Opération « Colonne de nuée » : analyse d’un test réussi – Par Yonatane Laïk | JSSNews

Opération « Colonne de nuée » : analyse d’un test réussi – Par Yonatane Laïk

Publié le : 29 novembre 2012

L’opération « colonne de nuée » peut être considérée comme étant un « round » dans la guerre qui oppose l’Etat d’Israël à la République islamique d’Iran et ses alliés dans la région. La trêve acceptée par le gouvernement de Binyamin Netanyahou n’est pas un renoncement dans la lutte contre le terrorisme mais l’aboutissement -anticipé- d’une des étapes de la stratégie israélienne. Explications.

Le 14 novembre 2012, l’opération « Colonne de nuée » débute avec l’élimination d’Ahmed Jabari, le chef de la branche armée du Hamas. Un cessez-le-feu entre en vigueur huit jours plus tard. Le bilan de cette opération est clair et les chiffres communiqués par Tsahal le prouvent.

En effet, plus de 1500 cibles terroristes ont été éliminées ou détruites dont 19 leaders du Hamas et du Jihad islamique, 30 centres de commandement de premier ordre, 980 rampes de roquettes souterraines, 140 tunnels exploités pour le trafic d’armes et 66 autres utilisés pour les activités du Hamas, 42 salles d’opération et bases du mouvement terroriste ainsi que 26 sites destinés à la fabrication et au stockage d’armes. Quand au Dôme de fer, il a permis d’intercepter 421 roquettes parmi les 900 tirées en direction des civils israéliens. Par ailleurs, plus de cent roquettes envoyées par les terroristes palestiniens sont retombées directement sur Gaza. Malheureusement, on déplore six morts dont deux soldats du côté israélien ainsi que 240 blessés.

De nombreux observateurs ont pu constater que cette opération portait plusieurs noms. En réalité, le terme « Pillier de défense » a été repris par la plupart des médias internationaux. C’est Tsahal qui est à l’origine de cette traduction imagée afin de faire comprendre au Monde qu’Israël est en état de légitime défense face aux multiples agressions terroristes en provenance de la Bande de Gaza. Il faut savoir que c’est le terme hébreu « Amoud Anan » qui est utilisé en Israël. Celui-ci est directement tiré de la Torah et fait référence à la « Colonne de nuée » qui guidait le peuple juif lors de la traversée du désert du Sinaï après la sortie d’Egypte. La colonne de nuée permettait également d’intercepter les pierres ainsi que les flèches de l’ennemi : une référence directe au Dôme de Fer, le système d’interception de missiles conçu par Israël pour être un rempart face aux menaces quotidiennes qui pèsent sur les localités et les habitants du sud. La grande majorité des israéliens était clairement opposée à l’idée d’une trêve selon différents sondages réalisés au cours de l’opération et relayés par les médias.

Malgré la déception de l’opinion publique, il convient d’analyser avec un peu de recul la situation pour mieux comprendre la stratégie de Binyamin Netanyahou. Il faut savoir que le Premier ministre israélien s’est notamment fixé comme objectif de mettre fin aux menaces relatives à la contrebande d’armes à destination de Gaza. Durant l’opération, le gouvernement s’est confronté à une pression internationale qui s’accentuait davantage chaque jour alors que l’opinion mondiale reste traditionnellement hostile à l’Etat juif.

Ces derniers mois, de nombreux convois transportant des armes en provenance de Libye et surtout d’Iran transitaient par le Sinaï, un territoire que l’Egypte peine à contrôler.

Le matériel militaire était ensuite acheminé à l’intérieur de la bande de Gaza grâce aux tunnels de contrebande. Une des concessions obtenues par le Premier ministre israélien de la part du président américain Barack Hussein Obama en échange d’un cessez-le-feu serait notamment l’appui de ce dernier pour un engagement total de l’Egypte dans la lutte contre la contrebande d’armes ainsi qu’une présence militaire américaine dans la péninsule du Sinaï selon certaines sources.

Pour confirmer cela, Binyamin Netanyahou avait par ailleurs annoncé après le cessez-le-feu que l’Etat d’Israël et les Etats-Unis devraient se battre ensemble pour mettre fin à la contrebande d’armes. Aussi, il ne faut surtout pas perdre de vue que l’Iran reste le principal soutien mais aussi fournisseur des mouvements terroristes que sont le Hamas et le Hezbollah.

Ce pays occupe également un rôle non-négligeable dans le développement du terrorisme mondial. Toucher l’Iran, c’est s’attaquer au cœur du problème et l’Etat d’Israël en est bien conscient. Dans cette optique, on peut considérer que l’opération « Colonne de nuée » était un test de grande ampleur pour l’Etat d’Israël. Premièrement à l’égard de la réaction du régime des frères musulmans en Egypte dont les liens idéologiques mais aussi politiques avec les djihadistes sunnites ne sont plus à démontrer.

Mais ce « test » va beaucoup plus loin : il a surtout permis d’évaluer les nouvelles capacités balistiques et militaires des mouvements terroristes susceptibles d’attaquer l’Etat d’Israël en cas d’intervention en Iran.

Il ne faut pas négliger non plus les succès obtenus par la défense passive et notamment les exploits du système Dôme de Fer, de solides garanties qui permettront par conséquent de rassurer à l’avenir la population israélienne mais aussi les pouvoirs publics.

De plus, les capacités du Hamas sont désormais fortement diminuées, le mouvement restera -en partie- paralysé durant les prochains mois… Par ailleurs, depuis le début de l’opération « Colonne de nuée », les prénoms Fajr (en référence aux missiles iraniens pouvant atteindre Tel Aviv ou Jérusalem) et Ahmed Jabari sont parmi ceux ques les parents donnent le plus aux nouveaux-nés à Gaza.

N’oublions pas que la foule palestinienne est descendue dans la rue pour fêter l’annonce du cessez-le-feu aux côtés des terroristes armés du Hamas qui bénéficient vraisemblablement du soutien populaire.

Le soutien de plus en plus important des populations arabes envers les mouvements islamistes comme le démontre la popularité du Hamas parmi la population mais aussi l’instabilité régionale, les difficultés inhérentes à la stratégie du mouvement terroriste au pouvoir à Gaza qui affronte volontairement Tsahal depuis les zones civiles et la pression de la communauté internationale sont autant de raisons qui poussent Israël à s’efforcer de toujours remplir ses objectifs le plus rapidement possible en cas d’opération militaire. Bien qu’atteint, le Hamas n’est pas encore détruit. Pour cela, il est nécessaire de s’attaquer aussi au régime iranien.

Face à ceux qui souhaitent encore rayer Israël de la carte et parce que l’avenir du peuple juif ne se décide pas au siège de l’ONU, ni à Washington et Bruxelles mais bien à Jérusalem, il ne fait aucun doute que les dirigeants israéliens seront au rendez-vous pour enfin « laisser Tsahal gagner ».

Par Yonatane Laïk – JSSNews

8 Réponses à Opération « Colonne de nuée » : analyse d’un test réussi – Par Yonatane Laïk

  1. david c Répondre

    29 novembre 2012 a 15:40

    AAAH! Une « concession d’Obama » …C’est du sûr !
    Shmuel Trigano lui pense que :
    http://www.israel-infos.net/COLONNE-DE-NUEE–UN-ECRAN-DE-FUMEE-par-Shmuel-Trigano-9452.html
    Sa conclusion : « Il y a quelque chose que les Juifs n’ont pas compris en politique : la légitimité d’un sujet ne vient pas de la reconnaissance des autres mais de l’affirmation de sa propre souveraineté.
    C’est ce qui a donné naissance à un Etat d’Israël » 

  2. Serge Belley Répondre

    29 novembre 2012 a 15:45

    Le gouvernement Israélien et Tsahal ont prouvés hors de tous doutes que sur le plan opérationnel qu’ils étaient prêts pour cet exercice de grande envergure, beaucoup d’enseignement ont été retenus, les correctifs seront pris en compte lors du prochain round qui ne pourra que se produire étant donné que lez arabes palestiniens ont des têtes de cochons qui ne comprennent pas le bon sens.

  3. Serge Belley Répondre

    29 novembre 2012 a 15:55

    Mr Trigano

    Les Américains réussiront-ils, par ailleurs, à éliminer les transferts d’armes dans le Sinaï ? C’est à voir, car ce type de dispositions n’a jamais marché dans le passé (à preuve l’échec de la force de l’ONU dans les terres du Hezbollah après la deuxième guerre du Liban).

    Je vous donne raison sur ce point car les forces internationale de l’ONU n’ont qu’un mandat limité de force de police et les règles d’engagement face a une force qui les dépassent font que ces forces même avec des blindés peinturés en blanc lettré bleu ne font peur a personne et surtout pas a des organisations puissantes comme les terroristes du Hezbollah. Cela prends des forces de combat bien entrainées et motivées comme l’OTAN par exemple. Mais Israël est capable de prendre soin de son pays et c’est pour cela qu’ils sont capable de réagir a toutes les menaces. Je les comprends de ne pas faire confiance a des FARCES DE L’ONU.

  4. gwynplaine Répondre

    29 novembre 2012 a 16:16

     » Mais ce « test » va beaucoup plus loin : il a surtout permis d’évaluer les nouvelles capacités balistiques et militaires des mouvements terroristes susceptibles d’attaquer l’Etat d’Israël en cas d’intervention en Iran. »

    Balivernes… tu parles sans savoir yonathane…

    • david c Répondre

      29 novembre 2012 a 19:27

      Je pense plutot que c’est un effort d’explication à l’usage des électeurs ! Et le choix des mots …c’est le choc des cultures (dit-on)
      Nota : « concession » : Attribution d’un privilège à titre de grâce ou de faveur, par un supérieur ( roi , prince …) à son inférieur.

  5. mickael Répondre

    29 novembre 2012 a 18:26

    @gwynplaine : jusqu’à preuve du contraire, c’est bien la première fois que des « missiles palestiniens » touchent Tel Aviv et Jérusalem. C’est bien cela les nouvelles capacités balistiques du Hamas. Bien trop facile de réduire un article à une seule phrase et de parler de « balivernes ». Le sujet est bien trop sérieux pour se permettre ce genre de commentaire qui ne tiennent pas debout.

    Alors intéressons-nous au fond du sujet : une attaque sur l’Iran –> quand et comment ?!

    • david c Répondre

      30 novembre 2012 a 12:47

      Que les commentaires « ne tiennent pas debout » c’est pas grave , si toi au moins tu comprends où veut nous mener la ‘stratégie’ des dirigeants qui resemble beaucoup à la danse de la samba ! …isn’t it !

  6. joseph Répondre

    29 novembre 2012 a 19:30

    une partie de vrai…et une partie de foutage de tronche

    si tu savais ce que tsahal compte comme objetif ,sur les 1500 ,tu rierai jaune !
    on aurait du les briser …
    au lieu de cela ,on recule ,encore et encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *