Loading...
You are here:  Home  >  Divers  >  Current Article

Nous inspirons les médias ?

By   /  3 mars 2017  /  12 Comments

    Print       Email

Il y a peu, je soumettais un article sur Bernstein le fondateur de Human Right Watch et celui qui a endossé sa charge au sommet de cette ONG devenue profondément anti-israélienne, Kenneth Roth.

Il est vrai que je ne cachais pas ma satisfaction lorsque le gouvernement israélien prit enfin la décision il y a quelques semaines de refuser à cette organisation manifestement antisémite de venir “travailler” en Israel.

Or, Times of Israel, sans doute inspiré par de nouveaux faits ayant trait à cette interdiction, annonce qu’un certain Omar Shakir, directeur de recherches pour Israël et la Palestine pour Human Rights Watch (HWR), s’est d’abord vu refuser l’octroi d’un permis de travail, au nom de ses positions présumées anti-Israël. L’ambassade israélienne à Washington a suggéré à Shakir d’entrer dans le pays avec un visa touriste.

Et de rappeler ce que j’écrivais il y a peu sur les positions de Bernstein, consterné d’avoir mis au monde une ONG dont la moralité a été complètement dévoyée par un antisémitisme virulent au point d’employer comme on peut le constater des arabo-musulmans qui passent leurs journées à fomenter des manifestations et des boycottent contre le seul état juif du monde.

Israël interdit à nouveau l’entrée à un employé de Human Rights Watch

Omar Shakir a tout de même tenté d’obtenir un visa touristique comme lui suggéra l’ambassade d’Israel à Washington.

J’aurais préféré quant à moi, que ce type de suggestion ne soit pas du ressort d’une ambassade sensée représenter l’état d’Israel. De quoi me mêle-je ?

Itai Bar-Dov, porte-parole de l’ambassade israélienne à Washington, s’est exprimé : « Soyons clair, le représentant d’HRW pourrait entrer en Israël avec un visa touriste. En ce qui concerne le visa de travail, la décision du ministère de l’intérieur peut être réétudiée si l’organisation fait appel. »

Que nenni Monsieur Bar-Dov ! Que nenni ! Ce type ne vient que dans l’optique de salir encore plus l’image d’Israel. Il y a un temps pour être stupide et un temps où il faut faire appel à son simple bon sens.

Que veut Human Right Watch ? Un peu plus de cimetières saccagés ? Plus de passages à tabac de juifs ?

La ville de New York accuse un taux record d’actes antisémite qui a déjà doublé alors que nous ne sommes qu’au mois de MARS de l’année civile !

Pour les Omar, Mohamed et Rachid ainsi que les Ian LEVINE ou Daniel Sokatch directeur du New Israel Funds, seul “un pays qui a quelque chose à cacher peut refuser que des personnes d’une ONG puissent entrer !”.

DanielSokatch-305x1721(Daniel Sokatch, un pro BDS, un “palestinien” de cœur, un ex-juif heureux comme un Soros en Amérique)

Je vous l’avais dit : les théoriciens du complot juif sont bien souvent des juifs !

Avant de rejoindre le groupe HRW en 2016, Shakir travaillait au département juridique du Center for Constitional Rights, une organisation qui a porté plainte pour crime de guerre contre l’ancien minsitre de la Défense israélien Moshe Yaalon et l’ancien directeur du Shin Bet, Avi Dichter.

Pourquoi s’étonner alors de refuser l’entrée à ce misérable américano-arabe ? Parce qu’ils sont bientôt majoritaires aux Etats-Unis comme dans le reste de l’Europe ?

Pourquoi l’Omar n’irait-il pas en Iran, Pakistan, Bengladesh ou autres pays pour y étudier de près les droits de l’homme ? Parce que sa tête finirait au bout d’une pique pardi !

Tandis qu’à Tel Aviv…reçu par des gauchistes généralement friqués et pleins d’ardeur anti-sioniste, il goûterait aux joies de la ville qui ne dort jamais et prendrait le temps de prendre sous la dictée les délires de “breaking the silence”, B’Tselem et shalom archav !

Voyager aux frais d’une grosse ONG comme HRW, se rincer l’oeil et dégueuler sur Israel ? Un boulot rêvé, bien rémunéré et allahouakbar par la même occasion !

« La lettre de refus a été un choc, étant donné que nous avons eu un accès régulier à Israël et à la Cisjordanie pendant près de trois décennies et avons régulièrement été en contact avec les autorités israéliennes » a déclaré Shakir dans un courriel la semaine dernière.»

Il n’est jamais trop tard pour entrevoir la lumière ! Israel et sa gauche au pouvoir durant plus de cinquante années ont donné trop d’importance à de petites raclures qui sont devenues de grosses raclures et ont fabriqué une légende aussi ignoble que le “vampirisme exercé sur des enfants chrétiens pour pétrir la matzah”.

Vos ONG et votre haine ne sont ni plus ni moins que la même vieille rengaine antisémite du moyen-âge et n’a pas changé d’un iota. Le problème de plus est la vitesse à laquelle les mensonges se répandent. Nouvelle technologie oblige !

 

Nina

Partager cet article
    Print       Email
  • Published: 2 années ago on 3 mars 2017
  • By:
  • Last Modified: mars 3, 2017 @ 5:42
  • Filed Under: Divers

12 Comments

  1. Yéhoudi dit :

    la tête d’ un “Omar” au bout d’ une pique

    trop forte!

    j’ en pince pour ce bonheur… 😆

    Homard m’ a pincer … Radad diradada…..

  2. nina dit :

    Times of Israel s’intéresse tout à coup aux cas Bernstein vs Roth ? Sont-ils lecteurs de JSS ?
    Leur ligne éditoriale est de plus en plus centre gauche…voire gauche tout court à lire certains articles !

    Rahhh les sponsors ! Une vraie calamité parfois…:)

    • Yéhoudi dit :

      ils ne seraient pas les seuls

      je retrouve souvent des “intérêts” subits de certain sites, juifs et non-juifs a propos de textes ou commentaires parus sur JSS

      plus ou moins savament plagiés….disons que c’est flatteur

      tiens! et Flatto Sharon ??

      qu est ce qu il devient le bougre ?? 😆

  3. filon dit :

    Non ils ne sont pas juifs, c’est juste leur nature d’erev rav et d’infiltrés au peuple juif qui ressort. Ce sont leurs dernièrs soubresauts avant leur anéantissement final.

  4. christopher.dee dit :

    Heureusement être juif donne comme un passeport…
    Ben OUI HACHEM supervise!
    Faut vous calmer les petits loulous,
    L’avenir est devant.
    Et Israël mérite d’être écouté, entendu, respecté, admiré aussi,

  5. Pour la Depeche, en France, tous le jours si ils veulent. Avec une boite de ‘halvah à l arrivée, et des bisous…
    C’est tellement rare de ne pas médire sur Ysraël.
    Rashi aurait commenté en disant
    Quiétude… Be Laaz, havre (de paix)

    http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/05/2529487-israel-drole-de-guerre.html

    Xxxxxxxxxxx

    C’est compliqué !» Et pourtant, tout à l’air si simple, ici, au bout du plateau du Golan ! D’un côté, les brumes montagneuses du Liban. Derrière, les vergers luxuriants d’Israël. Devant, la poussière d’un bout de Syrie abandonné. En face, sur le mont Hermon les neiges glissent sur les trois pays. Ici, au-dessus de Merom Golan, sur ce nid d’aigle où Tsahal, l’armée israélienne surveille l’horizon, presque jusqu’à Damas, le vent glacial vous découpe les oreilles en carpaccio, avant même qu’elles n’entendent les grondements sourds qui font trembler le sol.
    «C’est compliqué ! reprend l’officier de Tsahal. De ce côté-là, il y a le Hezbollah. De temps en temps, il nous envoie une roquette. Alors, on réplique. Ici, on voit les ruines de l’ancienne ville de Qunaitra, et les troupes du front Al-Nostra s’y cachent parfois. Là-bas, c’est la nouvelle ville de Qunaitra, où il y a les troupes d’Assad. Parfois, ils se tirent les uns sur les autres. Mais quand ça vient de notre côté, alors, on réplique !»
    Tout cela n’empêche pas les touristes de se mêler aux militaires, pour savourer la vue imprenable sur le flanc nord. Sans oublier les soldats de l’Onu, qui sont là pour, en principe, taper sur les doigts de ceux qui tirent les premiers. Faut avoir l’œil !
    «Là, désigne le soldat, côté Syrie, c’est la ligne de démarcation. Au début, c’était juste un barbelé. Maintenant, c’est une vraie frontière, sous surveillance constante des caméras. On sait exactement qui arrive et quand. Et tous les jours, nous avons des réfugiés et des blessés qui traversent.»
    Des petits groupes en haillons, ramassés autour de quelques bébés, de femmes enceintes, de vieillards épuisés et deux ou trois chèvres, qui n’ont plus d’autre issue que de fuir leur enfer.
    «Ils ont peur, car on leur a toujours dit qu’Israël, c’était le diable ! Mais ils passent quand même. On les conduit à l’hôpital de Nahariya et on les soigne.» Puis les «agents du diable» les renvoient vers d’autres pays, neutres. 2 500 personnes ont été ainsi secourues en cinq ans.
    Alors que la bataille fait rage en Syrie, Israël est aux premières loges. Et ne veut surtout pas qu’on l’entraîne dans une guerre qui n’est pas la sienne. La vie de ce poste avancé dans le Golan ressemble au Désert des Tartares, de Dino Buzzati. Où rien ne se passe, mais où tout peut arriver, dans une sorte de Rubicub infernal. A quelques kilomètres des positions israéliennes, Daech, Al-Nostra, les troupes d’Assad, l’aviation Russe, les alliés, se déchirent, tandis que l’Iran pousse silencieusement ses pions.
    «Le plus grand danger pour nous, ce n’est pas Daech, assure Amir Weissbrod, directeur de la division recherche du Moyen-Orient, au ministère des affaires étrangères d’Israël. La vraie menace, c’est le Hezbollah, qui reçoit des quantités d’armes de l’Iran, et qui nous défie depuis le Liban.»
    Tiens, tiens… Début décembre, des bombes venues d’on ne sait où sont tombées sur l’aéroport militaire de Mazzé, près de Damas. Attaque des islamistes contre Bachar ? Ou opération de nettoyage d’Israël contre des armes iraniennes destinées au Hezbollah et qui transitaient par là ?
    Israël ne revendique jamais ses frappes…
    «C’est sans doute un message d’Israël en direction des Russes, analyse Sarah, une spécialiste de la défense de l’Université de Tel Aviv. Qui veut dire : attention, nous avons nos lignes rouges. Entre les deux pays, depuis longtemps la règle tacite est : ne nous dérangez pas, nous ne vous dérangerons pas.»
    Vu de ce côté-là du monde, la géopolitique n’a pas du tout la même gueule. «En Europe ou aux États-Unis, on fait preuve d’un optimisme naïf en supposant que l’Iran deviendra un pays modéré dans cinq ou dix ans, analyse Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. On ose espérer que l’administration Trump sera moins crédule !»
    Pour lui, ce n’est pas un accord entre Israéliens et Palestiniens qui normalisera la situation dans la région, mais bien une normalisation des rapports d’Israël avec ses voisins, qui ouvrira la voie d’un accord avec les Palestiniens !
    «C’est compliqué !» reconnaît le diplomate.
    Pourtant, dans ce pays deux fois plus petit que Midi-Pyrénées, avec ses 22 000 km2, on bouillonne d’énergie. Pas très loin du Golan, à portée de bombes du Hezbollah, Shlomi joue les jardiniers-sorciers. L’eau puisée dans le sous-sol jaillit à plus de 40°, et même en plein hiver, il peut faire pousser des lychees ou des nèfles. Ses raisins croissent en décembre pour une récolte en mars !
    En une centaine d’années, le désert est devenu un jardin. Deux cent cinquante millions d’arbres ont été plantés sur cette terre, majoritairement des conifères et des eucalyptus. Les chaleurs torrides d’antan se sont civilisées et le paysage s’est garni d’ombre et de fraîcheur. Hors les murs de la vieille ville de Jérusalem, pas une maison de ces larges pierres blanches qui ont fait le temple de Salomon, qui ne croule sous les magnolias, les glycines ou les ficus.
    Un potager où mûrissent des avocats rebondis, où les tomates se gorgent de saveur, où les poivrons se dorent, où les pois chiches s’attendent tous à devenir le délicieux «houmous» ? Israël n’est pas qu’un garde-manger : il veut être la Terre Promise des start-up du monde entier.
    Ainsi, dans la Shalom Tour de Tel-Aviv, qui fut longtemps le plus haut gratte-ciel du Moyen-Orient, l’ancienne bibliothèque accueille désormais une pouponnière d’entreprises. Tel-Aviv, la ville qui ne dort jamais, avec ses 14 kilomètres de plage, sa gay-pride, son wifi partout, et sa bière Maccabee – ça ne s’invente pas !
    «Les boîtes naissent ici, se développent, et ensuite, déménagent, explique Mira, la responsable de Tel-Aviv Start-up City. Tel-Aviv est la championne du monde des centres d’innovation, de co-working ou d’accélérateurs. Nous en comptons 84, alors que Londres n’en a que 65 et Paris 48 ! Ici, nous accueillons les centres de recherches des plus grandes entreprises mondiales : Siemens, Apple, PayPal, Google, ebay, Facebook, Yahoo !… 9 salariés sur dix à Tel-Aviv possèdent un diplôme d’études supérieures.»
    En quelques semaines, l’État peut débloquer des fonds pour aider au démarrage : «Il y a des échecs, mais l’échec est formateur, assure cette représentante du ministère de l’économie. On apprend des choses pour d’autres expériences…»
    Parmi les start-up les plus prometteuses de Tel-Aviv, l’application Reporty, qui permet aux citoyens de se connecter en temps réel avec les services d’urgence ou de sécurité. «On peut filmer alors quelqu’un qui a un malaise : à l’autre bout de la caméra, un médecin indique les gestes d’urgence. On peut aussi s’en servir pour des agressions, des accidents…» explique son patron Éric Banoun. Plusieurs grandes villes sont déjà sur le coup, comme Singapour, d’autres s’y intéressent comme Paris, Marseille «et nous avons eu aussi un contact avec Toulouse…»
    En Israël, l’application fonctionne déjà pour les secours. Ce n’est pas un hasard, dans ce pays qui semble vivre dans un calme parfait. Mais où l’on aperçoit çà et là des hauts murs, des barbelés, et des check points. Portiques, scanners, fouille des sacs rythment la vie quotidienne, les militaires sont discrets, mais omniprésents ; à l’aéroport de Tel-Aviv, les voitures sont contrôlées longtemps à l’avance… pas comme à Bruxelles-Zaventem !
    «C’est une culture de la sécurité, explique ce diplomate. Vous y viendrez bientôt, en France.»
    La Dépêche du Midi

  6. Yéhoudi dit :

    ” Ici, nous accueillons les centres de recherches des plus grandes entreprises mondiales : Siemens, Apple, PayPal, Google, ebay, Facebook, Yahoo !… 9 salariés sur dix à Tel-Aviv possèdent un diplôme d’études supérieures.»

    xx

    hé oui!!

    aprés les temps héroiques des Oranges,des clémentines,et autres agrumes..

    les juifs exploitent ce qui les a toujours le plus aidé, leur intelligence a QI 110 , couplée a leur génie inventif…

    alors….franchement laissons les agrumes et autres légumes occuper les clowns de BDS
    et y aura toujours des clémentines espagnoles sans gout, comme des tomates hollandaises immondes ou des marocaines presque en polystirène rouge pour nourrir les Zeuropéens

    même l’ Egypte, l’ érythrée , le Niger se sont emparés de ces “créneaux” qui en Israel ne relèvent plus que du folklore des années 50 a 60, toujours émouvant pour nous bien sur…et chez le fruit et légumes arabe au coin de ma rue, je préférerais toujours acheter des clémentine de jaffa a 5 euros le kg, plutot que ces clémentines dégueu , spongieuses a l’ extérieur et sèches a l’ intérieur venues d’ espagne ou du maroc…a 2 euros le kg..

  7. Je ne sais pas si c’est Goeb’el qui vient hanter les acheteurs en gros de Lidl, mais, j’y trouve toujours des avocats, clémentines, pamelos, grenade etc d’Ysraël , pour qlq centimes… et boonnnnns !
    Ne pas oubler de prelever 1 centième, pour la teroumah, et pas le shabbath, pour pouvoir consommer, sans modération…
    Un regal.

  8. Kristiane dit :

    Merci Elie pour le lien de la Dépêche du midi. Effectivement tellement rare de lire des propos qui ne soient pas systématiquement à charge contre Israël.

    Yehoudi : “aprés les temps héroiques des Oranges,des clémentines,et autres agrumes..

    les juifs exploitent ce qui les a toujours le plus aidé, leur intelligence a QI 110 , couplée a leur génie inventif…”

    mais là où les oranges, clémentines et agrumes deviennent un enjeu d’une très grande importance : c’est l’exploitation de la (leurs) terre par des Juifs d’où l’importance de l’exportation des agrumes même si, d’un point de vue financier, cela ne rapporte pas beaucoup comparativement aux produits high tech et militaires. De plus cela permet à des centaines de familles de vivre.

    Les Start’ups, la haute technologie c’est parfait mais il ne faudrait pas qu’Israël se réduise à une ville Tel Aviv, comme Singapour, Hong Kong.

  9. Yéhoudi dit :

    tu as raison

    va falloir que j’ aille faire un tour chez ‘l’idole’ des juifs

  10. Kristiane dit :

    Hier : l’avocat 0,99 E (faut laisser mûrir un peu) mais la semaine dernière délicieux. Des oranges, des clémentines, des pamplemousses (interdits pour nos pommes) des grenades, des kakis Sharon (un régal) ….Si tu as un l’idole pas loin de chez toi, un petit tour par semaine…

  11. ELIOT dit :

    Ces ONG sont responsables de la haine antisemite dans le monde, elles relativisent la monstruosité du projet musulman sur le monde avec la complicité de traitres à passeport israélien. Naguère, le Mossad savait s’occuper de ces crapules nazies comme pour eichman en Argentine. Mais ça c’était avant. Quand comprendra t’on que cette lie de l’humanité est composée de pleutres et lâches qui ne comprennent que la force? Terreur contre Terreur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Conseils d’achat : quel est le piano de cuisson idéal ?

Read More →