Etude génétique du National Geographic: 14% des libanais ont des génomes juifs ! | JSSNews

Etude génétique du National Geographic: 14% des libanais ont des génomes juifs !

Publié le : 18 janvier 2017

Et si la science et la génétique faisaient tomber les derniers mythes éculés, la falsification de l’histoire, les dénis identitaires. Et si la science, pouvait rassembler plutôt que diviser, réconcilier les humains avec leur passé, couper l’herbe sous le pied des marchands de facéties, les politiciens fourbes, les populistes sournois, et les royaumes qui achètent, à coup de pétrodollars, jusqu’à notre droit à l’existence. Dénoncer les impostures et rompre avec le silence sur les vérités occultées.

genes

Le projet Genographic projet de National Geographique corporation vient nous livrer (et nous délivrer d’une tromperie) des résultats d’une étude menée depuis plusieurs années, sur des groupes de populations sur les quatre continents. En ce qui nous concerne, nous populations d’Afrique du Nord, la surprise est de taille.

D’abord, l’étude nous révèle que plusieurs pays, considérés Arabes, ne le sont que peu ou prou. C’est le cas de l’Égypte, que le génome de sa population avec 68%, désigne clairement comme une nation Nord-Africaine, au même titre que la Tunisie, l’Algérie, la Libye ou le Maroc. Au fait, elle n’est arabe qu’à 17% et même un peu juive à 4% !

La Tunisie, quant à elle, choisie comme représentant le Maghreb, est à seulement 4% arabe, à 88% Nord-Africaine et à 5% européenne.

Le Liban, comme on peut s’y attendre, est l’un des peuples les plus hétéroclites au monde. Il comporte 14% de génome Juif, 11% du génome Nord-Africain, et seulement 44% de génome arabe!

Autres surprises : le génome nord-africain se retrouve sur quatre continents : Afrique, Europe, Asie, et… en Amérique latine !

Une autre révélation renversante est l’absence totale du génome arabe dans des pays où était admise leur présence, pour des raisons religieuses, comme en Espagne, au Portugal, en France et en Afrique subsaharienne (Sénégal et Nigeria).

C’est d’ailleurs dans ces contrées, où s’était propagé l’Islam, que la présence du génome nord-africain est la plus forte. C’est ainsi que les Ibériens (Espagnols et Portugais) ont 9% de part du gène Nord-Africains et tenez-vous bien 0% de gêne arabe. La Sardaigne 11%, le Sénégal avec une grande part de 12% et Yarubans (Nigeria) 3% d’ADN Nord-Africain,

Ceci est la preuve irréfutable, que la propagation de la religion musulmane s’est faite exclusivement par l’intermédiaire des Nord Africains qui s’y sont installés par la suite.

Une dernière révélation est la présence surprenante de génome Nord-Africain sur le continent américain et notamment celui du Sud. Cela appuie la théorie selon laquelle les Berbères, auraient pu atteindre le continent des Amériques bien avant les colons Européens au 15e siècle, mais également, la présence d’équipages berbères au sein de l’expédition de Christophe Colombe, et des conquistadors partis des Îles Canaris. C’est ainsi que l’on retrouve 5% d’ADN Nord-Africain chez les Argentins, et 6% chez les Colombiens. (C’est pour ça qu’ils savent jouer au football, diront les Algériens).

On retrouve également l’ADN d’Afrique du Nord dans les Bermudes, Chez les Mexicains, les Péruviens 3%, Mexicains Américains 4%, au Puerto-Rico 3%, en Grèce 3%, en Iran 4%, en toscan (Italie) et en France (2%), au Kenya et en Éthiopie avec 4%. Cette découverte bouche un coin aux adeptes du « khalit » qui enseignent à nos enfants que les Algériens sont à 80% arabes et à 20% de « khalit », Kabyles, Chaouis et Imuchagh.

Par Le Matin DZ – JSSNews

37 Réponses à Etude génétique du National Geographic: 14% des libanais ont des génomes juifs !

  1. Elie de Paris Répondre

    18 janvier 2017 a 17:45

    Étonnant, consternant, perplexifiant de touver, ici, sur Jyhesshess, les débilités consternantes d’un canard algérien.
    Je laisse, bien entendu, à mon ami Yehoudi, la faculté de commenté par d’autres noms d’oiseaux la bêtise bien arabe du Nord, elle aussi, d’y distinguer un génome d’icelui…
    :mdr:
    Un fil à couper le beur, vite !

  2. Yéhoudi Répondre

    18 janvier 2017 a 18:30

     » « khalit » »

    terme arabe désignant le mélange (kha lém,ta, étant son radical)

    il existe aussi un mot arabe trés proche qui se dit « Khalouide » qui signifie vaguement : mélange incohérent….n’ importe quoi….

    et qui correspond a l’ article de DZ, comme Djazair (algérie) …ne pas confondre avec le verbe français Gésir :lol:

  3. Chantal Répondre

    18 janvier 2017 a 19:40

    J’ai préféré consulter l’article du national géographic cité comme source du khalouide, j’ai beaucoup aimé la dernière ligne, sur les juifs ashkénazes;
    10% arabia
    85% diaspora juive
    5% europe de l’est
    ça c’est un scoop!!! Un ashkénaze est 10% d’arabie. oye vi izmir!!!

    • szmolski Répondre

      18 janvier 2017 a 22:19

      Ils faut consulter toutes les études, ça varie fort d’une à l’autre, il faut aussi tenir compte des lignées maternelles, à une époque fort reculée les hommes juifs prenaient souvent pour épouses des femmes non juives converties, je sais qu’au début du judaïsme polonais beaucoup de juifs finirent par convertir les servantes polonaise et les épouser, cela s’est produit en aussi en Germanie ainsi que dans le monde romain et hellénique, au début l’endogamie aurait été moins forte. En tenant compte de tout ce que j’ai lu dans le domaine au moins la moitié, ou près de la moitié des gènes ashkénazes seraient d’origine européenne.

  4. szmolski Répondre

    18 janvier 2017 a 22:07

    J’avais raison, je savais depuis longtemps que si les nord-africains sont certes des arabes au sens de l’acceptation culturelle et linguistique(c’est à ne pas remettre en question), au sens de l’acceptation génétique par-contre ils sont pour leur grande majorité à l’origine non-arabes (un peu comme les français du nord et de Normandie qui sont à l’origine non-gaulois mais des envahisseurs germains), ça rejoint aussi ce que je disais il y a peu, c’est à dire que ça démolit complètement le mythe du cousinage entre les arabes modernes et les juifs, en dehors de l’Asie il n’y en a pas. Cela dit les juifs aussi, tout en étant restés relativement homogènes présentent également un panache de gènes venus des quatre coins d’Europe et d’Afrique venus se greffer sur la composante génétique de base.

    • allex Répondre

      19 janvier 2017 a 18:59

      Tu as raison, il parait que c’est par les lignées maternelles que les gènes Européens sont le plus présents chez les Ashkénazes. De plus je me suis amusé à comparer les photos de ma famille « mixée » entre elles. J’y ai trouvé plus de blonds et de roux aux yeux clairs côté Lituanien et Russe de ma grand-mère ashk, que du côté celte de mon grand-père Auvergnat !

      • szmolski Répondre

        19 janvier 2017 a 20:35

        Un jour je suis tombé fortuitement sur une discussion de forum du site Ingenea à pisser dans la culotte de rire, ce laboratoire suisse pour quelques centaines d’euros te dresse un portrait robot de tes ancêtres à partir d’un peu de salive, si je me souviens bien c’était une discussion entre une cliente d’origine portugaise qui s’était déniché des ancêtres juifs-portugais dans sa famille et la responsable du laboratoire, en faite ce qui est arrivé c’est que lorsqu’elle reçut les résultats du test ils ne correspondait pas à ce qu’elle s’était imaginée, au lieu que cette lignée juive la renvoie vers le Proche-Orient lol…celle-ci la renvoyait directement vers l’Europe de l’est, la femme du laboratoire était catégorique sur ce point, il s’en suivit au fur à mesure de la discussion une montée crescendo du ton, il monta presque jusqu’aux insultes, la cliente très énervée contesta le résultat en disant qu’ils se sont certainement trompés, c’était un échange fort long sur le forum genre service après-vente, vers la fin de la lecture j’étais plié en deux de rire, on aurait pu en faire un sketch.
        Certaines personnes chrétiennes mais vaguement d’origine juive en font un snobisme de se savoir avec des origines juives, j’ai horreur de ça, or cette cliente vit du coup toute sa fantasmagorie philosémite s’effondrer sous ses yeux :ptdr:

    • Emmandouelle Répondre

      3 février 2017 a 15:18

      Le terme d’arabe pour désigner les dialectes maghrébins est lui aussi relatif, ils sont bien entendu mal entendus par les arabophones des pays du mashreq, vu la berbérisation relativement importante de leurs systèmes. Parler de l’Arabe en général pour le monde arabe, c’est dire que les Espagnol, Portugais, Roumains, Français, Catalans, Romanches, Italiens, et j’en passe, sont des latinophones… La distance entre ces dialectes est telle que c’est un abus « politiquement correct », qui fait la part belle au panarabisme, que de dire qu’il y a 300000000 d’arabophones dans le monde. D’ailleurs, le terme d’Arabes, pour ce qui est du Mashreq est lui-même une grosse farce, celui d’arabisés étant certainement plus adapté. La littérature scientifique sur le sujet ne manque pas…

  5. Sirius Répondre

    18 janvier 2017 a 22:26

    La présence du génome nord-africain en Amérique latine ne vient probablement pas de Berbères qui auraient atteint l’Amérique avant 1492 ou qui auraient fait partie de l’équipage de Colomb, mais plutôt de colons espagnols et portugais porteurs de gènes nord-africains.

    Je suis surpris de l’absence du « génome arabe » dans la péninsule ibérique car après la conquête, des Arabes, notamment Yéménites, se sont installés en Espagne.

    Je me méfie des études génétiques surtout quand j’apprends que les Français sont génétiquement proches des Hongrois ou qu’ils sont plus proches des Flamands que des Italiens, ou que les Britanniques sont plus proches des Turcs que des Français et des Allemands…

    • szmolski Répondre

      19 janvier 2017 a 16:10

      Moi je trouve dans les grandes lignes cette approche fort proche du réel visuel, il se fait que j’ai l’œil très entraîné pour percevoir les origines ethniques des personnes, en ce qui concerne les français leur langue d’origine latine ne les rapproche pas nécessairement plus des italiens et des espagnols parce qu’ils parlent une langue latine, les peuples issus de ce groupe linguistique ne sont pas liés entre eux par la génétique, les français reste largement ouest-européen de type, l’italien majoritairement sud-européen de type, et le roumain majoritairement est-européen de type, ce dernier avec presque aucun lien génétique avec les deux premiers, ceci découle du faite que les langues latines découlent d’une langue impériale antique qui fut imposée politiquement, les peuples parlant actuellement des langues latines ont perdu leur langue originelle dans le cadre de l’empire romain, donc pas étonnant que seuls 21% des français se rapprochent du groupe Europe du sud.
      En faite je n’ai même pas besoin de cette étude génétique, je pourrais faire une classification biologique presque aussi précise rien qu’à l’œil.

      Mais concernant les ashkénazes ça me paraît un peu incomplet, ça a été simplifié, par expérience je trouve qu’un nombre assez conséquent d’ashkénazes sont difficilement distinguables d’un italien et d’un arménien, ça n’apparaît pas, moi je vois plutôt en gros 25% sud-européen et caucasiens, 25% ouest et est-européens, les 50% restants Proche-Orient avec des apports arabes.

  6. Elie de Paris Répondre

    18 janvier 2017 a 22:52

    L’hérédité dépend d’un grand nombre de facteurs.
    Des P&T… (P. Dac)

    • szmolski Répondre

      19 janvier 2017 a 00:35

      Oui, et aussi du DG/°x241, poum K%, bien que le #z131 wuz iz DUZ 44 ICH WEISS (2.X)=99 me parait plus probant, sans doute un peu de chimpanzé dans l’affaire?

    • Désiré Répondre

      19 janvier 2017 a 02:38

      Il faut aussi tenir compte du grand Gabriel amateur de vierges .
      Lui aussi est une sorte de facteur il est vrai .

  7. jonfg Répondre

    19 janvier 2017 a 14:46

    et les aryens dans tout ca ?

    • Gally Répondre

      19 janvier 2017 a 15:08

      Aryen :

      L’utilisation fréquemment non-scientifique de ce terme fait l’objet de nombreuses mises en garde émises dans les milieux spécialisés. Dans tous les cas, l’utilisation du mot « Aryens » pour désigner l’ensemble des Indo-Européens est un abus que condamnent tous les spécialistes du sujet. Quant au mot « Indo-Européens », il ne désigne pas un peuple en particulier, et encore moins une « race », comme c’est souvent le cas depuis plus d’un siècle, en particulier en Europe et en Inde, dans les controverses non-scientifiques, les polémiques et les thèses pseudo-historiques, protochronistes, nationalistes et racistes3 : scientifiquement il désigne les locuteurs des langues indo-européennes qui ont été adoptées, en même temps que la métallurgie, en Europe depuis la steppe pontique jusqu’à l’océan atlantique, et en Asie dans les territoires allant de l’actuel Kurdistan jusqu’aux actuels Tadjikistan et Assam, en passant par l’Iran et par l’Inde (langues indo-iraniennes).

      Les « aryens », c’étaient les locuteurs dans la façon dont étaient vu les choses au siècle dernier, voir même en fait à la fin du siècle précédent, les descendants des locuteurs de la « langue parfaite », le sanskrit. Il se trouve que depuis, ces thèses ont largement été démontées, et que tout le monde sait que les aryens (en tant que race), pour faire simple, bah ça n’existe pas, tout simplement.

      On pourra noter, en passant, que les « sémites » non plus, cela n’existe pas, à moins de considérer qu’un Israélien (bon, dans ce cas précis c’est rigolo, tant Israël est la seule vraie illustration de la fantasmagorique « United Colors »), un arabe, un Maltais et un Éthiopien seraient tous de la même race (tous ces peuples parlent des langues sémitiques)

      • jonfg Répondre

        24 janvier 2017 a 11:29

        Pourtant la race aryenne a belle et bien existé historiquement, nottament les porteurs du géne R1a et ses deviances…
        idema pour les races sémtiques dont ont fait partie en même temps que les zarabes, la ressemblance physique en est la preuve, la langue est souvent lié à une nation, une race !

        • Gally Répondre

          24 janvier 2017 a 12:08

          Bon, puisque visiblement il faut insister : donc les Ethiopiens, les Arabes et les Maltais sont de la même race ?

          • Elie de Paris

            24 janvier 2017 a 13:50

            Depuis que le Roi Salomon a introduit la filiation matrilenaire pour la judéité, et qu’il faut, à contrario, la considérer, puisqu’allant contre son intérêt,( son ancêtre issu de Ruth, issue de Moav, non-juive, donc..), ce sont donc les Adn mitochondriaux qu’il faut alors suivre… Et tous ses savants rapports tombent à l’eau.
            Les mitochondries…
            Exclusivement une transmission par les mères, aux filles…
            Savait il, le plus sage des hommes ?
            Le roi David étudiait les placentas, pour delimiter l’impurete rituelle, due à l’accouchement ou au zav, ce dernier écoulement disqualifiant le rapport avant les lochies (retours des menstrues)…
            Les couples pouvaient ainsi se retrouver… ou pas.
            En attendant les durées prescrites.
            Nos Sages se promenaient dans les allees genetiques comme dans les rue de Nehardea.
            Nous ne savons aujourdhui que l’Histoire de leurs histoires, et les codes qu’ils nous ont laissés, exceptés quelques individus cachés et mysterieux…
            http://www.futura-sciences.com/sante/definitions/genetique-adn-mitochondrial-4449/
            Ps. Les Âmes suivent les domiciles qui leur ont été adressés , et se moquent des Adn, Arn, mythes et autres mitochondries…

          • jonfg

            24 janvier 2017 a 18:37

            Hors sujet, une race peut avoir une langue mais la langue peut avoir plusieurs races ! c’est comme les sud americains, ils parlent une langue Aryenne (indo europeenne ca fait plus cool!) sans en être !

            Les aryens sont les ancetres des porteurs du gênes R1a localisés il y a plus de 2000 je ne sais combien d’années en Asie centrale, cette peuplade s’est dispersée pour l’une sur le continent europeen (germain, viking) et l’autre vers l’Iran(voir les champs religieux zoroastre) et l’Inde du Nord (Brahman ,rigveda).

          • Gally

            24 janvier 2017 a 19:03

            Mais oui, mais oui, bien sur…

            Alors, déjà, « sémites » et « aryens » ne se réfèrent pas à des « races » (ethnies plutôt) mais à des langues, donc tu pourras autant tourner autour du pot que tu veux, cela ne changera rien au fait que parler de races sémites ou aryennes est complètement stupide.

            Ensuite, histoire d’illustrer à quel point tu ne comprends rien au sujet que tu abordes, et surtout à quel point tes « connaissances » sentent bon le dégueulis racialiste, l’haplogroupe R1a ne prend pas ses racines en Asie Centrale il y a 2000 ans, mais (au plus haut remonté pour l’instant) il y a 7500 ans (donc bien avant l’apparition des langues aryaniques, il y a plus ou moins 5000 ans), mais surtout dans la région du lac Onega, en Russie Européenne, dans les oblasts de Léningrad et de Vologda. Comme il ne dépasse jamais, de toutes façons, une prévalence de 50% dans les régions où on le trouve, prétendre en tirer une théorie « raciale » est de toutes façons complètement azimuté (sans parler du fait que l’étude des haplogroupes n’a jamais eu pour vocation de définir des « races », juste étudier les dynamiques de population. La preuve ? L’haplogroupe R, l’haplogroupe parent des R1a (Europe de l’est, Inde du Nord et Perse) et R1b (Europe de l’ouest, en particulier Bretagne (80%) et Irlande (90%), est par excellence un haplogroupe de groupes nomades et se retrouve en Europe, Asie centrale, Asie du Sud et chez les Indiens d’Amérique du nord (particulièrement les Algonquiens). Mais je suppose que les Améridiens, les Hindous et les Celtes sont la même « race » ?


            Les zones en surbrillance présentes les régions où un haplogroupe dépasse les 30% de prévalence. On peut remarquer que certaines régions pourtant ethniquement très homogènes n’ont aucun haplogroupe dépassant les 30%.

            Tu peux maintenant retourner « étudier » tes délires raciaux sur Stormfront où tu auras le plaisir de lire les Faurisson du sujet qui se feront un plaisir de t’abreuver de leurs théories fumeuses et de leurs « approximations », mais tu vas éviter de nous infliger plus en avant lesdites théories, merci.

    • C Dugato Répondre

      19 janvier 2017 a 15:18

      Il n’y a pas de bons aryens, il n’y a que des inutiles..

  8. Elie de Paris Répondre

    19 janvier 2017 a 15:27

    Les bons a rien ont ete particulièrement mauvais, au siecle dernier.
    Ah, les semites ne sont considérés par cette appellation QUE pour ceux qui ont une considération pour les livres des Generations, chapitre du Deluge et dispersion apres Babel, qui traitent de la naissance des peuples et leur répartition.
    Sem etait le fils heritier de Noë, chez qui Yaphet (le blond ?) aurait dû s’abreuver.

  9. allex Répondre

    19 janvier 2017 a 19:06

    S’il y avait quelque chose de déterminant à retenir de la plupart des études génétiques, c’est que de nombreux peuples, que ce soit en Europe du Sud (Espagne, Portugal, Grèce, Italie…), en Afrique (Ethiopie, Afrique du Sud, Sao Tomé….), en ext.Orient (Afghanistan, Cachemire….) et en Amérique du Sud (Brésil, Mexique, Amazonie…..) auraient une plus ou moins forte composante juive…

  10. Abentsour Répondre

    20 janvier 2017 a 11:07

    Les recherches scientifiques n’avaient-elles pas dit que nous sommes toutes et tous les descendants de Lucy ? les religions n’avaient-elles pas dit que nous sommes toutes et tous les enfants d’Ève et d’Adam ? Science et religions, religions et science, ne font-elles pas par là que s’accorder à dire que nous sommes finalement tous frères et sœurs dans l’humanité ?
    Frères et Sœurs dans l’humanité, j’en ai l’intime conviction.

    • szmolski Répondre

      20 janvier 2017 a 23:07

      Sauf moi, je suis le frère de personne, je suis une mutation, j’ai eu un fils avec une chimpanzé femelle et malgré cela à 20 ans il a un qi de 170, la femme avec laquelle je vis maintenant ne peut plus avoir d’enfant, dommage, pour une fois que je supporte une femme, la seule en qui j’ai confiance, la seule qui est pure et propre, la seule qui est intelligente et qui toute sa vie a nettoyé les classes scolaires au lieu de suivre des cours.

      • Abentsour Répondre

        26 janvier 2017 a 09:00

        Au vu de votre propos je me suis écrié : oh « szemolski » n’est-il pas trop « alambiki(qué) » (dans le sens de recherche d’une subtilité excessive) ?

        Gaston Bachelard avait écrit : Face au réel, ce qu’on croit savoir clairement offusque ce qu’on devrait savoir. Quand il se présente à la culture scientifique, l’esprit n’est jamais jeune. Il est même très vieux, car il a l’âge de ses préjugés.

        Paraphrasant Gaston Bachelard, je pense que face à l’idée d’une origine commune des êtres humains (confirmée par les recherches scientifiques), certains esprits comme le votre n’ont jamais été jeunes. Ils sont même très vieux, car ils ont l’âge de leurs préjugés.

  11. Perrier Répondre

    22 janvier 2017 a 19:45

    Bonjour,
    Autant j’arrive à saisir à quoi correspond un génome arabe (péninsule arabique), un génome Européen (Europe de l’Ouest), un génome Nord Africain (les berbères sans doute), mais alors un génome Juif, à quoi cela correspond ? Car entre un sépharade et un askhenaze, j’ai du mal à saisir les points communs génétique;
    Merci d’avannce

    • Gally Répondre

      23 janvier 2017 a 12:00

      « Car entre un sépharade et un askhenaze, j’ai du mal à saisir les points communs génétique »
      C’est forcément dur quand on résume la génétique à la couleur des yeux, des cheveux ou de la peau…

      Etant donné qu’il est impossible en quelques lignes de te donner la compréhension de ce sujet (ne vois aucun mépris dans cette remarque, c’est juste factuel, le sujet de la génétique des populations est réellement trop vaste et demande trop de prérequis de connaissance pour qu’on puisse te le résumer en 2 paragraphes), je vais me contenter de vulgarisation sommaire :
      http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2010/06/09/01030-20100609ARTFIG00742-l-histoire-juive-confirmee-par-la-genetique.php

  12. Elie de Paris Répondre

    23 janvier 2017 a 12:23

    Où est Omer Simson ?

  13. Yéhoudi Répondre

    24 janvier 2017 a 19:14

    parti!!

    avec les Omer d’ alors ….

  14. allex Répondre

    27 janvier 2017 a 12:55

    Perso je ne comprend pas grand-chose à ces données. Il semblerait que les peuples du Sud (Italiens et Siciliens, Grecs et Crétois, Arméniens, Libanais, Ibériques…aient des proximités génétiques avec les Juifs. Pour l’Italie il y a peut-être un début d’explication, à savoir que les tout premiers Chrétiens, pratiquement tous d’origine juive, ont fait souche dans la Péninsule.

    Or entre Ashkénazes (par lignée maternelle en partie de souche européenne), Séfarades et judéo-Africains (Lembas ou Falashas) il existe à la fois d’importantes divergences génétiques mais aussi une souche commune.

    Une chose est en tout cas établie, la notion de race juive était chez les racialistes une véritable aberration !

  15. S. HINAJE Répondre

    14 février 2017 a 13:11

    Normalement on doit nommé le génome « Afrique de nord » , le génome Amazigh qui correspond à la population locale; autochtone et indigène de Tamazgha. Cette population appelée à tort « bérbère » par les colonisateurs, a été arabisée par l’effet de la religion et par les dictateurs arabes. Ainsi, cette étude scientifique montre que c’est les arabes qui constituent une minorité, alors que la majorité est amazigh, de l’Egypte à Aknary en atlantique. D’ailleurs le terme Misra c’est en langue amazigh, qui veut dire « terre mère des pierres »; et dans les pyramide, les pétroglyphes mentionnent le terme « Tin Misra » c’est à dire « celle-là terre mère des pierres ». Canaris = Aknary : c’est la plante ou le fruit « figue de barbarie » nommé à tort par les colonisateurs.

  16. Akerman Michel Netanya Répondre

    19 février 2017 a 20:37

    Moi je constate une chose : si nous n’avions pas subi des siècles de persécutions et massacres, si nous avions résisté au assimilations, aux oublis de notre Loi, aux préjugés, aux ignorances etc. Nous serions plus de 500 millions et il n’y aurait plus personne pour nous empêcher de vivre sur notre Terre (du Nil à l’Euphrate) !

    Si tous les habitants du Moyen Orient pouvaient réaliser qu’ils sont au moins 20 % à avoir des racines Juives beaucoup de préjugés tomberaient mais qui le veut ?

  17. avalchalochverad Répondre

    24 février 2017 a 15:50

    Mon oncle expliquait il y a 20 années incidemment et en étudiant le yiddish que c’était en fait la langue des femmes converties (mots yiddish typiquement féminins) et que cette langue était aussi très proche du celte….(je ne vous en dit pas plus) c’est le sujet d’un vrai travail.

    tous le monde s’est foutu de lui, la question est réglée désormais : il mort !

    dans un autre domaine, mais plus intuitivement, il s’acharnait sur la survivance des néandertaliens dans ses gènes…….ce que la science a désormais aussi démontré (particulièrement en Israël) mélange néandertalien = européens par opposition aux africains.

    bref çà ne plait pas « aux nouveaux juifs »ou simplement aux antisémites (ceux qui se croient pus juifs que les autres en ayant une kippa) qu’ils soient tous issus de mères non juives (pour les pères par contre pas de problème).

    Ils ont donc préféré laisser mon oncle crever dans son coin.

    Et moi ultime survivant litvak dans l’enfer psychologique européen et israélien entouré d’islamonazis ou de futur islamonazis , ces salauds ils n’ont que pour seul but de m’empêcher avec acharnement toute descendance, il n’ont rien d’autre à foutre que de me pourrir la vie.

    • Yéhoudi Répondre

      24 février 2017 a 16:19

      quelle histoire ……!!

      je te plains mon pauvret ..

  18. Jankel Répondre

    1 mai 2017 a 13:43

    J’ai élaboré une théorisation de notre Mammeloschen dans les années 70/80 alors que j’apprenais l’Allemand (autrichien et du voisinage bavarois souabe en observant les similitudes énormes et le Processusde la « constitution d’une Langue Vernaculaire personnelle dans le cadre familial…!
    La germanité nordicité slavité evidentes de la pluapart des locuteurs yiddish Ashkénazes que j’ai connus,
    m’a montré que nous étions européens de façon majoritaire et que nos « frères » juifs surtout les pratiquants! n’en voulait pas : Maman est toujours une Yiddishe Mamma…Oui certes! Mais DEPUIS QUAND………………?
    Ma théorie du Yiddish, langue vernaculaire construite depuis Jules César sur les rives du Rhin et du Danube par nos mère Hv H J T U (et leurs frères R1b etc) convertis (ébauche primaire modèle, jusqu’à Constantin, de la conversion des païens d’Europe au Judaisme puis au Christianisme impérial!…) fut accueillie par le SILENCE et le « refus de répondre »…??? même de me dire si cela était juste ou dérisoire! C’était déjà trop!!!!! Ainsi, messieurs P. Hagège et Jean Baumgarten, et d’autres sources culturelles en Israel (centre Reichman par exemple!) ne daignèrent jamais répondre …(Même à toutes mes « modestes » relances!!!!!!!!!!!!!!!)
    Comme disait le bon Bethold Goldschmidt en 1991 à Berlin où il était enfin reconnu et honoré après sa fuite à Londres en 1934…! «  »Il suffit d’attendre! » »
    J’a donc aujourd’hui la satisfaction de voir sur le site, mes opinions en génétiques des populations et en lingusitique, trouver enfin l’audience que j’en espérais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *