Les unités d’élite de Tsahal deviennent encore plus difficile d’accès

Publié le : 3 octobre 2012

Le commandement des Forces de défense israéliennes a décidé de rendre plus difficile pour les nouvelles recrues de rejoindre les unités de combat d’élite.

L’une des principales modifications, décidées par les commandants de l’infanterie et des brigades de parachutistes, implique des tests plus stricts dans le « Bar-Or », l’examen utilisé par les FDI pour évaluer la condition physique et l’aptitude des candidats à résister aux pressions de situations de combat. Les candidats vont maintenant être testés sur le nombre de sit-ups et tractions qu’ils peuvent effectuer en une session et le temps qu’il leur faut pour courir 2 000 mètres. Ceux qui ne répondent pas aux contraintes de temps non divulguées ne seront pas éligibles pour entrer dans l’unité désirée.

Chaque unité d’élite se prononcera sur sa propre limitation dans le temps pour la course de 2 000 mètres. Le délai sera également susceptible d’être modifié de temps à autre au sein de chaque unité.

Le test en cours d’exécution sera effectué le premier jour de l’application d’un candidat à une unité d’élite, avant même que le programme de formation de l’unité ne commence. Les candidats qui sont affectés à des programmes de formation de base, tels que celui du Corps du génie Yahalom, participeront au 2 000 mètres plusieurs jours avant le début de la formation de base.

Le test de fonctionnement a déjà été appliqué dans plusieurs unités, mais jusqu’à présent, aucune unité d’élite n’a décidé d’appliquer ces règles avant leur mise en place complète.

Dans le même temps, les commandants qui ont décidé de modifier les critères d’acceptation pour les unités de combat d’élite ont également décidé d’annuler plusieurs tests physiques qui jusqu’à présent étaient donnés aux candidats pendant la phase d’essai. Des tests tels que le sprint sont désormais considérés comme trop pénibles par temps chaud et la cause de coup de chaleur dans certains cas.

Selon un officier supérieur, l’idée sous-jacente de faire les examens physiques plus difficiles est d’accroître le sentiment d’insécurité parmi les candidats, de sorte qu’ils doutent vouloir faire partie l’équipe.

Amos Lerah – JSSNews
Apprenez l’hébreu et aidez les enfants de Jérusalem 

Print Friendly

9 Réponses à Les unités d’élite de Tsahal deviennent encore plus difficile d’accès

  1. Histazim Répondre

    3 octobre 2012 a 10:54

    « Le test en cours d’exécution sera effectué le premier jour de l’application d’un candidat à une unité d’élite »

    En français on ne dit pas application mais candidature

    • nesher Répondre

      4 octobre 2012 a 00:59

      Au Canada, on dit application. Comme disent les camerounais: »le français est élastique, chacun tire de son côté »

  2. subliminalsong Répondre

    3 octobre 2012 a 11:45

    des spatiates, oui des spartiates, faisons de nos jeunes des spartiates déterminés, des chiens enragés sur le champs de bataille, y a que comme ça qu’on effacera 2000 ans d’indignité.

  3. Davido Répondre

    3 octobre 2012 a 16:56

    2000 ans d’indignité? Je viens d’en lire que 2 lignes d’indignité là.

    Et pour en revenir à des choses importantes, tant qu’à faire Tsahal ferait bien d’aussi augmenter le niveau des tests d’intelligence et d’éthique des unités affectées au contrôle des territoires. Ce qui pourrait même alléger la charge des unités combattantes. CQFD.

    • Daz Répondre

      3 octobre 2012 a 19:17

      Vasy développe ton propos

    • nouveau1 Répondre

      3 octobre 2012 a 23:08

      Si les militaires étaient des surdoués, ça se saurait. Et le mot intelligence ne rime pas trop avec celui de militaire.
      L’essentiel est qu’ils fassent ce que leur dit de faire.

      • Daz Répondre

        3 octobre 2012 a 23:33

        nouveau1> Archi faux, on voit bien le manque de subtilité crasse, on demande au militaire d’obéir à son supérieur, rien ne l’empêche de contester pour des raisons valables, de savoir prendre des initiatives INTELLIGENTES sur le champ de bataille pour remplir sa mission etc…
        De plus l’armée recrute et forme de nombreux techniciens, ingénieurs etc…

  4. sebastien Répondre

    3 octobre 2012 a 17:08

    dans l’armée française, à mon époque, il y avait les tests TAP, pour servir dans une unité parachutiste, dont les tractions, les pompes,les montées de cordes, les abdos la course avec un collegue du meme poid sur le dos, le 8000, le 15000, et le raid , 150km à pinces avec tout le barda et sur un parcours plutot difficile, montagne comprise. Si les candidats ne pouvaient suivrent, ils etaient dégagés. De nos jour, je ne sais pas si celà existe toujours.
    Bon courages aux candidats israeliens

  5. popi soudure Répondre

    3 octobre 2012 a 19:26

    JEne suis pas étonné par ces tests de capacités pour les forces spéciales ! toutes les forces spéciales dans le monde telles les SAS anglais , navy seals US et autres speitnazs russes toutes ont des tests draconiens et hyper dur pour les nouvelles recrus , il y a beaucoup de recalés maximum 10 a 15% de recuts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *