Loading...
You are here:  Home  >  Occident  >  Amérique du Nord  >  Current Article

Voilà pourquoi Trump a eu raison de reconnaître “Jérusalem capitale de l’Etat d’Israël” ?

By   /  7 décembre 2017  /  9 Comments

    Print       Email

La décision du Président Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël est une réponse parfaite à la décision du président Obama de changer la politique américaine en élaborant la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies décrétant que les lieux les plus saints du judaïsme à Jérusalem sont des territoires occupés et une “violation flagrante du droit international”. C’est le président Obama qui a changé le statu quo et a rendu la paix plus difficile, en donnant aux Palestiniens une énorme influence dans les futures négociations et en les décourageant de négocier la paix.

La politique étrangère américaine a longtemps mis son veto à toute résolution unilatérale du Conseil de sécurité qui déclarait que les lieux les plus sacrés du judaïsme étaient occupés illégalement. La décision d’Obama de changer cette politique n’était pas basée sur les intérêts américains ou dans l’intérêt de la paix. Cela a été fait par vengeance personnelle contre le Premier ministre Netanyahu.

Cela a également été fait pour lier les mains du président élu Trump. Le président Trump fait la bonne chose en disant aux Nations Unies que les États-Unis rejettent maintenant la résolution unilatérale du Conseil de sécurité de l’ONU.

Donc, s’il y a un changement au statu quo, laissez la responsabilité se situer là où elle devrait être: au niveau du président Obama pour sa décision lâche d’attendre d’être un président sortant, afin de se venger de Netanyahu. Le président Trump mérite des éloges pour rétablir l’équilibre dans les négociations entre Israël et les Palestiniens. C’est le président Obama qui a rendu la paix plus difficile. C’est le président Trump qui l’a rendu encore plus réalisable.

La résolution outrageusement unilatérale du Conseil de sécurité a déclaré que “toute modification des lignes du 4 juin 1967, y compris à l’égard de Jérusalem” n’a “aucune validité juridique et constitue une violation flagrante du droit international”. Cela signifie, entre autres, que la décision d’Israël de construire une place pour la prière devant le mur occidental – le site le plus sacré du judaïsme – constitue une «violation flagrante du droit international». Cette résolution ne se limite donc pas aux implantations de Judée-Samarie. La résolution s’appliquait également au cœur même d’Israël.

Avant le 4 juin 1967, il était interdit aux Juifs de prier sur le mur occidental, site le plus sacré du judaïsme. Ils ont été interdits de suivre des cours à l’Université hébraïque au Mont Scopus, qui avait été ouvert en 1925 et était soutenu par Albert Einstein. Les Juifs ne pouvaient pas demander des soins médicaux à l’hôpital Hadassah sur le mont Scopus, qui avait traité les Juifs et les Arabes depuis 1918. Les Juifs ne pouvaient pas vivre dans le vieux quartier juif de Jérusalem, où leurs ancêtres avaient construit des maisons et des synagogues pendant des milliers d’années. Ces interdictions Judenrein ont été décrétées par la Jordanie, qui avait capturé par la force militaire ces zones juives pendant la guerre d’Indépendance d’Israël, en 1948, et avait illégalement occupé toute la Judée-Samarie, que les Nations Unies avaient mis de côté pour un état arabe. Lorsque le gouvernement jordanien a occupé ces sites juifs historiques, ils ont détruit tous les vestiges du judaïsme, y compris les synagogues, les écoles et les cimetières, dont ils utilisaient les pierres tombales pour les urinoirs. Entre 1948 et 1967, les Nations Unies n’ont pas proposé une seule résolution condamnant cette occupation jordanienne et cette dévastation culturelle.

Quand Israël a repris ces zones dans une guerre défensive que la Jordanie a commencé en bombardant des maisons civiles à Jérusalem-Ouest, et quand Israël a ouvert ces lieux comme des endroits où les Juifs pouvaient prier, étudier, recevoir un traitement médical et vivre, les Etats-Unis ont pris la position officielle de reconnaître les revendications légitimes d’Israël.

Il a déclaré que le statut de Jérusalem, y compris ces zones nouvellement libérées, resterait ouvert aux négociations finales et que le statu quo resterait en place. C’est la raison officielle pour laquelle les États-Unis ont refusé de reconnaître une partie de Jérusalem, y compris Jérusalem-Ouest, en tant que partie d’Israël. C’est pourquoi les Etats-Unis ont refusé qu’un citoyen américain né dans une partie quelconque de Jérusalem place sur son passeport les mots “Jérusalem, Israël” comme lieu de naissance.

Mais même ce statu quo historique a été modifié avec la décision injustifiée du président Obama de ne pas opposer son veto à la résolution du Conseil de sécurité de décembre dernier. Les Nations Unies ont tout à coup décidé que, sous réserve de négociations et d’accords ultérieurs, les zones juives de Jérusalem reprises de Jordanie en 1967 ne font pas partie d’Israël. Au lieu de cela, ils étaient des territoires occupés illégalement par Israël, et tout bâtiment dans ces zones – y compris des lieux de prière au Mur des Lamentations, des routes d’accès au Mont Scopus, et les synagogues dans le quartier juif historique – “constituent une violation flagrante en vertu du droit international.”

Si tel est bien le nouveau statu quo, alors quelles incitations les Palestiniens ont-ils pour entrer dans les négociations? Et s’ils le faisaient, ils pourraient utiliser ces zones juives pour extorquer des concessions déraisonnables à Israël, pour lesquelles ces zones maintenant “illégalement occupées” sont sacrées et non négociables.

Le refus du président Obama de mettre son veto à cette résolution unilatérale était un stratagème délibéré pour lier les mains de ses successeurs, ce qui avait pour conséquence de rendre beaucoup plus difficile pour ses successeurs d’encourager les Palestiniens à accepter l’offre israélienne de négocier sans conditions préalables. Aucun futur président ne peut défaire cet accord pernicieux, puisqu’un veto ne peut être rejeté rétroactivement. Et une résolution une fois promulguée ne peut être révoquée à moins d’un vote majoritaire, sans aucun droit de veto de la part de ses membres permanents, dont la Russie et la Chine, qui opposeront leur veto à toute tentative d’annuler cette résolution.

La décision du président Trump de reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël aide à rétablir l’équilibre approprié. Cela démontre que les Etats-Unis n’acceptent pas les effets Judenrein de cette résolution bigote sur les quartiers juifs historiques de Jérusalem. Le refus préalable des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël était fondé explicitement sur l’idée que rien ne devrait être fait pour changer le statu quo de cette ville, sacrée pour trois religions. Mais la résolution du Conseil de sécurité a fait exactement cela: elle a changé le statu quo en déclarant que la présence de facto d’Israël sur ces lieux saints juifs était une “violation flagrante du droit international” que “l’ONU ne reconnaîtra pas”.

Puisque pratiquement tout le monde dans la communauté internationale reconnaît que toute paix raisonnable reconnaîtrait les revendications légitimes d’Israël dans ces régions et d’autres à Jérusalem, il n’y a aucune raison de permettre à la résolution de l’ONU de faire des criminels toutes les zones juives ou israéliennes. Ironiquement, le président Obama a prié devant ce qu’il considérait comme le mur occidental illégalement occupé.

Après que l’ONU, à la demande du président Obama, ait érigé en crime international continu la présence israélienne dans les zones contestées de Jérusalem, y compris dans les zones dont l’histoire juive est indiscutable, le président Trump a eu raison de délier ses mains et de défaire les dégâts causés par son prédécesseur. Certains ont fait valoir que les États-Unis ne devraient pas reconnaître Jérusalem parce que cela stimulera la violence des terroristes arabes. Aucune décision américaine ne devrait jamais être influencée par la menace de la violence. Les terroristes ne devraient pas avoir un droit de veto sur la politique américaine. Si les États-Unis devaient céder à la menace de violence, cela ne ferait qu’encourager les autres à menacer de violence en réponse à tout plan de paix.

Alors louons le président Trump pour avoir fait ce qu’il fallait en annulant la mauvaise action du président Obama à la fin de sa présidence.

Par le Professeur Alan Dershowitz – JPost – adaptation française JSSNews

    Print       Email

9 Comments

  1. Blinis dit :

    Les projets de créer 2 états, un Juif et un arabes, ont abouti. La Jordanie est cet état arabe, mais non créé par la demarche proto’colère prevue. Ce n’est qu’une manifestation de l’antisémitisme des nations de ne pas le reconnaître et d’y encourager la persécution du petit, minuscule état hebreu, par des populations résiduelles encouragées et manipulées par les ennemis héréditaires du judaïsme. Des Juifs ont mêmes été convaincus par ces encouragements et manipulations…
    Trump l’a très bien compris.
    Et il n’est pas là par “hasard”.
    Voila le résumé succinct de la situation actuelle…

    • Yéhoudi dit :

      bien sur !!

      et : “les négociations entre Israël et les Palestiniens. ”

      quelles négociations face a des klébards qui ayant tout ce qu il leur faut en Jordanie, cherchent a “négocier”ce qui ne leur appartient pas chez les Juifs!

      si les Juifs avaient un peu d’ “arabité” en eux (comme moi ) les “négociations porteraient uniquement su les terres a l’ est du Jourdain qui appartinrent a deux tribus juives…région des Amonites dont Amman a gardé un semblant du nom

      la voilà le seule vraie négo !! ça donnera de la tablature aux trop nombreux antijuifs de Essaü en Europe, les pires…

      moins le monde entier croit a ces accords de guitare a Oslo, et plus les journalopes l’ invoquent, s’ y refèrent, les adulent!

      pauvres kons, c’est fini ces complaintes inventées par un voyou qui osa se présenter avec un colt a la ceinture devant cette assemblée de put..

      y aura jamais de paix, les Accordeurs de pianos, comme de pipeau ,c’est mort, allez vous faire foutreuu en Jordanie, dont il faudra rendre a Israel une bande de 30 kms de large tout le long de la rive Est du Jourdain a Israel

      voila comment il faut “discuter ” avec ces gens! comme un Arabe!

  2. Victor dit :

    Mon cher BLINIS , tu ne vas quand mème pas ” insinuer ” que notre ami TRUMP , le Président , pas notre Doc , serait peut-ètre le MASHIAH , tant attendu ….. 😆 😆 😆 😎
    ( il n’est pas la , par hasard ) ?????

    • Blinis dit :

      Pourquoi sauter du coca Light ?
      C’est D.ieu qui place les rois et les presidents. Même les tyrans.
      Et l’election de Trump etait tout, sauf rationnelle. En revanche, l’ “instrument” Trump est on ne peut plus clair…un indice. Son nom veut dire trompe, comme trompette.
      En hebreu, Shofar… Plus précisément ‘hatso-tserot.
      Diviser les tsarot(souffrances) de moitié.

    • ixiane dit :

      non il n’est pas là par hasard mais envoyé par DIEU !!! Si DIEU ne protégeait pas ISRAEL le pays n ‘existerait plus , mais l’Alliance du DIEU d’ISRAEL avec son Peuple est inaliénable ! TRUMP est un instrument !

  3. Ruthy dit :

    Bien d’accord avec BLINIS!

  4. Simon dit :

    Grace à dieu Trump à signe pour Jérusalem soit notre capital !!!! Merci à nos frères sioniste en Amérique pour leurs soutiens!!!! Vive Israël et vive l’Amérique

  5. GUIBOR dit :

    J’ai lu que des chrétiens pro-sionistes (dont Steve Bannon) avaient conseillé le président Trump dans sa décision.
    Je ne sais qui a décidé Trump, D’ ou les hommes, mais quel beau cadeau pour Hanouka.
    Faites attention à vous qui vivez en Israël. Ne sous estimez pas le désir de nuisance des rats du désert.

    Je suis resté deux jours sans pouvoir réceptionner JSSNews. Mon ordi. affichait : erreur 404 et ” nous allons revenir”.
    Quelqu’un peut-il me dire si c’est normal.

  6. ixiane dit :

    Oui GUIBOR , il y avait une erreur 404 !!!!
    Ce qui a décidé TRUMP est son entourage évangélique qui connaît la BIBLE , les chapitres historiques et les prophètes , Zacharie Daniel Ezéchiel et les autres !! Nous savons que JERUSALEM n’appartiendra jamais à un Faux Dieu mais qu’il est la DEMEURE de l’Eternel le DIEU d’ISRAEL !!!
    Toutes les prophéties sont au 3/4 réalisées et on voit tous les jours que le reste est pour bientôt : quand toutes les nations se ligueront contre ISRAEL pour s’emparer de YEROUSHALAIM !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Israël aurait invité le Prince héritier Saoudien à visiter Jérusalem

Read More →