Turquie : 95 journalistes accusés « d’acte de terrorisme » pour leurs articles anti-gouvernementaux

Publié le : 1 août 2012
Print Friendly

Les tribunaux turcs ont condamné 24 personnes, dont six journalistes, à un total de 91 ans, neuf mois et 18 jours de prison, ainsi qu’à verser 40 000 livres turques d’amende : le tout seulement au cours du deuxième trimestre de 2012. Aujourd’hui, on dénombre 95 journalistes et 35 distributeurs qui ont passé ces trois derniers mois derrière les barreaux.

Photo : AP

C’est la première fois en 104 ans, c’est-à-dire depuis la fin de la censure de l’Etat sur la presse, qu’un si grand nombre de journalistes se trouvent en prison en Turquie. Et le fait que ce soit un gouvernement islamiste qui obtienne ce record explique peut-être ce fait.

En juillet 2011, quelque 68 journalistes étaient écroués en Turquie : les tribunaux les avaient condamnés à des peines totalisant 44 ans et huit mois de prison, tandis que les procureurs avaient demandé 223 ans de prison ferme pour les suspects.

Inscrivez-vous à la newsletter de JSSNews

Un troisième paquet de réformes judiciaires proposées par le gouvernement suite à la manifestation massive de journalistes a introduit une amnistie conditionnelle pour les « délits de presse ». Malheureusement, l’Association des Journalistes affirme que « cette amnistie ne va pas résoudre nos problèmes » et que la liberté d’expression n’est plus une liberté fondamentale allouée aux journalistes turcs : certains « délits de presse » sont jugés comme des « actes de terrorisme » selon la loi d’Ankara.

De fait, dans la Turquie d’aujourd’hui, celui qui ose critiquer un peu trop le gouvernement, ou celui qui apporte un point de vue pouvant aller dans le sens d’un autre, est passible de prison : les journalistes emprisonnés sont accusés d’être « les petites mains du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) ». Tous ont été jetés en cage après avoir écrit un article, un livre, ou avoir pris la parole dans les médias pour soutenir telle ou telle action kurde.

La Turquie n’est définitivement plus ce qu’elle était : avec une population qui s’islamise et un pouvoir en place qui tisse des liens forts avec l’Iran (tout en rejetant la Grèce, Chypre et Israël), Ankara est en train de redéfinir son rôle régional en une pseudo-démocratie où tout repasse sous contrôle des barbus.

Benjamin Amsallem – JSSNews
Vous aimez cet article ? Inscrivez à notre newsletter quotidienne pour recevoir les nouveaux contenus de notre magazine, tous les jours en fin d’après-midi. 

6 Réponses à Turquie : 95 journalistes accusés « d’acte de terrorisme » pour leurs articles anti-gouvernementaux

  1. manitou Répondre

    1 août 2012 a 12:33

    TOUT DANS LA GUEULE eERDOGAN IL AGRESSE ISRAËL (verbalement),CHYPRE,LA GRÈCE,LA FRANCE,LA SYRIE,ETC ETC.MAIS C’EST UN TIGRE DE PAPIER,CET ISLAMISTE QUI DÉNONCE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE (facile) MAIS QUAND LA SYRIE ABAT UN F16 TURC,RIEN DANS LA CULOTTE,PAS MÊME DES COUILLES MOLLES RIEN,NADA,OUALOU.

    ET ÇA VEUX COMBATTE ISRAËL,PAUVRE MERDE.AM ISRAËL. HAI

    • Dov Répondre

      1 août 2012 a 20:57

      TOUT est dit!

  2. danhaim Répondre

    1 août 2012 a 18:10

    A propos de l’importance de se renouveler dans le service divin, Rabénou révéla qu’un certain Tsadik, dont il tut le nom, y avait renoncé dans sa vieillesse.
    « Je ne peux pas supporter plus longtemps vos jours de fête ! » se plaignit un jour Rabénou. Il s’agissait de la coutume qu’avaient adopté ses disciples de faire en toute occasion des réunions amicales. Ils décidèrent donc d’y mettre fin. Même le repas qui clôt la journée shabbatique ( mélavé malka- raccompagnement de la reine Shabbat) n’était pas pris en commun. Quant au repas spécial consommé à Rosh Hodesh, les disciples de Rabbi Nahman avait l’habitude de le prendre au cours de la journée, et en toute simplicité.
    http://www.breslev.fr
    http://www.breslev.fr/cours-audio-enseignement-31.html
    http://www.youtube.com/user/breslev?feature=results_main
    https://vimeo.com/breslevfr/channels
    http://www.youtube.com/my_videos_edit?ns=1&video_id=BBAVUFGDq7A

  3. christopher dee Répondre

    1 août 2012 a 20:37

    Il n’y a pas que les journalistes qui subissent le pouvoir des barbus,la tête laïque de l’armée turque a été décapitée.
    Erdogan, un modéré ? Un islamiste pur et dure. La Turquie est une zone tampon à qui tout est permis et qui peut choisir la direction la plus extrême, sans conséquence. Il suffira qu’elle retourne sa veste à temps… Mais son islam, lui, ne faiblira plus, qu’on se le dise!
    Quand je pense que les américains n’ont pas arrêté de vendre à l’Europe ce régime, enfin je veux dire l’ancien.
    Où est-il aujourd’hui ce régime modèle d’intégration, modèle de libéralisme et de démocratie en devenir ? Où est-il l’allié privilégié de hier? On dirait une future théocratie qui espère recevoir une petite bombe ou deux de son ami iranien pour service rendu.

  4. Dov Répondre

    1 août 2012 a 21:08

    Avec cette agressivité la Turquie qui voulait rentrée dans l’Europe et que Sarkozy a tout fait pour empêcher cela
    Ont peu dire aujoud’hui que cela ne se produira jamais.
    D’ailleurs je ne vois pas ce qu’elle y ferait puisqu’elle se trouve en orient et que son peuple est musulmans.

  5. christopher dee Répondre

    5 août 2012 a 21:46

    La liberté de la presse et la Turquie, une grosse blague révélatrice du fascisme islamiste. Sa veste est tellement usée qu’à la prochaine révolution, elle retournera son pantalon.
    La Turquie d’Erdogan n’est pas l’amie des européens. Au contraire elle ressemble aux ambitions ottomanes d’antan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *