Loading...
You are here:  Home  >  Occident  >  Europe  >  Current Article

L’Allemagne refuse d’expulser ses illégaux antisémites !

By   /  21 décembre 2017  /  11 Comments

    Print       Email

Y aura-t-il un commissaire à l’antisémitisme au sein du nouveau gouvernement allemand ? Le ministre fédéral de l’Intérieur Thomas de Maizière a appelé dimanche à nommer une personne à un tel poste, une semaine après l’émoi provoqué par les dérapages antisémites et anti-israéliens lors de manifestations contre la décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. «L’antisémitisme ne doit jamais reprendre le dessus en Allemagne», a dit Maizière, qui déplorait une hausse en Allemagne de «propos désobligeants, de plaisanteries inappropriées et de comportements discriminatoires à l’encontre de nos citoyens juifs».

Une telle idée n’est pas neuve. Elle émane des Verts et du Conseil central des Juifs d’Allemagne, et le groupe parlementaire de la CDU s’y déclare également favorable. De manière générale, cette idée fait consensus dans la classe politique allemande. Une autre suggestion, plus controversée, a toutefois émergé ces derniers  jours : celle de l’élu CDU Armin Schuster proposant l’expulsion immédiate des étrangers ayant brûlé des drapeaux d’Israël. Une proposition rejetée par principe par tous les partis, du FDP au SPD – mais pas par l’AfD – beaucoup arguant que de toute façon, on ne sait pas si les brûleurs de drapeaux étaient ou non allemands…

Le président Frank-Walter Steinmeier s’est déclaré «choqué et honteux» après ces incidents et déploré que l’antisémitisme montre encore «son visage démoniaque de différentes manières». Il a mis en avant la responsabilité qui incombe à l’Allemagne d’apprendre «les leçons des deux guerres mondiales, les leçons de l’Holocauste, la responsabilité pour la sécurité d’Israël, le rejet de toutes formes de racisme et d’antisémitisme». Il s’agit là de principes «non négociables», que doivent, dit-il, respecter tous ceux qui vivent en Allemagne. Le ministre fédéral de la Justice, Heiko Maas, a lui souhaité que l’histoire de l’Holocauste soit enseignée lors des cours d’instruction civique et d’apprentissage de la langue allemande dispensés aux migrants et aux demandeurs d’asile pour favoriser leur intégration. Il a souligné vendredi sur le site du Spiegel que de nombreux migrants venaient «de pays où de puissantes élites alimentent d’une manière intentionnelle la haine des Juifs et d’Israël, et où l’antisémitisme est pratiqué presque comme allant de soi». Tous les migrants doivent comprendre, dit-il, que «nous combattons l’antisémitisme des néonazis et que nous ne tolérerons pas plus l’antisémitisme importé par les migrants».

Mais l’antisémitisme en Allemagne ne se réduit pas à ces deux cas de figure. Et les néonazis ne représentent pas à eux seuls toute l’extrême droite allemande. Il y a aussi l’AfD. De nombreux politiques de ce parti, surtout au sein de son aile identitaire, sont très ambigus sur le sujet. En outre, au cœur de la rhétorique du parti réside l’idée de la non-repentance, c’est-à-dire l’idée qu’il ne faut pas – qu’il ne faut plus – s’excuser pour les crimes commis pendant la Seconde Guerre mondiale. Un exemple parmi d’autres : en janvier 2017, l’élu AfD Björn Höcke avait qualifié le mémorial de l’Holocauste à Berlin de «mémorial de la honte»et appelé l’Allemagne à pratiquer «un virage à 180 degrés pour ce qui concerne la mémoire».

Ce genre de propos entretient cette idée de non-repentance, qui, selon un rapport récent sur l’antisémitisme en Allemagne, constitue une forme secondaire (et très populaire) d’antisémitisme. Ainsi, le rapport indique qu’un sentiment de lassitude à l’égard de l’indispensable travail de mémoire est de plus en plus partagé en Allemagne, citant une enquête de 2014 où 55% des personnes interrogées exprimaient leur colère à l’idée que les Allemands soient encore incriminés pour les crimes commis contre les Juifs. Dans la même enquête, 49% des personnes interrogées se disaient «lasses» d’entendre parler du sujet encore et encore. Dans la presse allemande, le président du Conseil central des Juifs d’Allemagne, Josef Schuster, l’a assuré : «En fin de compte, je vois l’antisémitisme d’extrême droite comme étant au moins aussi dangereux, sinon plus dangereux, que celui de l’islam.»

Partager cet article
    Print       Email

11 Comments

  1. Adam dit :

    Karl Lagardfel l’a dit. L’Allemagne a introduit dans son sein une population élevée au lait de la haine d’Israel et le rejet de tout ce qui est juif. Bonne chance pour éviter la propagation d’un antisemitisme nouvelle manière. À croire que l’apprentissage de l’histoire n’est pas une spécialité européenne.

    • Amram dit :

      Si l’on ne transmet pas l’histoire aux nouvelles génération, comment vont-il l’apprendre? L’Allemagne n’a pas transmis aux nouvelles génération son maudit passé, alors, il refont les mêmes erreurs.

      • serge dit :

        effet , il refont les mêmes erreurs, cette fois-ci par leur population de remplacement
        tout a fait bien choisies et ça ne pouvait mieux tomber que par la migration des seuls capable de réécrire l’histoire de leur forfaiture d’une bonne allemagne nazislamiste réinventée servi cette fois par les musulmans conquérants l’europe.

  2. trump dit :

    «En fin de compte, je vois l’antisémitisme d’extrême droite comme étant au moins aussi dangereux, sinon plus dangereux, que celui de l’islam.»
    ce president du CON seil a interet a aller voir rapidement un psychiatre: le déni de réalité est une forme de psychose ………………….

  3. joseph dit :

    c’est le triste destin de l’allemagne: pousser les juifs vers israel
    tâche qui a commencé avec hitler, qui a traqué les juifs à travers l’europe,
    et se poursuit avec merkel, qui introduit en europe les pires antisémites du moment

  4. Alan dit :

    Ils sont blindés de turcs , Merkel l’autruche…

  5. Il faut bien que les Nations expient par où elles ont peché…
    Ça commence à sortir, ici et là : nous avons troqué nos Juifs, les avons dépouillés, brûlés, spoliés, vendus pour quelques verroteries insignifiantes, pour avoir en retour d’autres populations qui ne sont venues que pour prendre, et exiger…
    Qu’avons-nous fait, disait Pharaon, de renvoyer le Peuple qui nous servait (si bien !)
    Ce que nous avons fait, on nous le fait.
    En Espagne, Allemagne, Royaume-Uni, Suède, France etc…
    Le Seigneur, pourtant, les empeche au repentir. Il les enivre de leur propre haine, et les pousse à leurs fautes, à continuer à s’enliser dans leurs resolutions, condamnations, pour ne rien regretter, ni ne Se retenir… IL va les precipiter, tous, les uns contre les autres, et qui pourra LE retenir, d’aller jusqu’au “bout” ? Devinez…

  6. Yéhoudi dit :

    Macron demandait a Israel de prendre des “décisions courageuses” en acceptant de se soumettre a …..des squatters assassins !!

    et Yéhoudi , grand Cheikh de l” Unisversité Islamique du Caire, “par azhar” réclame a sont tour a Israel, de prendre une, une seule décision courageuse, celle de tirer a balles réelles et a grenades défensives sur les émeutiers arabes pour que cesse définitivement ces plaisanteries de mauvais gout

    je vous affirme que lorsqu ils verront une vingtaine de cadavres au sol, en train d’expirer, et d’ agonir, ce sera fini nin ni ni ce genre de rigolage ou un arabe crasseux ose mettre ses mains puantes sur un soldat juif….

    traitons les pour ce qu ils sont: des chiens enragés a abattre

    • serge dit :

      traitons les pour ce qu ils sont: des chiens enragés a abattre.
      Bien dit mon ami et le seul remède est une chape de plombs pour chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Pourquoi d’anciens opposants à Paul Biya le soutiennent-ils dorénavant ?

Read More →