Loading...
You are here:  Home  >  Occident  >  Amérique du Nord  >  Current Article

Donald Trump a une idée Capitale de Jérusalem !

By   /  7 décembre 2017  /  8 Comments

    Print       Email

La classe de journalistes est apoplectique sur la décision du président Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Mais les conservateurs, y compris les sceptiques de ce président, devraient l’ajouter à la liste des politiques étrangères de l’administration Trump qui méritent d’être louées. L’argument en faveur de la reconnaissance de Jérusalem et de la relocalisation de l’ambassade des États-Unis à cet endroit est formidable. Parler de cela comme d’un mouvement qui jette la région dans le chaos est surexploité et déconnecté de la réalité du Moyen-Orient.

Pour commencer, déménager l’ambassade des États-Unis à Jérusalem est conforme à la volonté démocratique du peuple américain. Le Congrès de 1995 a promulgué une loi exigeant que le Département d’Etat procède à la délocalisation, mais depuis lors, les administrations successives ont profité d’une dérogation pour le retarder. Le processus de renonciation a été écrit dans la loi. Même ainsi, plus de deux décennies de résistance exécutive équivaut à défier le Congrès. Même les purs et durs Trumpers doivent admettre: Il y a quelque chose de rafraîchissant dans la volonté de cette administration d’appliquer la loi plutôt que de la contourner.

Pourtant, les professionnels de la paix ne se soucient guère des préférences du peuple américain en matière de politique étrangère. Ils soutiennent que l’idée du capital de Trump (jeu de mots) sabotera toutes les chances d’un règlement négocié du conflit de sept décennies. En cela, ils font écho au président palestinien à vie, Mahmoud Abbas, qui a qualifié ce mouvement de «déclaration de retrait» des États-Unis du processus de paix.

Voici le problème avec cette argumentation: Quel processus de paix?

Depuis près d’une décennie, Abbas a refusé de s’asseoir pour des négociations directes, malgré l’invitation ouverte du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Le rejet d’Abbas a été stimulé en partie par la théorie de l’administration Obama selon laquelle la paix viendrait de la création, «un jour» d’un Etat palestinien, après des négociations avec Israël. A présent, avec le mouvement diplomatique de Jérusalem, Trump signale que Washington ne tolérera plus les demandes excessives des Palestiniens – ou l’obstination qui les a conduits à rejeter les offres généreuses d’Ehud Barak en 2000 et d’Ehud Olmert en 2008.

Mais, demandez aux processeurs de la paix, qu’en est-il de la violence qui en résultera? Ici, il faut répondre: Avez-vous regardé le Moyen-Orient ces derniers temps?

La région entière est en feu, car les alliés arabes traditionnels des États-Unis répondent aux ambitions hégémoniques de l’Iran, du Yémen au Liban. Très peu d’instabilité aujourd’hui est à voir avec Israël. Ainsi, Washington devrait prendre les déclarations d’indignation des dirigeants arabes comme un grain de sel. Les élites arabes doivent créer du bruit et de la fureur sur Jérusalem pour satisfaire leur public. Mais la plupart d’entre eux se tournent aujourd’hui vers Israël comme un protecteur et un allié potentiel contre Téhéran.

Ce n’est pas un hasard si l’annonce de Trump fait suite à la visite d’Abbas le mois dernier en Arabie Saoudite. Là, le prince réformateur Muhammad bin Salman (MBS) aurait dit au leader palestinien de se calmer et d’accepter les demandes d’Israël. Les Palestiniens doivent apprendre à accepter un état avec une souveraineté limitée et un territoire non contigu parsemé d’implantations israéliennes. Selon le plan de MBS, “les Palestiniens ne recevraient pas Jérusalem-Est comme capitale et ils n’auraient pas le “droit au retour.”

En d’autres termes, la principale puissance arabe a conclu que le maintien de l’alliance anti-iranienne est plus important qu’une implantation ou qu’un quartier de Jérusalem-Est. La décision de l’administration Trump à Jérusalem est donc en accord avec les changements tectoniques qui ont lieu au Moyen-Orient. Pourquoi continuer à poursuivre la fiction selon laquelle la question palestinienne est le problème le plus pressant dans la région, alors que les Arabes eux-mêmes ont évolué?

Quant à la menace des groupes palestiniens d’organiser des journées de colère et d’émeute, ce n’est pas un argument contre la décision de Trump… C’est une étude de cas sur les raisons pour lesquelles la paix est restée (et reste) inaccessible.

Par Shorab Ahmari – Commentary – adaptation JSSNews

    Print       Email

8 Comments

  1. Ruthy dit :

    “Quant à la menace des groupes palestiniens d’organiser des journées de colère et d’émeute, ce n’est pas un argument contre la décision de Trump….”
    Tout n’est que pretexte chez eux, et ça les legitimise aux du monde dupe, et hypocrite.
    Sinon pour les israeliens, ça fait partie du quotidien, encore la semaine dernière, un soldat de 19 ans a ete assassine par un de ces morpions…. Trump n’avait encore rien déclaré pourtant.

  2. trublion dit :

    l’info principale dont quasi personne ne parle est qu’il a reconduit et signé la reconduction pour ne pas déménager l’ambassade US de Tel Aviv à Jéru.
    Cette déclaration n’engage que lui, bravo pour son courage et son engagement.
    Pour la suite, la situation sera la même qu’avant : les israéliens continueront d’embellir leur capitale, et les haineux auront toujours du grain à moudre dans leur moulin.

  3. Amram dit :

    Cette fois au moins les hordes de barbares palestiniennes, ont une raison valable pour se mettre en colère, d’habitude un rien les mets en état d’excitation majeur, mais ils savent pertinemment comment ça se termine pour eux lorsqu’ils pousse le bouchon trop loin, la suite on la connaît, reconquête définitive du Har Habaït, le mont du temple, l’histoire suit son cours dans le bon sens et les arabes le savent très bien.

    Salman(Zalman) d’Arabie Saoudite leurs bien expliqués aux palestiniens que la récréation est terminée et qu’ils faut rentrer dans les rangs de la normalisation totale avec Israël, because, les Ayatholas.

  4. szmolski dit :

    Les musulmans c’est une nouvelle peste comparable aux nazis, c’est même pire car ils s’infiltrent dans tous les rouages de la société occidentale sans un seul coup de canon, après plusieurs siècles de batailles l’occident chrétien avait vaincu militairement le monde islamique et malheureusement celui-ci s’est réveillé avec l’argent du pétrole, c’est vraiment la bête qui s’est réveillée un peu comme dans ces films d’horreur où l’on a réussi à emmurer un monstre sous une dalle de béton gardée par un sceau et qui a été libéré par l’inconscience du politique. L’occident croit que le monde islamique a évolué, il n’en est rien, il coule à nouveau dans le même lit de rivière qu’on avait réussi à assécher. Croire qu’on puisse vivre avec des musulmans est une chimère cultivé par les enfarinés, en réalité la cohabitation reste possible que si on garde la dragée haute, c’est comme un fauve, les musulmans même les plus pacifiques si ils entendent l’appel de la meute islamique finiront par rejoindre les rangs, comme les allemands en 40 seule une poignée parviennent à s’extraire de ce fascisme, je vois en effet de temps à autre sur les réseaux sociaux hostile à l’islam des ex musulmans qui participent au combat, ça a quelque chose de rassurant que quelques esprits éclairés parviennent à s’arracher de cette faune moyenâgeuse, mais malheureusement je crains que la confrontation entre l’occident et l’islam sera inévitable. Dans les pays européens où ils atteindront 30 à 40% de la population ça finira par tourner en guerre civile, ce sera l’étape une, la seconde étape sera l’intervention de l’armée, et la troisième ça passera par un processus de remigration forcée. Dans les pays d’Europe orientale ils ont pris conscience du danger musulman, aucun média n’en parle mais moi étant en contact régulier avec ce qui se passe là-bas je sais de bonne source que dans les pays du groupe visegrad des forces paramilitaires s’entraînent déjà dans les forêts, certains préconisent même de rétablir le rideau de fer de l’époque de la guerre froide pour empêcher les musulmans d’entrer.
    Et le pire scénario serait la prise de pouvoir d’un grand pays européen par l’extrême droite (la vraie proche de l’idéologie nazie), ça pourrait mener à un génocide sur les populations musulmanes, on verrait alors deux fascismes (un religieux et un racial) s’affronter dans la pire des violences. Si à moyen terme rien n’est fait pour fermer les frontières européennes aux musulmans la guerre sera inévitable, l’Europe deviendra petit à petit un grand Liban parsemé de toutes sortes de milices islamiques qui sèmeront la terreur, et ce qui arriverait dans ce cas de figure sera une nouvelle intervention de l’armée américaine et russe pour nettoyer toutes ces poches, quand je vois la difficulté qu’ont eues deux grandes armées pour liquider l’état islamique ça met au parfum…

    • Amram dit :

      Ce qui m’étonne le plus, c’est d’entendre une certaine France parler du vivre ensemble et de multiculturalisme!
      Il existe a présent en France près de 800 zones de non droit ou 90% voir dans certaines 100% sont de monoculture et détestent le vivre ensemble, les Français de souches ou étrangers totalement intégrés ne sont pas les bien venus, a moins d’être téméraire ou intégrés totalement a la monoculture, si ça continue a cette cadence, dans quelques décennies, la France ressemblera a la Judée Samarie, avec trois zones, A, B, C.
      Voir en particulier la carte.

      https://tsahal.fr/glossaire/judee-samarie/

  5. Amram dit :

    Cette fois les palestiniens ont une bonne raison de se mettre en colère, d’habitude, un rien les mets en état d’excitation majeur, ils savent aussi comment ça se termine pour eux s’ils pousse le bouchon trop loin,

    La suite on la connaît, la reconquête du Har ha baït, Mont du Temple, l’histoire suit son cours dans le bon sens et ça, les arabes ne le savent que trop bien, Jérusalem est le dernier de leurs soucis,

    Salman(Zalman) le roi d’Arabie Saoudite leurs a bien expliqués que la récréation est terminer et qu’ils faut qu’ils dans les rangs de la normalisation totale avec Israël, because les ayatollahs et a part une partie de l’Europe prise de panique, personne ne les soutiens plus.

  6. Yéhoudi dit :

    La Bicoterie de l’ hexagone (a l’ appel de 16 assoces musulmanes, gauchos, anti-sionistes, anti-racistes, anti-eux mêmes, a réussi a manifeste ce samedi
    avec un sucçès assez improbable 😆

    xxxxxxxxx

    “”400 tondus et 1 pelé contre Netanyahu à Paris!
    By Marc – Déc 9, 2017085

    An Zéro du Palestinisme

    EuroPalestine rarement plus ridicule : moins de 400 radicaux ont repeint leur mauvais cheval en vert…

    Au total, 750 manifestants sur tout l’Hexagone!

    Manifestations en France contre la venue de Netanyahou dimanche à Paris

    xxxxx

    09/12/2017
    Manifestation à Paris, place de la République, pour protester contre l’arrivée du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, le 15 juillet 2017
    i24NEWS
    “La décision de Donald Trump met le feu à la poudrière”, a déclaré le président du Collectif 69 Palestine
    Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi en France contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les Etats-Unis et la venue du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou dimanche à Paris.

    Dans la capitale française, ils étaient environ 400 place de la République à l’invitation des associations EuroPalestine et France Palestine Solidarité.

    “Ce n’est pas Trump qui décide du droit international (…) Il n’y a pas de peuple élu !”, a lancé Olivia Zemor d’EuroPalestine devant un public brandissant des drapeaux palestiniens.

    “Jérusalem, capitale palestinienne!”, ont répliqué les manifestants. “Honte, honte !”, ont-il ajouté à propos de la rencontre prévue dimanche entre le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre israélien à l’Elysée.

    A Lyon, quelque 300 personnes se sont rassemblées en bord de Rhône, brandissant des drapeaux palestiniens ou des pancartes: “Palestine vivra, Palestine vaincra”.

    “La décision de Donald Trump met le feu à la poudrière”, a déclaré Jérôme Faynel président du Collectif 69 Palestine et organisateur du rassemblement lyonnais.

    “Il faut maintenant que l’Europe prenne l’initiative. Et la rencontre dimanche entre Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahou pourrait être une bonne occasion d’élever la voix”, a-t-il ajouté.

    Une trentaine de personnes se sont rassemblées également à Lille à la mi-journée à l’appel de l’association France Palestine Solidarité du Nord-Pas-de-Calais.

    La reconnaissance de Jérusalem comme capitale israélienne “vise à mettre le feu aux poudres”, a dénoncé Mireille Gabrelle, trésorière de l’association, regrettant la “position hypocrite” d’Emmanuel Macron qui “dénonce la décision de Trump et reçoit en même temps Netanyahou”.

    xxxxxxxx

    400 tondus et 1 pelé

    lire 400 tondues ( dont Houria Puteldjaja) et 1 pelé

    comme a la Libération 😆

    faudra bien en arriver là pour désinfecter ce pays….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Netanyahu explique à Mogherini que sa mauvaise foi conduit à la guerre

Read More →