Emigration olympique ? 50% des athlètes israéliens sont nés… A l’étranger.

Publié le : 5 août 2012
Print Friendly

Samedi 4 août, Jillian Schwartz (native de la région de Chicago) et et Donald Sanford (de Los Angeles) ont mis sur leurs uniformes pour prendre place sur la scène olympique à Londres, où ils étaient en compétition dans les tours de qualification, respectivement pour la perche et le 400 mètres. Mais les deux anciens citoyens américains n’étaient pas vêtus sous les couleurs de ba bannière étoilée, ils étaient en blanc et bleu. Ils sont en compétition pour Israël,.

Sur les 37 Olympiens représentant Israël aux des jeux de cette année, seulement 20 sont nés en Israël. Treize sont nés dans l’ancienne Union soviétique; le joueur de tennis Andy Ram a émigré à Jérusalem à l’âge de 5 depuis l’Uruguay où il est né d’un père israélien et de mère uruguayenne; le marathonien Zohar Zemiro émigré en Israël à l’âge de 10 ans, lors du pont aérien de 1987 en provenance d’Ethiopie. Mais Schwartz et Sanford, qui ont tous deux participé aux plus hauts niveaux des compétitions mondiales sous la citoyenneté américaine.

Ces dernières années, nous avons vu la montée de ce qu’on a appelé « la citoyenneté olympique »: des athlètes qui changent leur nationalité, de partout dans le monde, pour un autre pays, parce qu’ils savent qu’ils auront plus de chance à participer aux JO en le faisant sous un pays « moins gros ».

Sandfort et Schwartz

Pour les athlètes comme Schwartz et Sanford, toutefois, la capacité de concourir pour Israël leur a donné l’occasion d’être de gros poissons dans un petit étang. «Les gens savent qui je suis», a expliqué Schwartz. « Le pays est entièrement solidaire avec nous. »

Schwartz a représenté les États-Unis aux Jeux olympiques de 2004, mais a terminé à une décevante 17ème place. Pour 2008 à Beiling, elle n’a même pas pu se qualifier. C’est donc avec beaucoup de bonheur qu’elle s’est déplacée aux Maccabiades de 2009 pour y remporter la médaille d’or. Là, elle a été approchée par des responsables israéliens pour, pourquoi pas, y prendre la nationalité. « J’ai senti une connexion forte. Je ne m’y attendais pas. Et finalement, j’ai accepté de déménager… »

Comme Schwartz est juive, le processus d’immigration était de la routine: « ce fut un processus assez rapide, » dit-elle. En quelques semaines, elle devenait israélienne. Et en un clin d’oeil, elle se qualifiait pour les JO 2012. « Mais ce n’est pas ça qui a guidé ma décision de prendre la nationalité. »

Contrairement à Schwartz, 25 ans, la star de l’athlétisme Donald Sanford n’est pas juif, mais son attachement à Israël a des racines profondes.

Pendant ses études en Arizona, le sprinter a commencé à flirter avec la joueuse de basket Danielle Dekel, une israélienne qui a grandi au kibboutz Ein Shemer. Finalement, ils se sont mariés en 2008 et il a commencé son processus d’obtention de la citoyenneté en 2010.

Barry Spielman, directeur des communications de l’Agence juive pour Israël en Amérique du Nord, qui coordonne l’immigration juive en Israël, expliqueque le processus est assez simple aussi longtemps que vous pouvez prouver votre admissibilité en vertu de la Loi du Retour. Cela signifie qu’avoir un grand-parent juif, un conjoint juif, ou des parents juifs permet de s’installer définitivement en Israël. Les deux, Schwartz qui est juive et Sandfort qui est marié avec une israélienne, ont donc pu facilement obtenir la citoyenneté israélienne en vertu de cette loi. Peu importe qu’ils soient champions ou non. Le processus d’immigration est le même pour tous. »

Inspiré par Tablet - Salomé Kupfer – JSSNews
Vous aimez cet article ? Inscrivez à notre newsletter quotidienne pour recevoir les nouveaux contenus de notre magazine, tous les jours en fin d’après-midi.    

 

3 Réponses à Emigration olympique ? 50% des athlètes israéliens sont nés… A l’étranger.

  1. Daz Répondre

    8 août 2012 a 13:59

    Tout ça pour dire quoi? Je n’ai pas saisi la finalité de l’article …

  2. hendy Répondre

    9 août 2012 a 03:59

    Ils ont un attachement à Israel alors qu’est ce que cela change

  3. emma Répondre

    5 octobre 2012 a 15:38

    C’est trop bien de faire sa pour Israel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *