Paris & Berlin qui sourient et Jérusalem qui fronce le sourcil ? – Par Jacques Borde

Publié le : 14 septembre 2012

Le feuilleton du drone Male (Moyenne Altitude Longue Endurance) vient de connaître un énième épisode. En effet, par voie de communiqué [voir le "communiqué" en pied de page], le ministère (français) de la Défense a annoncé que la France et l’Allemagne venaient de trouver un accord « sur un ensemble commun de besoins opérationnels clés en vue d’une possible solution européenne » et cela, « conformément à la déclaration d’intention du 14 juin 2012 » dans laquelle les deux pays ont convenu de « renforcer leur coopération dans divers secteurs de l’armement ». Le tout sous couvert d’une nouvelle brique industrielle franco-allemande !

Brique qui fera que, la France et l’Allemagne vont étudier un énième drone Male. Comme après avoir porté sur les fonds baptismaux le projet Talarion d’EADS, qui vient d’être abandonné ?

Par ailleurs, « les deux nations évalueront également la possibilité d’une coopération opérationnelle comme étape intermédiaire ». En clair : trouver un successeur aux Harfang actuellement en dotation; afin d’éviter une rupture capacitaire dans l’attente de l’arrivée d’un hypothétique drone Male européen.

Concrètement, la décision annoncée revient à remettre en cause le choix (franco-israélien) du précédent ministre français de la Défense, Gérard Longuet, dans la mesure où c’est l’option consistant à acquérir le drone américain MQ-9 Reaper qui est, implicitement, évoquée, après avoir écarté le Heron TP israélien.

En fait, Berlin et Paris s’étaient, depuis quelques mois, entendus pour lancer une coopération dans le domaine des drones Male. Annoncée il y a deux jours, dans la réalité, la décision aurait été prise lors d’une rencontre entre, Jean-Yves Le Drian, et son homologue allemand, Thomas de Maizière, le 22 juin 2012. Restait, depuis cette date, une mise en forme, délicate, du projet…

Le communiqué, rendu public le 12 septembre 2012, au soir, précise que « les deux nations se sont mis d’accord sur un ensemble commun de besoins opérationnels clés en vue d’une possible solution européenne ». L’annonce officielle précisant que les deux pays vont évaluer la « possibilité d’une coopération opérationnelle comme étape intermédiaire ».

Que déduire de ce sabir militaro-diplomatique germano-français ? Que Berlin et Paris :

1° comptent acheter – en commun et sur étagère – le MQ-9 Reaper américain.
2° envisagent ensuite le soutien et la mise en œuvre mutualisés de ce matériel, selon des conditions restant à préciser.

Toute décision de ce type implique gagnant(s) et perdant(s). Côté gagnant(s), nous avons :

1° Le complexe militaro-industriel US, dont le Reaper fait, désormais, figure de produits d’appel auprès des clients occidentaux de plus en plus demandeurs de ce genre de matériels.
2° Berlin et Paris, qui, faisant pot commun en ces temps de disette budgétaire, en tireront, nécessairement des économies d’échelle.
3° Probablement Londres. En effet, comme l’ont souligné les compères allemands et français, cette réaffirmation de l’axe franco-allemand, dans le domaine des drones, restera « pleinement cohérente » avec les engagements pris avec Londres dans le cadre du Traité de Lancaster House. Et, là encore, traduisons en français courant : à (court) terme une coopération tripartite autour du Reaper. Pas franchi d’autant plus aisément que la Royal Air Force (RAF) met, déjà, en œuvre le drone américain.

Côté perdant(s) :

1° Quelque part, Berlin et Paris ! En effet, au-delà du fait que personne ne peut affirmer de quoi accouchera cette coopération américano-germano-franco-anglaise en matière de drone Male, les « customisations » locales qu’apporteront nos industriels européens au MQ-9 Reaper US n’iront pas bien loin. Et, pour un produit, choisi « sur étagères », à quel coûts et pour quels bénéfices ?

2° Jérusalem. En effet, au-delà du renoncement français à une version largement francisé du Heron TP made in Israel, Berlin vient, aussi de lâcher son partenaire hiérosolymitain, en optant pour le drone US.

Ceux qui espéraient, qu’en cette affaire, le choix du Heron TP jouerait le rôle d’un offset deal venant adoucir financièrement la facture des sous-marins Dolphin auprès de l’Allemagne en seront pour leurs frais…

Or, la note de l’agrandissement de la flotte de sous-marins Dolphin sera particulièrement salée pou le contribuable israélien (l e projet avait, d’ailleurs, été retardé par des différends avec Berlin sur le montant du 6ème exemplaire : 500 M$US, 700 M$US ou 1 Md£US). D’après les dernières informations, collectées par Renseignor n°738 (9 septembre 2012 7), c’est le dernier chiffre qui serait le bon : UN milliard de dollars ! Rappelons qu’actuellement l’Heyl Ha’Yam aligne 3 Dolphin.

Question subsidiaire : de quel Reaper parle-t-on ?

En effet, General Atomics, à terme, va bien accoucher de son MQ-9 Reaper Block-1 (la version Block-5 du modèle, en fait). Selon un communiqué de presse de GA, le nouveau Reaper sera plus puissant, et son système de communication plus protégé, de manière à rendre impossible tout manœuvre de brouillage ou de prise de contrôle. À qui sera-t-il destiné ? Aux seuls Américains, ou à quelques happy few ? Il est trop tôt pour le dire…

Le Communiqué du ministère français de la Défense :

Suite aux rencontres entre le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et son homologue allemand, Thomas de Maizière, le 22 juin dernier, et conformément à la déclaration d’intention du 14 juin 2012, la France et l’Allemagne entendent renforcer leur coopération dans divers secteurs de l’armement. Dans le domaine des drones Male, les deux nations se sont mis d’accord sur un ensemble commun de besoins opérationnels clés en vue d’une possible solution européenne. Grâce à cet accord, la France et l’Allemagne sont en mesure de favoriser une coopération pour la réalisation d’un drone Male. Les deux nations évalueront également la possibilité d’une coopération opérationnelle comme étape intermédiaire. La France et l’Allemagne s’efforceront d’harmoniser les structures et les processus nécessaires afin de permettre aux deux pays de lancer la réalisation de ce projet. La France veillera à ce que ce travail soit pleinement cohérent avec les engagements pris entre la France et le Royaume-Uni sur ce sujet dans le cadre du Traité de Lancaster House. La France et l’Allemagne ont pour objectif d’approfondir les possibilités de coopération européenne. Une déclaration a été signée aujourd’hui, par le secrétaire d’état allemand Beemelmans, le délégué général pour l’armement Collet-Billon, et les chefs d’état-major des armées, le général Wieker et l’amiral Guillaud.

Par Jacques Bordes – JSSNews
Apprenez l’hébreu et aidez les enfants de Jérusalem     

Print Friendly

6 Réponses à Paris & Berlin qui sourient et Jérusalem qui fronce le sourcil ? – Par Jacques Borde

  1. Marock Répondre

    14 septembre 2012 a 22:45

    Passionnant.
    Mais j’ ai rien compris.

    • Dany Répondre

      15 septembre 2012 a 16:32

      La même chose pour moi. Je m’y suis remise à 3 fois……. il faut avoir fait l’ENA pour comprendre cet article. Ridicule.

  2. Serge Belley Répondre

    15 septembre 2012 a 15:03

    Comme j’ai déjà dit, en affaires y pas d’amis seulement des intérêts, voyez-vous l’amitié, c’est dur a acheter et Israël comprends sûrement cet état d’âme, mais Israël survivra car elle en a vu bien d’autres déceptions. Il faut seulement savoir choisir ses amis et surtout les garder a ses cotés.

  3. neoplasme avner Répondre

    15 septembre 2012 a 17:56

    Moi ce que j’ai compris c’est que quand je vois le mot Gérard Longuet je me sauve en courant…
    Consultez le pédigré du personnage ça suffira

    • fredo Répondre

      15 septembre 2012 a 19:38

      G.L ancien militant actif d’extrême droite, jamais guéri puisque très proche du F N et de ses « idées » ! Voilà le personnage ! A vomir !

  4. tor Répondre

    16 septembre 2012 a 05:39

    C’est du charabia.Le censeur qui bloque si facilement certains commentaires pourrait commencer à filtrer les articles des copains .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *