Theresa May critique John Kerry pour son discours anti-israélien contre-productif | JSSNews

Theresa May critique John Kerry pour son discours anti-israélien contre-productif

Publié le : 29 décembre 2016

Le gouvernement du Premier ministre britannique Theresa May a publié une réprimande sans précédent vers John Kerry, le Secrétaire d’Etat allié le plus proche du Royaume-Uni, après le discours de Kerry blâmant Israël pour le manque de progrès dans le processus de paix.

may

Un porte-parole du Premier ministre britannique a publié une déclaration critiquant la mise au point de Kerry sur les communautés juives de Judée, de Samarie et de Jérusalem Est. « Nous ne … pensons pas que la façon de négocier la paix est en se concentrant sur une seule question, dans ce cas, la construction d’implantations. Clairement, le conflit entre les Israéliens et les palestiniens est profondément plus complexe ».

Le porte-parole a également critiqué la description de Kerry du gouvernement actuel d’Israël comme «le gouvernement le plus de droite » dans l’histoire d’Israël. « Et nous ne pensons pas qu’il est approprié d’attaquer la composition du gouvernement démocratiquement élu d’un allié. »

« Le gouvernement estime que les négociations ne réussiront que quand elles sont menées entre les deux parties, soutenue par la communauté internationale. » le porte-parole a conclu.

Par Amaury Vuibert – JSSNews

36 Réponses à Theresa May critique John Kerry pour son discours anti-israélien contre-productif

  1. Chlomo Répondre

    29 décembre 2016 a 21:51

    Apres le vote contre Israel à l’ONU , Mme May essaie de se racheter mais la ficelle est grosse
    Si l’UK avait voté contre cela aurait été bien mais quan on sait que Mme May a fait la navette entre les USA et les arabes pour trouver une résolution équilibrée ( dixit Mme May) on mesure son hypocrisie typiquement anglaise flûteur de merde lorsqu’ils ont été les mandataires de laPalestine Juive dont ils ont volé 80% pour créer la Jordanie
    Tous salauds ces rosbeefs

  2. Elie de Paris Répondre

    29 décembre 2016 a 22:58

    Thérèse se met à l’aise.
    Et elle a bien raison. Trump approche…
    Elle vient d’arriver et la durée l’attend tandis que l’autre clown, mis en poupet’show sur l’autre fil, va disparaître de la scène et ne sera évoqué que comme une marque de marionnette dans la prochaine generation…
    Toutefois, Thérèsa, pourquoi ne pas s’être opposée à cette infâme et indigne résolution ?
    L’albion a tant à se faire oardonner…

  3. Christiane Répondre

    29 décembre 2016 a 23:16

    Il paraît que Lavrov n’est pas d’accord avec le discours de Kerry. je n’ai pas bien compris les raisons peut-être comme T. May pour faire passer le vote à l’ONU.

  4. Ruthy Répondre

    29 décembre 2016 a 23:44

    Alors, qu’elle se rétracte le 15 janvier, lors de la boum organisée par le demeuré de l’Élysée.

    • Chesnel Répondre

      30 décembre 2016 a 23:29

      Organisée aussi l’ectoplasmique occupant du Mosquai d’Orsay, marionnette de diplomates aussi pleins de morgue que d’arabophilie.

  5. Haïm Répondre

    29 décembre 2016 a 23:45

    Bien mais il n’empêche que l’Angleterre à voté aussi cette résolution de merde.

  6. Ixiane Répondre

    30 décembre 2016 a 00:55

    ON s’en fout de la boum des demeurés à Paris ! Cette boum ne sert qu’à lécher les babouches aux arabes
    J’ai constaté que les JUIFS sont chez eux légalement en JUDEE SAMARIE ;
    Le texte de GURFINKIEL est à lire et relire, il remonte le moral ; Alors ISRAEL, construisez , construisez chez vous !
    OBAMA, Kerry à la poubelle !

  7. Sirius Répondre

    30 décembre 2016 a 02:44

    Est-elle sincère ? Il y a peut-être un jeu de rôles. La perfide Albion est pro-palo depuis toujours. Depuis le 19e siècle au moins, les Britanniques, comme les Français, ont toujours préféré les musulmans aux juifs et aux chrétiens, comme ils ont toujours préféré les Arabes et les Turcs aux Russes.

  8. DANY83270 Répondre

    30 décembre 2016 a 04:51

    Cette Théresa MAY est une perfide Albion doublée d’une malade mentale; voilà une « Première ministre » du Royaume uni (totalement désuni) qui a voté hier une résolution injuste contre Israël au Conseil de sécurité de l’ONU et aujourd’hui elle vient nous dire qu’elle a réprimandé Kerry pour ses propos contre Israël ; mais de qui se moque-t-elle cette espèce de folle qui prend carrément les Juifs pour des demeurés ? sa place est dans un hôpital psychiatrique parce que cette personne est dangereuse et il faudrait la faire soigner d’urgence; au secours, c’est grave, elle est le Chef d’une armée qui dispose de l’arme atomique !

    • Chesnel Répondre

      30 décembre 2016 a 23:34

      Non, les hommes et les femmes politiques ne sont pas des schizophrènes. Mais certains d’entre eux atteignent des sommets en matière de cynisme.

  9. Victor Répondre

    30 décembre 2016 a 09:55

    Elle est bien gentille la mère Thérésa , mais un peu perfide albion , puisqu’elle a voté des deux mains la résolution obamesque d’il y a quelques jours !!!
    Elle me rappelle le fromage mou et son gouvernement d’abrutis qui ont voté pour le Mont du Temple , et le Kotel comme étant un site musulman falestinien et qui le regrette ensuite ….
    Une question me turlupine cependant : ils sont cons ou ils font exprés ?

    • ixiane Répondre

      30 décembre 2016 a 20:59

      non ils ne regrettent rien , ils ont fait semblant de regretter : il faut ménager la chèvre et le chou !!

  10. Elie de Paris Répondre

    30 décembre 2016 a 10:26

    Voila que les Anglais, puis ls Australiens regrettent leur vote. Rassurons nous, la France n’est point concernee.
    Elle est l’instigateur !
    .
    Qui se souvient du film « Willow » , où Val Kilmer luttait contre 20 à l’épée, alors qu’une sorc’iere préparant le sacrifice d’un bébé sauveur, suscita un monstre horrible dans le dos de Val, et les 20 prirent la fuite, tandis que notre vaillant heros, riant dans sa perplexité, pensait que c’était lui qui les mettait en déroute ?!
    Ainsi les revirements en deroute de ceux qui regrettent leur vote.!
    Trump apparaît dans le dos d’Ysraël…
    .
    J’ai sélectionné ce texte, en adéquation avec mes conceptions, que son auteur, pour une fois, teinte de messianisme.
    Enfin…
    .

    Sur desinfos…
    2017, année eschatologique
    Shmuel Trigano
    jeudi 29 décembre 2016
    .
    «l’ Eschatologie » désigne généralement la « fin des temps ». Je n’irais peut-être pas jusque là mais sans doute entrons-nous dans la fin d’un temps. De nombreux signes nous montrent que cette année signera en effet la fin de l’époque que la chute du mur de Berlin (1989) a ouverte, elle-même la suite de l’après deuxième guerre mondiale, deux périodes charnières qui nous ont faits entrer dans un monde encore inconnu.
    Entre 1989 et 2017, nous avons subi l’effet d’une même utopie qui s’est cristallisée autour de l’attente millénariste que le passage du bi-millénaire avait suscitée en 2000 et que l’on peut définir comme le post-modernisme.
    Un rêve de toute puissance et de fusion massifiante s’est alors emparé de l’Occident démocratique qui a cru à la fin de toute limite, à la maitrise totale du destin et de la nature humaines, à l’Etat mondial, à la fin des frontières et des territoires,… Une véritable ivresse de toute puissance.

    La montée en force de la Russie, la décomposition annoncée de l’Union Européenne, scène principale de cette frénésie et de ce drame, le spectacle digne d’une légende de l’armée de « migrants » qui, l’an dernier, l’envahissait en rangs serrés, l’effondrement de l’Etat arabe de toutes parts, l’agression planétaire de l’izlam font entendre les craquements de l’ordre ancien. Nous sommes passés de l’affrontement entre des Etats à l’affrontement entre des blocs massifs, des civilisations, des empires ou aspirants à l’empire. En Europe c’est le choc UE-Russie, au Moyen Orient Iran-Arabie, Turquie-Iran, Shiites-Sunnites, Islam-Occident, sans oublier la Chine confrontée aux Etats-Unis. Les mondes concurents se re-centrent chacun sur soi en même temps que progresse la mondialisation comme si chacun s’apprétait à bondir sur son voisin.
    Une étrange atmosphère s’est emparée de l’Occident où tout le monde rivalise de « moralité », de pureté, de reconnaissance d’autrui mais où le double discours et la perversion des valeurs montrent chaque jour leurs effets. Nous sommes à Sodome dont la cruauté était déguisée sous la morale. Le visiteur, nous dit la tradition juive, y était accueilli mais forcé de dormir dans un lit trop petit pour les plus grands auxquels on coupait les pieds, trop grand pour les plus petits dont on étirait les jambes jusqu’à ce que mort s’en suive…
    .
    Comme toujours, le peuple d’Israël est le révélateur de l’état de l’humanité. Ce qui lui arrive en est le symptôme. Deux scènes, très semblables, illustrent de façon théatrale cette perversion du langage et de la réalité : le vote de la reconnaissance de l’Etat imaginaire de Palestine par le parlement français et le vote anti-israélien du Conseil de sécurité, les deux en standing ovation, puis, demain la Conférence de Paris. Qu’avaient-ils donc tant à se féliciter pour un tel vote ? Combien cette joie exprime-t-elle de haine rentrée et de mépris, expression irrépressible d’une animosité atavique envers le peuple juif redevenu souverain et échappant au patronage de la maganimité compassionnelle de l’Occident ? Que sont donc ces Palestiniens, pour jouer les victimes favorites de toute la planète où d’infiniment plus graves situations sont laissées à l’abandon ? Sinon parce qu’ils représentent un Israël substitutif qu’ils envisagent de substituer à Israël dans son propre être et son propre territoire ?
    Le « nouvel israël » des postcolonialistes !
    Car l’inimitié fondamentale des Palestiniens est de l’ordre de l’évidence. Cet acharnement a gravi les échelons : d’abord à l’UNESCO puis à l’ONU, qui décrète que les Juifs sont des colons à Jérusalem et qu’ils le sont sur la Terre d’Israël. Le sort de Jerusalem décide stratégiquement, en effet, du sort de toute ce territoire. Quelle sera la prochaine étape sinon l’annihilation morale et juridique d’Israël ? Nous voyons se lever à nouveau la horde amalécite et le combat devient total car c’est au fondement même de l’existence du peuple d’Israël que l’humanité assemblée au Conseil de sécurité porte atteinte. La planète d’un côté, Israël de l’autre… C’est un signe attendu de la fin des temps dans la tradition messianique juive, la condition d’Abraham. L’humanité réunie décrête qu’Israël est un étranger sur sa terre et s’apprête à le mettre en quarantaine s’il ne vient pas à récipiscence avant de lui porter le coup fatal. Situation prophétique, s’il en est ! Alors qu’au nord pointe le museau d’un nouvel empire de Perse, « du nord éclatera le mal » (Jr 1,14) ) au point focal de la concurrence des empires, russe, iranien, turc. Que fera le jocker du destin,… Trump ?

  11. Victor Répondre

    30 décembre 2016 a 11:03

    La France collabore comme en 1940 ….
    En effet , sur les rayons des supermarchés  » AUCHAN  » les fruits et légumes sont étiquetés comme provenance  » colonies israéliennes  »
    Les nazis l’ont inventé , la f.rance l’a fait !!!!

  12. yossef Répondre

    30 décembre 2016 a 14:19

    Elie dit de Paris nous offre une belle envolée lyrique empreinte

    d’un pessimisme effrayant. Nous sommes toujours dans la partie

    depuis 5000 ans, mon père qui a connu la montée du nazisme me

    racontait aussi comment l’allemagne paraissait invincible, la

    virulence de la racaille anti juive en Algerie le statut des juifs

    etc .. et puis miracle Hitler attaque la Russie et débarquement US

    en Agèrie fini évaporé le pétainiste arrogant . Ce qui parai

    aussi sombre aujourd’hui peut changer en un clin d’œil si D.. l’a

    décidé.

  13. Zouzi Répondre

    30 décembre 2016 a 20:25

    Jusqu’à quand ces dirigeants et leurs associés les journalistes corrompus peuvent ils nous enfumer
    À quand le monde( libre soit disant) aura à choisir l’importance des sujets à débattre a l’ONU, au lieu de ces mascarades. Comment laisser massacrer des civils parmi eux bq de chrétiens et voter contre le seul pays democratique, ou vivent des millions d’arabes libres , le vote en dit long sur cette corruption et intérêt

  14. ixiane Répondre

    30 décembre 2016 a 20:56

    OBAMA et KERRY pensent qu’en virant les juifs de JUDEE SAMARIE , ils seraient dans pas longtemps à la mer . Leurs musulmans chéris détiendraient tout le MOYEN ORIENT !!

  15. ixiane Répondre

    30 décembre 2016 a 21:02

    ils regrettent tous …. on va voir le 15 janvier comment ils agissent; 70 pays qui vont voter contre Israël et 3 jours plus tard , :  » on regrette » …… bande d’idiots !!!

  16. Yéhoudi Répondre

    31 décembre 2016 a 11:23

    « Publié le 30 Déc 2016

    Haine du Juif : le Centre Simon Wiesenthal place le gouvernement français à la 3e place de la haine anti-israélienne et anti-juive
    agence immobilière Transalion

    ETOILE-JAUNE-ISRAEL

    Le Centre Simon Wiesenthal, une organisation juive américaine luttant contre l’antisémitisme et l’antisionisme, a placé le gouvernement français à la 3e place de la haine anti-israélienne et anti-juive de son top 10 des actes antisémites et antisionistes.

    L’organisation juive accuse la France et son gouvernement d’avoir été « le premier membre de l’Union européenne à appliquer la directive concernant l’étiquetage des produits israéliens fabriqués au-delà des frontières de 1967 ».

    Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    allez la France !! ALLEZ !! ( sur l’ air des lampions!!) :lol:

    encore un effort!! un coup de collier , la première place n’ est plus loin …encore deux ou trois millions de Mahométans et le pays de Saint-Louis, le bruleur de Talmuds, le Pays de Dreyfus, le pays de Phillipe Putain , le Pays du grand dadais réfugié a Londres, auteur de l’ inoubliable « peuple dominateur », le Pays du bateleur tâteur des culs de vaches gueulant a Jérusalem « what you want! you want i come back tou France »…tout en surveillant du coin de l’ oeuil les réactions pâmées des cousins de son électorant…le Pays des condamnations grotesques soutenant les ONU et UNESCO, en réalité s’ assurant les bienveillances (mortelles) des pays, ou plutot des bandes arabo-musulmanes…

    dans peu, trés peu de temps, a force de vouloir absolument mettre la Charia avant l’ hébreu, vous allez passer sous le joug islamique…

    il est peut etre temps, plus pour longtemps, de solliciter un visa de long séjour auprés de l’ ambassade d’ Israel??

    maudits lâches !

    qui avez vendu Mon Peuple a votre église persécutrice pendant des siècles, puis qui l’ avez vendu une deuxième fois, livré pieds et poings liés, au moloch Naziforme, et qui etes en train de l’ offrir en holocauste au sacro-saint Bitroule qui vous fera disparaitre en même temps que ceux dont vous lèchez goulument le fessier pas trés propre…

    • Chantal Répondre

      1 janvier 2017 a 02:19

      bravo!

  17. Yéhoudi Répondre

    31 décembre 2016 a 13:14

    BONNE NOUVELLE :lol: :lol:

    « Irak : après le départ de l’EI, les règlements de compte débutent entre chiites et sunnites »

    a venir bientot de superbes palmarès en corps déchiquetés , en bombes humaines dans les Mosquées, en handicapés a vie ayant perdu qui une guibolle, qui un bras, ou deux, ou les deux yeux ….grace a la puissance de conviction de la religion d’ amour, de tolérance, de paix

    dite RATP…. qui mène en métro les crétins et idiots inutiles tels les morbaques Plenel, Morin (sans oublier de mordre l’ autre Boniface…)

    Bref sur JSS, la rubrique

    « des musulmans tuent des Musulmans » n’ est pas prête d’ être close :lol:

    y a plus de Juifs a Farhouder ?? y a plus de Chrétiens a Edbaher?? pas grave! on va mieux s’ entretuer en famille….

    chiites contre Sunnites….Malékites contre Meurtrenkit….

    pourvu que le sang coule….pour nous donner l’ ivresse

    bande de konnards qui auriez mieux fait de jouir de l’ ivresse du jaja de nos libations , et qui confondez les rouges….ceux de l’ hémoglobine et ceux du Golan

    ratés définitifs….irrécupérables a peine bons pour la gigantesque benne macabre dans laquelle vous etes condamnés a TOUS finir…

  18. tony67 Répondre

    31 décembre 2016 a 15:58

    Théresa!!! MAY C est trop tard le mal est fait .

  19. Elie de Paris Répondre

    31 décembre 2016 a 22:37

    Pas besoin de jouer à l’effarouchée, dame en glaise.
    Il y avait 15 votants pour cette session, en tournante.
    Avec évidemment ceux qui vetisent.
    Et c’est là, bien entendu, que tous vous avez signé votre consentement rétroactif pour la Shoah.
    C’était presenti de longue date.
    L’ abstention d’Obamairde aussi.
    En fait, le Seigneur pousse à la faute pour mieux châtier.
    Un bon article sur actu J..

    .
    « Comment Netanyahou et Poutine ont essayé de bloquer la résolution à l’ONU sur les implantations »
    Par Steve Nadjar Le 28/12/2016 à 10h00 Rubrique Israël

    Réagir (0 commentaire) Imprimer Envoyer Partagez sur
    Les manœuvres du duo Netanyahou-Trump ont mis en rage l’administration démocrate (DR).
    Récit d’une initiative où les diplomaties américaine, britannique et palestinienne ont pris à revers le gouvernement Netanyahou.
    .
    Depuis des mois, les responsables israéliens phosphorent sur la dernière carte que pourrait sortir de son jeu le président américain, au crépuscule d’un double mandat au bilan bien maigre au Moyen-Orient. La réponse est tombée la veille de Hanouka, sans les atours du miracle : une abstention sur un vote au Conseil de sécurité de l’ONU, une première pour une administration qui avait pourtant bloqué une résolution assez semblable en 2011. « C’est un blitzkrieg diplomatique » analyse pour Actualité Juive Frédérique Schillo, chercheuse en histoire à Jérusalem. « Même si tout le monde a conscience que cette résolution arrive trop tard et qu’elle n’a qu’une portée symbolique, la réaction israélienne accrédite l’idée d’un tsunami diplomatique ».
    L’histoire de la « 2334 » démarre par une surprise qui va prendre de court les stratèges israéliens. Alors qu’ils évaluent que la Nouvelle-Zélande, traditionnellement active dans le dossier proche-oriental, pourrait prendre le « lead » d’une résolution, c’est un texte de l’allié égyptien qui circule de main en main, mercredi 21 décembre, dans les couloirs des Nations unies, à New York. « La résolution n’était pas une surprise. Mais nous ne savions pas exactement ce qui allait arriver » confirme une source diplomatique israélienne contactée par Actualité Juive.

    Trump entre en scène

    Le Caire finira par reporter sine die son projet, jeudi après-midi, sous les pressions israéliennes et américaines. Plus précisément du camp Trump, sollicité par des Israéliens persuadés que les Américains ont décidé de s’abstenir. Iconoclaste jusqu’au bout, Donald Trump confirme qu’il n’entend pas s’en tenir au traditionnel devoir de réserve des candidats élus pendant la période de transition. « La résolution examinée au Conseil de sécurité des Nations unies concernant Israël devrait se heurter à un veto » écrit-il sur Twitter. Soucieux de gagner du temps jusqu’au changement d’administration, le 20 janvier, Netanyahou peut souffler. Mais c’est sans compter sur l’agenda des autres participants à cette partie de poker diplomatique. Celui de Barack Obama en premier lieu.

    Obama solde les comptes

    Les manœuvres du duo Bibi-Trump ont mis en rage l’administration démocrate. En vacances à Hawaï, Barack Obama étudie depuis mercredi, par téléphone, le projet de résolution égyptien. Son équipe, le jugeant déséquilibré, soutient un rejet. Selon un document publié cette semaine par un site égyptien, mais non encore authentifié, le secrétaire d’Etat John Kerry et la conseillère à la Sécurité nationale, Susan Rice, auraient assuré, huit jours plus tôt, à une délégation palestinienne que les Américains n’opposeraient pas de veto à un texte présenté au Conseil de sécurité en des termes équilibrés. Le 21 décembre, c’est le chef d’Etat américain qui va renverser la table. Aux yeux de M. Obama, avec les controverses récentes sur l’évacuation de la ville d’Amona et surtout le vote de la loi sur la « régularisation » des implantations illégales de Judée-Samarie, Benyamin Netanyahou a franchi la ligne rouge. Consigne est donnée jeudi à la représentante américaine à l’ONU, Samantha Power, de ne pas faire usage de son droit de veto. Reste à présenter un nouveau texte.
    Les Britanniques vont alors jouer les chevilles ouvrières, comme l’a révélé Haaretz mardi soir. Discussions avec le représentant néo-zélandais pour prendre la relève de l’Egypte, réécriture du projet de résolution : Londres, appuyé par des Etats du Golfe, s’active pour qu’un vote ait lieu rapidement, tandis que des diplomates arabes se réunissent à New York et au Caire. Convaincus par leurs interlocuteurs, la Nouvelle-Zélande, le Sénégal, le Venezuela et la Malaisie annoncent dans une note qu’ils se « réservent le droit de présenter le projet » en cas d’abandon du Caire. [ l’euphorie du lynchage EDP] Ils mettent leur menace à exécution vendredi, au bonheur de Mahmoud Abbas qui veille à ce que le texte n’aborde que la question des implantations pour ne pas incommoder Washington.

    Une fenêtre de tir pour Abbas

    « Nous avancerons y compris sans vous », avait lancé, frondeur, le président de l’Autorité palestinienne à M. Al Sissi, lors d’une conversation téléphonique jeudi. M. Abbas espère profiter de la fenêtre de tir que lui offrent les dernières heures de l’administration Obama, plus sensible à la question palestinienne que son successeur. Il mesure également le fragile rapport de force dont il peut encore tirer profit. Des quatre pays signataires du nouveau texte, seul le Sénégal sera encore membre du Conseil de sécurité début janvier. Le vote de la résolution 2334, le 23 décembre, sonne aussi comme un « succès inespéré » pour le leader en perte de vitesse, selon Frédérique Schillo. « Il en sort relégitimé sur la scène nationale et internationale » analyse pour Actualité Juive l’auteure en 2013 de La guerre du Kippour n’aura pas lieu (André Versaille éditeur).

    Deal Netanyahou-Poutine

    Dans les dernières heures précédant le vote, Benyamin Netanyahou a pourtant tenté le tout pour le tout. Il passe d’abord un coup de téléphone furieux au ministre des Affaires étrangères néo-zélandais, Murray Mccully, pour le menacer de rupture diplomatique en cas de maintien du texte. Devant l’échec de l’initiative, le Premier ministre se tourne vers Vladimir Poutine qui pourrait s’être engagé alors à œuvrer en faveur du report de la résolution. Du donnant-donnant ? Le Yediot Aharonot a en effet dévoilé mardi que des pressions russes avaient conduit M. Netanyahou à ordonner à la délégation israélienne à l’ONU de ne pas prendre part à un vote à l’Assemblée générale, le 21 décembre, visant à créer un groupe de travail sur les crimes de guerre en Syrie.
    Les efforts du représentant russe, Vitaly Churkin, pour repousser l’heure de vérité, dans les minutes précédant le vote, et à la surprise générale, n’aboutiront pas. Quatorze voix soutiennent le texte, dont la France et même l’Angola qui avait pourtant promis à Israël de s’abstenir. Jérusalem annoncera dans la foulée des mesures de rétorsion (voir par ailleurs). « L’idée était d’envoyer un message. C’est un sujet trop important pour qu’on garde le silence » explique notre source diplomatique.
    Concernant l’ONU, les choses seront différentes après le 20 janvier » assurait Donald Trump après le vote, vendredi. En attendant, l’administration Obama s’active. John Kerry devait présenter le 28 décembre, un plan de résolution du conflit israélo-palestinien. Cette intervention pourrait servir de base à une résolution présentée au Conseil de sécurité, dans la foulée de la Conférence de paix de Paris, le 15 janvier, que François Hollande entend transformer en tremplin diplomatique. Cinq jours avant la sortie de scène de Barack Obama.
    XXXXXXXXXXX
    Trump est dorenavant l’homme le plus en danger de la planète.

  20. Ruthy Répondre

    1 janvier 2017 a 00:21

    Même si officiellement, le gouvernement ukrainien a légitimé son vote au Conseil de sécurité de l’ONU en faveur de la résolution anti-israélienne, il semble que la classe politique locale commence à en mesurer les réelles conséquences. Pour preuve les nombreux articles consacrés au sujet dans la presse locale.

    L’hebdomadaire Galytski Kontracty évoque l’affaire dans un article fleuve qui sur le fond et la forme, regrette que l’Ukraine se soit laissée prendre au piège de l’équipe Obama. Car « Quoi qu’Obama et Kerry aient promis, ils ne seront plus aux commandes de l’Amérique dans quelques jours, et nous serons désormais confrontés à la suspicion de la nouvelle administration Trump ».

    Sur la télévision d’Etat, un commentateur déplore que l’ami israélien puisse à ce point avoir été piégé par le Conseil de sécurité « toujours à la pointe pour condamner Israël mais qui ne lève pas le petit doigt contre l’invasion de la Crimée ».

    Mais ce qui chagrine à l’unanimité les observateurs ukrainiens, c’est qu’Israël servait régulièrement de courroie de transmission avec la Russie. Il existe en effet peu de pays qui entretiennent de bonnes relations à la fois avec l’Ukraine et la Russie de Poutine. C’est le cas d’Israël qui a rendu à Kiev de multiples services dans le domaine diplomatique.
    Lu sur Europe Israel
    L’Ukraine commence à regretter d’avoir voté en faveur de la résolution anti-israélienne à l’ONU
    Les hommes politiques se sont évidemment emparés de l’affaire. Oleg Liachko, un ex candidat à la présidentielle a carrément estimé que « cette trahison de notre allié israélien porte d’abord atteinte aux intérêts stratégiques de l’Ukraine. Qu’à fait Israël pour mériter une telle opprobre. Israël nous tend la main en permanence, nous envoie ses touristes à Ouman, nous soutient diplomatiquement et voici comment nous le remercions ».

    Quant au Premier ministre ukrainien qui était annoncé en Israël ces jours-ci, il est le premier à en faire les frais : Binyamin Netanyahou a simplement…annulé la visite.

    • Ruthy Répondre

      1 janvier 2017 a 00:23

      L’Ukraine commence à regretter d’avoir voté en faveur de la résolution anti-israélienne à l’ONU
      Lu sur Europe Israel

  21. Chantal Répondre

    1 janvier 2017 a 02:21

    Ils regrettent d’avoir voté? C’est quoi? La pillule du lendemain?

  22. Elie de Paris Répondre

    1 janvier 2017 a 09:18

    Sur le p’tit hebdo, la face du President US barbouillée de kaka…

    Shraga Blum Jan 01, 2017 44 0 0
    Israël Katz accuse l’Administration Obama

    Le ministre des Transports Israël Katz qui est aussi en charge des Renseignements a fait une révélation intéressante dans une interview accordée au journal Makor Rishon. Il a indiqué que lors de ses contacts réguliers avec des responsables des renseignements américains, ces derniers lui confient que la quantité et la qualité des renseignements qu’ils recoivent des services israéliens dépassent ceux qu’ils recoivent de tous leurs autres alliés réunis.

    Le ministre y voit une circonstance agravante dans l’abstention américaine au Conseil de sécurité: « L’Administration Obama nous a abandonnés en plein champ de bataille alors que nous sommes censés lutter côte à côte dans le combat contre le terrorisme ». Israël Katz rappelle que le soutien américain à l’ONU fait partie de l’alliance stratégique entre les Etats-Unis et Israël tout autant que l’aide militaire.

  23. Victor Répondre

    1 janvier 2017 a 10:57

    Shavoua tov et bonne année 2017 !!! :cool:
    Je confirme ma chère Chantal , ils nous disent qu’ils regrettent de s’ètre fait niquer par le Kenian de la kasba blanche , et maintenant ils essaient de prendre la Pillule du lendemain ….
    Mais c’est trop tard le mal est fait et du reste ils veulent remettre ça chez le fromage mou en fin de carrière vers le 15 janvier , ce coup -ci , ils ne pourront pas dire  » je me suis fait empapaouter , mais je ne le savais pas  » car à présent , ils savent qu’ils ne doivent pas baisser culotte sans prendre des précautions …. :lol:

  24. Yéhoudi Répondre

    1 janvier 2017 a 22:27

    «  » »Daesh informe le monde de ses prochaines cibles, selon les sources antiterroristes de Debkafile, qui sont :

    1. Le renversement du Roi et du régime Hachémite et

    2. La conquête du Sud de la Jordanie.

    Si Baghdadi parvenait à suivre ce plan, il gagnerait le contrôle d’une large bande de terre contiguë à Israël et au Sinaï égyptien, vers l’ouest et vers l’Arabie Saoudite au Sud, portant à partir de là la menace contre ces deux puissances et se positionnant suffisamment près pour bloquer le Port d’Aqaba, le seul débouché de la Jordanie vers la Mer.

    Depuis la région désertique du Sud de la Jordanie, Daesh atteindrait aussi la proximité du Désert du Sinaï – grâce aux Bédouins israéliens et égyptiens – et serait en capacité de contrôler la route principale du trafic d’armes au Moyen-Orient et le centre des opérations du Sinaï, de ce marché commercial illicite et considérablement profitable.

    DEBKAfile Analyse Exclusive 31 Décembre 2016, 5:20 PM (IDT)

    Adaptation : Marc Brzustowski

    xxxxxxxxxxx

    good job :lol:

    Daesh est en train de nous fabriquer la Palestine….telle qu elle fut pensée a l’ origine

    et on va pouvoir y renvoyer tous les « palestiniens de l’ intérieur »

    le Jourdain comme frontière naturelle…..Oum el Fahm a contourner, une sorte de diverticule, limitrophe a Israel, et assez proche pour permettre aux ex-colons de Shomron de leur faire des doigts d’ honneur et les insulter en hébreu..

    bien plus efficacement que l’ autre gros boulet de Kerry et son maître kényan…

    ENFIN !!

    • Chantal Répondre

      1 janvier 2017 a 23:21

      Ca pourrait être un « plan » conçu » par les futurs ex-occupants de la casa blanca, ceux qui disent sépassalislam en anglais quand un mahométan zigouille du gringo chez eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *