Loading...
You are here:  Home  >  Israël-Territoires Disputés  >  Current Article

L’interview qui tue

By   /  16 janvier 2017  /  37 Comments

    Print       Email

Puisque la presse de gauche israélienne et internationale (juive dans son ensemble) telle que Times of Israel a décidé de nous sortir des placards les vieux briscards du Mossad, du Shin Beth et les généraux illustres pour défendre cette pseudo solution à 2 états pour 2 peuples, il m’apparaît urgent de donner une vue d’ensemble via l’interview donnée au pire journal anti-israélien britannique : THE GARDIAN par un gauchiste célèbre et néanmoins historien Benny Morris.

Certains amis de B. Morris ont réagi de façon violente et d’autres ont mis cela sur le compte de l’émotion intense que traversait l’infatigable pacifiste devant les séries d’attentats sanglants qui avaient lieu en Israël.

Toutefois, j’attire votre attention sur le rappel des erreurs immenses commises par les gouvernements de gauche israéliens qui nous ont mené vers cette impasse et pire encore donné une légitimité au mythe du peuple palestinien.

Entretien avec Benny Morris pour le journal d’extrême gauche britannique : THE GARDIAN et reproduit rapidement sur le journal israélien Ha’aretz. ANNEE 2004 !

Sous-titre du Gardian et du Ha’aretz :

Gardian : Benny Morris, l’historien qui, parmi les premiers en Israël, a «déboulonné les mythes fondateurs» du pays, a désormais rejoint – et avec quelle virulence ! – le consensus général.

Gardian : “Benny Morris, voilà vingt ans que vous menez des recherches sur la part ténébreuse du sionisme. Vous êtes spécialisé dans les atrocités de 1948. En fin de compte, vous justifiez tout cela? Prenez-vous le parti du transfert de 48 ?

B. Morris : «Il n’y a pas de justification aux viols. Il n’y a pas de justification aux massacres. Ce sont des crimes de guerre. Mais dans certaines conditions, l’expulsion n’est pas un crime de guerre. Je ne pense pas que les expulsions de 48 étaient des crimes de guerre. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. On doit se salir les mains.»

Gardian : Il s’agit du meurtre de milliers de personnes. La destruction d’une société entière.

B. Morris : «Une société qui se dresse contre vous pour vous tuer vous oblige à la détruire. Quand le choix doit se faire entre détruire et être détruit, mieux vaut détruire.»

Gardian : Donc, quand les commandants de l’opération Dani sont là à contempler la longue et terrible file des 50.000 personnes expulsées de Lod marchant vers l’Est, vous êtes là avec eux? Vous les justifiez ?

B. Morris : «Je les comprends parfaitement. Je comprends leurs mobiles. Je ne pense pas qu’ils éprouvaient de scrupules et, à leur place, je n’aurais pas éprouvé de scrupules. Sans cet acte-là, ils n’auraient pas gagné la guerre et l’État n’existerait pas.»

Gardian : Ils ont commis une épuration ethnique.

B. Morris : «Il y a des circonstances dans lesquelles l’épuration ethnique se justifie. Je sais que cette notion est parfaitement négative dans le discours du 21e siècle mais lorsque le choix se pose entre purification ethnique et génocide, le génocide de votre peuple, je préfère la purification ethnique.»

Gardian : Et telle était la situation en 48 ?

B. Morris : «Telle était la situation. C’est ce qui se dressait face au sionisme. Il n’y aurait pas d’État juif sans le déracinement de ces 700.000 Palestiniens.C’est pour ça qu’il fallait les déraciner. Il n’y avait pas d’alternative à l’expulsion de cette population. Il était nécessaire de nettoyer l’arrière, de nettoyer les zones de frontière et de nettoyer les principaux axes routiers. Il était nécessaire de nettoyer les villages d’où ils tiraient sur nos convois et sur nos localités.»

Gardian : Le terme «nettoyer» est terrible.

B. Morris : «Je sais qu’il ne sonne pas bien mais c’est le terme qui était employé à l’époque. Moi, je l’ai adopté à partir de tous ces documents de 1948 dans lesquels je suis plongé.»

Gardian : Et vous vivez parfaitement en paix avec cela? Avec les crimes de guerre? Les massacres? Les champs brûlés et les villages détruits de la Nakba ?

B. Morris : «Il faut placer les choses dans leurs proportions. Il s’agit de petits crimes de guerre. Au total, si on prend tous les massacres et toutes les exécutions de 1948, on arrive à environ 800 morts. En comparaison avec les massacres perpétrés en Bosnie c’est peanuts. En comparaison avec les crimes de guerre commis par les Russes contre les Allemands à Stalingrad, c’est de la roupie de sansonnet. Lorsque vous prenez en compte le fait qu’avait lieu ici une guerre civile sanglante et que nous, nous avons perdu un pour cent entier de la population, vous trouvez que nous nous sommes très bien comportés.»

Gardian : Les conditions de l’expulsion à venir. Il vous est arrivé quelque chose d’intéressant. Vous vous étiez lancé dans une enquête critique sur Ben Gourion et les institutions sionistes, mais au bout du compte, vous vous identifiez, en fait, avec eux. Vous êtes dur et insensible dans vos propos exactement comme ils l’ont été dans leurs actes.

B. Morris : «Il se peut que vous ayez raison. Du fait que j’ai étudié le conflit en profondeur, j’ai été obligé de me confronter aux questions profondes auxquelles ces gens-là ont eux-mêmes dû faire face. J’ai compris la problématique devant laquelle ils se sont trouvés et peut-être ai-je adopté une part de leur univers conceptuel. Mais je ne m’identifie pas à Ben Gourion. Je pense qu’il a commis une lourde erreur historique en 1948. Alors qu’il comprenait la question démographique et la nécessité de fonder un État juif sans minorité arabe importante, il a eu la frousse. Au bout du compte, il a échoué.»

Gardian : J’ai toutes les peines du monde à croire ce que j’entends.

B. Morris : « Si la fin de l’histoire devait s’avérer affligeante du point de vue des Juifs, ce sera parce qu’en 1948, Ben Gourion n’a pas achevé le transfert. Parce qu’il a laissé un réservoir démographique important et explosif en Cisjordanie, à Gaza et en Israël même.»

Gardian : À sa place, vous auriez expulsé tout le monde? Tous les Arabes du pays ?

B. Morris : «Je ne suis pas un homme d’état. Je ne me mets pas à sa place. Mais en tant qu’historien, j’établis qu’ici, une erreur a été commise. Oui, le non achèvement du transfert était une erreur.»

Gardian : Et aujourd’hui ? Prenez-vous, aujourd’hui, le parti du transfert ?

B. Morris : «Si vous me demandez si je soutiens le transfert et l’expulsion des Arabes de Cisjordanie, de Gaza et peut-être même de Galilée et du Triangle, je vous réponds: non, pas actuellement. Je ne suis pas prêt à être associé à un acte comme celui-là. Dans les circonstances actuelles, ce n’est ni moral ni réaliste. Le monde ne le permettrait pas, le monde arabe ne le permettrait pas, cela ruinerait de l’intérieur la société juive. Mais je suis prêt à dire que, dans d’autres circonstances, apocalyptiques, susceptibles de survenir dans les cinq à dix années à venir, je peux voir des expulsions. S’il devait y avoir des armes nucléaires autour de nous, ou une offensive arabe générale contre nous, avec une situation où, à l’arrière du front, des Arabes de l’intérieur tirent sur les convois partant pour le front, des opérations d’expulsions seraient parfaitement raisonnables. Peut-être même seraient-elles une nécessité.»

Gardian : Y compris l’expulsion d’Arabes d’Israël ?

B. Morris : «Les Arabes d’Israël sont une bombe à retardement.Leur glissement vers une totale palestinisation en a fait des émissaires de l’ennemi au milieu de nous.

Ils sont potentiellement une cinquième colonne. À la fois démographiquement et sur le plan sécuritaire, ils sont susceptibles d’ébranler l’État. Si bien que dans le cas où Israël devrait se retrouver projeté dans une situation de menace existentielle, comme en 48, il se pourrait qu’il soit forcé d’agir comme il l’a fait à l’époque.

Si nous étions attaqués par l’Égypte (après une révolution islamiste au Caire) et par la Syrie et que des missiles à tête chimique ou biologique atterrissaient sur nos villes et qu’en même temps des Palestiniens israéliens nous frappaient par derrière, je pourrais voir là une situation d’expulsion. Cela peut se produire. Si la menace sur Israël se faisait existentielle, l’expulsion serait justifiée.»(NDLR : Je rappelle que nous sommes en 2004 : pas de “révolution au Caire ni en Syrie au moment de l’interview ! Prophétique Benny Morris ? Étonnant pour le moins…)

Gardian : La démence palestinienne
Vous n’êtes pas seulement dur et insensible, vous êtes encore terriblement sombre. Vous n’avez pas toujours été ainsi.

B. Morris : «Le tournant, chez moi, s’est produit après l’an 2000. Je n’étais déjà pas très optimiste avant cela. En vérité, j’ai toujours voté Travailliste.. En 88, j’ai même refusé de servir dans les Territoires et j’ai fait de la prison pour ça, mais j’ai toujours eu des doutes quant aux intentions des Palestiniens. Les événements de Camp David et ce qui est venu à leur suite ont transformé les doutes en certitudes. Lorsque les Palestiniens ont repoussé la proposition Barak en juillet 2000 et la proposition Clinton en décembre 2000, j’ai compris qu’ils n’étaient pas disposés à accepter la solution à deux États. Ils veulent tout. Lod, Acre et Jaffa.»

Gardian : S’il en est ainsi, le processus d’Oslo était une erreur et il y a un défaut à la base de toute la vision du monde du mouvement de la paix israélien.

B. Morris : «Il fallait essayer Oslo. Mais aujourd’hui, il faut être clair: du point de vue palestinien, Oslo était une supercherie. Arafat n’a pas changé en mal, Arafat nous a simplement exploités. Jamais il n’a été sincère dans ses intentions de compromis et de conciliation.»

Gardian : S’il en est ainsi, la solution à deux États est sans espoir. Même si un accord de paix était signé, il s’effondrerait à bref délai.

B. Morris : «Idéologiquement, je soutiens la solution à deux États. C’est la seule alternative à l’expulsion des Juifs ou à l’expulsion des Palestiniens ou encore à une destruction générale. Mais concrètement, dans cette génération, pareil accord ne tiendra pas. Au moins 30 à 40% de l’ensemble de la population palestinienne et au moins 30 à 40% du cœur de chaque Palestinien ne l’accepteront pas. Après une courte trêve, il y aura à nouveau du terrorisme et la guerre recommencera.»

Gardian : Votre pronostic est très dur.

B. Morris :  «Il est dur pour moi aussi. Il n’y aura pas de paix au cours de cette génération. Il n’y aura pas de solution. Nous sommes condamnés à vivre par l’épée. Je suis un homme assez âgé mais pour mes enfants, c’est particulièrement affligeant. Je ne sais pas s’ils voudront continuer à vivre dans un endroit où il n’y a pas d’espoir. Même si Israël n’est pas détruit, nous ne connaîtrons pas de vie normale et bonne ici, dans les prochaines décennies.»

Gardian : Ce que vous dites n’est-il pas une réaction excessive à trois années dures, mais concentrées, de terrorisme ?

B. Morris :  «Les explosions dans les autobus et les restaurants m’ont effectivement secoué. Elles m’ont amené à comprendre la profondeur de la haine à notre égard. Elles m’ont amené à comprendre que l’hostilité palestinienne, arabe et musulmane à la présence juive ici nous conduit au seuil d’une destruction. Je ne vois pas les attentats comme des actes isolés. Ils expriment la volonté profonde du peuple palestinien. C’est ce que veut la majorité des Palestiniens. Ils veulent que ce qui est arrivé à l’autobus nous arrive à tous.»

Gardian : Mais la responsabilité de cette violence et de cette haine repose aussi sur nous. L’occupation, les barrages, les bouclages. Peut-être la Nakba elle-même.

B. Morris : «Ce n’est pas à moi qu’il faut dire ça. J’ai étudié l’histoire palestinienne. Je comprends très bien les causes de la haine. Aujourd’hui, les Palestiniens nous rendent la pareille non seulement pour le bouclage d’hier mais aussi pour la Nakba. Mais ce n’est pas une explication suffisante. Les peuples d’Afrique ont été opprimés par les puissances européennes pas moins que les Palestiniens l’ont été par nous et pourtant, je ne vois pas de terrorisme africain à Londres, Paris ou Bruxelles. Les Allemands en ont tué d’entre nous beaucoup plus que ce que nous avons tué de Palestiniens et pourtant nous ne faisons pas exploser d’autobus à Munich ou à Nuremberg. Donc ici, il y a quelque chose d’autre, plus profond, lié à l’Islam et à la culture arabe.»

Gardian : Essayez-vous de prétendre que le terrorisme palestinien découle d’une espèce de problème culturel profond ?

B. Morris : «Il y a un problème profond dans l’Islam. C’est un monde aux valeurs différentes. Un monde où la vie humaine n’a pas la même valeur que celle qu’elle a en Occident et où la liberté, la démocratie, l’ouverture et la création sont des choses étrangères. Un monde qui fait une proie de celui qui n’appartient pas au camp de l’Islam.. La vengeance occupe une place centrale dans la culture tribale arabe. Dès lors, les gens qui se dressent face à nous et la société qui les envoie n’ont pas d’inhibitions morales. Si elle obtenait une arme chimique ou biologique ou nucléaire, elle l’utiliserait. Si la chose lui était possible, elle commettrait aussi un génocide.»

Gardian : Expliquez-moi votre image. Qui est le tueur en série, ici ?

B. Morris : «Les barbares qui en veulent à notre vie. Les gens que la société palestinienne envoie commettre les attentats et, d’une manière ou d’une autre, la société palestinienne elle-même. Cette société est actuellement dans la situation d’un tueur en série. C’est une société très malade. Psychologiquement. Il faut la traiter comme on traite les individus qui sont des tueurs en série.»

Gardian : Qu’est-ce que ça signifie ? Que faisons-nous demain matin ?

B. Morris : «Il faut essayer de guérir les Palestiniens. Peut-être qu’avec les années, la fondation d’un État palestinien aidera à la guérison. Mais en attendant, d’ici qu’on ait trouvé un médicament, il faut les contenir pour qu’ils ne réussissent pas à nous assassiner.»

Gardian : Les entourer d’une clôture? Les boucler ?

B. Morris : «Il faut leur faire quelque chose comme une cage. Je sais que cela a une résonance terrible. C’est cruel, en vérité. Mais il n’y a pas d’autre choix. Il y a là une bête sauvage qu’il faut enfermer d’une façon ou d’une autre.»

Gardian : Un mur de fer ?

B. Morris : «Oui. Un mur de fer est une bonne image. Un mur de fer constitue la politique la plus raisonnable pour la génération à venir. Ce que proposait Jabotinsky et que Ben Gourion a adopté.

Gardian : Les musulmans sont des barbares ?

B. Morris : «Je pense que ces valeurs dont j’ai parlé tout à l’heure sont des valeurs de barbares. Le rapport à la démocratie, à la liberté, à l’ouverture. Le rapport à la vie humaine. En ce sens, ce sont des barbares. Le monde arabe, tel qu’il est aujourd’hui, est barbare.»

Gardian : Et à votre avis, ces nouveaux barbares menacent-ils vraiment la Rome d’aujourd’hui ?

B. Morris : «Oui. L’Occident est plus fort mais il n’est pas évident qu’il sache comment repousser cette vague haineuse. Le phénomène de la pénétration massive de musulmans et de leur installation en Occident crée une menace intérieure dangereuse. Un processus semblable s’est produit également à Rome. Ils ont fait entrer les barbares et ceux-ci ont ébranlé l’Empire, de l’intérieur.»

Gardian : Est-ce vraiment dramatique à ce point ? L’Occident se trouve-t-il vraiment en danger ?

B. Morris : «Oui. Je pense que la guerre entre civilisations est la principale caractéristique du 21e siècle. Je pense que Bush se trompe lorsqu’il nie l’existence même de cette guerre. Il ne s’agit pas seulement de Ben Laden. C’est un combat contre tout un monde aux valeurs différentes. Et nous sommes sur la ligne de front. Exactement comme les croisés, nous sommes, à cet endroit-ci, le rejeton vulnérable de l’Europe.»

Gardian : Vous définiriez-vous comme quelqu’un d’apocalyptique ?

B. Morris : «L’entreprise sioniste est tout entière une entreprise apocalyptique. Elle se tient dans un environnement hostile et, en un certain sens, son existence est irraisonnable. Il n’était pas raisonnable qu’elle réussisse en 1881 et il n’était pas raisonnable qu’elle réussisse en 1948 et il n’est pas raisonnable qu’elle réussisse aujourd’hui. Et malgré cela, elle est arrivée là où elle est arrivée. En un sens, elle est miraculeuse. J’ai vécu 48 et 48 se projette sur ce qui est susceptible de se passer ici. Oui, je pense à Gog et Magog. C’est une possibilité. Il se peut qu’ait lieu ici, dans les vingt ans à venir, une guerre atomique.»

Gardian : Si le sionisme est si dangereux pour les Juifs et si le sionisme fait à ce point le malheur des Arabes, peut-être le sionisme est-il une erreur ?

B. Morris : «Non, le sionisme n’était pas une erreur. La volonté de fonder ici un État juif était une volonté légitime. Positive. Mais étant donné les caractéristiques de l’Islam et étant donné les caractéristiques du peuple arabe, c’était une erreur de penser qu’il serait possible de fonder ici un État tranquille, vivant en harmonie avec son environnement.»

Gardian : Cette réalité historique est insupportable. Il y a là quelque chose d’inhumain.

B. Morris : «Oui. Mais cela concerne le peuple juif, pas le peuple palestinien. Un peuple qui a souffert deux mille ans, qui a connu le génocide, arrive sur son patrimoine mais se retrouve plongé dans un nouveau cycle d’effusions de sang qui est peut-être un chemin vers la destruction. Du point de vue de la justice cosmique, c’est terrible. Cela m’ébranle beaucoup plus que ce qui s’est produit en 1948 pour une petite partie de la nation arabe qui était alors installée en Palestine.»

Gardian : Le titre de votre livre qui sort actuellement en hébreu est «Victimes». En fait, ce que vous affirmez, c’est qu’au bout du compte, des deux victimes du conflit, nous sommes la plus grande victime.

B. Morris : «Oui. Exactement. Nous sommes la plus grande victime du cours de l’Histoire et nous sommes aussi la plus grande victime potentiellement. Bien que nous opprimions les Palestiniens, nous sommes ici le côté le plus faible. Nous sommes une petite minorité dans une grande mer d’Arabes haineux qui veulent nous anéantir. Alors il se peut que lorsque leur volonté se réalisera, tout le monde comprendra ce que je vous dis maintenant. Mais il sera trop tard.»

Voici donc in extenso l’interview qui parut dans le Gardian et le Haaretz et qui, vous vous en doutez fit grand scandale.
Toutes ces erreurs ont été payées en morts et en image sale dont le monde s’est repue.
Cela a sans doute aidé l’humanité à se sentir un peu moins coupable d’avoir assisté à un génocide sans bouger le petit doigt durant la seconde guerre mondiale.
La facilité avec laquelle l’intelligentsia mondiale de gauche a collaboré au mythe du “colonisateur juif” est effarante mais parfaitement compréhensible.
Que faisaient ces pacifistes durant la seconde guerre mondiale ? Qui étaient les instructeurs du FLN sinon d’ex-nazis qui avaient trouvé encore un moyen sûr de tuer du juif en se réfugiant dans les pays arabes.
Boualem Sansal nous rappelle très justement ces “drôles d’encadrants des jeunesses du FLN algérien avec leur accent si…germanique…”.
Faire passer le peuple qui a subi le plus grand massacre de l’humanité pour des tueurs, c’est le prozac qu’a trouvé le monde pour survivre à ses crimes.
Nina – JSSNews
Partager cet article
    Print       Email

37 Comments

  1. trump dit :

    Quel interview extraordinaire:il ne laisse pas le lecteur indemne.
    Les convictions du journaliste du guardian ont du s’effondrer en temps reel !

  2. Je me souviens, maintenant.
    Il est bon de remettre une pile, et de mettre à l’heure.
    Incroyablement actuel.
    L’amertume de Morris transpire dans chacun de ses mots.
    Devant son erreur,sur tant d’années, il est désespéré.
    …. Benny, le repentir est la plus grande partie de la rédemption. Beaucoup n’ont pas eu ton mérite.
    Il sera de poid au moment du besoin.

  3. trump dit :

    En outre ,si gaza n’a pas ete vide peut etre impute a Ben Guorion qui fit couler le bateau Altalena.
    Les cales contenaient les precieux blindes qui auraient pu nous permettre de nous emparer de cette bande et de la vidanger definitivement …………

  4. Perello dit :

    Très bonne interview à relire et à méditer pour ceux qui veulent comprendre les enjeux et la vraie difficulté de l’Etat d’Israël à survivre au milieu de cet océan de haine arabo-musulmane.
    Le journaliste du Guardian a bien essayé de manipuler B.Morris par des questions pernicieuses mais il a fini par se rendre à l’évidence par tant de réalisme (la vérité de la situation lui a sauté au visage).

  5. szmolski dit :

    Ca doit plaire à tous ces guignols “d’anti-sionistes”, ses paroles sont un doux fumet qui chatouillent leurs narines auditives, en faite les seules expulsions qui les intéressent sont celles commisses par des juifs en les décadrant complètement de leur contexte, un état juif était nécessaire, un état arabe avec un peuple crée de toutes pièces, non.
    Il y a certainement eu des expulsion, mais même en admettant que ce fusse d’une telle ampleur ça n’aurait rien eu d’exceptionnel, en Europe les frontières n’ont eues de cesse de bouger suite aux guerres et aux traités occasionnant des déplacements de populations infiniment plus importants où les obligeant de s’adapter aux nouveaux propriétaires sans que personne ne bronche, mais dans le cas arabe pour que cela apparaisse sous l’angle de vision d’une “terrrrrible injustice” bien corsée on parle en plus de “peuuuuple palestinien” ohhhhhhh les pauvres, snif…(je vais mettre un seau à mes pieds pour récolter mes larmes) c’est le seul peuple “réfugié” monde qui ne trouve pas où aller avec 21 pays de même extraction ethnique qu’eux qui soutiennent leur cause, il faut dire qu’ils ont eu la mauvaise idée d’imaginer que cette terre ne redeviendrait pas juive, simplement ces arabes étaient au mauvais endroit comme pleins de peuples d’Europe débordant hors de leurs frontières initiales se trouvaient aux mauvais endroit, c’est particulièrement flagrant lorsqu’on visite la carte ethnique suite au démembrement de l’Autriche-Hongrie.

  6. Yéhoudi dit :

    je vais éditer un Pin’s

    ” JE SUIS BENNY MORRIS ”

    chais pas ou tu as trouvé ça Nina, mais quel plaisir

    c”est Méfaresh et quelques autres tenants de ma ligne qui vont etre heureux

    pas un seul juif en pays arabes, c’est bien accepté

    faudra bien que les réticents se fassent a ce qui doit et ne peut qu’ arriver

    Pas un seul musulman en le seul pays Juif

    ou est le problème ? nulle part!

    oui il faut virer les deux millions d’ ex jordaniens qui squattent Yéhouda et Shomron !!

    oui il faut virer le million et demide pseudo citoyens israéliens arabes musulmans qui seront les premiers a prendre part a un soulèvement général anti juif

    oui il faut “finir” ce que des esprits infectés de Galoute, alors n’ ont pas osé réaliser

    chacun chez soi

    les juifs et leurs vrais alliés, tcherkesses,arabes chrétiens, Druzes et un tri bédouins a l’ ouest du jourdain

    et tout le reste a l’ est du jourdain

    Gaza pareil… ça suffit avec ce damier purulent de tous cotés !!

    faisons la Paix des braves….a coups de canon pour repeupler la Jordanie juive volée par Hussein et son major Glub, pachatisé pour l’ occasion

    en vertu de je ne sais quelles vieilles rancoeurs et jalousies haineuses, Israel n’ aurait pas a joiur de ses conquêtes consécutives a des guerres d’ agression par des loosers qui réclament aujourd’ hui un peuple pour deux étants ou une ville pour trois croyances???

    mais bandes de kons superbes , pourquoi ne pas réclamer ça a l a Mekke, ou au Vatican ??

    il va falloir vraiment un putin de conflit avec le hizb qui réclame le Golan, avec l’ogorhité palestinienne qui veut la moitié d’ Israel et le ramasse miettes egyptien qui veut la totalité

    allez:!! allez ! du balai!! du canon!! débarrassez moi le plancher Juif de toute cette infection microbienne qui a fini par croire qu elle pouvait ouvrir impunément son claque mairde

    DEHORS !! DEHORS !! DEHORS !!

    c’est le seul cri de ralliement que doit lancer Israel

    et tous ces gauchistes devraient finir leur vie inutile chez les Nations qui les soutiennent

    la démocratie, c’est de la mairde!! on voit comment qu elle agonise dans toute l’ Europe

    on voit comment elle est dévoyées aux USA par la même humanité puante qu en Israel avec les “travaillistes” dont le mot Travail n’ a que pour seule connotation que de faire chiller tout le pays

    les Peuples sont trop kons pour qu on les laisse faire joujou avec la politique

    surtout quand ils ont oublié que des loups carnassiers sont a l’ affût a leurs portes, et qu ils ont oublié a qui ils ont a faire a leurs frontières et au delà

  7. nina dit :

    Pourtant mon trésor chéri, ce n’est pas faute de l’avoir publiée depuis des années !
    Avec certains potes de la LDJ, on titrait BENNY MORRIS FAIT TECHOUVA tellement ça nous a paru incroyable.

    Je re-publie TOUS LES ANS cette interview car le Haaretz et le Gardian sont restés sur le cul. Mais le Monde a préféré ne pas transcrire toute l’interview tellement les rédacteurs avaient mal au bide.

    Je pense sincèrement que cette interview, cette CONFESSION devrais-je dire devrait être le plus largement répandue sur le net car toutes les bourdes de Ben Gourion et des suivants y sont mentionnées.

    Tous les morts juifs, les accords d’Oslo qui ont ouvert grandes les portes aux loups de l’OLP Arafat et Abbas en tête, sont les résultats directs du manque de volonté de ne pas avoir compris dans quelle sauce les ashkénazes majoritaires trempaient.

    Je n’aime pas faire de différences dans le peuple juif. Mieux encore, je loue le Grand Patron de nous avoir obligé de bouffer des kilomètres, des cultures différentes tout en restant juifs.

    Je conclue donc : Les ashkénazes connaissent leurs cosaques, nous juifs issus de pays arabes, nous connaissons nos arabes.

    Ils ont craché sur cette IMMENSE richesse qui nous était donnée pour que nous résolvions ensemble ce qui paraît inextricable aujourd’hui.

    Si seulement, ils avaient demandé aux juifs ayant fuit les pays arabes de quelle façon on devait s’y prendre, nous serions sur notre terre de Gaza à la Judée Samarie incluse.

  8. trublion dit :

    merci Nina de rappeler ces mots, terribles et terriblement vrais.
    il manque de préciser toutefois le rôle principal de celui qui arme les génocideurs, cet occident européen et états unien, qui instille ce conflit et empêche toute solution pacifique de s’installer.

  9. Amram dit :

    Je reste perplexe devant cet article que je ne n’avait jamais lu, le journaliste du Gardian est une vrai saloperie, genre d’immondice puante qui s’est propager pendant des dizaines d’années sur tous l’occident, ils se sont habitués petit a petit au point de ne plus sentir cette puanteur naziogauchisante dans laquelle le monde occidentale est tombé comme une pomme pourrie sur une bouse de vache , l’odeur commence a les indisposer, mais le 15 janvier 2017 ils y croient encore dur comme fer, la fin de cette dictature est sur le point de s’effondrer alors, ils ont tirés leur dernier coup de cannon comme un baroude d’honneur face au raz de marrée Trumputiste qui va les inondés.

  10. Haim dit :

    Très utile rappel

  11. Sigismund dit :

    Encore un qui tourne casaque devant l’arrivée de la cavalerie Trump…. on va encore rigoler dans les jours à venir… Seul Hollande et sa fine équipe vent debout bouterons l’amerloque hors de .. hors de quoi déjà? Les imbéciles..

  12. Il s’est bien laissé balader par le GUARDIAN .
    « Epuration ethnique » nous rappelle le temps de la guerre au Kosovo vu par mémère Chazal….

    Qu’entend-on par là ? Cela va de massacre collectif à la mitrailleuse, à expulsion territoriale à coups de pompes dans le train ; c’est ce qui s’est passé dans les deux cas…

    Viols, massacres, injustices criantes, vols de terres ; il a tout dit oui-da à ce que lui susurrait le gauchiste du Guardian…

    Le journaleux a oublié une question : vraiment pas de pain azymes avec le sang du pople palestinien ? Rien qu’une petite fois où deux, entre nous ?
    Il aurait peut-être répondu ; oui-da, mais juste un petit peu alors…

    On peut se demander qui est le défunt de l’interview…
    Ce con là a peut-être fait téchouva mais pas assez…

  13. Je découvre ce superbe texte (Toda Nina) d’une lucidité accablante pour nos gauchisants formatés comme des robots (j’allais écrire des rebeux)

    Texte que je vais bien sûr diffuser tant il est vrai, prophétique et touchant à la fois,
    celui d’un homme sincère qui a su renier ses idées je ne dirais pas erronées car il devait y croire honnêtement, mais auxquelles il était accroché et qu’il a su analyser intelligemment comme fausses

    Chapeau l’artiste
    (car ce texte est une oeuvre d’art)

  14. Michel C dit :

    Très belle interview, mais je reste un peu perplexe sur le fait qu’il n’y ait aucune mention faite sur l’invention de ce pseudo peuple Palestinien !!!

  15. Moti dit :

    Ce texte est très intéressant et très utile, pour autant qu’on puisse citer les sources.

    Sans les sources ça fait “fake”, bien que je sois persuadé que cela soit un vrai document.

    Donc, Nina quel est la date de ce Gardian? Quel est le nom du journaliste? etc..

    Merci d’avance.

  16. Françoise dit :

    Moi je trouve ce discours carrément pervers. Sous prétexte de défendre Israël, il reprend le narratif arabe sur la Naqba, les expulsions, les massacres, le peuple palestinien si nombreux, les horreurs commises… Et il se présente comme un représentant de la position israélienne qui approuve ce “nettoyage ethnique” ! Si ce mec est pas un agent étranger…

  17. benkahloun67 dit :

    allez 1peut de relaxe ok avec bombolo et son crokmort de Kerry
    et l autre Schmuck de hollande ca va on regarde cette belle video
    c est pas rabbi Jacob c est mieux encore
    http://www.universtorah.com/video/ambiances-israel/cheva-berakhote-chez-le-rav-kanievski-_2452.htm

  18. rachel dit :

    On sait qu ils veulent islamiser la planete, Israel compris, inventer un peuple pour pousser ou volatiliser l autre. On assiste en ce moment a l extinction des chretiens en Orient, maintenant en Europe, au fond il n y a que les juifs qui resistent.

  19. nina dit :

    Cette interview de Benny Morris fut donnée au Gardian le 13 Janvier 2004 puis reprise in extenso sur le Haaretz quelques jours plus tard soit le 16 janvier.

    De telles déclarations venant d’un chantre de la paix connu pour son militantisme actif pour les palestiniens a eu un terrible impact.

    Je vous ai retrouvé cette interview en anglais ici :

    http://www.counterpunch.org/2004/01/16/an-interview-with-benny-morris/

    Vous l’avez en entier.

    Ce qui est intéressant toutefois, concernant cette interview qui tue, c’est que les groupes d’historiens qu’on a appelés “post-sionistes” tels que Pappe, Sand et beaucoup d’autres dont les noms sont connus en Israel et en Grande-Bretagne, ont du opérer de façon presque militaire.

    Ils ont du aller jusqu’à falsifier l’histoire et les documents que les archives de l’armée ont mis à leurs dispositions.

    Cette incroyable intifada version “intellectuels israéliens” a eu un impact terrible sur le public israélien jusqu’au moment où des historiens honnêtes se penchèrent sur les documents compulsés par les “post-sionistes” et s’aperçoivent que non seulement il y a eu falsification de l’histoire mais que certains faits avaient purement et simplement disparu des notes de ces historiens anti-israéliens.

    Il y eut alors une confrontation très dure entre historiens “post-sionistes” et historiens qu’on pourrait qualifier d’honnête. Ces derniers ont créé un Centre situé à Jérusalem où TOUTE l’histoire d’Israel a été scrutée, documents et témoignages à l’appui.

    Les post-sionistes furent largement boudés par le public lorsqu’on dévoila le résultats de véritables recherches et les comparaisons faites avec celles des post-sionistes. Cela ne tenait pas la route.

    Dans la foulée, on s’aperçut aussi que la “petite” histoire d’Israel était toute aussi importante que la grande, celle des conflits ouverts, des guerres, etc…

    Je vous donne un exemple :

    Bien souvent, l’histoire de l’indépendance et des différents groupes font la part belle à la Haganah et surtout des groupes de gauche pro-Ben Gourion.

    Or, beaucoup ne savent pas quels traitements parfois d’une rare cruauté, ces groupes de gauche s’en prenaient aux groupes pro-jabotinsky, Irgourn, Stern ou tout simplement qualifiés (à tort) de droite. En l’espèce être de droite signifie ne pas vouloir transiger avec les arabes et n’a pas la même connotation que nous avons en France.

    Les éléments consignés sur ces groupes de gauche pro-Ben Gourion et qualifiés de “socialistes” pouvaient se montrer très violents au point d’en découdre physiquement avec des groupes du Betar. On a vu par exemple (avant même la guerre d’indépendance) des habitants de Haïfa du Betar être caillassés et enfermés dans la synagogue pour y être matraqués de façon ignoble.

    La guerre entre juifs avait lieu AVANT. Ben Gourion devait asseoir son autorité quitte à faire tirer sur des juifs (épisode de l’Altaléna) ou pire encore de laisser fuiter des actions du groupe Stern aux autorités anglaises.

    Tout ceci n’est pas glorieux mais il fait partie de la naissance d’Israel.

    Lorsqu’on glorifie la gauche au pouvoir durant 50 ans en niant les combattants dit “de droite” qui ont su rallier la Haganah pour le bien général, on commet une injustice flagrante.

    Je dois partir travailler mais je retrouverai quelques textes issus de ce groupe d’historiens qui recadrent les “post-sionistes” qui ont été de toute façon ébranlés au point qu’Ilan Pappé (pour ne nommer que lui) a été viré de son poste et a du s’exiler en Grande Bretagne ! Il ne faut guère chercher la raison pour laquelle on trouve les pires enragés en Angleterre.

  20. nina dit :

    @Moti : Je vais retrouver cet article, je pense encore posséder le lien d’origine mais là, je suis pressée. A plus !

  21. Yéhoudi dit :

    curieux ces Ashkénazim…..on m’ a toujours dit en Tunisie qu ils aimaient bien les Juifs

    a preuve, le directeur de l’ ORT, a Tunis, rue des Salines il s’ appelait Mr Muller

    trés attentifs avec ses élèves juifs 95% et musulmans 5% (l’ ORT était une école professionnelle juive, et qui recevait des ados aussi bien Juifs que chrétiens ou Musulmans)

    exactement comme l’ université islamique Al Azhar du Caire a accueilli des élèves juifs arabes comme moi 😆 😆

    Nina a bien tapé dans le 1000 en disant a ces descendants d’ Aschké , gauchistes et honte d’ israel tels que les Sand, Papet et autres Manons des sources : occupez vous de vos Cosaques et laissez nous nous occuper de nos zarabes”

    ces alter juifs on bien de la chance d’ être nés aprés la Shoa, dans un pays juif, ou il n’ y a jamais eu personne pour leur cracher au visage

    Juden verbotten!! Juden Kapput

    ou

    7achèk yhoudi
    Ya Ihoudi ya kelb…

    de toutes façons ces enfants indignes d’ Israel ne comprennent plus ni l’ allemand, ni l’ arabe

    nationalité: Bisounours

    ambition: retourner dans leurs Shtetls ancestraux et publier leurs feuilles de choux en russo-yiddish appelant a l’ internationale des lendemains qui pleurent des larmes de sang

    un jour viendra, et je l’ espère ou des renegats comme les Sand le bien nommé seront balayés hors de cette terre qui les vomira…rakaille que le fait de se proclamer “de gauche” devrait autoriser a jeter hors de la Terre Choisie

  22. benkahloun67 dit :

    j ai connu Mr shein de l ort Ariana et j etais a l’ ORT, a Tunis, rue des Salines ,ils nous ont tout pris meme le bisness de fli fel des cases croutes tune y avait hamadi qui venait vendre les sandwichs derierre le mur du cote de la forge ,ils ont tout niker povre tunisie elle etait belle avec nous

    • Yéhoudi dit :

      alors? tu n’ as pas connu Monsieur Muller ?? et tu étais Rue des Salines ??

      et Monsieur Cohen le prof de radio-electronique celui qui te rendait capable de construire ta radio a lampes, c’était le Schneider ‘( Fandango)

      et Monsieur Bismuth le prof de Français qui était mariée a Sylvette Journo ( le super zabour; brune aux yeux verts et peau d’ ivoire)

      • tony67 dit :

        Monsieur Bismuth le prof de Français qui était mariée a Sylvette Journo!!
        C est mon oncle c est vrai que Sylvette etait super belle 1vrai canon de navaronne,mais helas elle est morte jeune elle etait tres sympa ,
        et Monsieur Hababou!bordel la France de notre enfance commence a ressembler a notre Tunisie perdue voila avec eux y a pas d espoir GAZA!!!tu parles y en a a tout les coins de rue du Maroc a la Tunisie et faut voirle Caire et l`Algerie c est Gaza partout enfin le Gaza de la propagante.

  23. Chantal dit :

    Bonjour les amis
    ce texte est explosif, mais il faut quand meme préciser que les Juifs n’ont pas chassé les arabes, du moins pas la majorité d’entre eux, car les arabes sont partis d’eux mêmes, encouragés par les nations arabes alentours de faire place nette pour revenir ensuite reprendre possession des lieux et des propriétés juives, une fois que les sionistes seraient liquidés, chassés, noyés brulés, crucifiés, pendus, poignardés, violés, étranglés etc…
    Le nombre de 700000 me parait exagéré aussi.

    L’Europe 2017 est en train de se réveiller dans le cauchemar prédit.
    Khassilou.

  24. Time Out dit :

    Cette interwew est un scandale, disent certains: mais un scandale qui fait du bien!
    Oui, il fallait mettre dehors les arabes en 1948, comme il aurait fallu détruire la mosquée Al Aqsa en 1967, le
    rabibi Cohen avait supplie Moshe Dayan de le faire!
    Quel courage, quelle honnêteté ce Benny Morris, quelle souffrance aussi!
    Et quand on voit qu’aujourdhui pour ne pas fâcher l’Europe et les arabes, les politiques israéliens n’osent ou
    ne peuvent pas avouer que jamais il n’y aura deux états. Que jamais il n’y aura la paix avec ces palestiniens haineux!
    Quel bond en arrière!
    Nous allons tout droit vers Gog et Magog, Morris le visionnaire l’avait compris!
    Mais helas aujourd’hui.hui il est trop tard!

    • Yéhoudi dit :

      tu as une vision trés correcte du “conflit de canard” qui s’ est invité dans la vie juive a cause des Juifs qui n’ ont pas su exploiter leurs 5 victoires militaires consécutives

      bien sur que ce putin d’ esprit galoutique n’ est hélas pas totalement disparu

      bien sur qu il fallait virer TOUS les Arabes qui jusqu ‘ a présent, tant in Israel que Out of Israel (judée-samarie) continuent a 90% a nourrir le mythe espéré de la destruction d’ israel a leur bénéfice

      leur espérance est violente!
      ils se reférent d’ ailleurs trés souvent aux “croisés ” de Godefroy de Bouillon, Foulque d’ Anjou ou Guy de Lusignan

      qui finirent pas s’ amollir en se mélangeant aux arabes au bout de 80 ans et qui finirent par se faire virer de ces lieux par Salah eddine el Ayoubi aprés deux siècles de présence des Francs

      alors les rageux musulmans tiennent le langage type: “les croisés sont partis au bout de deux siècles…les juifs sont là depuis a tout casser un siècle…alors….”

      alors bande de gueux! la chrétienneté vous a bien chassés d’ Espagne et d’ europe aprés 8 siècles!

      et ce que vous oubliez c’est que l’ espagne était chrétienne avant vos coups de main de pillards

      et que la terre du Peuple choisi était la sienne avant l’ interruption de 1400 ans dont vous avez profité pour étendre votre vol jusqu a l’ atlantique

      et là, mes petits pères il faut bien ouvrir les neurones rares de vos cervelles

      c’est FINI NI NI !!

      vous en etes réduits a miauler dans toutes les instances internationales, a geindre, a rechercher et trouver sans mal des complices dans cette Europe toujours malade de son Antijudaisme

      a preuve le pince fesse raté de Dimanche dernier

      vous ne valez plus rien, militairement, commercialement, intellectuellement

      alors il vous faut exploiter la pleurnicherie jusqu a la trame

      mendigots!!

      je compte encore et ça va se produire, pour commettre la magnifique erreur de la revanche que vous espérez via le bras traitre et pervers de l’ Iran, je dis le Hizbkhra

      parce que ses 100.000 et plus fusées, missiles, vous n’ imaginez tout de même pas qu ils ne vont pas s’ en servir ????

      ils vont s’ en servir et bien sur ce sera trés dur pour Israel

      je vous prévois la destruction totale du Liban, seule “la montagne” avec ses Maronites et ses Druzes sera peut etre épargnée et annexée, oui annexée cette fois et de suite par israel

      Beyrouth, Saida, Tyr, seront pulvérisées

      les arabes d’ israel montreront alors leur vrais visages, ceux de IN et ceux de OUT et enfin ce sera l’ occasion de cesser cette lamentable comédie, cette éprouvante attente en procédant a l’ exode de ces 3 millions d’ indésirable vers leur vrai pays : la Jordanie

      et la désinfection du Mont du Temple en rasant au niveau du sol toutes ces hontes qui salissent le Har le plus sacré POUR NOUS !!!

      hé! que voulez vous! c’est la guerre

      la guerre! gross malheur!!

      et le début de la fin pour cette croyance qui emmairde le monde entier depuis 1400 ans …

  25. Akerman Michel Netanya dit :

    Benny Morris a eu le courage que peu de gens ont (quelque soit leur religion ou sans religion) Réaliser qu’ici, “il y a quelque chose d’autre, plus profond, lié à l’Islam et à la culture arabe” permet qu’espérer que beaucoup d’autres Juifs fassent comme lui (à part bien sur les journaleux du Haaretz, les membres du Meretz ou les vieux staliniens qui ont pleuré en 1954 la mort du petit père des Peuples et, plus récemment, celle du terroriste milliardaire arafar part claquer du sida en France.
    Les musulmans qui ont envahis notre Terre, que ce soit en Judée, Samarie, Jérusalem ,Galilée ou Goush Dan, ne veulent pas d’un pays où ils vivaient de 1948 à 1967, ils veulent toute notre Terre et devenir un pays Judenrein.
    Ce qui s’est passé depuis 2004 : expulsion des Juifs de la bande de Gaza et prise du pouvoir par le Hamas qui nous a envoyé 15000 mortiers, missiles Kassams, et assassins passant par les tunnels, devrait ouvrir les yeux aux septiques car il y avait là l’ébauche d’un pays Judenrein !
    Les guerres fratricides de Syrien, Irak, Yémen, Libye, Soudan (où plus aucun Juif ne vit) n’ont pas fait réfléchir les “journaleux” du Guardian !
    L’Iran nous menace de sa future bombe atomique, la Syrie et Daesh nous menacent de leurs armes chimiques, le hezbollah de ses 130000 missiles de longue portée mais AUCUN responsable dit palestinien n’avertit ses “sujets” que des dizaines de milliers d’entre eux sont aussi la cible de ces armes de destruction massive puisqu’ils vivent aujourd’hui parmi nous !
    Ils sont donc eux aussi de la chaire à canons mais leurs dirigeants, les pays qui les soutiennent, l’ONU, l’UE et le Guardian s’en fichent ! Ils ne sont pas à un million de morts près pour frapper Israël !
    – Plus de 2 millions de morts pendant la guerre Iran-Irak après le retour de Neauphle le Chateau du protégé de Giscard d’Estaing et le départ du Chah d’Iran,
    – 2 millions de morts noirs au Sud Soudan où le dictateur du nord est encore au pouvoir.
    – Des centaines de milliers de morts au Yémen,
    – autant en Algérie,
    – autant au Liban,
    – 500000 morts syriens et irakiens depuis 5 ans.
    Bref, les morts musulmans n’ont pas la moindre importance pour les musulmans au pouvoir et responsables dans ces pays aux quels on peut ajouter l’Afghanistan, la partie Kurde de la Turquie, les habitants de l’ex Sahara espagnol (que le Maroc a envahi).
    Mais le monde antisémite ne s’en prend qu’à Israël comme le tribunal de Hollande vient de le prouver une nouvelle fois dimanche 15 janvier à Paris.
    Alors ? Espérons que les journalistes changent et fassent leur travail honnêtement comme l’a fait Morris en 2004.
    C’est pire aujourd’hui et çà ne change toujours pas !
    Ne devront nous espérer que Trump leurs fasse ouvrir les yeux ?
    J’espère plutôt que les Juifs d’Israël et de la Diaspora soient les seuls maitres de notre destin et nous savons ce que NOUS AVONS A FAIRE !

  26. Akerman Michel Netanya dit :

    Désolé mon correcteur d’orthographe est malade.

  27. Yéhoudi dit :

    “Par RFI Publié le 17-01-2017 Modifié le 17-01-2017 à 18:23

    Une semaine après celles des soldats, de nouvelles mutineries ont éclaté ce mardi 17 janvier en Côte d’Ivoire, notamment à Bouaké et Yamoussoukro, la capitale, où des tirs ont fait deux morts.

    xxxxxx

    encore plus mutines et coquines ces “républiques” nègres…… 😆

    sont – elles joueuses !!

  28. Yéhoudi dit :

    triste nouvelle

    “”Publié le 17.01.2017 à 10:00
    Mis à jour le 17.01.2017 à 10:18
    Triste nouvelle ce mardi au parc zoologique de Paris : le lion Néro, âgé de 17 ans et demi, a du être euthanasié ce dimanche, a annoncé le zoo de Vincennes sur sa page Facebook.

    xx

    c’est un lion d’ origine raciale maghrébine, le fameux lion de l’ atlas, dont il reste en Zoos une soixantaine d’ exemplaires descendants captifs de l’ espèce disparue depuis le début du 20 eme siècle

    pauvre néro!!

    en Sicile on le connait bien sous le nom de Nero d’ Avola ……

  29. benkahloun67 dit :

    l`Ariana yeh hassra j ai connu flifel et le prof de mecanique qui nous tapais la tete et Mr assuyed de stagno ou Mlle Fitoussi
    ba ba ba ba c etait une reine de beaute
    B. Morris : «Les Arabes d’Israël sont une bombe à retardement,
    ca fait depuis 50ans que je le dit,avant avec ahmed choukeyri apres Arafat et maintenant abou mazen el bessas ,
    BIBI DONALD meme Combat contre les Merdias.

  30. Yéhoudi dit :

    sur le Figaro

    “”En entamant une tournée américaine, le fondateur et PDG de Facebook sème des indices sur ses éventuelles ambitions en politique.
    Mark Zuckerberg désherbe un jardin, discute avec des policiers, assiste à un rodéo, prend dans ses bras une femme, caresse un veau,… renverse un encrier, casse son cure-dents,pisse contre un mur,sale et poivre son café,

    –sont trop cons au Figaro–

    Sous les yeux d’un photographe professionnel, le PDG de Facebook a entamé lundi une tournée nationale à la rencontre des habitants des États-Unis

    Zuckerberg président des états unis dans 5 ou 10 ans ??

    la “montagne de sucre” a accouché d’ un bonbon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Le Cameroun mis au ban des Nations pour avoir défendu sa population

Read More →