Quelles sont les conditions de détention des prisonniers palestiniens en Israël ? | JSSNews

Quelles sont les conditions de détention des prisonniers palestiniens en Israël ?

Publié le : 8 mai 2017

Les prisonniers de sécurité palestiniens en Israël tentent régulièrement de présenter les prisons israéliennes de manière négative. Les terroristes responsables de la mort de nombreux israéliens, se plaignent des «conditions difficiles» dans les prisons israéliennes et exigent des avantages «critiques» tels que les téléphones dans les prisons. Quiconque connaît le système pénitentiaire israélien sait que les conditions des prisonniers de sécurité respectent une norme très élevée. Les prisonniers de l’Autorité palestinienne, à Gaza, et même dans le monde occidental, ne peuvent que rêver des avantages que reçoivent les prisonniers en Israël.

Une prison israélienne ©COGAT

Une prison israélienne ©COGAT

Alors, quelles sont les conditions pour les prisonniers de sécurité en Israël?

En mars 2017, il y a 6,100 prisonniers de sécurité dans les prisons israéliennes, la plupart entre 18 et 25 ans. Selon la définition, les prisonniers de sécurité en Israël sont ceux reconnus coupables d’une infraction qui porte préjudice à l’État d’Israël ou Motif nationaliste. Plus de 2,000 purgent leurs peines car ils sont directement responsables du meurtre d’Israéliens. Les prisonniers de sécurité se répandent dans différentes prisons d’Israël. La prison de Ketziot abrite la plus grande quantité de prisonniers de sécurité, plus de 1,700, tandis que la prison d’Ofer est la deuxième plus importante avec 1,000 détenus.

Les prisonniers de sécurité en Israël ont droit à un certain nombre de droits fondamentaux, ainsi que de prestations supplémentaires. Dans les conditions de base, les détenus ont le droit de rencontrer un avocat (dans un cadre professionnel), recevoir un traitement médical, ils ont des droits religieux, ils ont accès à l’eau chaude, aux douches et aux toilettes, ils bénéficient d’une bonne ventilation (surtout en période d’été), et ont de l’électricité. Ils reçoivent également régulièrement des visites de la Croix-Rouge et de responsables éducatifs.

En dehors de ces conditions fondamentales, les prisonniers de sécurité en Israël ont le droit de recevoir des journaux (du jour), d’envoyer et de recevoir des lettres, de lire et de conserver leurs propres livres. Les prisonniers sont même autorisés à acheter des marchandises dans la cantine de la prison, qui est gérée par les détenus eux-mêmes. Si cela ne suffit pas, les proches des prisonniers peuvent déposer de l’argent pour eux à la banque de la poste.

Les prisonniers reçoivent des visites familiales, peuvent regarder la TV,  et avoir des appareils électriques (bouilloires, raquettes anti-moustiques, etc…).

En plus de cela, de nombreux prisonniers de sécurité reçoivent des salaires mensuels, qui peuvent parfois atteindre jusqu’à 12,000 shekels par mois (3,000€), versés par l’Autorité palestinienne pour avoir assassiné des israéliens.

Les conditions dans les prisons israéliennes se révèlent exceptionnellement bonnes lorsqu’elles sont comparées aux prisons du Hamas à Gaza, où les détenus sont régulièrement exécutés sans procès. De plus, selon les médias, le Hamas conserve des prisons secrètes, où ils gardent et torturent des opposants politiques. L’ONU, les gouvernements étrangers, l’UE et les organisations internationales de défense des droits humains ont condamné à maintes reprises les exécutions du Hamas et ont appelé à la fin de la peine de mort dans la bande de Gaza.

Les conditions dans les prisons israéliennes se distinguent même si elles sont comparées aux prisons de l’Autorité palestinienne. De nombreux détenus sont torturés dans les prisons de l’AP. Les chocs électriques, les coups de bâton, la torture psychologique, la privation de sommeil et même la torture des femmes détenues font partie de l’arsenal palestinien. Dans un entretien avec un journal palestinien, un membre du Hamas qui était détenu dans les prisons israéliennes et palestiniennes a décrit la situation dans les prisons palestiniennes comme «brutales et barbares, surtout par rapport à Israël».

Lors d’un examen approfondi, les faits sont clairs: les conditions dans les prisons israéliennes sont nettement meilleures que les conditions dans les prisons étrangères. Les services pénitentiaires israéliens s’occupent, protègent les droits et respectent les prisonniers dans les prisons israéliennes.

Par Valériane de Chardonnay – COGAT – JSSNews

11 Réponses à Quelles sont les conditions de détention des prisonniers palestiniens en Israël ?

  1. Elie de Paris Répondre

    8 mai 2017 a 22:05

    L’ideal serait d’appliquer le droit biblique, bien entendu. Procès, puis si la preuve est apportée_pour les assa’ssins_ execution.
    Mais bon… Puisque on ne le suit pas, expulsion loin d’Ysraël, exil total. Pourquoi s’embarrasser de bouches a nourrir et soins etc ? Ou leur coller une maladie dégénérative… Qu’ils pourrissent à la vue de leurs proches…

  2. Ruthy Répondre

    8 mai 2017 a 22:18

    Faudrait embaucher des policiers francais a l’heure de la priere.
    Au fait, comment va Theo?

  3. Yéhoudi Répondre

    8 mai 2017 a 22:20

    trop révoltant

    pas d’ autre commentaire :mrgreen:

  4. Victor Répondre

    8 mai 2017 a 22:31

    Ma chère Valériane, c’est pas des prisons que tu nous décrit, mais des
    Paradis , et je comprend qu’ils veulent tous y rentrer en essayant de poignarder nos frères et soeurs ….

  5. Yéhoudi Répondre

    8 mai 2017 a 22:54

    a propos d’ un célèbre savant juif médiéval,

    «  » »

    Commentaire sur le Sefer Yetzira

    L’original arabe du commentaire de Dounash ibn Tamimi sur le Sefer Yetzira n’existe plus.

    Diverses traductions existent en hébreu à l’état manuscrit, chacune présentant des différences conséquentes par rapport aux autres, et contiennent diverses attributions à différents auteurs :

    dans plusieurs de ces manuscrits, Ibn Tamimi est expressément référé comme le seul auteur, tandis que dans d’autres, il l’est en association avec Isaac Israeli, et dans d’autres encore, l’auteur cité est Jacob ben Nissim ibn Shahin, celui ayant vécu à Kairouan à la fin du xe siècle.

    xxxxxxx

    entre les fameux Tamimi et leur fille, et le Shahine (comme Youssef Shahine, le réalisateur égyptien )

    y en a eu de l’ emigration chez le peuple choisi…..

    ces deux noms étant bien d’ origine juive hébraique
    le nom de Tamam ou Temam était courant chez les feujs en Tunisie

  6. trublion Répondre

    9 mai 2017 a 00:02

    Ribono chel olam !
    quel est cet intérêt national si fort par lequel des juifs dirigeants Israël acceptent que des assassins de nos frères reçoivent un salaire pour leur forfait ?
    Israël aurait vendu son âme pour être intégré à l’occident ? pour avoir des prix nobels ? des brevets de pointe ?
    qui paie ces salaires ?
    je ne crois pas un seul instant que des arabes donateurs paient ces sommes. ils ne sont pas assez organisés pour que ce circuit fonctionne.

  7. Caterin Victor Répondre

    9 mai 2017 a 22:45

    C`est pas Israel qui donne le salaire c`est sont vous L`Eurabia et l`UE de merde , par pitie pour pauvre Palos q`ils peuvent avoire la Mercedes Prison en Israel ? Club Med pour Pestiline

  8. Yéhoudi Répondre

    11 mai 2017 a 12:36

    Quelles sont les conditions de détention des prisonniers palestiniens en Israël ?

    xxxx

    insupportables, intolérables,inouïes prisons 5 étoiles!!

    faisant des milliers de jaloux parmi les populations deshéritées d’ Israel…

    on comprend mieux les astuces dont ils usent pour se faire emprisonner et vivre peinards, nourri, logé,blanchi,scolarisé,familiarisé,rémunéré,soigné etc etc …

    leur assaut d’ un groupe de soldats , brandissant un tournevis, est trés significatif du genre
    le tout étant de montrer juste ce qu il faut d’ agressivité pour ne pas se faire buter et enfin, réussir cet examen d’ entrée en Prisons Israéliennes

    et il y a des enfouarrés pour venir s’ apitoyer dessus, sans oublier les pays de Mahmoud et Mouloud, comme de Mémète ou Mamadou qui offrent a leurs prisonnier un gros avant gout de l’ enfer

  9. Yéhoudi Répondre

    11 mai 2017 a 12:37

    Wally??

    tu veux pas tenter de maitriser Roby

    déchainé comme le Golem de Rabbi Löw, ce matin

    enlève lui la lettre E….qu il reste juste METE

  10. allex Répondre

    11 mai 2017 a 18:00

    Il faudrait qu’une délégation indépendante vienne un peu voir l’état des geoles françaises, puis après ça comparer.

    Et ce n’est même pas la peine d’évoquer les prisons du monde Arabo-musulman qui feraient presque passer « Midnight Express » pour une pub pour « booking.com » !!!

  11. Yéhoudi Répondre

    12 mai 2017 a 18:58

    en 1930 le Japon impérial commence a se donner les moyens militaires a la mesure de sa puissance

    ce même Japon qui depuis l’ ère Meiji ne fait pas de prisonniers et il est pour lui même hors de question qu un Japonais soir prisonnier…

    (j’ aime pas du tout ces nipons…avec un N comme haine ou nazis)

    et, donc a propos de prisonniers, l’ armée japonaise en faisait un maximum…chez les chinois

    mais uniquement dans le but de s’ en servir comme cibles vivantes a l’ entrainement de ses soldats….

    pas étonnant qu ils se soient alliés au nazisme ces barbares jaunes

    qui commencent a relever la tête d’ ailleurs…

    ces deux peuples sont foncièrement violents, belliqueux,inhumains a la guerre….quand je pense a ce bon vieux Mussolini qui est venu se coller a ces barbares…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *