temps… Ils sont rentrés en service en 1967!!! Bon malgré un up-grade en 2003, ils commençaient a faire vieux dans les force aériennes.

  4. Yvetro Répondre

    21 juillet 2012 a 17:03

    Juste une idée. Israël devait construire ses propres avions de combats comme il construit ses propres chars Merkava. Il a dû abandonner cette ambition, forcé par les Américains qui lui ont stoppé leur financement Par peur de la concurrence technologique, rien que cela ! Les Italiens ont l’infrastructure industrielle et Israël la technologie aéronautique de combat. Alors ce mariage réserve peut être une surprise de taille en plus de l’indépendance vis à vis des USA. Les Italiens sont de nature plus malléables que les Coréens, eux memes très dépendants des Américains.

    • méfaresh01 Répondre

      22 juillet 2012 a 00:32

      SALUT, Yvetro !!!

      Je ne sais pas quel est votre âge, mais il me semble que vous êtes bien jeune !!!!!

      Israël a construit :

      -Plusieurs dizaines de Fouga « Magister » sous licence. Ces avions ont été lourdement modifiés et littéralement « reconstruits » plusieurs fois au cours de leur vie qui a duré plus de 40 ans.

      - Des dizaines de biréacteurs d’affaires « Westwind » dont la chaîne de fabrication avait été achetée à Rockwell. Les descendants de ces avions, qui ont bien évolué en 30 ans, sont toujours fabriqués, mais de nouveau aux USA, alors que leur finition est faite en Israël….

      - Un chasseur bisonique, le Kfir, qui n’ a jamais été « une copie » du Mirage III CJ mais plutôt son cousin. Le Kfir a été exporté et existait en 3 versions.

      - Une « copie » très proche du Mirage V,commandé chez Dassault « sur mesures » à 50 exemplaires, et mis sous embargo par la France. Cette « copie » se nomme Nesher en Israël et « Dagger » à l’ exportation.

      - Un chasseur, le Lavi, plus performant que le fabuleux F-16 !!
      Chasseur qui ne sera jamais commandé par l’armée de l’air israëlienne pour des motifs « politico-financiers ».

      - Un avion rustique de transport bi-turbine, le « ARAVA », exporté dans plusieurs pays d’Amérique centrale et du sud.

      - Je vous fais grâce des centaines d’avions qui ont été modifiés pour les adapter à des usages divers et variés (cela pourrait faire l’objet d’un beau bouquin de ….400 pages!!!)

      En bref, si Israël ne conçoit plus et ne fabrique plus « d’avions entiers » à l’heure actuelle, c’est sans doute la conséquence d’une analyse de la situation dont les détails nous échappent……

      Israël est depuis des décennies un vrai pays aéronautique,à tous les sens du terme…..

  5. bangkok Répondre

    21 juillet 2012 a 17:11

    tres bon choix,il faut renouveler ,les voisins n ont qu a bien se tenir ……!

  6. maujo Répondre

    21 juillet 2012 a 21:30

    et puis bonne pub pour l’industrie aeronautique Italienne, rappelez vous Dassault et les Mirages.

  7. Armand Répondre

    21 juillet 2012 a 22:13

    Quand Israël achète il construit aprés en perfectionnant et tout le monde trouve son compte . On n’est jamais perdant quand on fait des affaires avec Israël le génie peut faire bon ménage avec l’argent .

  8. DIAKITE Répondre

    24 septembre 2012 a 21:00

    Quand Israël achète il construit aprés en perfectionnant et tout le monde trouve son compte . On n’est jamais perdant quand on fait des affaires avec Israël le génie peut faire bon ménage avec l’argent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *