Loading...
You are here:  Home  >  Israël-Territoires Disputés  >  Current Article

Jérusalem vue par Pierre Loti, littérateur français, turcophile et antisémite distingué…

By   /  25 janvier 2017  /  38 Comments

    Print       Email

[Je remercie Charles-Etienne Nephtali d’avoir, en son temps, attiré mon attention sur ce texte, bien dans l’air antisémite de l’époque (fin du 19e siècle). J’ai reproduit son commentaire à la suite du texte de Loti ; il comporte un nombre important de textes de même facture que celui du littérateur – le talent littéraire en moins.]

lote

Extrait du Blog de l’Observatoire des Religions, 28 octobre 2008.

La Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs a réédité en livre de poche le « Jérusalem », de Pierre Loti. L’écrivain arrive dans la Vieille Ville en mars 1894. C’est une vedette du monde littéraire de l’époque. Et il déploie dans ces pages son immense talent pour décrire les émotions violentes et contradictoires que lui inspirent les lieux saints, sans oublier de fustiger les « voyageurs Cook » et autres touristes (le tourisme a déjà généré le discours anti-touristique) dont il prétend se distinguer. Cette Jérusalem de la fin du 19e siècle ressuscite devant nos yeux, avec la présence dominante des pèlerins russes. Et c’est ce qui fait de ce texte un document exceptionnel.
Toutefois, quand il arrive au Mur des Lamentations, Loti laisse voir, avec le même talent, ses préjugés judéo-phobiques de manière particulièrement odieuse. Ces paragraphes sulfureux auraient mérité au moins un mot d’avertissement dans la savante présentation que Jean-Claude Bourlès fait du livre. Ils sont révélateurs de l’antisémitisme chrétien de l’époque, et méritent à ce titre d’être lus et médités.

C’est vendredi soir, le moment traditionnel où, chaque semaine, les juifs vont pleurer, en un lieu spécial concédé par les Turcs, sur les ruines de ce temple de Salomon, qui « ne sera jamais rebâti ». Et nous voulons passer, avant la nuit, par cette place des Lamentations. Après les terrains vides, nous atteignons maintenant d’étroites ruelles, jonchées d’immondices, et enfin une sorte d’enclos, rempli du remuement d’une foule étrange qui gémit à voix basse et cadencée. Déjà commence le vague crépuscule. Le fond de cette place, entourée de sombres murs, est fermé, écrasé par une formidable construction salomonienne, un fragment de l’enceinte du Temple, tout en blocs monstrueux et pareils. Et des hommes en longues robes de velours, agités d’une sorte de dandinement général, comme les ours des cages, nous apparaissent là vus de dos, faisant face à ce débris gigantesque, heurtant du font ces pierres et murmurant une sorte de mélopée tremblotante. L’un d’eux, qui doit être quelque chantre ou rabbin, semble mener confusément ce chœur lamentable. Mais on le suit peu ; chacun, tenant en main sa bible hébraïque , exhale à sa guise ses propres plaintes.

Les nez en lame de couteau et les mauvais regards, une laideur spéciale, à donner le frisson

Les robes sont magnifiques : des velours noirs, des velours bleus, des velours violets ou cramoisis, doublés de pelleteries précieuses. Les calottes sont toutes en velours noir, – bordées de fourrures à longs poils qui mettent dans l’ombre les nez en lame de couteau et les mauvais regards. Les visages, qui se détournent à demi pour nous examiner, sont presque tous d’une laideur spéciale, d’une laideur à donner le frisson : si minces, si effilés, si chafouins, avec de si petits yeux sournois et larmoyants, sous des retombées de paupières mortes… Des teints blancs et roses de cire malsaine, et, sur toutes les oreilles, des tire-bouchons de cheveux , qui pendent comme les « anglaises » de 1830, complétant d’inquiétantes ressemblances de vieilles dames barbues
Il y a des vieillards surtout, des vieillards à l’expression basse, rusée, ignoble. Mais il y a aussi quelques tout jeunes, quelques tout petits Juifs, frais comme des bonbons de sucre peint, qui portent déjà deux papillotes comme les grands, et qui se dandinent et pleurent de même, une bible à la main.
[…]

L’indélébile stigmate d’avoir crucifié Jésus, sceau d’opprobre dont toute cette race est marquée

En pénétrant dans ce cœur de la juiverie, mon impression est surtout de saisissement, de malaise et presque d’effroi. Nulle part je n’avais vu pareille exagération du type de nos vieux marchands d’habits, de guenilles et de peaux de lapin ; nulle part, des nez si pointus, si longs et si pâles. C’est chaque fois une petite commotion de surprise et de dégoût, quand un de ces vieux dos, voûtés sous le velours et la fourrure, se retourne à demi, et qu’une nouvelle paire d’yeux me regarde furtivement de côté, entre des papillotes pendantes et par-dessous des verres de lunettes. Vraiment, cela laisse un indélébile stigmate, d’avoir crucifié Jésus ; peut-être faut-il venir ici pour s’en convaincre, mais c’est indiscutable, il y a un signe particulier inscrit sur ces fronts, il y a un sceau d’opprobre dont toute cette race est marquée.
[…]

Et il y en a deux ou trois, de ces vieux, qui versent de vraies larmes, qui ont posé leur Bible dans les trous des pierres, pour avoir les mains libres et les agiter au-dessus de leur tête en geste de malédiction.
[…]

On pleurerait avec eux, – si ce n’était des Juifs

En soi, cela est unique, touchant et sublime : après tant de malheurs inouïs, après tant de siècles d’exil et de dispersion, l’attachement inébranlable de ce peuple à une patrie perdue ! Pour un peu, on pleurerait avec eux, – si ce n’était des Juifs, et si on ne se sentait le cœur étrangement glacé par toutes leurs abjectes figures. […] Ce soir est, paraît-il, un soir spécial pour mener deuil, car cette place est presque remplie. Et, à tout instant, il en arrive d’autres, toujours pareils, avec le même bonnet à poils, le même nez, les mêmes anglaises sur les tempes ; et aussi sordides et aussi laids, dans d’aussi belles robes. Ils passent, tête baissée sur leur bible ouverte, et tout en faisant mine de lire leurs jérémiades, nous jettent, de côté et en dessous, un coup d’œil comme une piqûre d’aiguille ; – puis vont grossir l’amas des vieux dos de velours qui se pressent le long de ces ruines du Temple : avec ce bourdonnement, dans le crépuscule, on dirait un essaim de ces mauvaises mouches, qui parfois s’assemblent, collées à la base des murailles. […]

Ce repaire de la juiverie

Quand nous nous en allons, remontant vers la ville haute par d’affreuses petites ruelles déjà obscures, nous en croisons encore, des robes de velours et des longs nez, qui se dépêchent de descendre, rasent les murs pour aller pleurer en bas. Un peu en retard, ceux-là, car la nuit tombe ; – mais, vous savez les affaires !… Et au-dessus des noires maisonnettes et des toits proches, apparaît au loin, éclairé des dernières lueurs du couchant, l’échafaudage des antiques petites coupoles dont le mont Sion est couvert.
En sortant de ce repaire de la juiverie, où l’on éprouvait malgré soi je ne sais quelles préoccupations puériles de vols, de mauvais œil et de maléfices, c’est un soulagement de revoir, au lieu des têtes basses, les belles attitudes arabes, au lieu des robes étriquées, les amples draperies nobles.
Puis, le canon tonne au quartier turc et c’est, ce soir, la salve annonciatrice de la lune nouvelle, la fin du ramadan. Et Jérusalem, pour un temps, va redevenir sarrasine dans la fête religieuse du baïram.

© P.-S. Pierre Loti, Jérusalem, Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs, 2008,

——————–

Le Juif est décidément mal loti, Pierre ! Par Charles Etienne Nephtali

C’est tout à fait par hasard qu’entrant dans une grande librairie parisienne et me dirigeant, comme toujours, vers les rayons Israël, Judaïsme, Antisémitisme, Shoah, j’ai rencontré Pierre, un ami de la Synagogue, avec dans les mains, je vous le donne en mille, un livre sur… JE-RU-SA-LEM.
Nous l’avons feuilleté ensemble, allant de surprise en surprise à la lecture de certains « passages croustillants » de son auteur, un certain Loti Pierre (1850-1923).
J’avoue humblement, voire peut être honteusement, que je n’ai jamais rien lu de ce Monsieur, mais sais par contre que son vrai nom était Julien Viaud, qu’il fut officier de marine et voyagea à ce titre dans le monde entier. Il se rendit ainsi en Turquie, au Sénégal, au Japon, à Tahiti, en Egypte, en Inde, en Palestine, et je ne sais où encore.
Je sais également que « Madame Butterfly » de Puccini fut inspirée d’un de ses romans, « Madame Chrysanthème », qu’il écrivit lors de son voyage au Japon, où d’ailleurs il se maria.

P. Loti fut élu membre de l’Académie à 42 ans, 3 ans avant l’Affaire Dreyfus… contre Emile Zola qui n’y entra jamais malgré son obstination, ce qui ne manque pas de piquant lorsqu’on lit l’extrait ci-dessus mis en ligne par « L’Observatoire des Religions », que j’ai consulté en rentrant chez moi et après avoir dit à mon ami, voulant faire un jeu de mots, (très mauvais je le concède) :
Le Juif est décidément mal loti, Pierre !

Fasciné par la Turquie, P. Loti y fit plusieurs séjours. Il minimisa et justifia le génocide arménien de 1915. Il aurait même écrit :
« J’oserais presque dire que les Arméniens sont en Turquie comme des vers rongeurs dans un fruit, drainant à eux tout l’or, par n’importe quel moyen, par l’usure surtout, comme naguère les Juifs en Russie ».

Il alla jusqu’à envisager, lui l’officier français, de devenir officier de la flotte turque. En tant qu’écrivain, il soutint l’Empire ottoman, pourtant ennemi de la France. Il collectionnait les objets turcs et, tenez-vous bien, il fit même construire une mosquée à Rochefort, sa ville natale.
A noter qu’indépendamment de la description antisémite des « vieux Juifs », P. Loti, dans son livre « Jérusalem », décrit parfaitement ce qu’étaient les abords du Kotel (Mur occidental, dit « des Lamentations »). Les parachutistes du Général Mota Gour qui libérèrent Jérusalem au troisième jour de la Guerre de Six Jours trouvèrent cet environnement dans le même état.
Il est à remarquer que si les Turcs autorisaient la présence juive à Jérusalem, il n’en fut pas de même des Arabes qui, en 1948, en expulsèrent les Juifs, dynamitant tout ce qui était juif, profanant le Cimetière juif, plusieurs fois centenaire, du Mont des Oliviers, et récupérant les pierres tombales afin d’en faire des latrines pour la légion arabe. Qui s’en souvient à part les Juifs ? Ces Messieurs importants, ces censeurs, ces détracteurs et « délégitimateurs » d’Israël qui s’insurgent contre la Libération de Jérusalem [par les Juifs] devraient méditer cela !
Pour mémoire et pour la Mémoire des Juifs de Jérusalem, je souhaite rappeler que, dès janvier 1948, les Transjordaniens initièrent le blocus de Jérusalem et de ses 100.000 habitants, empêchant tout ravitaillement et attaquant – quel courage ! – les civils. Des infirmières et des médecins de l’hôpital Hadassah furent massacrés le 13 avril 1948. Il n’y eut aucune aide humanitaire, aucun pont aérien !
C’est à la même époque qu’eut lieu un autre blocus, celui de Berlin. Près de 280.000 vols furent effectués pour ravitailler la ville, soit un atterrissage toutes les 45 secondes afin d’amener 2.300 tonnes de ravitaillement par jour.
Certes, les Berlinois étaient 2 millions mais surtout, ils n’étaient pas tous Juifs comme les habitants de Jérusalem. Une chose en expliquerait une autre : deux poids, deux mesures. Et à Jérusalem, ce n’étaient que des Juifs après tout !

© Charles Etienne Nephtali (juin 2011)

Mis en ligne sur JSSNews par Menahem R. Macina

Partager cet article
    Print       Email

38 Comments

  1. Yéhoudi dit :

    j’ ai bien rigolé

    je connaissais certains passage de ce magnifique éloge aux juifs

    et cette obsession du nez en “lame de couteau”

    ce pauvre hère quand il voulut se marier demanda a sa mère chargée de ” l’ achat” de lui en trouver une d’ épouse plus petite que lui…

    il est bon de rappeler que notre pourfendeur de Juifs mesurait moins de 1,60 mètre
    je ne sais pas si sa mère a trouvé l’ heureuse future épouse de 1, 45 mètres qui lui aurait convenu… il la veut aussi d’ une origine “aisée….” ce qui aurait été cocasse c’est qu il ne trouve qu une juive

    en cette fin de 19 eme siècle des crevards désargentés ” s’ enjuivaient” en faisant un beau mariage , apportant leurs vices et leur particule, oui partie-cul, dans la corbeille

    devant des pères indignes juifs heureux de voir leurs filles s’ introduire frauduleusement dans l’ aristocratie française, se convertissant (les filles) a la chrétienneté

    Bon, 50 ans plus tard , la collaboration tirera un trait de plume sanglant sur toutes ces indécences obscènes

    et pour l’ aspect croustillant, ce microbe haisseur de Juifs et de judéité, grand admirateur des Turcs , était un homosexuel de bonne réputation

    donneur et receveur
    mais plutot receveur chez les Turcs 😆

    voir l’ extrait ci dessous d’ écrivains célèbres et homosexuels

    Les écrivains homosexuels

    • François Villlon (1431-1463)Site
    • Michel Eyquem de Montaigne (1533-1592) écrivain français compagnon de La Boetie
    • Miguel de Cervantes (1547-1616) écrivain espagnol Il est l’amant du cardinal Julio Acquaviva
    • Francis Bacon (1561-1626) philosophe et homme d’Etat anglais
    • William Shakespeare (1564-1616) poète anglais
    • Christopher Marlowe (1564-1593) écrivain anglais
    • Théophile de Viau, poète du XVII e siècle
    • Savinien Cyrano de Bergerac le vrai (1619-1655), Dramaturge et poète français
    • Voltaire (1694-1778) (François Marie Arouet) avec entre autres Frédéric II de Prusse Oeuvres
    • Goethe (1749-1832) poète et écrivain allemand
    • Heinrich Hössli (1784-1864) écrivain suisse (L’amour entre hommes chez les Grecs)
    • Honoré de Balzac (1799-1850) écrivain français Comédie humaine
    • Hans Christian Andersen (1805-1875) conteur danois Les contes crypto-gays
    • Kierkegaard (1813-1855) philosophe et théologien danois
    • Henry David Thoreau (1817-1862) poète américain
    • Hermann Melville (1819-1891) écrivain américain (Moby Dick)
    • Walt Whitman (1819-1892) poète américain
    • Gustave Flaubert (1821-1880) écrivain français
    • Karl Heinrich Ulrichs (1825-1895) juriste, écrivain et activiste allemand
    • Jules Verne (1828-1905) écrivain français.
    • Paul Verlaine (1844-1896) poète français. La revue Verlaine De nombreux textes de Verlaine ont été soit censurés, soit réécrits pour faire disparaitre l’importance de l’homosexualité.
    • Le Comte de Lautréamont (1846-1870) écrivain français Maldoror biographie
    • Pierre Loti (1850-1923) écrivain français Site biographie

    xxxx

    un écrivain Attaye réduite ( sa taille , bien sur…. 😆 )

    • Ah…, cher ami, je ne peux laisser telle vilenie
      Laisser croire pour Montaigne et de la Boetie,
      Autre lien vicieux qu’une si belle amitie
      Provoquant jalousie et autre inimitié.
      .
      “Il etait des notres”, clamaient les pervertis
      C’était ce qu’ils disaient, mon ami Yehoudi
      Et repandre l’infame, pour mieux damer le pion,
      pour ceux qui ne faisaient qu’à lorgner le fion.
      .
      Michel Eyquem etait de Marane fils
      Et faisait d’après-midi, le Samedi ses delices
      Des Rabbins les etudes, assoiffé et avide,
      Mauvaises rumeurs sur Jonathan et David…
      .
      Qui ne peut égaler s’ingenie à maldire.
      Il nous faut verifier, et ne pas faire courir.
      Qu’elle pouvait le ravir, au milieu du jardin,
      La Mort le trouverait tranquille et serein.

      J’ai trouvé ça, lisible et abordable
      C’est que Montaigne compte, dans mes amis aimables…:
      .
      ”'”Cette amitié fut Vertueuse. Rien dans les Essais n’autorise un doute sur la nature de leurs rapports.
      Il n’est que de lire Montaigne pour s’apercevoir qu’il était trop bon observateur des femmes et volontiers galant auprès d’elles avec hardiesse, précipitation et verve pour ne pas soupçonner qu’il s’adonnât à » cette autre licence grecque « .”’
      .
      Voilà une déception pour quelques-uns d’entre les homophiles; et cependant leur amitié présente les symptômes d’une liaison passionnée. Elle témoigne de quelle ferveur peuvent s’enrichir les rapports d’homme à homme dans le respect des moeurs ; elle suggère quel visage pourrait présenter nos sentiments lorsque les circonstances exigent un voeu de chasteté pour sauvegarder l’estime d’un ami ou de son entourage.
      Read more: http://croire.blog.lemonde.fr/2009/03/30/montaigne-et-l%e2%80%99amitie/#ixzz4WqnXogjA

      • Yéhoudi dit :

        superbe ton poème….compliments sinçères et éblouis!

        je te communique la réponse de Georges, pas le Moustaki mais le Moustachu sétois, …c’est toi !!

        “””””Des copains d’abord

        C’étaient pas des amis de luxe
        Des petits Castor et Pollux
        Des gens de Sodome et Gomorrhe
        Sodome et Gomorrhe
        C’étaient pas des amis choisis
        Par Montaigne et La Boetie
        Sur le ventre ils se tapaient fort

        Les copains d’abord

        • Quoi ? Tout ce que Brassens a dit est-il mot d’expert ?
          Il est doué, c’est vrai, pour bien trouver les mots,
          Mais l’aura-t-il connu, tourné autour du pot ?
          Traduit l’esprit latin, le grec et les iberes ?

          Mon ami Yehoudi, c’est une histoire de pied,
          Il fallait que son vers puisse se tenir debout.
          Et ce copain de Georges en evoquant le trou
          Pour ces noyés marins qui avaient perdu pied,

          Nous dit que l’Evan’gile, ils ne l’avaient pas lu.
          Tu connais son mépris des histoires de cu’ré,
          Comme il aimait moquer les tenants du clergé
          et chanter aux croquants les aventures du Q !

          Osons qu’il avait pris la rumeur au comptant,
          Qu’elle servait son ouvrage, en paraissant sincère
          Et c’est la justement que je viens et m’inserre
          Pour ne point colporter les ragots degoutants !

          Que le poignant hommage pour son ami mourant
          fut repris par les sots et par d’autres pervers
          Voilà qui est courant chez les amants amers.
          C’est qu’il perit trop tot, il avait tente deux ans…

          • Yéhoudi dit :

            incroyable!!

            l’ ami Elie c’est un monstre !!

            il est notre poète masqué, la plume bien en main, bien… taillée

            mais la plume d’ oie bien sur !!

            …………………….

            tiens a propos de son bouquin “jérusalem” l’ éditeur “payot-rivages” le présente ainsi

            “””””Jérusalem | Pierre Loti

            Genre : Asie
            Collection : Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs | Numéro : 660

            Poche | 208 pages. | Paru en : Avril 2008 | Prix : 7.65 €

            GENCOD : 9782228903066 | I.S.B.N. : 2-228-90306-X
            Editions : Payot

            Pierre Loti (1850-1923) fut un romancier à succès et un mondain courtisé. C’est pourtant le même homme qui, délaissant les honneurs, partit pour le Sinaï en février 1894. Son ami Claude Farrère le décrivait comme « un agnostique qui ne se résigna jamais à renoncer à Dieu », d’où ce voyage en Terre sainte qui nourrira son inquiétude religieuse et lui inspirera l’une de ses oeuvres majeures, récit de voyage autant que quête spirituelle sous forme de triptyque.

            Après avoir saisi l’intemporalité et la virginité du Sinaï (Le Désert), il observe minutieusement églises et pèlerins dans Jérusalem avant de peindre des paysages en mots, les Évangiles à la main tel un guide (La Galilée).

            “””””

            bien sur par un seul mot ni allusion aux vomissures dont est rempli son ouvrage
            des fois que l’ acheteur intéressé serait juif…

            Dommage que dans nos cités Loti ne soit pas connu…

            je vais me payer son voyage dans le Sinaï en achetant “Le Desert”

            je ne pense pas y trouver de bédouins juifs

  2. Yéhoudi dit :

    j’ ai retrouvé les mêmes accents chez Alphonse Daudet dans deux de ses lettres de monmoulin

    le titre de l’ une des deux, a la même ironie cruelle et trés konne c’est “les oranges de Miliana”

    là ou des parents juifs “prostituent ” leurs filles sur les planches d’ un théatre de campagne, mais trés heureux car elles vont leur “…rapporter des milliers de douros…”

    l’ autre Lettre de son moulin concerne un juif, au nez en “bec de vautour” qui se fait rosser par un hidalgo a Oran et qui cherche en vain des témoins arabes pour tenter de “reconstruire sa santé par une condamnation pécuniaire auprés du “juge de paix” …

    l’ ordure de Daudet , comme son fils, le Léon, ne donne au juif rossé, tout au long qu un seul prénom

    “Iscariote” …..bien sûr….le célèbre Ish Kyrioth….Judas!

  3. ilan S. dit :

    Dommage en quelque sorte qu’il soit mort, cela premièrement m’aurait permis de lui écraser les burnes avec le talon et deuxièmement, il aurait été le témoin de la sodomisation de son pays par les Arabes qu’il avait l’air d’aimer tant… pour un écrivain homosexuel, l’orgasme eut été parfait…

  4. allex dit :

    Et par admiration pour les Turcs cette enflure de Loti avait la même aversion pour les Arméniens. Aujourdhui il visiterait Israel qui est autrement plus développé que sous l’Empire Ottoman où les Juifs étaient de condition pauvre, il ne comprendrait pas de voir des gens à l’opposé de ce qu’il décrivait, avec des filles d’une beauté incroyable, allant du blond au brun yéménite, et hors de tout stéréotype antijuif ! Décidément c’était un sale con, ce Loti !

  5. Yéhoudi dit :

    “””””””””

    Loti et l’homosexualité

    Les frères Goncourt évoquent Loti en disant de lui : « Cet auteur, dont l’amante, dans son premier roman, (Aziyadé), est un monsieur…27 ». Dans Mon frère Yves, Pierre Loti décrit l’amitié entre Yves Kermadec et l’officier, mais évoque les pratiques homosexuelles de personnages secondaires. La presse de l’époque ne s’y trompait pas : le journal satirique, Le Rire, publia un dessin montrant une dame du monde disant à un ami : « Vous venez dîner, n’est-ce pas ? Nous avons Loti et son nouveau frère Yves ».
    Analysant son Journal intime28, Nicolas Bauche souligne « un désir de cacher ses amitiés masculines avec Joseph Bernard et Pierre Le Cor, au profit de pages versant dans une hétérosexualité franche »

    Loti et l’antisémitisme

    En 1894, Pierre Loti publie Jérusalem, à la suite d’un voyage en Palestine ottomane. Il y évoque « des vieillards à l’expression basse, rusée, ignoble » qui vivent « dans ce cœur de la juiverie ». Il voit les habitants comme marqués par l’« indélébile stigmate d’avoir crucifié Jésus »30,31. « Ces propos antisémites très sulfureux […] sont, hélas !, d’époque… »3

    Loti arménophobe et turcophile
    En 1918, il publie Les Massacres d’Arménie, une plaidoirie à décharge des Turcs qui mobilise la Saint-Barthélemy, l’animosité russe, les guerres balkaniques et l’amitié sans faille de la Turquie avec la France.

    xxx

    ce nabot avait tout pour déplaire

    sa petite taille l’ a navré toute sa vie

    il devança notre Talonette hongrois, en s’ équipant sur toutes ses godasses de “talons échasses” destinés a se grandir en compagnie de ses admirateurs-trices

    il a été trés pénétré par ses amis turcs d’ un Ottomanisme islamophile..

  6. Marock dit :

    Loti homosexualité ?

    Et pourtant qu’ il magnifiait les morues !

  7. Marock dit :

    voir l’ extrait ci dessous d’ écrivains célèbres et homosexuels…

    Liste à la louche à la Livogne.
    A peu prés les écrivains.
    Manque plus que Rimbaud.

  8. l’antisémitisme de Loti (et de ceux antérieurs à la diffusion de masse par internet qui vous fait repérer en 3 secondes et exposer à tous les vents ) paraitrait presque suranné et risible s’il n’était pas aujourd’hui remplacé par l’antisémitisme grossièrement violent de l’islam, mais surtout celui bien plus sophistiqué qui a pour but d’organiser la jonction entre l’islam et les chrétiens (catholiques français plus précisément)contre les “sionistes”

    il suffit d’aller sur youtube, ce que je vous conseille de faire et de rechercher par exemple le dénommé Hindi sur par exemple media-presse info (proche du FN)pour vous rendre compte de cette stratégie avec des arguments plutôt inédits pour le grand public, à tomber par terre

    vous verrez en même temps sur youtube des espaces de promotion occupés par un documentaire en français d’aljezira qui bénéficie (lui aussi) des fonds du Qatar et qui emploie exactement la même stratégie sous forme d’un reportage d’investigation sur “le lobby”

    vous devriez vous méfier , avec ces pourritures, rien n’est jamais fait par hasard et cela venait en même temps que toutes les saloperies d’obama
    ci dessous 2 liens mais il y en a beaucoup plus
    https://www.youtube.com/watch?v=U5lJ-S6vlAw
    et
    sur “le lobby’ , en plusieurs parties ‘tant, pour eux, le sujet est vaste)
    https://www.youtube.com/watch?v=ceCOhdgRBoc&t=173s

    • Gally dit :

      Tes vidéos et leurs commentaires sont surtout un très bon moyen de savoir à quel point les gens qui suivent ces types et les considèrent comme des références sont surtout la lie de l’humanité.
      J’ai écouté 3 minutes de la dite vidéo, et j’ai foutu ce commentaire (qui sera probablement supprimé) en réponse :

      Comment savoir ce que vaut le mec interviewé, et comment savoir ce que valent les gens qui l’écoutent et l’encensent ? En faisant preuve d’esprit critique et en faisant ce que fait un homme, et pas une marionnette : 3’20”, début de son blabla, il dit “le talmud interdit le sionisme, Ketoubot 110a”. OK, Google est mon ami, je cherche Ketoubot 110a, et qu’est ce que je trouve ? “L’organisation du mariage, les devoirs respectifs entre époux ou entre personnes divorcées, tels qu’ils figurent dans la Kétouva. Les garanties financières dont bénéficient les veuves ou les orphelins sur le compte du défunt.”

      En vérifiant (le talmud se trouve en ligne), effectivement, ce traité ne parle ni d’Israël, ni de Jérusalem, mais bien uniquement du mariage :http://www.halakhah.com/kethuboth/kethuboth_110.html

      Conclusion ? Hindi est un mythomane dans la lignée de Justin Bonaventure Pranaitis, et ceux qui l’écoutent et l’encensent sont des marionnettes, des robots, des moutons, des lemmings, des zombies, mais certainement pas des humains capables de libre arbitre et de réflexion personnelles. On pourra me dire que la haine et la paresse intellectuelle sont des caractéristiques bien humaines, mais cela ne changera rien à la question, être un humain digne de ce nom c’est justement surmonter cela et savoir diriger sa vie tout seul et pas se laisser mener par le bout du nez.

      CQFD, tchuss les lemmings, merci de m’avoir confirmé une fois de plus que les antisémites sont des tacherons sans nom 🙂 Moi, je me suis arrêté à 3’20 donc, un mec qui commence par un mensonge aussi énorme ne mérite pas que je lui accorde plus de 3′ de mon temps.

      • Encore une preuve que les ignorants, qui se prosternent devant la toute derniere divinité d’hier, et sa cour si leste, wikimerdia, lisent en diagonale l’aspect lisible mal traduit dégagé pour produire la hala’hah, la loi pratique.
        Tous les commentaires sous-jacents, très nombreux, demeurent hors de leur portée. Et ils sont extrêmement nombreux pour le “sionisme” post/destruction du Temple dans la Masse’het Ketouvoth…
        En fait, ce sont CES commentaires Là , comme la première rangées des electrons, qui donnent la vue d’ensemble…et qui restent pourtant de simples hypothèses, jusqu’à… TÉKOUH !
        (=Qu’il vienne le liberateur et nous explique, H’Yrtsé Hashem, très prochainement !)
        .
        On comprend ces explosions, maintenant, de tous ces amateurs artificiers qui suivant Google, et explosent avec leur immeuble façon confetti…

    • szmolski dit :

      Je me suis arrêté à 7 min 10 sec, rien de neuf à l’horizon, c’est de l’antisémitisme “intellectualisé” facile à décrypter, le recours à l’info sélective et à la décontextualisation est typique de ce genre d’antisémitisme, c’est disons un cran plus élevé que l’argumentaire des protocoles des sages de sion où là pratiquement tout le support est faux, ici on construit le mensonge antisémite en se servant de faits retravaillés et mis dans un ordre de vision agencé par ce pseudo-intellectuel qui vu sa formation peut d’emblée se permettre d’user de l’argument d’autorité.

    • szmolski dit :

      Ces musulmans c’est vraiment des pourris, c’est d’autant plus flagrant qu’ils sont dans les faits eux-mêmes l’expression exacte de leurs fantasmes sur les juifs, conquérir le monde, avoir un réseau d’influence mondial, semer la terreur.

      L’antisémitisme est une sorte de cancer de l’esprit qui touche les chrétiens et les musulmans, ils ont absorbés dans leur inconscient collectif les archétypes diabolisant sur les juifs par le canal de la religion, tout ce qui est mal et négatif ne peut être que juif, ça cache aussi un vieux complexe d’infériorité refroidi vis à vis de la religion mère.

      La question que je me pose c’est comment traiter ce mal? Avec l’évolution des technologies médiatiques à la portée de tous le poison antisémite se distille dans la partie de la population la plus naïve et la plus fragile d’esprit, ce sont vraiment des victimes, pour moi hors de question de censurer You-Tube et les réseaux sociaux, à mon avis il faut introduire dans les écoles un cours d’éducation à internet de plusieurs années et d’apprendre aux élèves par une technique mentale via des exercices types de traiter l’information de façon intelligente, pour moi beaucoup de personnes ne savent pas réfléchir, j’ai aussi constaté que le faite de faire des études supérieures ne les rends pas plus intelligentes, c’est même parfois pire que les personnes qui elles sont plus confrontées aux choses concrètes de la vie active. Pour moi il faut apprendre à penser, les juifs sont certainement les meilleurs penseurs au monde, ou disons qui contiennent la plus grande concentration de bons penseurs, pour le pire et le meilleur :ptdr:

  9. J’y ai vu son ectoplasme qui errait dans les allees, hier, dans l’assemblée de ses fidèles…
    Sand, le chez-l’Omo, pas le Georges, etait venu s’assurer que le Bensoussan, le Georges cette fois, etait bien devant ce procès pour “incitation à la haine”.. ‘
    Georges Bensoussan est le geniteur de cette autopsie parue il y a un millénaire, “Les territoires perdus de la République”, qui sous nos Nouveaux cieux, actuels donc, doit se defendre du surlignage, au stabilo vert, de certaines phrases koraniques enseignées aux petites tetes brunes et adorablement frisotées, pendant qu’ils tetent encore leur mère, sur le comportement amicale, voire fraternel, que ces futures adultes devront avoir avec leur concitoyens de confession juive, du moins jusqu’à l’avènement du Ca’lifat…
    Ce surlignage les agace.
    Un procès.
    Enfin,euh… un test izlamocompatible.
    Pour voir si le terrain est enfin Fertile.
    Une histoire de Croissant.
    Nous autres aussi serons bien renseignés sur l’état de califourchon auquel la France sera parvenu.
    Ce trubunal serait-il lui aussi une dependance de ce territoire perdu ?
    On va bien voir s’ils sont “prêts”…
    Plug and play, au pied de la lettre.

  10. Miraël dit :

    ” les juifs vont pleurer, en un lieu spécial concédé par les Turcs, sur les ruines de ce temple de Salomon, qui « ne sera jamais rebâti” à envoyer à l’UNESCO…
    Quant à la véracité de cette affirmation, le temps nous le dira…

  11. En fait, nous sommes choqués de ce type de littérature, mais jusqu’à dreyfus, c’était le ton normal.
    Et l’admiration dun Rabelais, Rousseau, Chateaubriand ou Lamartine detonait…
    J’ai un Dumas pas piqué des Hannetons… Sur Haverus…

  12. Sigismund dit :

    Et l’antisemitisme de balzac, donc… pas piqué des vers non plus ..

  13. Kristiane dit :

    Discu très intéressante.

  14. Yéhoudi dit :

    Lamartine

    heu! je demeure trés trés reservé a propos de ce type

    quand a une judéophilie que j’ ai eu du mal, beaucoup de mal a trouver dans les 1166 pages de son “voyage en Orient”

    rien a voir avec un vrai amoureux de ce judaisme admiré dans le même “Voyage en Orient” en deux tomes de Gerard de Nerval…aux antipodes…

    Et , une fois de plus je vous ressers le comte Arthur de Gobineau , raciste abhoré, prétendu maitre a penser de tonton Dolphie

    personne…peut etre un Mark Twain n’ a eu de tels accent de judéophilie que lui
    Gobineau a connu en Afrique du nord, et subsaharienne les conquis par la France coloniale

    il est vrai que ses descriptions des Arabes et des Noirs sont trés politiquement “incorectes” on dit a présent “racistes”

    et pourtant….des descriptions tellement réalistes qu on dirait qu il vient de Genevilliers ou de la Courneuve…

  15. Yéhoudi dit :

    “””Sur les Juifs, livre 1 chapitre 6

    « On les vit guerriers, agriculteurs, commerçants ; on les vit, sous ce gouvernement singulièrement compliqué, où la monarchie, la théocratie, le pouvoir patriarcal des chefs de famille et la puissance démocratique du peuple, représentée par les assemblées et les prophètes, s’équilibraient d’une manière bien bizarre, traverser de longs siècles de prospérité et de gloire, et vaincre, par un système d’émigration des plus intelligents, les difficultés qu’opposaient à leur expansion les limites étroites de leur domaine. Et qu’était-ce encore que ce domaine ? Les voyageurs modernes savent au prix de quels efforts savants les agronomes israélites en entretenaient la factice fécondité. Depuis que cette race choisie n’habite plus ses montagnes et ses plaines, le puits où buvaient les troupeaux de Jacob est comblé par les sables, la vigne de Naboth a été envahie par le désert, tout comme l’emplacement du palais d’Achab par les ronces. Et dans ce misérable coin du monde, que furent les Juifs ? Je le répète, un peuple habile en tout ce qu’il entreprit, un peuple libre, un peuple fort, un peuple intelligent, et qui, avant de perdre bravement, les armes à la main, le titre de nation indépendante, avait fourni au monde presque autant de docteurs que de marchands. »

    xxxxxxxxx

    admirable Gobineau !!

    et sans la perversité du de Gaulle avec son “peuple d’ élite, dominateur et sur de lui”

    il n’ avait pas tort le grand Charlot

    et selon ses biographes/confidents, il aurait tant aimé avoir un Peuple semblable a ce Peuple d’ élite : LES JUIFS !!

    alors que son peuple qu il qualifiait de “veaux” bêle doucement et se fait remplacer depuis 30 ans par un peuple guerrier, activiste, drainant la lie de ces états dits en “voie de développement” depuis tant de siècles…oublié surtout sur une voie de garage et vivant de la pitié et l’ aumône des Blancs d’ occident

    me souviens d’ une réflexion de De Gaulle a Peyrefitte, a Londres

    “j’ attendais l’ Eglise et je n’ ai vu venir a moi que la Synagogue”

    tous nos contempteurs, tous nos ennemis, tous ceux qui nous haissent a mort , en fait savent trés bien que jamais, au grand jamais ils n’ atteindront le niveau d’ un Juif, dans sa tête, dans son coeur, dans sa vie…il sait presque par filiation que le Juif lui sera toujours supérieur

    quand je rencontre sur le web des Pan pan QQ Hamza, des Maroune mouhamade, des Soral, des Mbala bis, des ratés chroniques, définitifs tels les Ryssen, le laid et tous ces bataillons de ratés, de vaincus d’ avance et de toujours, je me dis “merci mon Dieu de m’ avoir fait naïtre au sein du Peuple que tu as remarqué et CHOISI !! 😆

    mes parents m’ ont racheté en te donnant une bourse en tissu remplie de pièces de monnaie en francs 1920 que j’ ai toujours

    tu leur as fait un bon prix…c’ était du nickel et pas de l’ argent 😆

  16. Yéhoudi dit :

    et selon un chroniqueur journaliste algérien, Kamal Daoud, un petit apperçu des Zarabes vus par un “arabo”-musulman, exemplaire rarissime pas abimé

    ……….

    Le monde arabe
    Publié le : 8 mars 2010
    Par Kamel Daoud –
    Les Arabes ont eux aussi fait le voyage vers la Lune.
    Mais ils ne sont jamais revenus.
    Les Arabes sont le meilleur des peuples.
    Surtout quand ils sont assis.
    Les Arabes ont une histoire commune.
    Elle fait toujours rire à la fin.
    Les Arabes ont du pétrole.
    Mais ils n’en gardent que le désert qui va avec.
    Les Arabes sont de fiers guerriers.
    Ils se battent avec la langue.
    Les Arabes ont inventé le chameau.
    Le chameau a inventé le chewing-gum.
    Le chewing-gum a inventé l’éternité.
    Et l’éternité a réinventé les Arabes pour passer le temps.
    Les Arabes soutiennent les Palestiniens.
    En faisant les morts pour que les morts meurent plus
    facilement. En échangeant les cailloux contre les balles.
    Les Arabes aiment l’union et la fraternité.
    Et s’ils rompent entre eux, c’est pour mieux la
    recommencer.
    Les Arabes sont en vérité une détresse.
    Ils ont tous raté le train qu’ils n’ont pas construit.
    Sur des rails qui ne passent pas près de chez eux.
    Alors ils racontent leur généalogie pour mieux
    s’accrocher à la terre.
    Les Arabes aiment monter le chameau.
    Mais ils aiment mieux monter le dos d’un autre Arabe.
    Et puisque les deux sont paresseux, les deux
    n’arrivent nulle part.
    La monture parle de ses droits et le cavalier de son
    avenir.
    Les Arabes aiment les rois. Car ils aiment les coups.
    Les Arabes aiment aussi leurs présidents.
    Car ils n’ont pas le choix. Et c’est moins fatiguant
    que les révoltes.
    Mais aussi les Arabes aiment la poésie.
    Car elle permet de se laver sans utiliser de l’eau.
    Et après l’on se sent toujours mieux que d’être
    l’Arabe empaillé de manuscrits des temps présents.
    En vérité le monde a un bout. Et c’est là que vivent
    les Arabes. Vivants gouvernés par leurs morts.
    Mais les Arabes aiment aussi l’authenticité.
    La modernité.
    La nationalité.
    L’arabité.
    La fécondité.
    Tout ce qui commence par un café et se termine par
    un thé.
    Et les réponses toutes faites pour être avalées.
    Chaque jour les Arabes vont au ciel. Et en reviennent.
    Sans rien apporter.
    Et dans leur mémoire traînent les choses brisées.
    Les Arabes sont malheureux et souffrent jusqu’aux
    ongles.
    Mais il faut être Arabe pour savoir de quoi il s’agit :
    L’horreur d’avoir été réincarné en lacet de chaussures
    après avoir été un anneau d’or.
    Et ne pas avoir le courage de se le dire pour guérir.
    Les Arabes souffrent tant pourtant qu’il faut le leur
    dire tout haut. C’est un devoir d’Arabe…
    xxxxxxx

    superbe, n’ est ce pas ?? 😆

  17. Kristiane dit :

    Extra !

  18. Danou dit :

    Parler de cet écrivain qui se faisait passer pour un marin, je trouve que c’est lui faire trop d’honneur. Son uniforme lui servait a voyager gratuitement, a profiter de sa qualité d’officier de marine pour transporter gratuitement tous les objets et cadeaux glanés au cours de ses balades, dormir dans les ambassades et les consulats à bon compte, faire le pique-assiette dans les bonnes maisons qui aimaient à l’entendre pérorer et enfin, compenser sa petite taille par une langue de vipère et une plume aussi vipérine.

    Bref, une tapette au véritable sens du terme et sans lien avec toute connotation homophobe. Si vous prêtez attention à son style d’écriture, vous verrez que ressemble à des reportages illustrés, très en vogue à cette époque. Pn est donc loin d’un récit de Joseph Kessel ou d’Albert Londres

    • Yéhoudi dit :

      trés bien vu Danou 😆

      un petit gratteur pervers et mesquin….

      quand tu as lu un Henri de Monfreid et ses tribulations en mer Rouge et dans le golfe arabique….on est en face d’ une autre taille de bonhomme!!

  19. AYIN BEOTHY dit :

    Merci Yehoudi pour Kamel Daoud.
    Une remarque que personne n’a fait à haute voix sur ce fil : les regards en coin des Juifs décrits par Loti venaient directement de leur condition de dhimmi et de l’interdiction qu’ils subissaient sous peine de mort de regarder en face leurs maitres arabes et leurs “belles attitudes”.
    C’est ici la 1ère fois que je lis Loti en fait : quand j’étais gosse, qq paragraphes avaient suffi pour que je laisse tomber. J’avais trop de bonnes choses à lire pour m’occuper de cochonneries.

  20. Chantal dit :

    J’ai lu “pêcheur d’Islande”… Du poisson, du sel, encore du poisson, encore du sel, la lune et le soleil ensemble dans le meme ciel avant que la nuit tombe pour quelques mois… Pas un seul Juif dans cette saumure déprimante. Heureusement qu’en fermant le livre je retrouvais le soleil, la terre et plein de Juifs!!!

  21. Yéhoudi dit :

    Veinarde!!

    a part les souvenirs scolaires de Ramuntcho et Mon frère Yves…..wallou!

    je viens de me commander “Jérusalem” sur AB books, pour 3 euros port compris

    et, tenté par son bouquin “Désert” qui lui fut inspiré par le Sinaï, je suis allé voir chez Babélio, mieux achalandé que Babélouède

    et là, cet avis tourbillonant, ebouissant, une vraie valse bédouine avec you-you et contorsions

    “””
    ★★★★★
    ★★★★★
    Loti signe ici sans doute son plus poétique ouvrage. Il nous entraine dans une longue traversée du désert…On y découvre les tractations pour obtenir à peut près tout!!! mais surtout, dans unstyle éblouissant, léger et coloré, il nous fait vivre le désert! ses couleurs, ses formes et impressions, ses odeurs…Les gris, les roses, les oranges, les verts ou les bleus, tout semble irréel, tout est magique…mais le désert n’est-il pas à lui seul un rêve trop vaste pour nous? Délicieux voyage à ne pas louper…

    “””””””””””””””””””””””

    quel enchantement, quelle féérie…j’ aisurtout retenu cette phrase

    “On y découvre les tractations pour obtenir à peut près tout!!!”

    bouleversant!! mort de rire!!

    obtenir AK47, RPG, Missiles, camions citerne d’ essence, 4X4 toyota, esclaves et migrants erythréens, prostituées ukrainiennes,

    ce sacré Sinaï….un tout petit peuple y a découvert Dieu !! et il l’ a adopté aprés bien des tractations trés houleuses…vieille et toujours d’ actualité, histoire d’ Amour

    qui fera des milliards de gros jaloux depuis plus de 4000 ans 😆

  22. ELIOT dit :

    Il y a une statue de ce Pierre Loti à Tahiti. J’ignorais qui était ce type, maintenant je sais…

    • allex dit :

      Ce nabot aurait donc une statue bien à lui ? Vu son gabarit le sculpteur n’a dû avoir trop de boulot !

      C’est dingue comme les hommes de petite taille, donc complexés à donf, ont toujours mal tourné au cours des siècles: dictateurs, assassins, psychopathes, racistes, dégénérés…

      • Désiré dit :

        Coluche disait : “Dans la vie, Y’a pas d’grands, y’a pas d’petits. La bonne longueur, c’est quand les pieds touchent bien par terre !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Pourquoi d’anciens opposants à Paul Biya le soutiennent-ils dorénavant ?

Read More →