Loading...
You are here:  Home  >  Divers  >  Current Article

Jojo (hommage à Johnny) – Par Avraham Assuied

By   /  30 décembre 2017  /  5 Comments

    Print       Email

En décembre 2017, la France pleurait une icône nationale, les Juifs, un bon ami. Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables entendait-on côtés détracteurs tandis que le fisc perdait tout de même et quoi que l’on dise un des contribuables les plus attractifs.

Johnny, unique interprète capable de faire un tube avec le bottin téléphonique, a cumulé en 60 ans, soit 3 générations de fans entonnant les refrains de chansons écrites par les meilleurs auteurs-compositeurs du moment, plus de « standards » que le meilleur chanteur français.

Le seul au monde peut être, capable de remplir le Stade de France trois jours de suite.

Le seul enfin dont l’hommage populaire fut suivi dans la rue par un million de personnes incrédules et quatorze autres, devant leur téléviseur.

Il y a moins de 40 ans disparaissait un autre monstre sacré, Jacques Brel, auteur-compositeur-interprète, dont l’œuvre iconoclaste se conjugue communément à tous les temps. Le grand Brel, comme on le surnommait aussi, partageait avec Johnny, le culte de l’amitié. Il a marqué la mémoire du rockeur :

« J’ai été vraiment très triste quand il est parti » disait Johnny lors d’une interview à la RTBF. « On s’est vus pendant très longtemps, il venait avec son petit avion me chercher en tournée, il m’emmenait dans un restaurant manger à midi, il me ramenait à mon spectacle le soir… » « C’est le plus grand interprète que je connaisse. Il m’a donné l’envie de se servir des textes pour envoyer des sentiments aux gens » « C’est le seul chanteur qui m’ait fait pleurer dans une salle » On était très proches… » poursuivait Johnny très simplement.

Deux Artistes, d’origine belge, révélés en France, l’un sur la vague yéyé, l’autre à la nouvelle vague, ont tracé le monde des variétés de leur interprétation de génie

Brel et Smet se sont rencontrés en 1972 lors du tournage de « L’aventure c’est l’aventure » film de Claude Lelouch. La vie est trop courte pour ne pas vivre libre s’exclamaient-ils alors. Les deux amis reposent aujourd’hui au-delà de l’océan, l’un aux Marquises et l’autre à Saint Barth.

Un album posthume de Johnny est en préparation, nous assure-t-on. Celui de Brel « Les Marquises », sorti un an avant sa mort en 1978, est un partage d’émotion gravé sur vinyle, sur lequel figure en hommage à Georges Pasquier, dit Jojo, chauffeur, ami et confident de Brel, dévasté également par la clope, un magnifique hymne à l’amitié dont le titre éponyme pourrait aujourd’hui s’adresser à Johnny, l’ami du peuple, notre ami. En voici un extrait :      

Jojo
Voici donc quelques rires
Quelques vins quelques blondes
J’ai plaisir à te dire
Que la nuit sera longue
A devenir demain

Jojo
Moi je t’entends rugir
Quelques chansons marines
Où des Bretons devinent
Que Saint-Cast doit dormir
Tout au fond du brouillard

refrain:
Six pieds sous terre Jojo tu chantes encore
Six pieds sous terre tu n’es pas mort

Jojo
Ce soir comme chaque soir
Nous refaisons nos guerres
Tu reprends Saint-Nazaire
Je refais l’Olympia
Au fond du cimetière

Jojo
Nous parlons en silence
D’une jeunesse vieille
Nous savons tous les deux
Que le monde sommeille
Par manque d’imprudence

refrain:
Six pieds sous terre Jojo tu espères encore
Six pieds sous terre tu n’es pas mort

Jojo parole et musique Jacques Brel (extrait)

Par Avraham Assuied – JSSNews

Partager cet article
    Print       Email

5 Comments

  1. Johnny est-il bien né en Belgique ? Faudrait se renseigner avant de sortir un pompeux titre « hommage à Johnny », sans avoir vérifié le moindre branchement…

    Quant à ce, » « dévasté », lui aussi par la clope, il est partout ces derniers temps : il était dévasté, çà la dévasté, partout…

    Savez-vous pourquoi ? Cela vient de l’américain, he was devastated, c’est-à-dire accablé, un américanisme de plus qui s’empare de nous à notre insu, comme un réflexe conditionné, où une variété extra-hexagonale de toc, un concept du reste, venu de là-bas, aussi,des îles ;

    Non mais, peut-on dire de toute façon, « devasté » pour un individu ? Non, alors, aucune excuse..

    Quant à l’album…

    Facile à trouver, heureusement, en toute brocante, t’as l’air de nous en informer comme si nous étions des fans mais pas assez pour connaître, aussi, le dernier album…

    Et tu ne cites pas une phrase où deux, non, tu y mets tout le paquet…

    Comme si on t’avais attendu…

    Cette chanson en plus c’est la plus longuette et la moins bonne

    Les flamingands çà claque autrement, où même la célèbre aux Marquises

    Reprends ton hommage un peu tarte truffée, entartrée,

    teuf-teuf par ci, toc en toc par là, tarte tatin tata tatie Daniel sourate « the good joke » par là…

    Reprends ton papier, et repars avec la corbeille renversée sur ton noble chef, chef

    Car tu la mérites hautement;

    Ne t’en fais pas : tout est dans l’art de la porter…

  2. Ruthy dit :

    Je ne suis pas une fan, mais je reconnait que Johnny a fait une grande carrière e, c’etait une icone. Il avait la reputation d’etre simple et bon, et c’est en fait l’utime bagage qu’il ai pris avec lui.
    Paix ai son âme

  3. Victor dit :

    Sacré Barde , toujours en colère, faut pas venir le faire chier avec des ritournelles à deux balles ….????

  4. Victor dit :

    Sacré Barde , toujours en colère, faut pas venir le faire chier avec des ritournelles à deux balles ….????

  5. danielka dit :

    Chalom tout le monde ,je ne possède qu’un cd de Johnny, celui que lui a écrit et composé Michel Berger , que j’aimais bien .Quant à Johnny c’était quand même un homme extraordinaire ,une carriére , il s’est détruit en abusant de substances illicites ;Dommage. ces tatouages cette croix qu’il portait c’était trop ; il devait souffrir d’un manque .Défiguré , qu’il repose en paix .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Le Cameroun mis au ban des Nations pour avoir défendu sa population

Read More →