Loading...
You are here:  Home  >  Occident  >  Europe  >  Current Article

Le Magen David Adom offre son assistance à Barcelone après le massacre de Barcelone

By   /  17 août 2017  /  10 Comments

    Print       Email

Le Magen David Adom, depuis la salle de crise du ministère des Affaires étrangères et avec l’ambassadeur israélien à Barcelone, a offert son assistance aux unités de don du sang et à tout autre besoin qui pourrait subvenir dans les jours qui suivent l’attentat terroriste dans la ville.

©Twitter

“Grâce au ministère des Affaires étrangères et à la Croix-Rouge, le MDA a exprimé sa volonté d’aider les unités de sang, l’équipement, la main-d’œuvre et l’expertise pour le traitement médical des victimes d’attaque. Nous sommes en contact constant avec le ministère des Affaires étrangères et nos partenaires en Espagne et sommes préparés à répondre à toute demande “, a déclaré le directeur général du Magen David Adom, Eli Bin.

Par Ariel Melles – JSSNews

Partager cet article
    Print       Email

10 Comments

  1. Yéhoudi dit :

    quels CONS !!!!

    j’ espère bien qu ils vont se prendre un refus cinglant

    cette frénésie a vouloir passer pour des “gens biens” face aux Nations n’ a toujours généré que mépris amusé…..

    kesskok en a foutr de ce qui peut arriver a cette Espagne qui a écarté ses cuisses face a cet Islam conquérant venu du Maroc et qui réédite les Almoravides et bientot les Almohades!!

  2. Chantal dit :

    Et le croissant rouge? il veut pas donner un petit coup de main?

  3. Victor dit :

    Chantal , n’exagère pas quand même ?
    Le croissant rouge ? Et puis quoi encore ?
    Par contre , le Bassasse modéré aurait proposé ses services ,comme par exemple , envoyer quelques pleureuses professionnelles ….?????

  4. Ruthy dit :

    Nous sommes toujours les 1ers à aider, et toujours les seuls à etre méprisés
    Comme on dit en France: Fais du bien à Bertrand……

  5. Jg dit :

    Il y a assez de travail en Israel , et surtout l ameliorer , plutot que d offrir ses services a un pays , et sa population qui maltraite Israel.
    Dans ce cas le chef terroriste abbas qui condamne ce massacre , avec son humour macabre , devrait proposer son aide avec les croissants rouge !

  6. Yéhoudi dit :

    ………” avec les croissants rouge !

    xxx

    tu trouve qu il n’ y en pas assez avec les “pains au chocolat” de Coppé ??

  7. Klein dit :

    On vient d’apprendre un attentat au couteau en finllande ilsnel’ont pas volé tous ces pays suede Norvège Danemark et maintenant Finlande qui ont rempli leur pays de musulmans islamistes et qui détestent Israël ils vont enfin comprendre ,!

  8. Que le Magen David reste a son couscous, La Barcelone q`elle se debrouille avec sa Sagrada Familia

  9. Pas d'accord avec les adages anti-aristos ! dit :

    Comment donc cela Ruthy ?

    il est en réalité inadéquat de faire du bien à un bertrand le premier, c’est contraire à l’étiquette

    un hadit parisien prouve que statistiquement les français exigent toujours du bien de la part des bertrands, c’est un peu le juif des prénoms. on le déguise en larbin coincé anorexique dans les pubs et autres plaisanteries du genre proverbial : il doit donner gratuit, n’a aucun mérite, surtout pas celui de la sympathie, ni aucun droit à l’erreur – pourtant jamais l’on ne se gène pour, à toute heure, voir en lui le nécessaire havre de paix, ou l’accuser au moindre souci des torts par lesquels on a justement soi-même causé quelque inconfort à la troupe – ce qui permet au passage de noter chaque infime détail des travers cérébraux de l’accusateur, qui délivre ainsi à chaque nouvelle attaque un aveu flagrant de son triste devenir comme s’il était sous l’emprise d’une humoristique et surnaturelle hypnose.

    quand il finit par se braquer face à des profiteurs on l’accuse d’être agressif

    un jour il finit par se convertir mettant les nazis en dé-Ruth, confirmant le soupçon de sa radinerie, lui qui ne donne jamais jamais assez ! et attisant par représailles la haine immédiate de faux-amis si bien déguisés sur le chemin épineux de la liberté

    évidemment un prénom de droite dans un monde de gauche… nom gothique d’une des têtes d’esav renonçant à l’identité artificielle des nations bureaucrates pour revenir au giron de la Torah conformément à ce qui est écrit

    c’est parce qu’un corbeau avisé est forcément une colombe, une variété pacifique de pigeons. trop le plumer nuit à la paix, trop le noircir pourrait l’aigrir

  10. Yéhoudi dit :

    puisque l’ Espagne est sous les projecteurs…..

    rappelons le rôle des Juifs en 1935 au sein des Brigades Internationales qui s’ opposèrent a Franco et ses troupes Marocaines

    xxx

    Il y avait environ six mille Juifs en Espagne, à la veille de cette guerre civile qui débuta en juillet 1936. La moitié d’entre eux était constituée de réfugiés d’Allemagne (parmi lesquels Marianne Cohn et sa famille), presque tous installés à Barcelone où ils fondèrent la Jüdischer Kulturbund, une association culturelle proche du Partit Socialista Unificat de Catalunya (PSUC). Lors du soulèvement nationaliste, des Juifs proches de l’association sportive Hapoel se trouvaient à Barcelone afin de participer aux Olympiades ouvrières. Nombre d’entre eux s’engagèrent aux côtés de la République qui commença par recevoir le soutien du monde juif, plus particulièrement des Juifs allemands.

    Lorsque commença la Guerre Civile d’Espagne, les violences perpétrées par les Arabes contre les Juifs redoublaient en Palestine. Les membres du Parti communiste palestinien (PKP) reçurent l’ordre du Komintern (qui soutenait la résistance arabe contre les Britanniques) de se joindre à l’insurrection arabe. Les Juifs membres du PKP se trouvèrent devant un lourd dilemme : prendre les armes aux côtés des Arabes, s’opposer à l’arrivée d’autres Juifs en Palestine ou bien quitter le Parti. La Guerre Civile espagnole offrit en quelque sorte un échappatoire à cette situation pour le moins tragique dans laquelle se trouvaient les Juifs affiliés au PKP. Nombre d’entre eux choisirent donc de s’engager dans ce conflit, à l’autre bout de la Méditerranée. Il y a donc un lien de cause à effet entre les violences arabes à l’encontre des Juifs de Palestine et l’arrivée d’un contingent juif en provenance de cette région.

    Les partis affiliés au Histadrut sympathisèrent massivement pour la République espagnole. Ils favorisèrent les débats et les campagnes d’information sans pour autant pousser leurs militants à s’engager dans cette guerre civile. Ceux de la gauche sioniste, principalement du Hashomer Hatzair et du Poalei Zion, ne furent guère nombreux à s’engager dans les Brigades internationales. Salman Zalzman fut le seul volontaire de la droite sioniste à s’y engager. Ci-joint, un lien édité par Jewish Virtual Library sur cette organisation syndicale, le Histadrut, fondée en 1920, à Haïfa :

    http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/History/histadrut.html

    Des volontaires étrangers s’engagèrent aux côtés de la République avant même la création des Brigades Internationales. Ils furent intégrés aux milices des divers partis politiques et des syndicats. Certains se constituèrent en groupes, comme le Grupo Thälmann — du nom du secrétaire général du KPD, Ernst Thälmann. Ce groupe était constitué de quatorze combattants dont douze Juifs.

    Parmi les volontaires juifs de cette guerre civile, la quasi-totalité des fonctionnaires de la Geserd (Geselschaft for jid ujif in Fssr), une organisation chargée de récolter des fonds parmi les Juifs de la diaspora pour le développement du Birobidjan.

    Les Juifs furent donc nombreux à s’engager dans les Brigades Internationales. Certains de leurs plus hauts responsables étaient juifs. Parmi eux, les généraux Manfred Stern, Mata Zalke et Waclaw Romar. Irving Goff (1900-1989), Juif américain, organisa des commandos destinés à opérer derrière les lignes franquistes. Parmi les actions les plus spectaculaires de ces commandos : la destruction d’un pont sur le Guadalquivir, le déraillement d’un train chargé de soldats italiens dans les environs de Córdoba, la libération de plus de trois cents prisonniers asturiens enfermés dans la forteresse de Motril et la capture d’un état-major nationaliste au grand complet, en Catalogne. Irving Goff repose au Arlington National Cemetery. Les Juifs furent très représentés parmi les médecins et infirmières militaires, tant à l’avant qu’à l’arrière. Il y eut cent vingt-sept médecins juifs, sans compter les nombreuses infirmières juives parmi les quelque six cents infirmières au service de la République. On sait par exemple que vingt-cinq d’entre elles venaient des États-Unis et vingt-six de Belgique. Le yiddish était très parlé autour des tables d’opération et des lits d’hôpitaux. Parmi ces médecins, Edward K. Barsky, un chirurgien qui a laissé un magnifique fonds de photographies sur la Guerre Civile d’Espagne, des photographies prises par lui ou son assistant ; elles montrent des médecins et des infirmières du American Medical Bureau to aid Spanish Democracy et des Canadiens du Mackenzie-Papineau Battalion (Mac-Paps), des ambulances et des postes de secours, des villageois et des villages d’Espagne, etc. Ci-joint, un lien qui donnera au lecteur une idée de la richesse de ce fonds (Guide to the Edward K. Barsky Photograph Collection ALBA PHOTO 125, New York) :

    http://dlib.nyu.edu/findingaids/html/tamwag/barsky_photo.html

    Edward K. Barsky (1897-1975)

    Edward K. Barsky était chirurgien à l’hôpital new yorkais Beth Israel. Il créa le American Medical Bureau to aid Spanish Democracy, chargé de récolter de l’argent pour les services de santé de la République. Il mit sur pied le premier hôpital américain sur le front de Jarama (environs de Madrid) ainsi que des unités mobiles avec des chirurgiens capables d’intervenir sur la ligne de feu dans les plus brefs délais. Parmi ceux qui patronnèrent le American Medical Bureau to aid Spanish Democracy, Albert Einstein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Pourquoi d’anciens opposants à Paul Biya le soutiennent-ils dorénavant ?

Read More →