Ce que pensent vraiment les iraniens… Et comment les aider ?

Publié le : 1 août 2012

Dans les sociétés totalitaires, les gens se méfient de dire aux autres ce qu’ils « pensent vraiment. » Compte tenu de la capacité du gouvernement iranien à réprimer ses opposants internes, nous devrions être extrêmement méfiants des sondages d’opinion publique : le peuple iranien ne parle tout simplement pas ouvertement, et encore moins à un sondeur d’opinion qui leur est inconnu. Les Iraniens ne sont libres de parler que dans un cercle de connaissances très restreint.

Mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas savoir ce qu’ils pensent. Dans de telles circonstances, le mieux est de décrypter les petites blagues du quotidien ou les proverbes locaux actuels. Et en regardant de près, ce sont les dirigeants de ladite République Islamique qui en prennent le plus dans la figure : les Iraniens savent visiblement insulter leurs dirigeants subtilement, sans faire de référence directement aux tyrans qui les gouvernent.

Par exemple, un satiriste célèbre, connu sous le nom d’Aali Payam, qui se tenait récemment devant un public en Iran, a dit : « Je ne vais pas parler des élections… Nous sommes à un moment sensible… Ils [le gouvernement iranien] ont pris un collègue pour un interrogatoire et lui ont demandé :
- Ne comprends-tu pas que nous sommes dans une période sensible ?
Le collègue a répondu : Nous sommes dans une période sensible depuis 333 ans.
- Avez-vous entendu ce que Kadhafi a dit à Saddam [depuis qu'ils sont en enfer] : prépare-toi, on va avoir un nouvel invité. Un de ces jours, Bachar el Assad va arriver. »

Comme le satiriste ne peut pas critiquer le gouvernement iranien directement, il reporte donc son humour sur Assad, l’allié le plus fort des Iraniens… Surtout depuis que les autres alliés sont morts (Saddam Hussein, Kadhafi).

Dans une vidéo intitulée « 2 + 2 = 5″, les choses sont dites encore plus clairement. Des élèves d’une école élémentaire sont dans une classe. Soudain, le professeur arrive et les garçons arrêtent instantanément leur gouaille. Le principal de l’école, à travers le système de sonoriation, prend la parole et indique de nouvelles règles d’éducation.

Puis, l’enseignant écrit au tableau : 2 + 2 = 5. Un jeune garçon démentira affirmant que cela fait 4. L’enseignant répète sévèrement 2 + 2 = 5, et ordonne au garçon d’écrire cette vérité dans son cahier.

La plupart des élèves suivent les instructions de l’enseignant, mais d’autres insistent sur le fait que la réponse est 4. Un instant plus tard, trois étudiants plus âgés avec des brassards rouges entrent dans la classe et un des élèves qui a crié « 4″ est puni. L’enseignant lui ordonne de venir au tableau pour écrire le résultat de l’addition 2+2. Mais le garçon écrit 4. Les trois élèves les plus âgés, avec leurs brassards rouges, sortent les armes et tirent. Le sang jaillit. Le garçon tombe au sol. L’enseignant demande alors que les trois garçons avec des brassards rouges « fassent disparaître ce truc de la salle ». Les autres enfants sont pétrifiés. Le professeur leur dit d’écrire dans leurs livres 2 + 2 = 5. Tous le font. A l’exception d’un autre garçon qui l’a fait et qui a effacé le 5 pour y mettre un 4. [Note : Cette vidéo a été clairement créée par les Iraniens à l'étranger : elle a des sous-titres en anglais et en thaï.]

Lorsque les Iraniens fuient leur pays, ils ne sont généralement pas tout à fait prêts à dire ce qu’ils pensent vraiment de la dictature terrible dans laquelle ils vivent. Ils savent que les membres du régime iranien sont habiles à espionner les Iraniens à l’étranger et pourraient menacer leurs parents qui vivent encore en Iran. Dans les sociétés totalitaires, on ne peut faire confiance qu’à la famille et l’Iran ne fait pas exception à cette règle.

Au cours de l’année écoulée, les Iraniens ont trouvé de plus en plus de moyens différents pour communiquer avec leurs amis et parents à l’étranger, par des moyens qui devraient encourager le monde à faire monter la pression sur le régime.

Il est maintenant très fréquent d’entendre les Iraniens dire que la vie devient insupportable en Iran. Au cours de la dernière année, le coût de la vie est devenu si cher que les gens de la classe moyenne ne peuvent plus vivre dignement. Les gens en ont tellement assez qu’ils prennent aujourd’hui le risque de dire à leurs amis à l’étranger : « vivement la fin du régime pour retrouver une vie normale. »

Tout au long de l’histoire, quand les Iraniens considéraient leurs dirigeants comme faibles et que le peuple avait des soutiens forts à la fois à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur, les Iraniens se sont révoltés. Nous n’avons pas à bombarder les centrales nucléaires pour les aider (beaucoup d’Iraniens à l’intérieur du pays s’opposent à une attaque tous azimuts sur les installations nucléaires, et non pas à cause de patriotisme iranien, mais parce qu’ils risquent de mourir dans l’attaque). Beaucoup d’Iraniens seraient cependant profondément reconnaissants de tous les autres types d’aide.

Cela pourrait inclure tout ce qui montre que nous ne soutenons pas le régime, allant de la réprimande publique à propos des violations des droits de l’Homme, à la condamnation sur la façon dont la dictature écrase les révoltes, cela passe aussi par la fourniture de moyens de communication à l’opposition… Et la prochaine fois qu’un navire iranien provoque un navire américain, ce dernier devra répondre avec force, soit en prenant le contrôle du navire, soit en interpellant les marins iraniens…

Mais jusqu’à présent, nous manquons toutes les opportunités. Le 28 juillet par exemple, le ministre syrien des Affaires étrangères s’est rendu à Téhéran pour rencontrer son homologue iranien. Après la réunion, ils ont tenu une conférence de presse commune, où ils faisaient la promotion de la haine, de leur colère, de la future destruction de leurs ennemis, etc. Nous aurions pu condamner cela. Mais jusqu’à présent, ni l’Europe ni l’Amérique n’ont réagi. Pour le peuple iranien, notre absence de réaction révèle notre faiblesse et montre qu’ils n’ont pas l’appui extérieur pour agir contre leur régime.

Aider les Iraniens à se libérer est une situation gagnant-gagnant pour l’Occident et contribuerait à sortir le peuple iranien de sa misère, tout en sécurisant enfin une région qui en a terriblement besoin.

Par Bahman A. – JSSNews
Vous aimez cet article ? Inscrivez à notre newsletter quotidienne pour recevoir les nouveaux contenus de notre magazine, tous les jours en fin d’après-midi. 

Print Friendly

15 Réponses à Ce que pensent vraiment les iraniens… Et comment les aider ?

  1. david c Répondre

    1 août 2012 a 13:32

    Oui , c’est vrai ! on a toujours gagné quelque chose en aidant ces ‘braves’ … mais hélas c’était pas vraiment ça !

    • דוד Répondre

      1 août 2012 a 19:49

      Les Iraniens ne sont pas des arabes… C’est le détail fondamental qui pourrait laisser un petit espoir…
      Mais j’ai toujours retenu cette option très complexe de « noyer le régime » par l’intérieur… Mais c’est très complexe, des Ben Ali, des Mubarrak, c’est des « régimes bons enfants » à côté… L’appareil sécuritaire iranien est horrible et nous ne connaissons pas tout !
      .
      Ce qu’il me semble, c’est que la classe moyenne et intellectuelle iranienne (le socle d’une nation moderne) est assez évoluée en comparaison avec ses voisins. – On sait une chose avec quasi certitude: en cas de chute du régime islamique, le régime suivant ne sera plus islamique (le contraire de ce que font les arabes) – C’est marrant comme les arabes sont naïfs… avant d’élire des gouvernements islamistes, ils auraient dû étudier l’histoire de leur voisin iranien !
      .
      Ça m’avait choqué les témoignages des manifestants il y a 2 ans et plus… Surtout celui d’une fille de 20 ans. Emprisonnée, elle expliquait avoir été violée, non pas une fois ! Non pas deux fois ! MAIS TOUT LE TEMPS, DU MATIN AU SOIR ! Elle expliquait avoir même attrapé une infection et même avoir été violée par un handicapé mental de 14 ans !
      Mais ce sont ces derniers mots les plus graves ! « Avant j’étais très croyante, très pratiquante, depuis je ne crois plus en Allah, je ne me considère plus comme liée à l’Islam »…
      .
      Les Israéliens n’ont rien contre le peuple iranien, qu’ils le sachent !
      Nous avons un ennemi commun: VOTRE REGIME ! – Comprenez que si on vous attaque, vous devrez agir très vite, de notre côté POUR PORTER UN COUP FATAL A CE MEME REGIME !
      .
      NOTRE MEILLEUR ALLIE, C’EST VOUS ! LE PEUPLE IRANIEN QUI EST FATIGUE DE PLUS DE TRENTE ANS DE CE REGIME HYPOCRITE, SANGUINAIRE, OPPORTUNISTE, PROVOCATEUR,…
      APRES, NOUS POURRONS ALORS VOUS AIDER A RECONSTRUIRE UN IRAN SOUVERAIN ET PROSPERE – VOUS DEVIENDREZ L’ALLIE D’ISRAEL… ÇA C’EST UNE FORCE DE DISSUASION QUI VAUT 1000 BOMBES NUCLEAIRES… ET SI ON VOUS ATTAQUE, ISRAEL VOUS PROTEGERA ! (a)

      • david c Répondre

        1 août 2012 a 21:12

        Je l’espère ! …mais avouons que là , on est dans un Stanley Kubric !

  2. Camille Répondre

    1 août 2012 a 15:53

    Article très juste surtout la conclusion. J’aimerai juste faire remarqué que Saddam allié des mollah iranien c’est un peu gros de toute façon on même les dirigeants iraniens savent qu’ils sont assis sur un volcan !

    • david c Répondre

      1 août 2012 a 19:02

      Ah ! vous trouvez ?
      « Aider les Iraniens à se libérer est une situation gagnant-gagnant …, tout en sécurisant enfin une région » ! C’est du Cecil B Demille !
      On laisse faire aux occidentaux le sale boulot d’où on sort perdant à tous les coups , car:
      Si on n’intervient pas, c’est de la non assistance à peuple en danger , si on intervient pour tenter de stopper le carnage, alors bourreaux et victimes se ligueront contre  » l’infidèle » ,…et soulagés , les « amis » enfourcheront à nouveau le mantra victimaire, ce qu’ils commercialisent le mieux !

  3. yehuda Répondre

    1 août 2012 a 17:38

    Saddam Hussein, allié de l’Iran ? Mais … Où donc êtes vous allé chercher ça ? C’est pas eux qui se battaient à grand coup de gaz il n’y a encore pas si longtemps ?

    • דוד Répondre

      1 août 2012 a 19:15

      J’avais noté aussi ;)

  4. cognitif Répondre

    1 août 2012 a 18:26

    On nous la chante soft en attendant le hard…

  5. siegel evelyne Répondre

    1 août 2012 a 18:30

    bonjour,

    le courage des enfants est le plus fort, malgré la menace de mort ils ne s’aident pas. je trouve cela très courageux. mais je plein toutes les personnes qui vivent cela depuis des années.
    oui 2 + 2 = 4, que cela plaise ou pas , aucune importance, c’est la vérité qui compte pas la mort. la vie est la plus forte. courage tous mes frères et sœurs de ce pays là. que dieu vous bénisse et vous protègent. amitié à tous. eve.

  6. Nénuphar Répondre

    1 août 2012 a 18:43

    Les Perses ne sont pas des arabes, et ne sont pas antisémites et j’en ai cotoyés énormément aux U.S. C’est un grand peuple issu d’une grande civilisation trois fois millénaire, et cela ce sent car les Iraniens sont un peuple raffiné, cultivé et intelligent, d’ailleurs ils attachent de l’importance au savoir et aux études, tout comme les juifs.

    Ce qui me fait mal c’est qu’à cause de leur vermine de président et de ses proches, c’est tout un peuple qui ne nous est pas hostile qui souffrira quand l’Iran se fera dérouillé. Mais comment faire autrement?

    • Kathleen Répondre

      1 août 2012 a 22:46

      Les allemands aussi étaient un peuple cultivé, raffiné et intelligent…..avant qu’ils ne se tournent vers le nazisme…

  7. Kathleen Répondre

    1 août 2012 a 21:30

    Mercredi 1 août 2012 3 01 /08 /Août /2012 10:01 Khamenei alerte les hauts dirigeants d’Iran : La Guerre dans les Semaines à Venir.

    Le 27 juillet, juste avant les prières du vendredi, le Guide Suprême d’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei a convoqué les chefs militaires du sommet de la hiérarchie en Iran à ce qu’il a appelé « leur dernier Conseil de Guerre ».

    “Nous entrerons en guerre dans les semaines à venir”, a-t-il d’emblée, déclaré à l’assemblée, selon ce que dévoilent les sources exclusives du renseignement à Debkafile.

    Etaient presents, le Ministre de la défense, le Général Ahmad Vahidi, le conseiller militaire de Khamenei, le Général Yahya Rahim-Safavi, le chef des forces armées, le Général-Major Seyed Hassan Firuzabadi, le Commandant du Corps des Gardiens de la Révolution, le Général Mohammed Ali Jafari et le Chef des Brigades al Qods, le Général Qassem Soleimani. Les Commandants de la force aérienne, de la marine et des forces terrestres étaient là aussi.

    Chacun des participants était sommé d’exposer le niveau de préparation de sa branche ou de son secteur à répondre aux urgences de sa mission.

    Alors que le type de représailles envisagées a donné lieu à des exercices exhaustifs lors de manœuvres miliaires régulières tout au long de la dernière année, Khamenei a ordonné le plus important projet de fortifications de l’histoire de l’Iran, pour protéger son programme nucléaire, même contre les armes américaines les plus puissantes. On rassemble des roches d’Afar, qui sont pilées pour les disséminer autour des installations nucléaires majeures, recouvertes de plusieurs tonnes de béton coulé et finalement renforcées avec de l’acier.

    Le même vendredi, la Force aérienne américaine a dévoilé ses nouveaux missiles anti-bunkers, les Obus Pénétrants massifs (Massive Ordnance Penetrators). Chaque missile pèse plus de 13, 5 kg et est capable de pénétrer plus de 18, 30 m de béton renforcé.

    Se consacrant ensuite aux représailles prévues, le Conseil de Guerre a approuvé série de conséquences à toute frappe préventive potentielle, qu’elle soit américaine et/ou israélienne, contre son programme nucléaire. Ils pourraient commencer par annoncer le lancement de l’enrichissement d’uranium à plus de 60% – ce qui est proche du niveau requis pour l’obtention d’armes.

    Les missiles balistiques Shehab 3, souvent mis à l’épreuve, seraient lancés contre Israël, l’Arabie Saoudite et les installations militaires américaines au Moyen-Orient et dans le Golfe.

    Le Hezbollah au Liban, le Hamas et le Jihad Islamique à Gaza se tiennent prêts à mettre la main à la poche contre Israël, avec des attaques venus du nord et du sud-ouest.

    Les terminaux d’exportation de pétrole saoudiens feraient sûrement des cibles idéales pour des explosions en série et des mines seraient disséminées dans le détroit d’Ormuz afin d’empêcher l’exportation d’un cinquième de la production mondiale de pétrole.

    Khamenei a mis sur la table de son Conseil de Guerre un calendrier se calculant en semaines, pour le conflit à venir – pas plus loin que septembre ou Octobre.

    http://www.debka.com/article/22229/Khamenei-Warns-Iran%E2%80%99s-Top-Leaders-WAR-IN-WEEKS
    DEBKAfile DEBKA Video 1 er août 2012, 8:54 AM (GMT+02:00)

    http://lessakele.over-blog.fr/article-khamenei-alerte-les-hauts-dirigeants-d-iran-la-guerre-dans-les-semaines-a-venir-108707446.html
    Adaptation : Marc Brzustowski.

  8. christopher dee Répondre

    1 août 2012 a 21:37

    Malheureusement, si j’en crois mes sources (elles valent ce qu’elles valent) Amadinejab est un hitler déguisé en musulman, le vert après le brun! Il a vociféré de nombreuses fois son intention d’éradiquer Israël pour qu’enfin apparaisse son imam planqué et que règne la paix sur un monde islamisé une fois pour toute ????????
    Que répondre à ce voeux pieux; sinon qu’Amadinejab a prévenu le monde entier de ses intentions criminelles. Alors, qu’il assume les conséquences de son délire. Le problème est qu’il n’est pas le seul à hurler de la sorte.
    Il a décidé, avec le clergé local, de sacrifier son peuple pour son ambition délirante. Son islam l’y encourage et le justifie. Alors que faire face à un président responsable qui conçoit le sacrifice d’une partie importante de sa population pour assouvir son délire politico-religieux ? Que faire contre un dictateur (un de plus) convaincus de la légitimité de son ambition génocidaire ? Je plains les iraniens qui ont compris où nous mène ce malade. Qu’Hachem protège leurs gentils.

  9. Kathleen Répondre

    1 août 2012 a 22:58

    Le petit livre vert de l’Ayatollah Khomeiny…du blabla islamiste chiite…quand on sait que des milliers d’iraniens ont été exécutés par pendaisons depuis le début de la révolution islamique..

    http://fnb.to/FNB/Article/Khomeyni/Khomeyni.htm

    Extrait :

    L’Europe (l’Occident) n’est qu’un ensemble de dictatures pleines d’injustices; l’humanité entière doit frapper d’une poigne de fer ces fauteurs de troubles si elle veut retrouver sa tranquillité. Si la civilisation islamique avait dirigé l’Occident, on ne serait plus contraint d’assister à ces agissements sauvages indignes même des animaux féroces.

  10. Frank Répondre

    1 août 2012 a 23:14

    Aider les iraniens à se débarrasser des mollahs? Est-ce possible et comment savoir que le nouveau régime ne continuerait pas la politique précédente?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *