Après la condamnation du soldat Elior Azaria : quelle morale pour Tsahal et pour Israël ? par Pierre Lurçat | JSSNews

Après la condamnation du soldat Elior Azaria : quelle morale pour Tsahal et pour Israël ? par Pierre Lurçat

Publié le : 5 janvier 2017

Alors Satan dit : comment vaincre cet assiégé? Il est courageux et talentueux, et il a des instruments de guerre et des ressources. Voilà ce que je ferai, j’obscurcirai son cerveau, et il oubliera que la justice est de son côté”.
Natan Alterman

Ce qui est en jeu dans l’affaire du soldat de Hébron n’est pas seulement la question de savoir s’il a agi conformément aux ordres de ses supérieurs, au code éthique de Tsahal ou au droit international. La question beaucoup plus importante, voire cruciale, qui se pose aujourd’hui est de savoir si l’Etat juif saura préserver ce qui donne à ses soldats la force de se battre contre des ennemis toujours plus cruels et déterminés : à savoir la conscience que notre guerre est juste.

azel

“Nous assistons, depuis la fondation de l’Etat d’Israël et jusqu’à nos jours, à une progression constante de l’idéologie pacifiste, aux relents de morale chrétienne, dont les sources remontent à Brit Chalom des années 1920 et 1930… Tout comme l’idéologie de Buber, l’idéologie actuelle souffre d’une déconnection profonde avec la réalité”.

Ce diagnostic établi en 2006 par Eliezer Shargorodsky *, qui enseigne l’histoire d’Israël à l’université Bar Ilan, n’a rien perdu de son acuité, dix ans plus tard, bien au contraire. Nous vivons actuellement une nouvelle phase, sans doute la plus cruciale pour l’avenir de notre peuple et de notre Etat, de l’affrontement entre deux conceptions radicalement opposées de la morale qui doit guider les soldats de Tsahal et leurs officiers, et de manière plus générale, de la morale qui doit guider l’Etat d’Israël face à ses ennemis.

Cette question n’est pas nouvelle : elle se posait déjà en des termes similaires, avant la proclamation de l’Etat en 1948 et avant même la création de l’armée de Défense d’Israël. Cette question n’a pas cessé d’agiter la société juive du Yishouv, puis la société israélienne et de faire débat au sein des théoriciens du sionisme et des penseurs politiques, depuis que le retour du peuple Juif sur sa terre l’a confronté de nouveau aux réalités de la guerre.

“Je préfère être antipathique et vivant que sympathique et mort”, avait dit autrefois Menahem Begin. Cette expression imagée résume bien le dilemme auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. dans l’affaire du soldat accusé d’avoir liquidé un terroriste à Hébron, qui vient de connaître un dénouement dramatique (provisoire?) avec sa condamnation pour meurtre par le tribunal militaire de Jaffa.

Aux yeux de certaines parties de l’opinion israélienne, en effet, il vaudrait mieux être sympathique et mort… Il ne s’agit pas en effet d’un débat purement théorique, comme ceux qui ont opposé les Sages du Talmud ou les intellectuels juifs durant les siècles de l’existence juive en exil. Nous sommes aujourd’hui au coeur d’un débat dont chaque alternative se traduit par des conséquences concrètes sur le terrain, et dont l’enjeu s’exprime en termes de vie ou de mort pour les soldats de Tsahal.

Quand des médias israéliens ou des juges de la Cour suprême refusent à Tsahal le droit de riposter contre des roquettes du Hamas dont les lanceurs sont cachés au milieu de la population civile, ou quand les officiers supérieurs de Tsahal envoient leurs soldats se faire tuer dans la casbah de Jénine, pour ne pas prendre le risque de tuer des civils arabes, ils ne privilégient pas seulement une conception abstraite de la morale à une autre : ils privilégient la vie de nos ennemis à celle de nos soldats.

Haïm Brenner, écrivain de la renaissance nationale hébraïque, écrivait déjà en 1919 : “notre non-militarisme présent n’est point un mérite, mais un des abîmes les plus profonds où l’on puisse se trouver. Ce n’est pas que nous n’avons pas encore dépassé le militarisme, nous ne l’avons pas encore atteint… Nous n’avons pas de jeunes gens pleins de talent qui se consacrent à notre peuple. Doit-on s’enorgueillir de ne pas avoir de poings?”

Ces lignes écrites il y a presque un siècle demeurent aussi actuelles et criantes de vérité aujourd’hui qu’alors. Nous avons pourtant bien aujourd’hui des poings et des “jeunes gens pleins de talent qui se consacrent à notre peuple”. Nous avons certes atteint le militarisme, mais nous ne l’avons pas encore pleinement intégré dans notre conscience nationale, tout comme nous n’avons pas encore intégré les exigences de la souveraineté politique sur notre terre.

La force de Tsahal n’est pas (seulement) dans sa supériorité technologique, que l’on vante souvent de manière exagérée et exclusive, oubliant que la puissance des armes n’est rien sans celle de l’esprit qui anime une armée, comme la Bible nous le rappelle sans cesse. La force de Tsahal réside avant dans la conscience de nos soldats que notre cause mérite leurs efforts et leurs sacrifices, et que notre guerre est une guerre juste et sacrée.

Ceux qui instruisent à la hâte le procès de nos soldats, parce que leurs comportements ne seraient pas assez “éthiques” pour plaire aux pays occidentaux (qui n’appliquent pas eux-mêmes les normes qu’ils prétendent nous imposer) ; ceux qui préfèrent la vie de nos ennemis à celles de nos soldats et de nos civils détruisent, sciemment ou non, le dernier rempart qui protége notre Etat et notre peuple.

Pierre Lurçat, Avocat et écrivain – Vu de Jérusalem – JSSNews
L’auteur vient de publier La trahison des clercs d’Israël, La Maison d’Edition

* Je remercie mon ami le Dr Georges Itshak Weisz qui m’a signalé la citation de Natan Alterman placée en exergue.
** “L’éthique militaire d’Israël, une perspective historique”, dans Le temps de la guerre, Forum-Israël no. 3, décembre 2006.

26 Réponses à Après la condamnation du soldat Elior Azaria : quelle morale pour Tsahal et pour Israël ? par Pierre Lurçat

  1. ELIOT Répondre

    5 janvier 2017 a 11:19

    Honte à cette pseudo « justice » israélienne aussi pourrie et islamo-compatible que la pseudo « justice » des pays européens dhimmisés. Le juge qui a condamné le soldat Azaria devrait être envoyé en cour martiale pour autre trahison et connivence avec l’ennemi. Azaria est un héros d’Israël et du peuple juif de la diaspora. Le modèle « démocratique » montre de plus en plus ses limites, les musulmans barbares en tirent les ficelles, il faut prendre exemple sur Poutine, le rempart du monde civilisé sinon on est morts…Heureusement Trump arrive…

  2. Thaurac Répondre

    5 janvier 2017 a 11:51

    La gauche vous ronge doucement , ne leur laissez pas trop la bride comme cela a été fait en france, car sous les prétextes de « droits de l’homme » ils victimisent les coupables.

  3. Yéhoudi Répondre

    5 janvier 2017 a 12:22

    « condamnation pour meurtre par le tribunal militaire de Jaffa. »

    les nouveaux « Pestiférés de Jaffa » surgis du néant grace au Héros d’ Israel Elor Azaria

  4. Victor Répondre

    5 janvier 2017 a 12:27

    Les merdias français sont trés content de la condamnation du soldat Azaria , certains journaleux gauchos ont mème jouis de cette condamnation
    Les soldats du boucher de Damas , ont brulés des palestiniens vivants (femmes et enfants ) aucun journalope n’a trouvé rien à redire ,mais qu’un soldat israélien liquide un terroriste qui avait attaqué ses camarades , c’est inacceptable pour la gauche israélienne !!!
    C’est quoi , cette justice de mairde !

  5. Gebe Répondre

    5 janvier 2017 a 14:33

    On ne peut pas prétendre avoir une armée exemplaire au niveau de son éthique et ne pas déclarer coupable ce soldat ; en effet, quand on voit la vidéo, on voit bien que ce soldat a agi de sang froid, et bien après que le terroriste ait été neutralisé et était à terre sans bouger.
    Mais par contre il est très surprenant qu’aucun des gradés qui devaient l’encadrer n’ait été inquiété.
    Il serait par ailleurs injuste de le condamner lourdement.
    Enfin, les vrais responsables ce sont ces organisations type B’Tselem, Chalom Archav, toujours prompts à se donner bonne conscience en dénonçant de tels actes ; il faut interdire ces ONG financées par des pays arabes, donc des ennemis, et qui font beaucoup de mal à Israël aussi bien au plan national qu’international ; leurs actes sont des actes de haute trahison d’un pays en guerre.

    • trublion Répondre

      5 janvier 2017 a 18:04

      les vrais responsables sont ces monstres terroristes qui viennent pour tuer aveuglément

    • ELIOT Répondre

      6 janvier 2017 a 08:42

      Gebe vafanculo!

  6. Elie de Paris Répondre

    5 janvier 2017 a 15:06

    Allons… Les appels et les interjections en appel ne sont pas reserves aux canins amis.
    Ce n’est point là le proces d’un jeune vengeur, dont l’acte serait condamnable en l’état…
    C’est le lynchage dreyfusard, le paugrom le bûcher, celui qui réapparaît de temps à autres, l’hideux, l’indicible, qui numerota les bras, et qui fit se résigner la plupart…
    L’armée la plus morale du monde…
    Ils essaient de la dé-moraliser, pour mieux la démoraliser…
    Et c’est bien justement la preuve qu’ils n’ont plus que cela à nous opposer les misérables…

  7. nanina Répondre

    5 janvier 2017 a 15:33

    Degoutant ce qui se passe sur le dos d un si jeune soldat…et pdt ce temps la ca fomente la mort et les attentats….ca se frotte les mains…ah comme jaimerai que ce soit leurs fils et freres aux juges et autre Ayalon qui soient condamnes…on decouvrirai la protection et la clemence…

  8. François VILLAIN Répondre

    5 janvier 2017 a 17:21

    « Morale, code éthique » c’est bien gentil … mais de mon point de vue si un soldat doit se poser la question de la morale ou de l’éthique de son action ce n’est pas un soldat c’est un candidat au suicide, lui aussi…

  9. Kristiane Répondre

    5 janvier 2017 a 17:30

    J’hallucine ou pas : il y avait bien un fil sur « la sœur du juge…. » j’y ai écrit un commentaire, et la « page n’existe plus ». Qué sé passa ?

  10. Yéhoudi Répondre

    5 janvier 2017 a 18:09

    un Sénégalais se paye sa branlette sur le journal « l immonde – Afrique »

    «  » »Et si Benyamin Nétanyahou perdait son bras de fer avec le Sénégal ?
    Dakar a porté devant le Conseil de sécurité de l’ONU fin décembre, une résolution, adoptée, qui condamne la colonisation israélienne.

    Par Seidik Abba (chroniqueur Le Monde Afrique)

    LE MONDE Le 05.01.2017 à 10h58

    xxxxxxxx

    et si Israel laissait tomber ce continent ou des états ingrats , alimentés par les pétro dollars de pays Musulmans, comme lui…

    et cessait de gaspiller du fric pour une reconnaissance improbable

    et le distribuait a toutes cette population pauvre de juifs sur place

    au lieu d’ aller leur creuser des puits, les faire bénéficier de techniques hydrauliques a la pointe du progrés et a la moindre piqure se faire jeter par ces retardataires de l’ évolution

    tout ça pour tenter désespérement se faire des potes à 99% faux Q

    ça finit par devenir humiliant de se prostituer auprés de ces 70 de QI, pour lutter contre les 65 de QI des Arabes….

    alors que, en excluant les Arabes « israéliens » le QI d’ israel , grace a l’ apport aschké frole le 100 en moyenne…

  11. Ruthy Répondre

    5 janvier 2017 a 19:43

    Tout ça, à cause du corniaud qui a filmé la scène, et qui la publié au yeux du monde. C’est lui qui a déclenché ce baurdel! Sans ça, Tsahal aurait réglé l’histoire entre elle et son soldat, et personne n’aurait rien su.
    Il est incontestable que la chose a été faite contre les instructions de l’armée. Les soldats ont pour ordre de tuer les terroristes sur le champ, mais pas 11 mn après qu’il soit neutralisé, gisant sur le sol. Azaria aurait dû lui tirer dessus, tout de suite. Le problème, est qu’il a tiré bien après les faits, sans l’ordre de son commandant, alors qu’il n’y avait plus de danger.
    Enfin, de toutes façons, il sera probablement gracié, amen.

  12. Ruthy Répondre

    5 janvier 2017 a 19:55

    Je vous rappelle qu’un soldat britannique à été condamné à perpétuité, pour une situation similaire, donc, ne crachons pas sur notre armée svp.
    http://www.lalibre.be/actu/international/un-soldat-britannique-condamne-a-la-perpetuite-pour-le-meurtre-d-un-insurge-afghan-52a1f392357004c37c875553

  13. nanina Répondre

    5 janvier 2017 a 21:15

    Gracie vous dites?prions fort alors…

  14. maujo Répondre

    5 janvier 2017 a 23:27

    J’espère que les juges feront des cauchemars la nuit en dormant pour le restant de leurs jours pour avoir sacrifié un héro et avoir mis en danger pour le futur tout le peuple d’Israël au nom de la morale gauchiste internationale à deux balles.
    J’ai même lu sur un site Israélien que ces juges avaient reçu des menaces de mort et qu’ils doivent être accompagnés par des gardes du corps, c’est un bon début pour leur pourrir la vie.

  15. Gerco Répondre

    6 janvier 2017 a 01:17

    J’hallucine¡A lire tous ces commentaires bla bla bla.
    Il n’y a qu’une seule et unique maniere de se comporter contre les terroristes qui sont sans foi ni loi c’est de SE COMPORTER COMME EUX. Il n’y a pas de loi de la guerre ou autre foutaise puisque c’est du terrorisme. Eliminer un terroriste c’est eliminer une bete malfaisante qui ne cherche qu’á tuer et rien d’autre. Et ceux qui pensent le contraire veulent miner le moral de l’armée. Une autre facon de vouloir la disparition d’Israel.

  16. Gerco Répondre

    6 janvier 2017 a 01:20

    La Juge ¿ Quelle Juge celle dont la soeur est une terroriste ?
    Elle est jolie la justice israelienne. Quand la justice commence á pourrir c’est la fin de l’Etat et l’effondrement de l’un des piliers de la civilisation

  17. Elie de Paris Répondre

    6 janvier 2017 a 11:08

    Je l’avais dit à l’époque que ce n’était pas un acte héroïque d’achever cette bête malfaisante au sol. Les lectures diagonales des néophytes de la Torah pourraient leur faire croire qu’on mettait à mort à tout bout de champs… Pourtant, nos textes précisent qu’un Tribunal qui condamnait à mort 1 fois par 70 ans etait un tribunal « criminel ».
    C’est que la peine capitale est grave, et Dieu demande des comptes pour chaque sang versé, car l’Homme a été créé à l’Image de Dieu, et les « Tribunaux qui donnent la mort » sont une ordonnance pour toute l’Humanité, les enfants de Noë, incluant les enfants d’Ysraël, qui en font Partie…
    Nul ne peut prétendre être à la fois juge, parti et bourreau.
    Maintenant, que les Nations, coutumieres du meurtre, se déchaînent sur Ysraël quand il se « distingue » pour une « justice » expéditive, quoi de plus normal ?
    Les experts revendiquent pour leur crémerie.

  18. Victor Répondre

    6 janvier 2017 a 11:37

    Elie , mon cher Elie , on ne t’a jamais dit que c’était un acte héroique d’achever cette bète malfaisante , c’est juste un acte normal dans une situation de guerre terroriste que j’aurais réalisé moi mème sans la moindre hésitation !!!
    mème un père arabe d’une victime de mérah , demande la grace du soldat Azaria ,car il comprend son geste …
    Aprés les leçons de morale des uns ou des autres , on s’en bat les glaouis

  19. dany Répondre

    6 janvier 2017 a 14:30

    Je me présente , je suis Israélien , j’ai 3 filles , une rentre comme combattante dans 2 mois .

    Elior , a était condamne car la personne avant lui , qui a abattu ce palestinien terroriste , a pas fini sont travail , de soldat .

    Aujourd’hui nous condamnons un soldat, pensez vous que cela est vraiment nécessaire , de juger notre soldat comme cela au yeux du monde , pensez vous que condamne Elior , va donner une belle image d’Israël au monde Occidentale .

    Trouver vous normal que la TV Israélienne , demande au père de ce terroriste ce qu’il pense de ce jugement ?

    Je penses que nous devrions avoir un homme politique a la hauteur de Poutine qui aime sont pays et sont peuple avant de penser aux autres .

    J’espere de tout coeur , qu’il aura la grasse présidentielle pour ce soldat de Tsahal.

  20. Victor Répondre

    8 janvier 2017 a 20:21

    Non , dany , il aura la grace ,pas la grasse !
    Bibi , ne le laissera pas moisir en prison ! fais lui confiance !
    Quand a elior Azaria , il aurait fallu le décorer plutot que le condamner car comme tu dis , il a fait son travail de soldat …

  21. Rony d'Alger Répondre

    8 janvier 2017 a 21:28

    Un commentaire sur ce sujet à la suite d’un autre article proclamant que le nom Azincott était d’origine berbère. Un nom ne signifie pas que celui qui le porte ait la même origine que son patronyme. Qui plus est, nous portons tous un seul nom, en général celui de notre père, qui est donc logiquement celui de notre grand-père paternel. Mais nous avons tous 4 grands-parents et 8 arrières grands-parents et ainsi de suite… Il faut donc faire preuve d’un minimum de jugeote en évitant de réduire l’origine d’un individu à celle d’un seul de ses 8 arrières grands parents et même de seulement un de ses 16 parents d’arrières grands parents…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *