Loading...
You are here:  Home  >  Afrique  >  Current Article

Le Cameroun mis au ban des Nations pour avoir défendu sa population

By   /  18 juin 2018  /  No Comments

    Print       Email

Depuis quelques semaine, cette Nation d’Afrique Centrale est l’objet de l’attention des comité onusiens et des virulentes ONG internationales dites “de défense des droits de l’homme.” En cause ? Officiellement la réponse “disproportionné” de l’armée face à des organisations terroristes séparatistes. Officieusement, chaque petite organisation, chaque chancellerie, rêve de définir les nouveaux enjeux politiques. 

Depuis 2016, des centaines d’attaques ont été organisées. Pas par des organisations islamistes comme c’est le cas au Nigéria ou au Mali ; mais par des séparatistes à l’idéologie idiomatique. Comprendre: ils veulent un pays (qu’ils disent vouloir nommer “ambazonie” – un Etat qui n’a jamais existé) car dans deux régions du pays, on parle principalement anglais et non français comme dans toutes les autres régions.

Est-ce suffisant pour avoir un Etat ? Techniquement, non. Mais ces violences (tueries, enlèvements, rançons, sabotages, viols, etc.) interpellent des organisations comme Amnesty International. Dès lors, avec un agenda bien précis, ces organisations mettent au ban le Cameroun et appellent “au dialogue.”

Mais des questions demeurent…

Dialoguer avec qui ? Avec des organisations terroristes ? A-t-on forcé les Etats-Unis à dialoguer avec Al Qaïda ? Force t-on la France à dialoguer avec l’Etat Islamique ?

Et surtout, dialoguer pour dire quoi ? Il semble clair et net que le Cameroun est prêt à développer davantage les infrastructures en zone anglophone. Mais parler de sécessionnisme ? Lâcher 20% du territoire aux mains d’organisations terroristes, est-ce bien légitime ? Est-ce une bonne chose pour la population locale.

Sur Facebook, un homme dénonce l’assassinat de son frère par des terroristes

En attendant, le Cameroun, état pivot et stable d’Afrique Centrale compte ses morts. Et que ce soit des policiers, des élus locaux, des femmes ou des enfants, sont avant tout des êtres humains. Et il est impensable que les Nations et les organisations comme celles de George Soros, tentent de modifier le processus géopolitique local.

Par Amaury Vuibert – JSSNews

Partager cet article
    Print       Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Le Centre Simon Wiesenthal appelle la France à condamner la nouvelle provocation d’Abbas

Read More →