JPMorgan prévoit une chute du prix du pétrole en cas d’attaque sur les installations iraniennes

Publié le : 10 septembre 2012
Print Friendly

La sagesse conventionnelle indique qu’une attaque israélienne ou américaine contre les installations nucléaires de l’Iran, déclenchera une augmentation sans précédent du prix du baril de brut. Le scénario « Armageddon » prédit un prix atteignant les 200$. Mais cela va t-il vraiment se produire ?

Colin Fenton, qui dirige un bureau de recherche chez JPMorgan, vient de publier une note à ses clients, pour les mettre en garde: ils doivent s’attendre à l’inattendu.

« Si une attaque a eu lieu, nous ne serions pas surpris que le prix du pétrole soit plus faible que prévu et qu’au lieu d’une hausse, nous assistions à un pic de baisse plus forte que l’augmentation aurait pu l’être. »

Le résultat baissier est contre-intuitif, mais l’histoire du marché du pétrole et du Moyen-Orient suggère que Fenton a peut-être raison.

Rejoignez les 24.600 amis de JSSNews sur Facebook !

Il a expliqué que, premièrement, les pays occidentaux pourraient ordonner une ouverture massive de leurs réserves stratégiques de pétrole, même si il n’y a pas de rupture d’approvisionnement et, deuxièmement, l’attaque pourrait nuire à la confiance mondiale, incitant au ralentissement de la croissance économique et, par conséquent, à la demande de pétrole.

Je vais ajouter une troisième raison: selon l’ampleur et la nature de l’attaque, l’Iran pourrait choisir de ne pas riposter – ou même de ne simplement pas reconnaître que l’attaque a eu lieu.

L’utilisation des réserves stratégiques de pétrole est la raison la plus évidente derrière une baisse potentielle des prix. La plus grande baisse du prix du pétrole est survenue le 17 Janvier 1991, lorsque les bombardiers américains ont commencé à frappé les troupes de Saddan Hussein en Irak et au Koweït. L’effondrement des prix de 10,9$ le baril était le résultat du action de l’Agence Internationale de l’Energie qui avait ordonnée l’ouverture des réserves stratégiques.

Les attaques terroristes du 11 septembre offrent également des leçons de l’histoire sur la façon dont l’économie mondiale pourrait subir des dommages en confiance. Immédiatement après l’attaque, les prix du pétrole ont bondi de près de 5%. Mais, avec les répercussions économiques des attentats, les prix se sont effondrés. Trois mois après le 11 Septembre, les prix du pétrole étaient 25 % plus bas qu’auparavant.

La politique du Moyen-Orient pourrait également empêcher une reprise des prix du pétrole. Quand Israël a détruit le programme nucléaire de l’Irak, bombardant le centre nucléaire d’Osirak au sud-est de Bagdad en 1981, Saddam Hussein a réagi avec une explosion de menaces verbales. Mais il n’a jamais donné suite militairement. Le caractère limité de l’attaque – et la possibilité d’une guerre majeure – sont des données qui, au final, n’ont pas fait bougé le prix du pétrole.

Quand Israël a bombardé une installation nucléaire en Syrie en septembre 2007, Damas et Tel-Aviv ont gardé le silence sur l’opération secrète. La Syrie n’a jamais répondu à l’attaque. Israël n’en n’a pas parlé non plus. Le marché du pétrole n’a appris le bombardement que des semaines plus tard.

La politique et les implications du prix du pétrole d’une attaque israélienne sur l’Iran sont certainement différents des exemples précédents. Mais l’histoire du Moyen-Orient et du marché du pétrole devrait servir de mise en garde contre ceux qui voudraient sauter du train en marche.

Nathan Berdigo – JSSNews
Apprenez l’hébreu et aidez les enfants de Jérusalem 

12 Réponses à JPMorgan prévoit une chute du prix du pétrole en cas d’attaque sur les installations iraniennes

  1. Rony d'Alger Répondre

    10 septembre 2012 a 13:07

    Pourquoi écrire :  » Damas et Tel Aviv  » alors que même, si le ministère de la défense est effectivement dans cette dernière ville, la capitale d’Israël est Jérusalem où sont établis le Président de l’État, le Gouvernement ainsi que le Parlement ( la Knesset ). Évitons de consacrer le vocabulaire pro-arabe utilisé par la presse politiquement pourrie.

  2. antibobo Répondre

    10 septembre 2012 a 13:08

    Nathan Berdigo, je vous rappelle que la capitale d’Israel est Jerusalem.

  3. Histazim Répondre

    10 septembre 2012 a 13:08

    « Damas et Tel Aviv »

    Tel Aviv est la capitale d’Israël maintenant ?

  4. S.Journo Répondre

    10 septembre 2012 a 13:49

    +1

  5. amouyal Répondre

    10 septembre 2012 a 14:56

    c’est pas damas et tel aviv , c’est vesoul et brest ?

  6. Lionel Répondre

    10 septembre 2012 a 17:11

    Article interessant. Merci.

  7. joseph Répondre

    10 septembre 2012 a 19:47

    jerusalem !!!!!!!!!! et damas les bains !

  8. tor Répondre

    10 septembre 2012 a 21:25

    Une attaque de l’Iran n’aura rien à voir avec la syrie et l’Iran. Les perses ne resteront pas sans réagir les ayatollahs seront virés
    du pouvoir. Non, il faut s’attendre à une augmentation des prix du pétrole limitée par l’ouverture des réserves stratégiques des états .La réaction iranienne sera quant à elle bien plus modérée que les roulements d’épaules laissent croire ,surtout s’ils sont victmes d’une immobilisation électronique…

  9. gwynplaine Répondre

    10 septembre 2012 a 23:30

    Ce serait rigolo qu’en plus de s’être mangé une toise, les prix s’effondrent par suite d’un attentisme mondial.

    Un malheur ne vient jamais seul, willi-willi, pauvres pouilleux de muzzs.
    Et l’imam caché hein? Manquerait plus qu’il fasse demi-tour faute de bitroule et de taxi disponible.

    L’Apocalypse reporté sine die!
    Au bon vouloir des sionistes! Raaaah!

  10. Marock Répondre

    11 septembre 2012 a 00:04

    « willi-willi »

    D’ où te vient cette expression, qui te revient souvent.

    De tes connaissances, au sens féminin du mot ?

    • trublion Répondre

      11 septembre 2012 a 00:17

      c’est son ami « wah ‘liya » qui lui a soufflé.

    • gwynplaine Répondre

      11 septembre 2012 a 10:40

      C’est de Fernandel dans un rôle de mahométan, qui m’avait fait beaucoup fait rire étant môme
      Maintenant les mahométans dans le rôle de Fernandel, sur la canebière ne me font plus rire du tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *